AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 125 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Allemagne , 1959
Biographie :

Après des études à l’université des beaux arts de Berlin, Mika Biermann s’installe à Marseille où il apprend le français.

Il est, entre autre, traducteur des Chroniques taurines de Jacques Durand (parues dans « Libération ») pour une maison d’édition Autrichienne, lauréat de nombreuses résidences d’artiste, responsable d’une galerie d’arts.

Aujourd’hui, il est conférencier aux musées de la ville de Marseille dans des domaines aussi variés que la mythologie de l’ouest dans l’art américain, Van Gogh-Monticelli, Bernard Buffet…

Après Les 30 jours de Marseille (éd. Climats, 1996), et Ville propre (éd. La Tangente, 2007), Un Blanc (éd. Anacharsis, 2013) est son troisième roman.





Source : http://www.atlantide-festival.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mika BIermann Sangs éditions P.O.L: où MIka Biermann tente de dire pourquoi il a voulu écrire un roman horrible et insupportable après avoir lu "Justine où les Malheurs de la vertu" de Sade et "American Pyscho" de Bret Easton Ellis, à l'occasion de la parution aux éditions P.O.L de "Sangs", à Marseille le 12 février 2017 "Chez les Romains, « famille » signifiait réunion de serviteurs ou d?esclaves. Dans l?analyse marxiste, la famille a une origine purement économique et intéressée. C?est aux États-Unis dans les années soixante que l?amour est déclaré ciment familial. Ça va saigner."

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   05 mars 2020
Trois jours dans la vie de Paul Cézanne de Mika Biermann
Une chouette hôle: sous de lointains toits un écrivain invente une histoire rien que pour utiliser ce verbe une fois dans sa courte vie. (p. 15)
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24   06 mars 2020
Trois jours dans la vie de Paul Cézanne de Mika Biermann
Paul en a marre de porter le fatras nécessaire à l'exercice de son métier. Il rêve d'un âne qui trimballerait tout et qu'il pourrait battre avec une badine. (p. 9)
Commenter  J’apprécie          80
Wendat69   13 janvier 2019
Un Blanc de Mika Biermann
Ce rafiot roule comme une bille et tangue comme un ivrogne. Mon choix de servir des rognons de veau suivi de crème au chocolat au dîner a été contesté par quelques trouble-fêtes. Moi, je m'en fous, j'ai le centre de gravité trop bas pour être incommodé par trois vagues.

D'accord, c'est un peu plus que trois vagues.

C'est peut-être même ce qu'on pourrait qualifier d'ouragan. Je me sens d'humeur conciliante aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24   04 mars 2020
Trois jours dans la vie de Paul Cézanne de Mika Biermann
Le peintre-appelons-le Paul- sort de son atelier et ferme la porte à clef. (...)

On dirait un forgeron invité à la remise de diplôme de sa nièce. Le monde a déposé sa poussière sur l'homme; il chaloupe en marchant. Son inaptitude à vivre le fait sourire comme un idiot. (p. 7)
Commenter  J’apprécie          60
Oliv   08 juin 2020
Booming de Mika Biermann
Caleb devint le chef de bande le plus jeune de l'histoire de l'Ouest. Les fermiers préféraient voir déferler les Apaches sur le sentier de guerre que le gang du Kid. C'était désormais son nom : le Kid Padoon. C'était un vrai adolescent : taciturne souvent, bavard parfois, boudeur toujours, morne, timide, mais aussi hautain, irascible, et très violent. Bête quand ça l'arrangeait. Futé quand il fallait. Persuadé d'avoir raison. Maladroit avec les filles. Adroit de ses mains. Un juge lui dit un jour que la légende de ses méfaits avait contribué à miner la confiance qu'avait la population d'Amérique du Nord en la jeunesse de son pays. Il avait pris cela pour un compliment.
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24   06 mars 2020
Trois jours dans la vie de Paul Cézanne de Mika Biermann
Accroupi dans les cistes, il trie les tubes dans sa caisse. Merci John Rand. C'est lui qui les inventés, en 41. Avant, les peintres conservaient leurs couleurs à huile serrées dans des vessies de cochon, qu'ils poinçonnaient pour en prélever. ça sortait en vrac; ça ne sortait jamais de l'atelier. Le tube en étain refermable a tout changé. Avant, on restait à la maison. Maintenant, on a la bougeotte.(p. 11)
Commenter  J’apprécie          50
Alseve   13 juillet 2015
Un Blanc de Mika Biermann
- Attendez. Il y a peut-être une solution pour envoyer quand même quelqu'un là-haut.

- La téléportation?

- La fusée.

- Quelle fusée?

- La fusée de réserve du feu d'artifice.

[...]

- Vous me demandez de chevaucher la fusée pour atterrir sur le plateau?

[...]

- Il risque de s'écraser en atterrissant, dit Paulin.

- La neige devrait amortir la chute.

- Sauf si il explose contre la falaise, dit Tosyl. Faudrait que je sois complètement saoul, moi, pour tenter un truc pareil.

- Personne ne prétend que c'est du gâteau. Mais il n'y a pas d'autre possibilité.

- Faudrait pas qu'il vole trop haut non plus...

Tiens, voilà le vieux Gonzo qui s'inquiète de mon bien-être. On aura tout vu. Je ricane. Ils m'épatent.

Commenter  J’apprécie          40
Henri-l-oiseleur   20 septembre 2017
Roi. de Mika Biermann
Les Etrusques mouraient en grande pompe. L'épée à travers le corps, ils avaient encore la force d'implorer un dieu ou d'appeler leur maman. Les blessés faisaient des gestes exagérés vers le ciel où des oiseaux explosaient en plein vol. On saignait de manière pittoresque et abondamment : rivières rouges sur la peau bronzée, lisse et sans taches. Des larmes coulaient des yeux révulsés dans des barbes frisées au fer. Quelques vétérans se battaient avec la force du désespoir, les Romains s'écartaient respectueusement et les montraient du doigt, avant de les massacrer.



p. 149
Commenter  J’apprécie          41
Charybde2   05 octobre 2017
Roi. de Mika Biermann
Les Romains se battaient avec une absence de romantisme que seule l’expérience confère au soldat. 20 % de fatalisme, 50 % de réalisme, 15 % d’autisme, 10 % de sadisme, et 5 % d’héroïsme, l’ensemble forgé dans les montagnes de Bénévent et dans la poussière sicilienne. Un légionnaire qui a fait déguerpir un éléphant de combat en armure à l’aide d’un simple glaive ne peut craindre trois hoplites novices d’un peuple gras à l’éternel sourire. Pan, dans la gueule, vlan, les tripes à l’air, zip, la gorge tranchée, pas de quoi en faire un flan.
Commenter  J’apprécie          40
Wendat69   25 janvier 2020
Booming de Mika Biermann
À douze ans, Caleb commença les attaques à main armée dans la campagne autour de Bitwood, accompagné de son frère. Leur méthode était simple: tirer d'abord, parler ensuite. Ils étaient tellement bavards, les hommes, à l'époque! " Pose ce revolver, petit, et écoute-moi bien..." Bang! Bang! Ainsi Caleb en abattit une douzaine. Il était magnanime. Il visait le bide, pas le cœur.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..