AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764602219
Éditeur : Boréal (12/04/2003)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Je suis borderline. J'ai un problème de limites. Je ne fais pas de différence entre l'extérieur et l'intérieur. C'est à cause de ma peau qui est à l'envers. C'est à cause de mes nerfs qui sont à fleur de peau. Tout le monde peut voir à l'intérieur de moi, j'ai l'impression. Je suis transparente. D'ailleurs, tellement transparente qu'il faut que je crie pour qu'on me voie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  14 février 2017
« Je suis si jeune pour être triste. Trop jeune. Vingt-six ans. Mais c'est comme si j'en avais cent tellement ma vie est lourde à traîner. » (p. 151) Sissi est une jeune femme atrocement seule. Solitaire. Isolée. Abandonnée. Elle a grandi entre une mère folle et suicidaire et une grand-mère autoritaire et assez peu bienveillante. Son manque d'amour est insondable, alors elle se donne à tout va. « Mais par-dessus tout, ce dont j'ai le plus peur, c'est de ne pas être aimée. Alors j'ouvre mes jambes afin de voir le ciel ou mon petit bout de paradis. […] Je m'aime si peu, alors que m'importe d'ouvrir les jambes pour tous ceux qui semblent m'aimer un peu. » (p. 12) Sissi aime dominer les hommes, prendre le pouvoir à défaut de l'amour. Gare aux hommes – et aux femmes – à qui elle se donne ! « Je suis une castratrice. Une cantatrice de la castration. Je fais un chant de mon corps pour mieux leur couper les bijoux de famille avec mes dents acérées. » (p. 50) Mais derrière cette façade de force et de cruauté se cache une petite fille pleine de peurs qui sont devenues des fantasmes déviants. Sissi attire autant qu'elle effraie. Personne ne peut la sauver et tant pis pour ceux qui s'y risquent. Sissi est borderline. « Je suis une fille de cirque sur un fil d'argent, sans filet, sur le bord de tomber. Les limites sont trop floues, je l'ai déjà dit. Je suis borderline. » (p. 85) Ça n'empêche pas cette belle blonde complètement paumée d'appeler à l'aide, sirène sans promesse, rejetée sur la grève de sa propre existence. « La bouche grande ouverte, j'alerte la terre entière de ma présence. Heille ! Vous autres, je suis là ! Occupez-vous de moi ! Occupez-vous de moi avant que je fasse un malheur. » (p. 117)
J'aurais manifestement dû lire ce roman – premier de l'auteure – avant de lire La brèche. Il permet de comprendre le personnage développé dans ce dernier. Tant pis, tout lecteur a le droit d'être bordélique, borderline. On lit bien ce qu'on veut quand on veut ! Dans Borderline, j'ai retrouvé la même logorrhée, ce même débit infernal : pour ne pas s'entendre, ne pas penser, moins souffrir et moins manquer, Sissi parle encore et encore. Même son silence est tonitruant. Un film a été tiré des deux premiers romans de Marie-Sissi Labrèche, sous le titre de Borderline et produit par Lyne Charlebois. Je vais essayer de mettre les yeux dessus pour renouer avec l'univers si puissant de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Hekahm
  16 octobre 2015
J'ai vraiment aimé, parce que ça me parle, ça me touche, parfois ça me ressemble... Les difficultés de certaines relations humaines, des relations familiales, sa relation avec sa mère et sa grand-mère ; on se fait du mal alors qu'on s'aime. le sexe utilisé comme une violence, comme une arme contre soi en pensant y guérir un profond mal être, un dégoût de la vie. Et une importante ambivalence des émotions qu'on arrive pas à exprimer, à vivre, à laisser couler. Ne pas savoir s'arrêter, ne pas savoir être heureuse... Une certaine inconscience suicidaire, l'auto-destruction parce qu'on arrive pas à s'évader.... L'amour, la haine, de soi, des autres, sont des sentiments parfois si proches.
Commenter  J’apprécie          140
PeregrinateurLitteraireCompulsif
  10 octobre 2018
La voix de Marie-Sissi Labreche​ en a mis du temps pour parvenir jusqu'à moi. La plume est pourtant directe, cash, percutante, mais c'est loin le Québec. Si vous voulez une lecture agréable bien assis dans votre fauteuil, une prose lénifiante et stable avant de faire dodo, passez votre chemin. Chez Marie-Sissi, ça cogne, un direct, un crochet, un uppercut, et vous êtes ko au bout de quelques lignes.
Voyez plutôt cet incipit (chapitre 1) :
" Rue Sherbrooke.
Je suis couchée sur un lit dans une chambre de l'hôtel Château de l'Argoat. Je suis couchée sur le dos, bien droite. Mes deux mains se tiennent en dessous de mes seins comme les morts dans leur cercueil. D'ailleurs, j'aurais l'air d'une morte dans son cercueil, si ce n'était mes jambes. J'ai les jambes grandes ouvertes, j'ai les jambes presque de chaque côté de mes oreilles tellement elles sont ouvertes. Je viens de me faire baiser."
Oui, le personnage nous le martèle de sa plume acérée : "Je suis borderline. J'ai un problème de limites. Je ne fais pas la différence entre l'extérieur et l'intérieur. C'est à cause de ma peau qui est à l'envers".
Frappe, Sissi, frappe, j'aime quand tu me fais mal ainsi. Rends-moi groggy. Enfonce le clou et continue à danser à poil lors de ta fête d'anniversaire, moi je te regarde, je ne suis pas comme les autres. Moi aussi j'ai la peau à l'envers, parfois, et comme toi j'écris, Sissi.
C'est bien écrit, c'est bien construit, c'est une lecture marquante, c'est ça la vraie littérature contemporaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Maliae
  10 septembre 2016
Cela faisait pas mal de temps que je voulais lire ce livre, me précipitant pour l'acheter et finalement le laissant dans ma pile à lire durant des années, je l'ai enfin sorti et c'est sans regret. Il s'agit d'une auto-fiction, alors la ligne est mince entre le réel et l'imaginaire. D'autant plus que le personnage principal s'appelle Sissi.
C'est surtout l'écriture de ce livre qui est hyper entraînante, une écriture qui prend vraiment aux tripes, de par sa poésie, son côté cynique et également introspectif des sensations de Sissi. Puisque c'est elle qui nous raconte ce qu'elle vit. Partagé entre son présent et son passé, on découvre ce qui a pu l'emmener à devenir Borderline. Coincée durant son enfance avec une grand-mère hyper possessive, castratrice, et qui fait pas mal de chantage, et une mère en total dépression, on sent Sissi être paumée, se créer un genre de carapace, essayer d'être vu également.
Plus tard Sissi "ouvre ses jambes" comme elle dit, pour se sentir aimé même rien qu'un peu, elle boit beaucoup également. Elle est perdue entre réalité et folie, se sent invisible et parfois se retrouve dans des situations "choquantes" afin qu'on la voit.
On la sent dans une sorte de processus d'auto-destruction, un peu, Sissi. Et on voudrait qu'elle s'en sorte, mais on est impuissant, on peut juste suivre son histoire, ses mots, jusqu'au bout.
J'ai adoré ma lecture, même si elle est dur, l'auteure explore cette histoire avec un regard acéré et un peu ironique par moment. Il m'est arrivé de rire, même si des fois je me sentais plutôt mal. C'est aussi très gênant parfois d'être lecteur de ce genre d'histoire, on se retrouve un peu voyeur de situation pas super agréable.
J'ai très envie de voir le film désormais.
Lien : https://jetulis.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Malice
  09 juin 2013
Sissi (personnage d'auto fiction) vit avec sa mère et sa grand-mère. Sa mère est schizophrène, et elle a dû dès son plus jeune âge s'occuper de sa mère. La figure du père est totalement absente, bien que sa mère a l'intention de se remarier, pour l'équilibre de sa fille. Dans ce livre, elle nous révèle ses expériences sexuelles avec aussi bien une femme qu'avec des hommes.Son problème est de trouver en elle son identité d'exister à mon sens. Dans ce livre, elle parle surtout de sa grand-mère, de son amour pour elle, il faut dire que c'est elle qui l'a élevée "J'ai toujours voulu être ton super héros"
Pour ma part je trouve que le personnage de Sissi est touchant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   01 juin 2013
Je suis couchée sur le lit dans cette triste chambre d’hôtel
et je pleure. Je pleure comme une débile, je pleure à
m’en expulser les yeux de la tête. Mes larmes sortent
comme des balles de mitraillette, on dirait que je veux
transpercer l’humanité de ma douleur. Je mouille tout et je
tache tout aussi. Mon mascara bon marché, qui se répand
sur ma peau, dessine des drôles de formes dans ma figure,
des drôles de formes qui représentent sur mes joues la
tempête qu’il y a dans ma tête. Parce qu’il y a une tempête
dans ma tête. Oui, oui! Une grosse tempête avec du vent,
de la pluie et même des ouragans. Dès que je ferme les
yeux, c’est El Niño derrière mes paupières, c’est El Niño
avec ses millions de dollars de dégâts, ses milliers de morts
et ses nombreux territoires dévastés. Je m’en veux. Je m’en
veux à mort. Je ne sais pas pourquoi j’ai accepté de venir ici
et de baiser avec un gars que je n’aime même pas, je ne sais
pas… Enfin, si, un peu. Ses yeux brillent si fort quand il
me regarde… Et ça fait tellement d’années qu’il court
après moi, je me suis dit: Hé! Qu’est-ce que tu as à perdre
en baisant avec lui? Après tout… tu t’es déjà envoyé des mecs
plus vilains que ça! Oui, des mecs beaucoup plus vilains
que ça… Et lui, quand il me regarde avec ses yeux qui roulent
comme des billes, il me donne l’impression que je lui
suis nécessaire. De toute façon, dès qu’un homme me
regarde avec des yeux de merlan frit, je pense que je lui suis
nécessaire et j’ouvre les jambes. C’est devenu un réflexe
comme le test de Rorschach pour ma mère. Ma mère,
c’était une folle. Une vraie folle avec des yeux qui fixent, un
comportement désaxé et des milliers de pilules à prendre
tous les jours. Une vraie folle avec un vrai certificat médical
en bonne et due forme, qui devait passer le test de Rorschach
très souvent, si souvent qu’à la vue d’une tache elle
ne pouvait s’empêcher de dire à quoi ça lui faisait penser:
Une tulipe! Un éléphant! Un nuage! Un utérus éventré! Des
Chinois qui mangent du riz!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   01 juin 2013
Moi, mes sentiments, c’est impossible de les retenir. Ils débordent de partout, comme du vomi d’un sac en papier. C’est pour cela que je me contrôle très mal. En fait, je ne me contrôle pas du tout : j’explose. Je suis ma propre bombe. C’est Hiroshima en permanence dans ma tête. Après mon passage, c’est les cataclysmes, les hécatombes, les catacombes. Je suis mon pire drame. Et encore pire, c’est que je me suis trouvée avant même de me chercher. Je me suis trouvée et depuis je ne peux plus me débarrasser de moi. Si je pouvais emprunter une vie pour m’y reposer ; me repose de ma façon que j’ai de me coller au cul comme ça. Je me colle tellement au cul que c’en est écoeurant. Une vraie mouche à merde. Il n’y a pas moyen de me sortir de moi. De me sortir… Ah ! Qu’est ce qui se passe ? Je n’ai plus d’alcool dans mon verre. Je n’ai plus rien à boire, merde ! Il faut que je me rende au bar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CielvariableCielvariable   01 juin 2013
D’aussi loin que je me rappelle, ma grand-mère m’a
toujours raconté des niaiseries. Toutes sortes de niaiseries.
Par exemple, quand j’étais tannante, elle avait coutume de
me dire: Si t’es pas gentille, un fifi va entrer par la fenêtre et
te violer ou Je vais te vendre à un vilain qui fera la traite des
Blanches avec toi ou encore Un assassin va venir te découper
en petits morceaux avec un scalpel, c’est ça que tu veux?
Hein? À quatre ans, je n’avais pas droit au croque-mitaine
ou au Bonhomme Sept-Heures, mais au serial killer.
Oui, vraiment… toutes sortes de niaiseries qui m’ont
complètement fucké l’esprit et qui ont fait en sorte que je
me sente nulle à chier. C’est pour ça que maintenant j’ai
peur de tout: les autres; les endroits publics; les endroits
clos; les vaches, parce qu’elles sont tellement grosses (les
baleines, je n’en parle pas); les sorties après neuf heures
quand je suis toute seule; les araignées et leurs grandes
pattes; les mille-pattes et leurs mille pattes; les talons hauts
sur les surfaces inclinées; les psys incompétents; les psys
trop compétents; les transports communs ou privés; les
déménagements; les itinérants qui se promènent avec des
gales qui saignent; les skins avec leurs squeegees qui nous
sautent dessus pour nous laver, même quand on n’a pas de
pare-brise; les étrangers qui ouvrent des dépanneurs et
qui ne comprennent pas quand on veut juste des allumettes;
les bruits fracassants; les craquements de planchers
la nuit; les formulaires à remplir; les comptes à
payer; le gouvernement avec ses tentacules de pieuvre; les
drogues trop fortes qui font halluciner que La Planète des
singes passe sur toutes les chaînes de télé; la viande hachée
à moitié cuite qui saigne encore; les patates pilées Shirrif;
les fantômes sans drap blanc; les mauvais numéros de
téléphone; les violeurs laids comme des poux; les tueurs
laids comme des poux; les terroristes laids comme des
poux qui se camouflent en matantes; les anévrismes qui
vous éclatent dans le cerveau sans crier gare; les streptocoques,
genre de Pacman affamés, et le sida, putain de
maladie. Mais par-dessus tout, ce dont j’ai le plus peur,
c’est de ne pas être aimée. Alors, j’ouvre mes jambes afin
de voir le ciel ou mon petit bout de paradis. J’ouvre les
jambes pour oublier qui je suis, j’ouvre les jambes de
manière à briller comme une petite étoile. Je m’aime si
peu, alors que m’importe d’ouvrir les jambes pour tous
ceux qui semblent m’aimer un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   01 juin 2013
Il était doux avec moi. Très doux. Ses mains étaient
comme de la ouate sur ma peau. Il me touchait à peine,
préférant me frôler. Il avait peur de rater son coup, ça se
sentait, alors il se faisait aussi mielleux qu’il le pouvait.
J’aime quand ils font attention. Ça me donne l’impression
qu’ils me respectent, qu’ils ont peur de me brusquer et que
je me sauve en courant dans un autre pays, dans une autre
galaxie. J’aime penser qu’on tient à moi. Ma mère, j’ai toujours
pensé qu’elle ne tenait pas à moi. J’ai toujours pensé
que, parce qu’elle se réfugiait trop souvent quelque part
dans sa tête où je n’avais pas accès, elle ne tenait pas à moi.
Ma mère pouvait passer des semaines comme ça, dans sa
tête, à me regarder avec ses yeux bleus braqués sur moi,
sans expression, ses yeux remplis de dépression qui me
rendaient malade. Des semaines ainsi, assise sur sa chaise
berçante sans se bercer, à me regarder. Sans parler. Aucun
mot. Le silence. Que le bruit du réfrigérateur, que le bruit
du chauffe-eau du monsieur d’en haut, que le bruit des
coquerelles qui courent sur mes feuilles à dessins éparpillées
un peu partout dans la cuisine. Mais aucune parole
réconfortante, rassurante sortant de sa bouche. Non. Et
moi, assise par terre, à ses pieds, je lui racontais des histoires
à l’aide de mes poupées ou de mes petits bonshommes
Fisher Price; des histoires qu’elle ne comprenait
même pas à cause de ses maudites hormones défectueuses,
ses maudites hormones passées date.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HekahmHekahm   16 octobre 2015
M'arrêter. Enfin. Si. Ils m’arrêteront, mais pas avant d'avoir vu jusqu'où je peux aller, jusqu'où je pourrai m'enfoncer dans mon baril. Au début, ils feront comme s'ils étaient choqués par mon comportement, mais ils seront incapables de ne pas me regarder. Ils se rinceront l’œil devant mon audace dans leur for intérieur ; for intérieur, comme dans forteresse, parce qu'ils sont tous barricadés avec leurs sentiments bien compartimentés, bien régis. Moi, mes sentiments, c'est impossible de les retenir. Ils débordent de partout, comme du vomi d'un sac en papier. C'est pour cela que je me contrôle très mal. En fait, je me contrôle pas du tout : j'explose. Je suis ma propre bombe. C'est Hiroshima en permanence dans ma tête. Après mon passage, c'est les cataclysmes, les hécatombes, les catacombes. Je suis mon pire drame.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Marie-Sissi Labrèche (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Sissi Labrèche
L'écrivaine Marie-Sissi Labrèche reçoit Sophie Bienvenu, Michel Tremblay et Janette Bertrand.
Les libraires en coulisses, une initiative de l?Association des libraires du Québec (ALQ) et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), ont présenté des rencontres passionnantes lors du Salon du livre de Montréal 2014 avec des écrivains, notamment Janette Bertrand, Michel Tremblay, Katherine Pancol, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère.
Réalisation et montage : Jessica Gélinas
autres livres classés : déséquilibreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
162 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre
.. ..