AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.04 /5 (sur 103 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : High Wycombe , 1981
Biographie :

Max Porter est éditeur pour la maison d’éditions Granta depuis 2012.

Il est titulaire d'un MA d'histoire de l'art de l'Institut Courtauld à Londres.

"La douleur porte un costume de plumes" (Grief Is the Thing with Feathers, 2015) est son premier roman.

Il vit à Londres avec sa femme et leurs trois enfants.

Twitter : https://twitter.com/maxjohnporter

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Non loin de Londres, il y a un village. Ce village appartient à ceux qui vivent là aujourd'hui, et à ceux qui ont vécu là autrefois. Il appartient au passé mystérieux du pays comme à son présent criard et confus. Il appartient à Pete le Dingue, le peintre paria à la réputation sulfureuse; à la vieille Peggy, qui marmonne derrière son portail; à un petit garçon nommé Lanny, tendre et imprévisible, et à ses parents, qui jamais ne le trouvent lorsqu'il se cache au fond des bois ou de ses songes. Mais ce village appartient aussi au Père Lathrée Morte, étrange créature protéiforme, croque-mitaine, légende folklorique et divinité païenne, qui veille sur les lieux – à moins qu'il ne fasse planer sur eux une sourde menace. Partout et nulle part à la fois, il s'immisce dans les maisons, dans la terre, dans les arbres. Et surtout, il écoute – sans cesse à l'affût de ces voix humaines qui affleurent, se heurtent, s'entremêlent, et dont le chaos lui est un festin. Et, parmi ces voix, il y a celle qu'il préfère entre toutes. Une voix différente. La voix d'un petit garçon. Lanny. Ode à l'enfance et à l'imagination, portrait de nos joies les plus simples, de nos peurs les plus enfouies et de nos fragilités les plus intimes, le deuxième roman de Max Porter est un conte qui puise aux sources du merveilleux comme du plus trivial pour révéler l'invisible et inquiétante magie à l'oeuvre dans nos vies. traduit de l'anglais par Charles RecourséMax Porter a longtemps été éditeur pour la maison britannique Granta. Son premier roman, La douleur porte un costume de plumes (Seuil, 2016), traduit dans 29 pays, a été couronné par le International Dylan Thomas Prize, le Europese Literatuurprijs, le BAMB Readers' Award, et a été finaliste du Guardian First Book Award ainsi que du Goldsmiths Prize. Lanny est son deuxième roman. Max Porter vit aujourd'hui à Bath avec sa famille.
+ Lire la suite
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Bazart   04 avril 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
« Il était une fois deux garçons qui faisaient exprès de mal se rappeler les choses qui concernaient leur père. Ça les aidait à se sentir mieux au cas où ils oublieraient des choses qui concernaient leur mère. »
Commenter  J’apprécie          220
domisylzen   12 mars 2017
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
"Il y a des cigarettes dans le tiroir de la cuisine" elle a dit, "servez-vous et un jour vous sifflerez comme moi. Les pâquerettes qui pousseront sur ma tombe auront du mal à respirer, vous verrez.

Commenter  J’apprécie          190
Nadael   02 mars 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
(Corbeau)

« Dans d'autres versions je suis docteur ou fantôme.

Parfaits stratagèmes : docteurs, fantômes et corbeaux.

Nous pouvons faire ce que les autres personnages ne peuvent pas, manger la tristesse par exemple, ou renfouir les secrets, ou mener les batailles homériques contre le langage et Dieu. J'étais excuse, ami, deus ex machina, blague, symptôme, fiction, spectre, béquille, jouet, revenant, bâillon, psychanalyste et baby-sitter. 

J'étais, tout de même, l'oiseau au centre et à tous les extrêmes. Je suis une matrice. Je le sais, il le sait. Un mythe dans lequel se faire insérer. Dans lequel s'insérer. »
Commenter  J’apprécie          90
kittie   11 février 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
Vous ne connaissez pas le récit de vos origines, votre vérité biologique ( accident) , votre mort ( piqure de moustique en général) , votre vie ( déni enthousiaste) . Je répugne à parler d'absurdité avec aucun de vous, qui nous persecutez depuis l'aube des temps. Que peut bien apporter un corbeau à une meute d'humains en deuil ? Un ciment.

Un pouls, une plaie, un gouffre, un poids, un vide.

Mais les enfants privés de mère m'interessent. Les enfants privés de mère font le régal du corbeau. Pour un oiseau sentimental, ils sont un nid délicieux à razzier, riche et mûr à point.
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24   30 janvier 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
Corbeau



alors, oui, c'est vrai, je mange des bébés lapins, je pille

des nids, j'avale des ordures, je trompe la mort, je ris

des clochards, je mens quand on me demande le

chemin. Oh, et merde !Tout ce temps foutu en l'air.



Mais je tiens à vous, infiniment. Les humains

m'ennuient sauf dans la douleur. Dans la santé, la

catastrophe, la famine, l'atrocité, la splendeur ou

la normalité il y en a très peu qui m'intéressent (p. 26)
Commenter  J’apprécie          90
kittie   11 février 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
On savait qu'on nous répondait pas la vérité quand on demandait : ' elle est où maman ? ' et on savait que quelque chose étit plus pareil. On devinait et on comprenait que la vie était changée et qu'on était plus les memes petits garçons, on était courageux, on était les meilleurs des petits garçons qui n'ont plus de maman.

Il devrait y avoir des hommes avec des casques qui parlent une langue nouvelle et horrible, la langue de l'urgence.

Il n'y a pas eu de foule autour de nous et il n'y a pas eu d'inconnus en uniforme et pas de nouvelle langue de l'urgence. On est restés en pyjama et des gens sont venus nous voir pour nous donner des choses.

Les vacances et l'école c'est devenu pareil.
Commenter  J’apprécie          80
LadyDoubleH   05 juin 2017
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
Toute la chambre étouffait sous le deuil, chaque surface Maman morte, chaque fenêtre, tracteur, manteau, botte, tout couvert d'une pellicule de douleur.
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24   30 janvier 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
Papa



Il y a un aller-retour constant et fascinant entre

le naturel de Corbeau et son côté civilisé, entre le

charognard et le philosophe, la déesse de l'être entier

et la tache noire, entre Corbeau et son être-oiseau.

Il me semble que c'est le même aller-retour qu'entre

le deuil et la vie, avant et aujourd'hui. J'ai beaucoup

à apprendre de lui. (p. 32)
Commenter  J’apprécie          70
Nadael   02 mars 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
(Papa)

« Certains jours je me rends compte que j'oublie des choses élémentaires, alors je fonce chercher les garçons en haut, ou en bas, où qu'ils soient, et je leur dis, « je veux que vous sachiez que votre maman était la personne la plus drôle et la plus chouette du monde. C'était ma meilleure amie. Elle était pleine d'ironie et d'affection... » et ensuite je tombe à bout de souffle parce que ça me semble égoïste et superficiel, et ils hochent la tête et ils disent « On sait Papa, on s'en rappelle. »
Commenter  J’apprécie          60
kittie   11 février 2016
La douleur porte un costume de plumes de Max Porter
On me parlait de mécanismes de défense et d'enfance normale et de temps. Beaucoup de gens disaient : ' vous avez besoin de temps', alors que nous avions besoin de lessive, de shampooing antipoux , de vignettes, de football, de piles, d'arcs, de flèches.

On me parlait de charge de travail raisonnable et de période de guérison et d'obsessions saines. Beaucoup de gens disaient : ' vous avez besoin de temps' , alors que j'avais besoin de Shakespeare, d'Ibn'Arabi, de Chostakovitch.
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox