AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.13 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : Espagne
Biographie :

Miguel Amorós, aussi appelé Miquel Amorós, est un historien, théoricien et activiste libertaire espagnol proche du mouvement situationniste et des courants anti-industriels.
Fils et petit-fils d'anarchistes, Miguel Amorós devient lui-même anarchiste en 1968 alors que la dictature du général Franco est encore en place. Au cours des années 1970, il participe à la création de plusieurs groupes anarchistes tels que Bandera Negra (Drapeau Noir), Tierra Libre (Terre Libre), Barricada ou Los Incontrolados. Il connaît les geôles franquistes et doit s'exiler en France.

L'anarchisme prôné par Miguel Amorós puise son inspiration dans l'autogestion, la subversion de la vie quotidienne, l'histoire des conseils ouvriers, ainsi que dans les mobilisations dénonçant le syndicalisme comme forme de lutte déphasée et la morale ouvrière comme réactionnaire. Il est proche des idées situationnistes. Miguel Amorós a d'ailleurs fréquenté Guy Debord au début des années 80. En 1980, ils diffusent les Appels de la prison de Ségovie (éd. Champ libre) dont Debord a écrit un des textes (« Aux libertaires »).

Entre 1984 et 1992, Miguel Amorós participe à la rédaction de la revue post-situationniste Encyclopédie des Nuisances.

Il a écrit un grand nombre d'articles pour la presse libertaire. Il a également prononcé des conférences sur les questions sociales, en particulier sur l'idéologie du progrès et des nuisances qu'elle engendre. Ses principaux livres sont La Revolución traicionada : La verdadera historia de Balius y Los Amigos de Durruti (La Révolution trahie : l'histoire véritable de Balius et des Amis de Durruti, non traduit en français) et Durruti dans le labyrinthe (éditions de l'Encyclopédie des Nuisances).

En 2009, il a publié une biographie de l'anarchiste espagnol José Pellicer, fondateur de la fameuse Colonne de fer pendant la Révolution espagnole de 1936.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Miguel Amorós   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
steka   04 septembre 2014
La lampe hors de l'horloge de Miguel Amorós
L'aménagement du territoire, dont la conception dépendait des ingénieurs et des architectes, a prétendu être une discipline scientifique; il ne fut que la caution juridique apportée à l'action des "agents économiques" et servit à légaliser les actes arbitraires et les excès des constructeurs, des industriels et des spéculateurs immobiliers. Il n'était finalement rien d'autre que le déguisement scientifique de la promotion immobilière.
Commenter  J’apprécie          110
steka   04 septembre 2014
La lampe hors de l'horloge de Miguel Amorós
Au long du XXème siècle, la logique de concentration a produit une civilisation urbaine sans villes véritables; dans les agglomérations se trouve un centre inhabité où tout le pouvoir est concentré dans les mains d'une élite industrielle, financière et immobilière, entouré d'aires suburbaines de plus en plus étendues et peuplées par des masses salariées.(...) C'est un produit de la décomposition de la réalité urbaine qui est apparu avec l'émergence de l’État moderne; constitué d'un ensemble de fragments dénaturés et disséminés dans l'environnement, sans vie publique, sans communication normale, un espace brisé où est malheureusement entassée la population massifiée et uniformisée.
Commenter  J’apprécie          100
steka   26 septembre 2014
La lampe hors de l'horloge de Miguel Amorós
La révolte des Tuchins, l'une des jacqueries les plus longues, s'étendit de 1363 à 1384 et toucha l''Auvergne à partir de 1363, puis se propagea dans tout le Languedoc et s'intensifia entre 1381 et 1384. Le tuchinat (...) fut bien davantage qu'une simple jacquerie antitaxes, car il incarna la manifestation d'une solidarité villageoise et un réflexe de survie tentant de soustraire les biens de la communauté à la convoitise des pillards. Sa forme d'organisation révéla une prise de conscience de la nécessité de mettre en place une défense commune reposant sur des regroupements de communautés. Le tuchinat s'appuyait sur des liens de sociabilité qui sous-tendaient la vie communautaire des villages et sur une logique géographique et de voisinage. Les révoltés, qui ne se désignaient pas sous le vocable de Tuchins mais sous celui de companhos, sous-entendaient ainsi la permanence d'un lien social et l'existence d'un devoir d'entraide et étaient perçus ainsi par tous les membres des communautés concernées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          74
Miguel Amorós
steka   02 mai 2020
Miguel Amorós
La pandémie n’a rien de naturel ; c’est un phénomène typique du mode de vie malsain imposé par le turbocapitalisme. Ce n’est ni le premier ni le dernier. Les victimes le sont moins du virus que de la privatisation des soins de santé, de la déréglementation du travail, du gaspillage des ressources, de l’augmentation de la pollution, de l’urbanisation galopante, de l’hypermobilité, de l’entassement concentrationnaire métropolitain et des aliments industriels, en particulier ceux issus des macro-exploitations, endroits où les virus trouvent leur meilleurs foyer de reproduction. Toutes conditions idéales pour les pandémies.
Commenter  J’apprécie          72
steka   06 août 2014
La lampe hors de l'horloge de Miguel Amorós
Landauer décrit admirablement ce qu'il appelle un "grandiose raccourci", ce "laps de temps incroyablement court" où s'accomplit, comme dans un rêve, la totalité du possible révolutionnaire, avant que ne revienne le "jour gris" du long découragement, qui pourtant n'effacera pas la mémoire de cette irruption de l'esprit, jusqu'au retour de la lumière, lorsqu'une fois encore, comme il l'écrit dans l'Appel au socialisme (1911), "l'incroyable, le miracle se déplace vers le royaume du possible".
Commenter  J’apprécie          60
steka   12 juillet 2014
La lampe hors de l'horloge de Miguel Amorós
Sécession et résistance n’ont pas pour seul objectif une survie isolée : elles doivent permettre la consolidation de la communauté et l’abolition du capitalisme. Le rétablissement des anciennes communes libres, la création d’une monnaie “sociale”, ainsi que de circuits courts de production et de consommation coopératifs, ou encore la récupération des terres communales, ne doivent pas devenir des voies “alter capitalistes” et des prétextes à l’inactivité et au citoyennisme. Leur but dans le domaine de l’oikos est la production de valeur d’usage, et non de valeur d’échange. Ce ne sont pas des traits identitaires du ghetto rural convivial, mais des aspects distincts d’une même lutte pour un territoire émancipé de la marchandise et de l’État, dont l’atmosphère peut libérer ceux qui la respirent.
Commenter  J’apprécie          50
Balius   25 novembre 2019
Hommage à la révolution espagnole de Miguel Amorós
(...) Ce fut en Europe, sans aucun doute, le plus beau combat en faveur de l’égalité et de la liberté durant la première phase d’industrialisation du monde mais les forces conjuguées du spectacle et de l’aménagement-destruction du territoire ont détruit la plupart des réalités du vivier populaire qui en façonnait l’esprit : quartiers, culture, savoir-faire, rêves d’un avenir à construire. La conscience prolétarienne, cette forme histo­rique et déterminée de la conscience humaine s’est dissoute au contact des foules solitaires et de l’extrême diversité des luttes particulières : le totali­tarisme techno-industriel (stade actuel du capitalisme) n’a évidemment pas aboli les classes mais a massifié uniformément celle du plus grand nombre. Le moteur principal de cette histoire inhumaine semble être pour l’instant la lutte concurrentielle à l’intérieur de celle-ci pour ne pas se retrouver dans le camp des surnuméraires définitifs. Ceux pour qui la mégamachine n’assurera plus qu’au mérite − l’acceptation de la domestication − la stricte réponse aux besoins vitaux. Mais nos quelques protestations, craintes et colères n’y font rien, nous nous enfonçons dans les sombres temps d’une société du travail sans travail. Il nous faudrait déjà, pour en desserrer un peu le carcan, retrouver les solidarités actives, le besoin des autres qui, jadis, organisaient, quand il le fallait, la survie collective tout en nourrissant les luttes pour une vie plus vaste.

C’est par ce détour dans le passé des pratiques et des idées que nous redécouvrirons le trésor caché des révolutions comme ces deux idées essentielles à la compréhension de l’action des « Amis de Durruti » et de la révolution espagnole en son entier : le sentiment de classe − la volonté égalitaire − et l’auto-organisation − le ferme refus de toute bureaucratie, de toutes formes de représentation qui ne soient pas strictement contrô­lées et révocables à tout instant. Car, bien qu’elles aient subi toutes les défigurations provoquées par l’atomisation des êtres et les attaques permanentes de la spectaculaire industrie du faux-semblant, elles n’ont pas complètement disparu dans le désastre consumériste ; elles sont encore présentes, comme en témoigne avec une certaine opiniâtreté, le mouve­ment subversif et plébéien des « Gilets jaunes ».

Avec ces deux seules idées on ne peut pas tout, mais sans elles on ne peut rien d’essentiel si l’on veut redonner un sens collectif et émancipateur au grand jeu de la nécessité et de la liberté. Extrait du préambule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
steka   12 février 2019
Les situationnistes et l'anarchie de Miguel Amorós
Au cours des années 1960, l'expansion du capitalisme avait provoqué de façon abrupte une crise culturelle, ou comme on dirait aujourd'hui, une crise des valeurs. La société avait involontairement laisser grandir dans ses entrailles de nouvelles nécessités vitales qui rentraient en conflit frontal avec les anciennes normes. Elles se transformèrent en matériel inflammable sans que personne ne s'y attende. Le développement économique était entré violemment en contradiction avec les structures idéologiques créant une atmosphère de frustration favorable à des sentiments de déracinement et d'insatisfaction, sentiments qui sont dangereux lorsqu'ils outrepassent le domaine artistique et littéraire comme les révoltes de cette époque n'allaient pas tarder à le montrer. La plus importante d'entre elles, et la plus fructueuse fut celle de Mai 68. Un de ses résultats les plus visibles fut de produire une génération de jeunes radicalement opposée à la société de consommation, ou plutôt à la société du spectacle, une jeunesse qui ne pouvait pas être encadrée politiquement puisqu'elle portait son regard au-delà de la politique, car pour elle tous les partis étaient aussi absurdes et intégrés les uns que les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
steka   04 septembre 2014
La lampe hors de l'horloge de Miguel Amorós
Nous cherchons à ramener dans le présent les éléments constitutifs du fil jamais rompu de toutes les tentatives d'organisation directe de l'existence.
Commenter  J’apprécie          50
steka   11 janvier 2019
Durruti dans le labyrinthe de Miguel Amorós
Nous luttons non pour le peuple, mais avec le peuple, c'est à dire pour la révolution dans la révolution. Nous avons conscience que dans cette lutte nous sommes seuls et que nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Miguel Amorós (17)Voir plus


Quiz Voir plus

L'Atelier des Sorciers

Comment s'appelle le personnage principal ?

Agatha
Agathe
Coco
Coralie

10 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : L'atelier des sorciers, tome 1 de Kamome ShirahamaCréer un quiz sur cet auteur