AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.56 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Cambridge , le 05-06-1883
Mort(e) à : Firle, Sussex , le 21-04-1946
Biographie :

John Maynard Keynes, 1er baron Keynes, est un économiste britannique né le 5 juin 1883 à Cambridge et décédé le 21 avril 1946 à Firle dans le Sussex.

Il est en général considéré comme étant une des plus importantes figures de l'économie. Pourtant, l'interprétation de son œuvre n'est pas aisée. Jacob Viner note en 1936 à propos de l'œuvre majeure de Keynes la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie que « bien qu'écrite par un styliste de premier ordre, l'ouvrage n'est pas facile à lire, ni à comprendre et à juger ». Aussi son œuvre a fait l'objet d'interprétations diverses. La plus influente demeure celle dite de la synthèse néo-classique dont les plus illustres représentants sont les prix Nobels John Hicks, qui est avec Alvin Hansen le fondateur de ce courant, Paul Samuelson et Franco Modigliani. De nos jours la nouvelle économie keynésienne est relativement influente notamment à travers Joseph Stiglitz. À côté de ces écoles plutôt libérales, nous trouvons des écoles plus hétérodoxes tels que le post-keynésianisme plus étatiste ou en France l'économie des conventions. D'une façon générale son héritage intellectuel s'étend de la social-démocratie à certaines formes de libéralisme. De son temps, pour Kenneth R. Hoover, Keynes a en Angleterre tenu une position « centriste » entre d'une part Friedrich Hayek et d'autre part Harold Laski, un des inspirateurs de l'aile gauche du parti travailliste.
+ Voir plus
Source : Wiki
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Présentation du livre "Des richesses et des hommes. La question démographique au coeur des crises économiques" de François de Givry. Crises cycliques d'ampleur mondiale, explosion des inégalités, déclin de la croissance, hausse du chômage… Nos sociétés semblent soumises, impuissantes, aux aléas de dictats économiques. Serions-nous donc sans armes pour anticiper ces changements ? Depuis Platon jusqu'à Keynes, en passant par Marx et saint Thomas d'Aquin, théoriciens et penseurs se sont pourtant efforcés de comprendre et d'organiser la production des richesses et leur répartition entre les hommes. Et leurs points de vue, comme leurs recommandations, ont évolué avec les techniques et les systèmes marchands. Il se pourrait cependant que leurs héritiers actuels, armés de formules algébriques complexes et les yeux rivés sur des colossales masses de données, aient gravement sous-estimé un facteur devenu fondamental depuis le XIXe siècle : les changements démographiques. Car s'il est évident que la démultiplication de la population mondiale a entraîné avec elle la croissance de l'économie, comment ne pas imaginer que le ralentissement des naissances, couplé au vieillissement des peuples, ne déclenche la fin de ce processus ? C'est ce que l'on observe de manière troublante lors de la crise de 1929 aux États-Unis et dans l'Europe d'aujourd'hui, où une stagnation durable semble propice aux conséquences politiques les plus inquiétantes. Une saisissante histoire des idées, et une lecture novatrice des dangers auxquels nous sommes confrontés.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   13 juin 2018
La pauvreté dans l'abondance de John Maynard Keynes
Je crois que dans l'avenir, plus que jamais, les questions relatives à la structure économique de la société seront de loin les plus décisives des questions politiques. Je crois que la bonne solution impliquera de recourir à des notions intellectuelles et scientifiques qui passeront l'entendement de la masse des électeurs plus ou moins illettrés. Or, dans une démocratie, tous les partis dépendent nécessairement de la même manière de cette masse d'électeurs qui comprennent mal, et aucun parti n'accèdera au pouvoir s'il n'est pas capable de gagner leur confiance en les persuadant de façon générale qu'il a l'intention soit de promouvoir leurs intérêts soit de satisfaire leurs passions. […] Je ne crois pas que les éléments intellectuels […] exerceront jamais […] un contrôle adéquat ; trop de décisions resteront prises par ceux qui ne savent pas DU TOUT de quoi ils parlent.



I. SUIS-JE UN LIBÉRAL ? (discours prononcé en août 1925)
Commenter  J’apprécie          703
Nastasia-B   20 juin 2018
La pauvreté dans l'abondance de John Maynard Keynes
Le contrôle des naissances touche d'un côté à la liberté des femmes, et de l'autre au devoir de l'État de veiller à la taille de la population, tout autant qu'aux effectifs de l'armée ou qu'au montant du budget.



I. SUIS-JE UN LIBÉRAL ? (discours prononcé en août 1925)
Commenter  J’apprécie          704
John Maynard Keynes
Nastasia-B   26 octobre 2014
John Maynard Keynes
À long terme, nous serons tous morts.



Propos rapporté par Joseph Stiglitz pour illustrer que les bénéfices ont plutôt vocation à être partagés que gardés pour soi seul sous peine d'engendrer des révoltes violentes.
Commenter  J’apprécie          610
John Maynard Keynes
ninosairosse   18 mars 2017
John Maynard Keynes
les hommes d'action, qui se croient parfaitement affranchis des influences doctrinales, sont le plus souvent les esclaves de quelque économiste défunt.



Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie.
Commenter  J’apprécie          491
Nastasia-B   25 février 2020
La pauvreté dans l'abondance de John Maynard Keynes
Le capitalisme international, et cependant individualiste, […] aux mains duquel nous nous sommes trouvés après la guerre, n'est pas une réussite. Il est dénué d'intelligence, de beauté, de justice, de vertu, et il ne tient pas ses promesses. En bref, il nous déplaît et nous commençons à le mépriser. Mais quand nous nous demandons par quoi le remplacer, nous sommes extrêmement perplexes.



IX. L'autosuffisance nationale, III.
Commenter  J’apprécie          473
Nastasia-B   23 juin 2018
La pauvreté dans l'abondance de John Maynard Keynes
La question de la drogue se limite en pratique dans ce pays à celle de l'alcool, bien que pour ma part, j'inclurais volontiers les jeux de hasard dans cette rubrique. Une prohibition de l'alcool et des paris aurait à mon avis de bons résultats. Mais cela ne résoudrait pas le problème. Jusqu'à quel point doit-on permettre à une humanité plongée dans l'ennui et la souffrance de trouver, de temps en temps, un moyen d'évasion, des émotions fortes, un stimulant, une possibilité de changement ? Voilà le vrai problème. Est-il possible d'autoriser une licence raisonnable, des saturnales officielles, un carnaval consacré par l'usage, qui ne ruinent pas la santé ni les finances des fêtards, et protègent de l'irrésistible tentation les malheureux que les Américains appellent « addicts » ?



I. SUIS-JE UN LIBÉRAL ? (discours prononcé en août 1925)
Commenter  J’apprécie          273
PiertyM   23 février 2014
Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de John Maynard Keynes
Les spéculateurs peuvent être aussi inoffensifs que des bulles d’air dans un courant régulier d’entreprise. Mais la situation devient sérieuse lorsque l’entreprise n’est plus qu’une bulle d’air dans un tourbillon spéculatif. Lorsque, dans un pays, le développement du capital devient le sous-produit de l’activité d’un casino, il risque de s’accomplir en des conditions défectueuses.

Commenter  J’apprécie          90
John Maynard Keynes
isajulia   20 mars 2013
John Maynard Keynes
La difficulté n'est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d'échapper aux idées anciennes.
Commenter  J’apprécie          80
dede   30 novembre 2009
Sur la monnaie et l'économie de John Maynard Keynes
Hélas! un banquier "sain" n'est pas un homme qui voit venir le danger et l'évite, mais quelqu'un qui s'il est ruiné, l'est conformément à toutes les règles et traditions et en compagnie des autres membres de la profession, en sorte que personne ne peut rien lui reprocher.
Commenter  J’apprécie          60
John Maynard Keynes
petitours   22 mai 2018
John Maynard Keynes
Newton ne fut pas le premier homme de l'âge de raison. Mais le dernier des magiciens.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..