AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.17/5 (sur 606 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 19/05/1962
Biographie :

Jonathan Dee est un écrivain américain.

Il écrit pour le New York Times Magazine, la revue Harper's et la Paris Review. Il enseigne l'écriture créative à l'Université Columbia.

"Les Privilèges" (The privileges, 2010) est son cinquième roman, le premier publié en France. Il a reçu le Prix Scott Fitzgerald, le 26/05/2011, et a été finaliste du prix Pulitzer.

Il publie "La fabrique des illusions" en 2012. Il a ensuite écrit "Mille Excuses" (A Thousand Pardons, 2013) et "Ceux d'ici" (The Locals, 2017).

Il vit à Syracuse, New York, avec sa femme, l'écrivaine Dana Spiotta (1966) et sa fille.



Source : www.franceculture.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Jonathan Dee   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jonathan Dee vous présente son ouvrage "Sugar Street" aux éditions Les Escales. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2678755/jonathan-dee-sugar-street Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (123) Voir plus Ajouter une citation
le monde extérieur parvenait de temps en temps à toucher votre quotidien d'une façon qui n'était pas imaginaire.Ces points de contact avaient du bon et du mauvais car ils servaient à la fois à vous relier au dynamisme plus vaste dont vous rêviez, mais également à vous rappeler combien vous en étiez coupés.
Commenter  J’apprécie          230
Le problème, ce n'est pas que l'amour t'aurait détruite. Le problème, c'est que tu ne te vois pas comme quelqu'un qui mérite d'être aimé. Du coup tu gaspilles tes dons.
Commenter  J’apprécie          180
"Le chant d'amour. 1914. A propos, Magritte disait de ce tableau, qu'il avait vu jeune homme en visitant un musée en 1922, qu'il constituait un des événements les plus importants de sa vie. En effet, disait-il, dans un monde de cubistes et autres manipulateurs timorés de la surface plane de la toile, il avait enfin découvert quelqu'un qui rêvait, non pas d'une manière de peindre, de ce qu'il fallait peindre."
Commenter  J’apprécie          170
Notre culture ne propage aucune valeur hormis cet étrange autodénigrement suggéré par ce perpétuel sourire d'ironie : nous nous abstrayons de nous-mêmes pour mieux nous protéger du terrible vide de l'existence que nous menons aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          170
Bien sûr il est possible que ce soit la définition même d'un grand amour. Un amour si grand que tu ne réussis pas à le vivre, que les ressources dont tu disposes se révèlent dérisoires à côté de lui. Rester à la hauteur de cet amour, de manière soutenue, s'avère être un casse-tête qui dépasse tes capacités.
Commenter  J’apprécie          150
La population étudiante a en permanence entre dix-huit et vingt-deux ans ; seuls ceux qui pourvoient aux besoins de cette multitude – les commerçants, les logeurs, les professeurs titulaires – sont autorisés à se regarder vieillir mutuellement
Commenter  J’apprécie          150
Le problème, c'est qye dès qu'on commence à voir à quel point tout est répétitif et sans vie, on ne peut plus s'aveugler.
Commenter  J’apprécie          130
Et à un certain moment, il y a eu ce qu'on a appelé l'internet des objets, une expression dont je n'ai jamais vraiment compris ce qu'elle signifiait, mais en tous les cas je suis à présent dans l'internet des sens, qui ne peut se monétiser ou se pirater, avec une bande passante certes limitée, mais remarquable pour ce qui est de protéger son intimité.
Commenter  J’apprécie          110
- Parce que tout est tellement prévisible, ajouta Ben, absolument comme si aucune autre voix ne s’était exprimée. Cela me terrifie. Le moindre petit détail de ma journée me terrifie. Le repas que je prends, le client que je rencontre, chaque fois que je monte en voiture ou que j’en descends. Ca me fout la trouille. N’avez-vous jamais éprouvé une lassitude telle que, littéralement, elle vous épouvante ? C’est ce que je ressens, tous les jours. C’est que je ressens, assis là, en ce moment précis, à cette seconde précise. C’est comme une putain de condamnation à mort, de revenir dans cette maison tous les soirs. Enfin, sans vouloir vous offenser.
Commenter  J’apprécie          100
N'avez-vous jamais éprouvé une lassitude telle que, littéralement, elle vous épouvante ? C'est ce que je ressens tous les jours.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jonathan Dee (772)Voir plus

Quiz Voir plus

🐱 Citation, expression ou proverbe sur le chat 😺

Une ... de chat ?

Journée
Vie

14 questions
187 lecteurs ont répondu
Thèmes : chats , proverbes , expressionsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..