AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.38 /5 (sur 24 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Ontario , 1959
Mort(e) à : Paris , le 23/10/2022
Biographie :

Lori Saint-Martin est chercheuse universitaire et écrivaine.

Parallèlement à ses travaux de recherche, elle a traduit, en collaboration avec son conjoint Paul Gagné, quelque 70 livres, essais et ouvrages de fiction. Les deux complices ont reçu de nombreux prix, dont ceux du Gouverneur général (2000 et 2007) et de la Quebec Writer's Federation (2004, 2006 et 2008).

Après avoir fait paraître deux recueils de nouvelles, Lettre à la femme de mon amant (1991) et Mon père, la nuit (1999), elle a publié, en 2013, son premier roman, Les portes closes, qui a fait l'objet de critiques élogieuses.

Elle enseigne la littérature à l’UQAM et a également publié de nombreuses études critiques.

Elle a été la première professeure embauchée par le Département d'études littéraires de l'UQAM, en 1991, pour y développer un axe de recherche et d'enseignement en études féministes.

En 2013, elle a remporté le prix André-Laurendeau en sciences humaines, décerné par l'Association francophone pour le savoir (Acfas), trois ans après avoir reçu le Prix d'excellence en recherche et création, volet carrière, de l'Université du Québec.

Mère de deux enfants, elle vit au Québec.
+ Voir plus
Source : http://www.actualites.uqam.ca
Ajouter des informations
Bibliographie de Lori Saint-Martin   (41)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

#VendrediLecture - Hommage à Lori Saint-Martin


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation

L'atelier de Barbe-bleue est une énorme pièce claire, ordinaire, peu meublée. (...)

Pas de cris de douleur et d'effroi, pas de taches rouge carmin ou rouille, pas de femmes suspendues par les pieds à un gros crochet de métal brillant, le longs cheveux balayant le sol, la gorge béante. Pas d'horreurs qui font trembler l'épouse indiscrète et choir la clé. Les cadavres s'empilent contre le mur : mortes en deux dimensions, sauvées de la décomposition, protégées contre le temps. Mortes propres, sang essuyé au fur et à mesure. Contre toute apparence, on se trouve entre gens civilisés. Pourtant, il a déjà tué. À moins que ce ne soit moi.

Commenter  J’apprécie          30

Le temps a coulé sur nous paisiblement, sans trop d’accidents, du moins en apparence. Mais c’est peut-être ça la vraie réussite d’un couple : colmater les fissures, sourire de toutes ses dents, un doigt dans la digue. Ramasser les éclats de verre sans y laisser la main.

Commenter  J’apprécie          20

Vieillir, c’est un durcissement – le miel devient ambre –, un goulot d’étranglement, un goût de rouille et de vase dans la bouche. Un paysage plein de promesses rapetisse et s’éloigne comme un parapluie qu’on referme.

Commenter  J’apprécie          20

Une femme fulmine dans sa grande cuisine blanche, pose devant les siens de généreuses portions de rage et de rancune, garnies d'un brin de persil. Nous sommes beaucoup à avoir avalé la colère de nos mères, trois fois par jour (...) Quelle coïncidence - mais ce n'en ai pas une, bien sûr - qu'on ait trouvé pour la colère des femmes un exutoire si pratique et si nourrissant!

Commenter  J’apprécie          10

Des réveils abrupts ponctuent ses nuits, le sommeil se retire telle une vague d’eau douce et la laisse encalminée, les yeux grands ouverts dans le noir. Les nuits de son mari sont coupées d’un seul tenant dans une belle étoffe sans rêves.

Commenter  J’apprécie          10

Il voudrait lui monter la mer, les vagues. Lorsqu’elle pose les yeux sur lui, c’en est presque trop. On met des gants avant de se remplir les mains de neige. Il est vieux maintenant, il lui faut des intermédiaires.

Commenter  J’apprécie          10

La langue est une mer,on baigne dedans.Moi j'ai refusé.J'ai refusé ma langue maternelle,refusé la voix que j'avais en la parlant,les phrases que j'avais prononcées et les pensées que j'aurais eues.La langue première est une immersion,grand bain tiède de sons et de sens .Je voulais jeter l'eau du bain,jeter la baignoire,jeter jusqu'au bébé que j'avais .

Commenter  J’apprécie          00

Un vieux mariage, c’est ainsi, une série de gestes définitifs qu’on n’accomplit pas. Un couloir de portes fermées.

Commenter  J’apprécie          10

Il faut boire le poison autant de fois qu’il vous est servi, puisqu’il ne vous a pas tuée la première fois.

Commenter  J’apprécie          10

Il se met à pleurer et je sors, fermant la porte très doucement, pour ne pas le déranger dans sa douleur. (p. 49)

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

- Bleach -

Quel est le nom de l'auteur de ce manga ?

Shinya Murata
Tite Kubo
Atsushi Okubo
Takeshi Obata

12 questions
79 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur