AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1989
Biographie :

Marius Jauffret est né en 1989 à Paris. Le Fumoir est son premier livre.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Chaque année, 100 000 personnes sont internées en France" : c'est en ces termes que s'ouvre le tout premier livre de Marius Jauffret, "Le fumoir". Partant de sa propre expérience d'internement sous contrainte (une HDT, hospitalisation à la demande d'un tiers) pendant dix-huit jours dans un asile, l'écrivain en herbe porte la voix de tous ces exclus de notre société qui se retrouvent internés contre leur consentement. C'est aussi une exploration des conséquences sociales et familiales de la maladie psychiatrique qu'explore Gringe dans son premier livre, "Ensemble, on aboie en silence". Il avait déjà évoqué la schizophrénie de son petit frère Thibault dans une de ses chansons, "Scanner".

+ Lire la suite
Podcast (1)


Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
BenedicteN   08 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
Aujourd’hui je bois pour échapper à cette impression de mort imminente. Pour m’extraire du monde extérieur, au moins jusqu’au lendemain.

(…) La plupart du temps, boire m’évite de subir mes cogitations de plein fouet. Elles se font plus vagues après quelques verres.

(…) Boire n’est pas un loisir. Boire est une nécessité sans saveur. L’alcool m’apporte une sérénité qu’il m’est impossible de trouver dans la lucidité, qui charrie inévitablement avec elle toutes les horreurs et les injustices de la société. Des injustices que j’absorbe et métabolise en acide sulfurique.
Commenter  J’apprécie          70
Passemoilelivre   17 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
L’asile, c’est un donjon bdsm sans règles. L’asile, c’est le miroir grossissant de la société, une loupe gigantesque. Les internés forment comme un précipité chimique qu’on sédimente pour que, une fois cristallisé, ils constituent une masse uniforme, comme un troupeau. Mais les hommes ne réagissent pas selon des règles, comme du chlorure, des sels ou des métaux, ils peuvent toujours exploser pareils à une grenade dégoupillée. Ils ont leurs failles, leur intelligence, leur raison, et la gifle d’Amélie à son obsédé de supérieur me paraissait amplement méritée.
Commenter  J’apprécie          00
Passemoilelivre   17 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
Six mois qu’elle bossait chez l’opérateur, une gifle, et on l’a enfermée ! Ce boulot de merde, si elle l’a accepté en dépannage, c’est qu’il n’y avait que ça. Elle a un bac + 5 en marketing. Comment des médecins peuvent-ils se transformer en flics ? Comment une entreprise peut-elle demander l’internement d’un de ses salariés ? Elle se pince depuis la veille avec le sentiment de vivre un cauchemar.
Commenter  J’apprécie          00
Passemoilelivre   17 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
Les stagiaires nous narguent en se mettant sur leur trente-et-un. Les sacs Hermès et les sacs à merde, ça ne se mélange pas. Les patients bavent sur elles et leur libido se réveille. Peu m’importe, la mienne est si basse qu’une mannequin ukrainienne de dix-huit ans en string ficelle me ferait le même effet que la gamelle de pommes sautées de la cantine.
Commenter  J’apprécie          00
Passemoilelivre   17 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
Attribuer une maladie à un innocent afin de le criminaliser pour avoir une raison de l’enfermer relève d’une perversion inégalable. Les gens qui vivent dans la sombre religion de la cruauté, et de l’ignorance qui la blanchit, me font autant vomir que le curé célébrant une messe après avoir violé un enfant.
Commenter  J’apprécie          00
Passemoilelivre   17 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
Le nombre de personnes internées sans consentement a doublé en dix ans. Aujourd’hui elles sont quatre-vingt-deux mille. Soit douze mille de plus qu’en prison.
Commenter  J’apprécie          00
BenedicteN   11 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
L’asile, c’est le miroir grossissant de la société, une loupe gigantesque.
Commenter  J’apprécie          50
BenedicteN   10 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
Mais moi, le dépressif, l’excessif, le jouisseur solitaire, le handicapé social, je ris, je pleure, j’exulte, je me morfonds, je suis en haut de l’échelle ou au fond du puits, mais je suis vivant. Et j’ai le droit de vivre. Je ne suis pas une construction rectiligne.
Commenter  J’apprécie          30
BenedicteN   10 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
En psychiatrie, le doute ne profite pas au malade. Il est frappé par la mesure de prévention.
Commenter  J’apprécie          40
BenedicteN   12 octobre 2020
Le fumoir de Marius Jauffret
L’asile est probablement le seul endroit où l’on s’étonne d’envier le prévenu qui peut plaider non coupable devant une cour d’assises.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Marius Jauffret(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Vous connaissez le chanteur!

Qui a chanté: Quand je courais dans les rigoles Quand je mouillais mes godillots Quand j'étais encore à l'école Et qu'il fallait me lever tôt.

Brassens
Ferrat
Duteil
Brel

5 questions
5 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..