AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.38 /5 (sur 157 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , 1969
Biographie :

Marie-Sissi Labrèche a fait des études "slalom", psychologie, sexologie, histoire, pour aboutir enfin en littérature; elle termine sa maîtrise en création littéraire sur le roman, et en particulier l'auto-fiction, à l'Université du Québec à Montréal.

En parallèle, elle est journaliste pigiste pour des magazines. Plusieurs de ses nouvelles ont été publiée dans des revues littéraires québécoises (Stop, XYZ, Nouvelles Fraîches).

Elle a remporté le premier prix des Grands Prix de la Société Radio-Canada (nouvelles). Son premier roman, "Borderline", a été fort remarqué par la critique.Max Films en a assuré l’adaptation cinématographique sur un scénario de Marie-Sissi Labrèche et Lyne Charlebois.

De 1994 à 1997, Marie-Sissi Labrèche a été auteur-compositeur-interprète dans le groupe rock alternatif Sylph. Le groupe a donné plusieurs spectacles dans la plupart des bars de la métropole, et a produit un CD, Hiroshima.
+ Voir plus
Source : www.editionsboreal.qc.ca
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'écrivaine Marie-Sissi Labrèche reçoit Sophie Bienvenu, Michel Tremblay et Janette Bertrand. Les libraires en coulisses, une initiative de l?Association des libraires du Québec (ALQ) et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), ont présenté des rencontres passionnantes lors du Salon du livre de Montréal 2014 avec des écrivains, notamment Janette Bertrand, Michel Tremblay, Katherine Pancol, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère. Réalisation et montage : Jessica Gélinas
+ Lire la suite
Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   01 juin 2013
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
Moi, mes sentiments, c’est impossible de les retenir. Ils débordent de partout, comme du vomi d’un sac en papier. C’est pour cela que je me contrôle très mal. En fait, je ne me contrôle pas du tout : j’explose. Je suis ma propre bombe. C’est Hiroshima en permanence dans ma tête. Après mon passage, c’est les cataclysmes, les hécatombes, les catacombes. Je suis mon pire drame. Et encore pire, c’est que je me suis trouvée avant même de me chercher. Je me suis trouvée et depuis je ne peux plus me débarrasser de moi. Si je pouvais emprunter une vie pour m’y reposer ; me repose de ma façon que j’ai de me coller au cul comme ça. Je me colle tellement au cul que c’en est écoeurant. Une vraie mouche à merde. Il n’y a pas moyen de me sortir de moi. De me sortir… Ah ! Qu’est ce qui se passe ? Je n’ai plus d’alcool dans mon verre. Je n’ai plus rien à boire, merde ! Il faut que je me rende au bar.
Commenter  J’apprécie          100
Jessoya   31 mai 2012
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
Le vide m’habite. Il s’infiltre dans chacune de mes cellules à une vitesse vertigineuse, il va plus vite que le Faucon millénaire dans Star Wars. Je suis couchée par terre dans le salon, le plancher est froid et me glace le dos. Je m’en fous. Je ne me lèverai pas d’ici. Je n’ai plus envie de bouger. Le vide est tellement lourd.
Commenter  J’apprécie          100
LiliGalipette   14 février 2017
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
« La bouche grande ouverte, j’alerte la terre entière de ma présence. Heille ! Vous autres, je suis là ! Occupez-vous de moi ! Occupez-vous de moi avant que je fasse un malheur. » (p. 117)
Commenter  J’apprécie          100
ManonCC   08 août 2015
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
Et j’attends. C’est une activité constructive que d’attendre. Constructive… parce que, en attendant, je me construis des bateaux dans ma tête, des bateaux et des châteaux en Espagne.
Commenter  J’apprécie          70
judith93   09 novembre 2014
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
[...] Mais par-dessus tout, ce dont j'ai le plus peur, c'est de ne pas être aimée. Alors, j'ouvre les jambes afin de voir le ciel ou mon petit bout de paradis. J'ouvre les jambes pour oublier qui je suis, j'ouvre les jambes de manière à briller comme une petite étoile. Je m'aime si peu, alors que m'importe d'ouvrir les jambes pour tous ceux qui semblent m'aimer un peu.
Commenter  J’apprécie          60
Hekahm   16 octobre 2015
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
En deuil. Le noir m'habille et m'habite. Sur moi, le noir devient la pureté du mal. Le noir est beau, me rend belle.
Commenter  J’apprécie          70
Cielvariable   01 juin 2013
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
Je suis couchée sur le lit dans cette triste chambre d’hôtel

et je pleure. Je pleure comme une débile, je pleure à

m’en expulser les yeux de la tête. Mes larmes sortent

comme des balles de mitraillette, on dirait que je veux

transpercer l’humanité de ma douleur. Je mouille tout et je

tache tout aussi. Mon mascara bon marché, qui se répand

sur ma peau, dessine des drôles de formes dans ma figure,

des drôles de formes qui représentent sur mes joues la

tempête qu’il y a dans ma tête. Parce qu’il y a une tempête

dans ma tête. Oui, oui! Une grosse tempête avec du vent,

de la pluie et même des ouragans. Dès que je ferme les

yeux, c’est El Niño derrière mes paupières, c’est El Niño

avec ses millions de dollars de dégâts, ses milliers de morts

et ses nombreux territoires dévastés. Je m’en veux. Je m’en

veux à mort. Je ne sais pas pourquoi j’ai accepté de venir ici

et de baiser avec un gars que je n’aime même pas, je ne sais

pas… Enfin, si, un peu. Ses yeux brillent si fort quand il

me regarde… Et ça fait tellement d’années qu’il court

après moi, je me suis dit: Hé! Qu’est-ce que tu as à perdre

en baisant avec lui? Après tout… tu t’es déjà envoyé des mecs

plus vilains que ça! Oui, des mecs beaucoup plus vilains

que ça… Et lui, quand il me regarde avec ses yeux qui roulent

comme des billes, il me donne l’impression que je lui

suis nécessaire. De toute façon, dès qu’un homme me

regarde avec des yeux de merlan frit, je pense que je lui suis

nécessaire et j’ouvre les jambes. C’est devenu un réflexe

comme le test de Rorschach pour ma mère. Ma mère,

c’était une folle. Une vraie folle avec des yeux qui fixent, un

comportement désaxé et des milliers de pilules à prendre

tous les jours. Une vraie folle avec un vrai certificat médical

en bonne et due forme, qui devait passer le test de Rorschach

très souvent, si souvent qu’à la vue d’une tache elle

ne pouvait s’empêcher de dire à quoi ça lui faisait penser:

Une tulipe! Un éléphant! Un nuage! Un utérus éventré! Des

Chinois qui mangent du riz!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Hekahm   16 octobre 2015
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
De toute façon, c'est mieux que je me la ferme, car quand je parle, ce n'est que pour dire des vilaines choses, des vilaines choses qui embêtent tout le monde autour de moi, des vilaines choses qui inquiétaient tant ma mère...
Commenter  J’apprécie          60
Hekahm   16 octobre 2015
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
Les gros, les trop maigres, les pas beaux, les défavorisés de la gueule, on leur donne un doigt et ils partent avec le bras. Ils manquent tellement d'affection que lorsqu'ils ont quelqu'un, ils le vident en moins de deux.
Commenter  J’apprécie          60
LiliGalipette   14 février 2017
Borderline de Marie-Sissi Labrèche
« Je suis une fille de cirque sur un fil d’argent, sans filet, sur le bord de tomber. Les limites sont trop floues, je l’ai déjà dit. Je suis borderline. » (p. 85)
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..