AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Mandé , 1976
Biographie :

Après un baccalauréat littéraire, Marc Alaux s’oriente vers des études d’archéologie. À ce titre, il effectue son service militaire dans l’équipe de fouilles du Service historique de l’armée de terre, au château de Vincennes.

Ayant décidé d’interrompre sa maîtrise sur les enceintes urbaines de l’Antiquité tardive en Gaule romaine, il occupe ensuite divers emplois pour rassembler les fonds nécessaires au voyage à travers la Mongolie qu’il projette.

D’avril à octobre 2001, en compagnie de Laurent Barroo, son ami d’enfance, Marc Alaux parcourt à pied les principaux écosystèmes du plateau mongol : steppes, Gobi, khangai.

Une traversée d’est en ouest qui lui fait découvrir sur 2 300 kilomètres la langue et les mœurs de l’ethnie majoritaire khalkha. De février à avril 2003, il chemine seul sur le versant occidental du massif du Khentii, de la frontière bouriate à Oulan-Bator, où il séjourne aussi.

En 2006, avec son épouse Stéphanie, Marc Alaux s’accorde trois mois pour marcher depuis Oulan-Bator jusqu’au lieu de naissance de Gengis Khan à travers la steppe et la taïga de la région sacrée des Trois Rivières, dans les monts du Khentii.

En 2007, il rédige les notes historiques et ethnographiques du Voyage en Mongolie et au pays des Tangoutes (1870-1873) de Nikolaï Prjevalski et publie, toujours chez Transboréal, un récit de voyage, Sous les yourtes de Mongolie.
+ Voir plus
Source : transboreal.fr
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
chocobogirl   18 juin 2011
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
Inouïes et gracieuses mais surtout rieuses et spontanées, les Mongoles dégagent une sensualité émouvante. Dans un visage rond, large et plat comme la steppe, des lèvres charnues s’ouvrent sur deux lignes de dents dont la blancheur contraste avec des joues rosées sur des pommettes saillantes. Le reste du visage est discret avec la racine du nez comme enfoncée et, sous de longs sourcils, la fente étroite des yeux est retroussée au coin. Entre les paupières plissées brillent des iris bruns ou noirs comme le charbon. Le regard est paisible, mais expressif et jamais soumis. L’indépendance et la franchise s’y remarquent aussi clairement qu’une yourte dans la steppe.
Commenter  J’apprécie          120
chocobogirl   18 juin 2011
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
Je m’abandonnai à l’haleine chaude du poêle. Ses tentacules me libérèrent de la tension musculaire qui avait fait de mon corps un bouclier. La perspective obsédante d’une nuit dehors et l’anxiété du vagabond sous la pluie s’estompèrent. Je n’étais pas à même d’apprécier d’emblée l’aménité de mes hôtes – j’ignore si c’est la fatigue ou une émotion plus profonde qui me fit trembler quand on m’offrit un bol de thé. Toutefois, je compris que des inconnus sacrifiaient leur confort déjà mince pour mon intérêt, et je mesurai la valeur qu’ils donnaient à ma vie. Ces gens – éleveurs et passants retenus par la pluie – nous laissaient poliment nous remettre. La femme vaquait à ses occupations, le chef de famille craminait une peau de marmotte. Nulle impatience n’altérait le sourire de nos hôtes qui venaient de nous soustraire aux caprices de la steppe. Je levai les yeux vers le toono. Mon geste dérouta mes hôtes mais je pus ainsi ravir un peu de la quiétude du campement. Tous les regards suivirent le mien en respectant mon silence. Je profitai des chants de la yourte : le souffle de l’argal au cœur de l’âtre, le bruit de paille de la pluie sur le toit, le grincement de la charpente, le vent pris dans la cheminée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
chocobogirl   18 juin 2011
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
Qui sonde les entrailles du Gobi ne peut en admirer niaisement les paysages ! Il se sent encerclé, dépouillé, décharné par eux, happé par leur hostile physionomie, décontenancé par l’absence d’hommes, concassé par le gigantisme de l’intervalle qui le sépare du firmament. Où qu’il lève les yeux, les empreintes s’effacent et les corps s’évanouissent sous la brûlure du soleil, le vent des steppes, le bec des vautours. Même l’herbe ne résiste pas. Elle se consume l’été, givre en hiver, roussit au printemps. Le gel effrite les roches et le sable se disperse. La mort paraît omniprésente. Je me demandais qui, hormis les défunts, pouvait se reposer dans le Gobi. Cela dit, quand le vent se taisait, j’éprouvais dans le soudain mutisme du désert une douce sérénité. Un mélange d’excitation et d’effroi laissait alors mon cœur battre librement. Toutefois ces rares instants finissaient vite avec le retour des bourrasques.
Commenter  J’apprécie          110
MarcoPolo85   12 juin 2015
Joseph Kessel : la vie jusqu'au bout de Marc Alaux
On aime à répéter que ce jouisseur affectionnait de se battre, brisait les verres au sol, à la russe, quand il ne les cassait pas contre son front avant d'en mâcher les tessons.

p51
Commenter  J’apprécie          110
TwiTwi   16 juin 2013
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
A quoi rime l'empressement sur la steppe ? "Quand le ciel créa le temps, il en créa suffisamment", assure le dicton. La première leçon à retenir des Mongols (car il faut apprendre d'eux comme eux apprennent de la steppe) est de prendre le temps ou plutôt d'apprendre leur temps.
Commenter  J’apprécie          100
TwiTwi   16 juin 2013
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
Avec une consommation annuelle de 34 litres de vodka par habitant et près de la moitié des adultes qui abusent régulièrement de l'alcool, c'est le pays entier qui vacille. Tous les Mongols connaissent quelqu'un dont le décès est lié à l'alcool, mais tous s'excusent en disant que ce vice leur vient des Russes.
Commenter  J’apprécie          80
TwiTwi   16 juin 2013
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
La Bible traduite en mongol, distribuée à travers le pays, sert souvent de papier à cigarettes sous la yourte.
Commenter  J’apprécie          60
TwiTwi   16 juin 2013
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
Redorer l'image d'Oulan-Bator devait favoriser le tourisme, qui rapportait 100 millions de dollars par an contre une trentaine avant 2001, mais à voir les indigents chassés des halls d'immeubles chauffés, je comprenais mieux l'expression "combattre la pauvreté".
Commenter  J’apprécie          50
TwiTwi   16 juin 2013
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
Devant les enseignes publicitaires et le trafic automobile, j'imaginais mal que les caravanes de chameaux défilaient là un siècles auparavant.
Commenter  J’apprécie          50
TwiTwi   16 juin 2013
Sous les yourtes de Mongolie de Marc Alaux
Si le pays reste essentiellement agreste, penser que le phénomène urbain ne reflète pas l'âme mongole est une erreur. La vie économique, politique et culturelle se concentre en ville, ainsi qu'un quart de la population.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyager en chanson

On commence sans surprise... Voyage voyage - Desireless Sur le Gange ou l'Amazone Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes Voyage, voyage .....

Sortir de mon home
Dans tout le royaume
Avec des fantômes
Fuir une heure mes mômes

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , confinement , chansonCréer un quiz sur cet auteur