AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.51 /5 (sur 129 notes)

Nationalité : Portugal
Né(e) à : Algarve , le 18/06/1946
Biographie :

Lídia Jorge est l'une des grandes romancières portugaises contemporaines.

Issue d’une famille de paysans aisés, Lídia Jorge est envoyée au lycée de Faro, puis étudie la philologie romane à Lisbonne.

En 1970, elle suit en Afrique son premier mari, officier pendant la guerre coloniale. Le Rivage des murmures (A Costa dos Murmúrios) (1988) évoque cet épisode de sa vie au Mozambique et en a fait l'une des figures majeures de la littérature portugaise moderne.

Aujourd’hui, elle enseigne la littérature à l’université de Lisbonne et partage sa vie avec un journaliste politique du quotidien Diario de Noticias, son second mari. À Lisbonne, elle milite pour le respect de l’environnement et contre les « parrains de l’immobilier » qui menacent les avenues.

Depuis 1980 et La journée des prodiges, elle écrit des romans dérangeants, baroques et habités dont on a dit qu’ils ont révélé le Portugal aux Portugais.


+ Voir plus
Source : www.bibliomonde.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Lídia Jorge   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

[Retraite Chandeigne n°20] le 25 avril, le Portugal célèbre le jour de la révolution des Oeillets, Yves Léonard a voulu nous parler de cette date fondamentale dans l'histoire du Portugal en mettant en avant le regard de quatre femmes : la poétesse Sophia Mello Breyner Andresen, la comédienne Maria de Medeiros, l'auteure Lídia Jorge et enfin la militante et fille du capitaine d'avril Salgueiro Maia, Catarina Maia. Bon visionnage et "25 de abril, sempre !"

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
Fandol   19 mai 2021
Les mémorables de Lídia Jorge
Mon père et moi nous nous aimons avec une intensité de bêtes dans la forêt et donc nous n’avons pas besoin de mots pour le dire. Nous savons tout l’un de l’autre en ce qui concerne l’essentiel. C’est pour cela que nous ne parlons pas. Entre nous, au commencement, il n’y avait pas le verbe, il y avait l’entente qui précède le verbe. (page 142)
Commenter  J’apprécie          411
Fandol   21 mai 2021
Les mémorables de Lídia Jorge
Plus ils étaient loin de la vie mondaine, mieux ils comprenaient le monde, plus ils étaient loin de l’agitation politique, mieux ils comprenaient les chemins du pouvoir. Plus ils étaient loin de leurs anciens amis, mieux ils connaissaient l’inconstance des sentiments, et plus ils étaient éloignés des villes concrètes, mieux ils décrivaient l’amour des patries. (page 294)
Commenter  J’apprécie          330
Fandol   15 mai 2021
Les mémorables de Lídia Jorge
Il s’agissait de lettres rédigées en portugais, sur le cas portugais, évoquant des noms portugais, qui avaient échoué là, dans la maison de bois et de verre au bord d’un affluent du Potomac, témoignant de la façon dont on avait vécu dans l’intimité la convulsion pacifique survenue presque trente ans auparavant. (page 39)
Commenter  J’apprécie          300
Fandol   18 mai 2021
Les mémorables de Lídia Jorge
« Personnellement, cela ne m’a rien rapporté. Je suis un transformateur et un vrai transformateur ne gagne jamais rien, il lutte pour procurer des gains à autrui, si possible pour procurer des gains à tous. C’est seulement sur ce plan-là que j’ai gagné quelque chose. Attention. J’ai gagné quelque chose parce que je suis un parmi des milliers, dix millions et quelques, dont la vie s’est améliorée parce qu’ils avaient conquis la liberté. »

(l’officier de Bronze, page 110)
Commenter  J’apprécie          270
Fandol   16 mai 2021
Les mémorables de Lídia Jorge
C’était irréel et incroyable. Qui l’eût dit ? J’étais entrée dans la demeure du parrain pour une rencontre au cours de laquelle je parlerais dans ma langue maternelle avec l’amphitryon, la rencontre s’était muée en une séance de persuasion pendant qu’il gelait au-dehors et elle avait fini par une immersion dans cette correspondance portugaise jusqu’au bout de la nuit et jusqu’à l’arrivée de l’aube. (page 48)
Commenter  J’apprécie          260
Lídia Jorge
Carosand   24 avril 2015
Lídia Jorge
Ecrire, c'est pratiquer la grande médecine de l'âme.
Commenter  J’apprécie          280
viou1108_aka_voyagesaufildespages   18 juillet 2019
Estuaire de Lídia Jorge
Ensuite il lui avait demandé: "Si vous aviez tous les pouvoirs du monde et que la mer pouvait parler, que vous demanderait la mer?" Elle avait répondu: "La mer me demanderait de dire aux hommes de lui ficher la paix". (…) Parfois, lorsqu'il se penchait sur les problèmes du droit de la mer, il pensait que la création de ce droit n'aurait pas dû revenir à la société - voilà ce qu'avait déclaré le ramasseur improvisé de sacs plastique. "Nous ne sommes pas maîtres de la mer pour la diviser, la posséder, la partager, la scruter, nous faire la guerre les uns aux autres à cause d'elle, puisqu'elle est une entité indépendante, un don de la vie terrestre qui devrait revenir à tous et être pour tous sacré. Mais non. Bien au contraire, ouvertement et de manière irresponsable, nous l'empoisonnons sans pitié", disait-il, le sixième jour, en discutant avec elle assis dans le sable.
Commenter  J’apprécie          230
Fandol   20 mai 2021
Les mémorables de Lídia Jorge
Il était parfaitement clair que tous ces hommes que nous avions interviewés avaient en commun le fait d’avoir participé à un moment exceptionnel pour lequel ils avaient canalisé les meilleures énergies de leur jeunesse et couru des risques aussi graves qu’éclatants, un moment dont ils étaient tombés amoureux et qu’ils avaient transformé en une histoire passionnelle. (page 196)
Commenter  J’apprécie          220
Lídia Jorge
mollymon   30 septembre 2020
Lídia Jorge
Un bon livre est celui qui a la force de continuer à exister dans notre tête, quand on ferme la dernière page et la force de l'histoire est si grande qu'elle nous laisse à jamais attirés par sa beauté et dérangés par l'imperfection de ce qui se passe. Ce n'est qu'alors que les personnages littéraires deviennent nos frères et que les livres peuvent être nos compagnons pour toujours.
Commenter  J’apprécie          200
Fandol   18 mai 2021
Les mémorables de Lídia Jorge
Pendant ces jours de festivités, il me portait sur ses épaules, me levant bien haut au-dessus de sa tête pour que je voie la mer de gens qui descendaient l’avenue et pour qu’ainsi je n’oublie jamais que je faisais partie de ce peuple, jadis esclave. (page 72)
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Un secret de Philippe Grimbert

Comment s'appelle le narrateur ?

On ne sait pas
Maxime
Simon
Joseph

17 questions
690 lecteurs ont répondu
Thème : Un secret de Philippe GrimbertCréer un quiz sur cet auteur

.. ..