AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 156 notes)

Nationalité : Jamaïque
Né(e) à : Kingston , le 24/11/1970
Biographie :

Marlon James est un romancier jamaïcain.

Il a publié quatre romans : "The Book of Night Women" (2010), "John Crow's Devil" (2010), "A Brief History of Seven Killings" (2014) et "Black Leopard, Red Wolf" (2019).

Marlon James est diplômé de l'université des Indes occidentales en langage et littérature (1991).

Il a reçu un diplôme de doctorant à la suite de sa création littéraire par l'université de Wilkes en Pennsylvanie en 2006.

Marlon James enseigne l'anglais et la création littéraire à l'université Macalester à Saint Paul dans le Minnesota depuis 2007.

Son roman "The Book of Night Women", traite de la révolte d'une femme esclave dans une plantation en Jamaïque au début du XIXe siècle.

Son roman "John Crow's Devil" présente l'histoire du combat biblique dans un village reculé en Jamaïque en 1957.

Son roman édité en 2014, "A Brief History of Seven Killings", explore plusieurs décennies de l'histoire jamaïcaine et de l'instabilité politique à travers le point de vue de plusieurs narrateurs. Ce roman a reçu le prix OCM Bocas Prize for Caribbean Literature en 2015 dans la catégorie fiction et le prix Booker.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Marlon James   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Author Marlon James talks about how winning the Man Booker Prize changed his life, planning out the trilogy of Black Leopard, Red Wolf and asking George R.R. Martin to write a blurb for his book.

Podcasts (1)


Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Ton histoire a de la chair dans les aspects que tu tais, de l'os dans ceux que tu racontes.
Commenter  J’apprécie          476
Il en a marre de ta poésie boursouflée, a dit Fumeli. "Tout le monde trouve ce qu'il cherche dans les Terres sombres". Tu parles comme ces hommes aux cheveux blancs et à la peau ratatinée qui croient s'exprimer comme des sages quand ils s'expriment juste comme des vieux.
Commenter  J’apprécie          402
La brume a divisé la lumière en bleu, vert, jaune, orange, rouge, et une couleur dont j'ignorais qu'il s'agissait de l'indigo. Cent ou cent un pas plus loin, les arbres se sont tous penchés dans une seule direction, se tressant presque entre eux. Des troncs qui poussaient vers le nord et vers le sud, l'est et l'ouest, s'élevaient, puis redescendaient vers le sol comme une cage sauvage pour enfermer quelque chose ou au contraire empêcher quelque chose d'entrer. Kava a sauté sur l'un d'entre eux, tellement bas qu'il touchait presque le sol. La branche était large comme un sentier, et la rosée rendait la mousse glissante sur son écorce. Nous sommes allés jusqu'au bout et avons sauté sur un autre tronc penché dessous, nous sommes remontés, puis redescendus, sautant de l'un à l'autre, montant haut puis allant bas, puis en cercle, tant de fois que ce n'est qu'à la troisième que j'ai remarqué que nous étions tête en bas mais ne tombions pas.
"Alors ce sont des bois enchantés, ai-je dit".
Commenter  J’apprécie          387
Une odeur est arrivée de la forêt, qui s'approchait de plus en plus. Je l'ai reniflée - ocre, beurre de karité, aisselles, lait maternel - et il l'a sentie aussi. Nous savions tous les deux que le vent amenait quelqu'un, mais lui seul savait qui.
Elle est sortie des arbres comme si elle en était née. Une femme plus grande, plus âgée, le visage déjà émacié et bourru, le sein droit pas encore tombant. Le gauche, elle l'avait enveloppé dans un tissu passé sur son épaule. Un bandeau rouge, vert et jaune autour de la tête. Des colliers de toutes les couleurs sauf le bleu, empilés les uns sur les autres telle une montagne remontant jusqu'à ses lobes d'oreille. Une jupe en peau de chèvre avec des porcelaines sur un ventre rebondi par un enfant à naître.
Commenter  J’apprécie          340
Rien ne souligne davantage la vieillesse qu'une vieille femme persuadée de l'être encore davantage.
Commenter  J’apprécie          340
Pas besoin de croire aux créatures maléfiques quand les hommes flagellent leur propre femme.
Commenter  J’apprécie          321
Le garçon a tressailli lorsque mon oncle a empoigné ses couilles et sa bite comme pour les soupeser. Regarde, a-t-il fait. La peinture cachait presque que la peau était partie, découpée, laissant nu le bout fleuri. Au commencement, nous naissons tous de deux, a-t-il dit. Tu es homme et tu es femme, tout comme une fille est femme et homme. Ce garçon sera un homme, maintenant que le prêtre fétiche a tranché la femme pour la couper de lui.
Le garçon était tétanisé, mais s'efforçait de porter beau. Mon oncle a continué de parler. "Et pour être femme, la fille doit se faire couper l'homme au fond de son neha. Tout comme les premiers êtres étaient de deux". Il a frotté la tête du garçon et l'a renvoyé.
Commenter  J’apprécie          279
L'enfant est mort. Il n'y a plus rien à savoir.
J'ai entendu dire qu'il y a dans le sud une reine qui tue l'homme qui lui apporte de mauvaises nouvelles. Alors quand j'annonce la mort du petit garçon, est-ce que je signe en même temps mon arrêt de mort ? La vérité dévore les mensonges tout comme les crocodiles dévorent la lune, et pourtant mon témoignage est le même aujourd'hui qu'il le sera demain. Non, je ne l'ai pas tué. Même si j'ai pu vouloir sa mort. En avoir faim comme un glouton de la chair d'une chèvre. Oh, tendre un arc et lancer ma flèche dans son cœur noir et le voir exploser de sang noir, et observer ses yeux dans l'attente de l'instant où ils ne cilleraient plus, où ils regarderaient mais cesseraient de voir, et écouter sa voix se briser et entendre sa poitrine se soulever dans un râle mortuaire disant : Regarde, mon esprit mauvais quitte ce corps des plus mauvais, et sourire de cette nouvelle et danser de ce deuil. Oui, j'ai salivé à cette idée. Mais non, je ne l'ai pas tué.
Bi oju ri enu a pamo.

(INCIPIT)
Commenter  J’apprécie          235
Sogolon, la Sorcière de la Lune, qui faisait toujours sa magie dans le noir, dit venir de l'Ouest, sauf que je viens de l'Ouest et pour moi elle a l'odeur des peuples du Sud-Ouest, lesquels ont une odeur aigre, et d'une aigreur agréable qui se mélange avec une odeur sucrée, et pétille de vie.
Commenter  J’apprécie          210
Contre l'enfant entier, ton collecteur peut obtenir un bon prix. Mais pour se faire une vraie fortune, il cède chaque partie au plus offrant. La tête au sorcier des marais. La jambe droite à la femme stérile. Les os broyés en poudre, de sorte que la queue de ton grand-père reste dure pour plusieurs femmes. Les doigts en guise d'amulettes, les cheveux pour ce qu'on voudra. Un bon collecteur de bébés peut gagner avec les parties cinquante fois qu'il ne se ferait en vendant l'enfant entier. Et le double pour un albinos. Ton collecteur découpe lui-même le bébé en morceaux. Les sorciers donnent davantage s'ils savent que le petit était encore en vie au début de l'opération. Le sang de la peur épice leurs potions. De façon à ce que les femmes nobles de ta ville puissent conserver vos hommes nobles et que vos concubines ne portent jamais d'enfants pour leurs maîtres. Voilà ce qu'ils font des petites filles comme elle dans la ville d'où tu viens.
Commenter  J’apprécie          196

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Marlon James (209)Voir plus

Quiz Voir plus

Du soleil dans les titres

A part Paris, où se déroule l'action de "Le soleil se lève aussi" d'Hemingway ?

En Italie
En Grèce
En Espagne
Au Kenya

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thèmes : titres , soleilCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}