AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259221599
Éditeur : Plon (03/04/2014)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Helen, Ben et Sara forment une famille. En apparence tout est parfait: maison proprette, mère attentive, épouse dévouée, pré-adolescente normalement dysfonctionnelle, mari associé dans un cabinet d'avocats. Plus pour longtemps. En une après-midi, Ben fait voler en éclats son couple et son foyer. Parachutée dans Manhattan, Helen, seule avec sa fille, doit regagner son indépendance. Par hasard elle se découvre alors un talent insoupçonné, et infiniment précieux dans u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Corboland78
  05 janvier 2015
Jonathan Dee, écrivain américain né en 1962, est professeur d'écriture créative à l'Université Columbia et collaborateur régulier du Harper's Magazine et du New York Times Magazine. Troisième roman de l'écrivain paru en France, Mille excuses est sorti en 2014.
Une famille américaine qui devrait être parfaite, Ben le père est associé dans un cabinet d'avocats, Helen sa femme aurait tout de l'épouse dévouée et Sara, leur fille de quatorze ans est chiante comme toutes les adolescentes de son âge. Puis la caméra zoome avant et l'image se fissure. le couple ne vit que sur l'élan d'une routine désespérante et leur fille se débat avec les problèmes des gosses de son âge, la vision de la morne vie de ses parents et le fait qu'elle soit une enfant adoptée. Quand Ben va se retrouver en mauvaise posture après un rencard unique et foireux avec une stagiaire dans une chambre d'hôtel, tout explose. Viré de son boulot, rayé du barreau et quitté par sa femme, les uns et les autres vont devoir se reconstruire. Helen, personnage central du roman, deviendra une pointure dans un job décroché dans les relations publiques par son talent inné.
Jonathan Dee, sans appuyer le trait, nous peint une société américaine déconcertante par ses contradictions. Ben va déchoir de sa place enviable dans la société encore plus vite qu'il n'y était parvenu, rejeté de tous comme un banni. Helen « experte en confession sans repentir », convainc ses clients, hommes politiques, PDG de société etc. pris en faute, à avouer publiquement leurs erreurs, non pas par honnêteté mais parce que c'est la seule défense possible face à l'opinion publique. L'Opinion veut la vérité – la fameuse transparence dont on nous rebat les oreilles sans arrêt – un tour de passe-passe et la voilà contente, tout étant dans l'art de paraître.
Helen, ex-épouse lambda, s'avère une combattante, partie de zéro elle décroche un boulot, se fait remarquer et se forge une réputation de redoreuse de blason dans le cercle des personnes en vue, tout en tentant d'élever sa fille qui rue dans les brancards, cherchant à connaitre ses parents biologiques et à garder le contact avec son père à l'insu de sa mère.
Les couples en crise, le rôle prégnant des médias, la vacuité du monde des célébrités, on croyait avoir tout lu sur l'Amérique et la société occidentale, Jonathan Dee apporte sa pierre à l'édifice branlant. Mais néanmoins – et mille excuses pour cette légère critique – l'écrivain reste dans la tradition bien américaine du happy end ! Sachez aussi que le bouquin est écrit sur un rythme d'enfer, la narration galope au point d'en être parfois – un peu – fatigante, comme lorsque dans les couloirs du métro parisien, vous avez l'impression que la foule vous entraine à votre corps défendant.
Un bon roman qui vaut largement le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
krol-franca
  06 mai 2014
Bon, après avoir parcouru la Toile à la recherche d'avis sur ce roman, je dois me rendre à l'évidence, je suis la seule pour l'instant à avoir un avis plus que mitigé… Il n'y a pas non plus des tonnes d'articles sur ce roman !!!… mais j'avoue que je me sens un peu seule…
Tant pis, j'assume ! le plus dur va être d'expliquer pourquoi !!!
C'est un roman qui aurait pu me plaire… Les thèmes : explosion d'une famille à l'apparence unie, critique d'une société bouffée par le désir collectif de vérité, manigances en tout genre pour se racheter une conduite, culte de la pseudo transparence… Tous les ingrédients étaient là pour me séduire… J'adore quand les auteurs sortent les griffes pour critiquer notre magnifique société !!! (Mais là, les griffes étaient cachées par d'épais coussinets !)
Je n'ai donc pas réussi à être captivée par cette histoire. Qu'a-t-il manqué ? de l'humour, de l'ironie ou du cynisme… en tout cas, un petit quelque chose que j'ai un peu de mal à définir. Je n'ai pas trouvé le style ébouriffant et j'avoue m'être un peu ennuyée.
Et puis cerise sur le gâteau : j'ai trouvé le personnage de Hamilton très grossièrement dépeint, trop caricatural. Or, il est au centre de l'intrigue dès la seconde moitié du livre… C'est-à-dire qu'on suit dans la majeure partie du roman un personnage qui arrive là comme un cheveu sur la soupe et qui n'illustre pas vraiment le propos de l'auteur. Oui, c'est un acteur imbu de lui-même et qui joue avec son image mais ses rapports avec l'héroïne et surtout le prétexte qui va les lier n'est pas très intéressant (pardon, il ne m'a pas intéressée… C'est vrai, quoi !!! On ne dit pas c'est nul, on dit je n'aime pas…)
Quant au personnage féminin, Helen, il m'a singulièrement agacée. Et je me suis sentie en adéquation parfaite avec sa fille, une adolescente en conflit ouvert avec sa mère…
Pour couronner le tout, je n'ai pas bien compris de quelle manière cette femme, sans grand caractère, pouvait convaincre ses clients de s'excuser publiquement.
J'ai cherché la férocité annoncée en quatrième de couverture et j'avoue que la même histoire racontée par un autre Jonathan m'aurait certainement davantage accrochée.
Bon, j'arrête là… D'autres ont apprécié et comparent même l'auteur à Francis Scott Fitzgerald… Je dois être complètement à côté de la plaque.
Lien : http://krolfranca.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
topocl
  26 septembre 2014
Il y a 14 ans, Helen et Ben ont adopté une petite fille chinoise , puis peu à peu leur couple s'est englué dans la routine, dans un ennui sans bornes. À l'occasion d'une première et bien sage incartade de Ben, abusivement exploitée par celle qui l' a vécue avec lui, le couple explose, et chacun va vivre des épisodes plus ou moins surprenants sous-tendus par les thèmes de l'information, de son détournement et du pardon.
Au début j'ai très bien accroché, j'ai retrouvé le style incisif et dynamique de John Dee, sa façon de dépister les moindres craquelures et mesquineries, mais sans passer à coté des noblesses, de traiter les êtres ordinaires pour ce qu'ils sont : uniques, de se moquer des travers et dysfonctionnements du monde du travail. Peu à peu chaque personnages, entre dans un engrenage de situations ou de comportements qui , s'ils sont sympathiques au début, devient vite vers un cocasse vaudevillesque qui, quoique remarquablement maîtrisé, n'en pas pas moins de plus en plus improbable, jusqu'à en devenir pesant.
En outre, alors que Dee cherche l'humour et le peps tout au long du livre, ça finit bien , c'est à dire bien pour la morale mais pas forcément pour le bien du lecteur qui aurait aimé une belle surprise en clôture.
Je n'ai donc été séduite qu'un temps par ce nouveau Jonathan Dee, où j'ai retrouvé les qualités de séduction brillante de ses dernier opus, mais empesés dans un rocambolesque plutôt balourd.. Bon, c'était un coup dans l'eau, mais je ne renonce pas à Dee pour autant, son talent à creuser au fond des âmes est ici un peu égaré dans les broussailles, mais il est bien là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bellonzo
  29 juillet 2015
Voilà un roman américain plutôt de forme classique sur la middle class de l'est du pays. Un peu longue à se mettre en place l'histoire d'Helen qui divorce de Ben, son avocat de mari, ressemble d'abord à beaucoup d'autres. Une fille adoptée ado, des revenus assez confortables revus à la baisse, une rupture consommée. Comment Helen va-t-elle rebondir? Elle se découvre alors un don assez étonnant pour amener les hommes d'influence, pouvoir, affaires à faire une sorte de coming out qui ne concerne pas du tout les préférences sexuelles, ce qui nous change un peu du tout venant, mais bien les erreurs de gestions, les ententes illicites, les combines en tous genres. Mark Twain n'écrivait-il pas déjà "Fuyez, tout est découvert". Mille excuses décortique habilement l'American way of life à travers Helen qui, si douée pour la rédemption des autres, gère difficilement sa propre existence.
Depuis longtemps, depuis les confessions des évangélistes par exemple, qui font qu'au pays de l'Oncle Sam, les turpitudes, pour peu qu'elle soient intelligemment mises en scène lors des aveux, deviennent la plupart du temps un tremplin, on sait que s'épancher et se flageller peut être avantageux. Roman américain typique et critique à la fois, zébré de l'ironie et de l'humour de Jonathan Dee, Mille excuses évolue aussi avec les personnages secondaires, Sara, 14 ans, chinoise et accessoirement parfaite peste experte à manipuler les divorcés, son petit ami brutal et prototype du bad boy, mais il faudrait lui aussi l'excuser, n'est-il pas noir, puis Hamilton, star de cinéma qui fut l'ami d'enfance d'Helen, pas mauvais cheval mais un tantinet pusillanime et aux lendemains post-poudreux et amnésiques.
Ainsi va Helen Armstead, ingénue et exigeante à la fois, mère esseulée en proie au doute, paumée comme c'est pas possible, mais qui ne manque pas de ressort et le roman parvient à garder un ton moraliste sympathique et finaud, jamais moralisateur. Vous n'aurez pas d'excuses à ignorer Mille excuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mariecloclo
  17 février 2015
Helen, Ben et Sara (enfant adoptée de Chine) semblent, à première vue, une famille parfaite. Ils ont une belle maison à l'écart de New York, Ben est avocat et Helen a arrêté de travailler pour élever sa fille qui a maintenant 14 ans.
Or, Ben va mal, il déprime et le côté routinier de sa vie ne le satisfait plus du tout. Un jour, il craque et trompe sa femme pour une jeune stagiaire et est surpris ivre au volant de sa voiture. Il sera licencié pour faute grave. Leur univers se fissure alors.
Il devra partir en cure de désintoxication, laissant Helen gérer le quotidien avec Sara. Celle-ci va trouver un travail dans les relations publiques et se spécialiser, un peu par hasard, dans la présentation d'excuses de la part de chefs d'entreprise ou hommes politiques.
ça commençait bien mais au final, je suis déçue. Les personnages sont juste esquissés et assez caricaturaux, il est difficile de s'attacher à eux.
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (2)
Chro   24 avril 2014
Dee excelle à mélanger réflexion critique sur la société contemporaine et destinées individuelles, et tisse habilement les fils de son histoire – le divorce d’Helen et Ben côté intime, le job d’Helen à New York côté social, les séances d’école buissonnière de leur fille adolescente, etc.
Lire la critique sur le site : Chro
Lexpress   22 avril 2014
L'auteur, remarqué, des Privilèges n'a rien perdu de son style au scalpel pour pousser ses personnages dans leurs retranchements. Et, surtout, pour révéler les maux d'une société américaine obsédée par la transparence, affolée par la célébrité, prompte à toutes les vindictes. Mille excuses est l'oeuvre, féroce et captivante, d'un moraliste subtil.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Corboland78Corboland78   05 janvier 2015
- Parce que tout est tellement prévisible, ajouta Ben, absolument comme si aucune autre voix ne s’était exprimée. Cela me terrifie. Le moindre petit détail de ma journée me terrifie. Le repas que je prends, le client que je rencontre, chaque fois que je monte en voiture ou que j’en descends. Ca me fout la trouille. N’avez-vous jamais éprouvé une lassitude telle que, littéralement, elle vous épouvante ? C’est ce que je ressens, tous les jours. C’est que je ressens, assis là, en ce moment précis, à cette seconde précise. C’est comme une putain de condamnation à mort, de revenir dans cette maison tous les soirs. Enfin, sans vouloir vous offenser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaouirkhettaoui   28 mai 2014
Pour essayer n’importe quoi, fût-ce aussi inutile, irritant et humiliant que cette heure hebdomadaire au fond de la remise. Parce que ne rien faire reviendrait à accepter de former un couple où on se parle et se touche à peine, où votre mari est à ce point déprimé qu’il semble un mort vivant, où il a beau faire sa dépression tout seul de son côté, vous vous sentez quand même trompée, furieuse, et où votre fille, consciemment ou non, est désormais en âge de comprendre tout ce qui se passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   28 mai 2014
Elle vit son visage tordu par l’angoisse : telle était la malédiction du bon comédien – plus aucune différence entre la vérité et sa parfaite imitation, même chez lui. Sa vie entière se résumait à une application de la Méthode, un rêve à l’intérieur d’un rêve, et pourtant ce qu’il demandait avait beau être aberrant, elle n’était pas libre de le lui refuser. Elle posa les mains sur ses joues, approcha du sien son visage aux yeux agrandis, et, sous le nez de son ex-mari, lui donna le baiser le plus long, le plus profond dont elle eût gardé le savoir-faire. Au bout d’un moment, il commença à le lui rendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pyrouettepyrouette   30 novembre 2015
Le problème, c'est qye dès qu'on commence à voir à quel point tout est répétitif et sans vie, on ne peut plus s'aveugler.
Commenter  J’apprécie          130
pyrouettepyrouette   29 novembre 2015
N'avez-vous jamais éprouvé une lassitude telle que, littéralement, elle vous épouvante ? C'est ce que je ressens tous les jours.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Jonathan Dee (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Dee
"Les déçus du rêve américainé . Festival America 2018 avec Jonathan Dee, Tadzio Koelb et Ivy Pochoda.
autres livres classés : divorceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre