AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782914777964
131 pages
Anacharsis (17/01/2013)
3.4/5   77 notes
Résumé :
L’expédition scientifique de L’Astrofant dans les contrées antarctiques était de calibre standard, avec au programme un petit supplément ludique : envoyer dans le ciel de minuit du 31 décembre 2000 une fusée de feu d’artifice depuis le pôle Sud, qui marquerait l’entrée dans le nouveau millénaire. Du gâteau.
Prétendre que tout a dérapé sur les pentes glissantes d’un iceberg quelconque serait trop facile – et très en-deçà de la vérité.
Mika Biermann est ... >Voir plus
Que lire après Un BlancVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,4

sur 77 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
3 avis
« Un blanc », m'a ravi, je l'ai lu d'une traite, avec souvent le sourire aux lèvres.
J'ai aimé cette expédition improbable au pôle sud dans le but, pour le moins incongru, de tirer une fusée géante le 31 décembre à minuit pour saluer l'entrée de l'humanité dans le troisième millénaire.

Malgré les déboires des « bras cassés » qui constituent l'équipage de l'Astrofant, on se surprend à espérer à leur réussite.

L'écriture est alerte, les phrases font mouche, on sent presque le vent furieux, et le froid glacial.

J'ai ri et en lisant, cela ne m'arrive pas souvent.
J'ai pensé à Paasilinna au fil de cette lecture, ce qui pour moi est la référence absolue en matière de littérature loufoque.


Commenter  J’apprécie          320
Voilà une lecture particulièrement indiquée en cette période hivernale, l'ambiance floconneuse ou givrée semble de fait propice à se livrer à une petite virée déjantée au Pôle Sud.

Un Blanc nous embarque sur des flots glacés au milieu d'icebergs parfois déchaînés, et inversement. L'expédition scientifique -dont les membres qui la compose ont un profil oscillant entre celui des "douze salopards" et celui des savants de l'Aurore (Tintin et l'étoile mystérieuse)- se voit vite amputée de sa dimension « scientifique » pour se limiter à expédition « tout court », comme dirait l'autre...

Notre assemblée restreinte de spécialistes chevronnés et de marins expérimentés passe fort rapidement en mode survie : sismologue, ichtyologue et autres archéologues de la banquise se retrouvent, bien malgré eux, placés -à leur corps défendant pourrait-on dire, dans des conditions extrêmement extrêmes, en expérimentant non pas la fragilité d'un tube à essai manipulé sous des températures glaciales et stupéfiantes, mais la relativité de l'existence d'un corps bercé trop près d'un iceberg...

Comme il faut savoir entretenir la flamme de l'humanité, un membre du groupe (pas le moins fou) n'oubliera pas de s'évertuer à accomplir ce qui se veut être la petite touche poétique qui doit faire pendant aux travaux des cérébraux embarqués : mettre -sinon en orbite, mais du moins dans le ciel de minuit de l'Antarctique une fusée de feu d'artifice à la date fatale du 31 décembre 2000. De la beauté de l'inutile pourrait-on dire...

Confrontée à l'exaspérante question du : être ou ne pas être, flotter ou ne pas flotter, geler ou ne pas geler, la croisière ne s'amuse plus du tout... savants et membres d'équipage doivent bien malgré eux rejouer meurtre sur le Nil fort loin des pyramides, sans dégustation de thé ; certes sous le soleil, mais celui-ci ne réchauffe pas, et ne se couche pas... du haut de ces icebergs, quarante manchots vous contemplent. Fermez le ban.

Cette nef des fous nous joue un fox-trot endiablé en claquant des dents, faisant passer les naufragés du radeau de la méduse, voire ceux du Titanic, pour de simples saltimbanques du désastre maritime...On rit, un peu jaune parfois, tout en se rapprochant prudemment de la cheminée.

Commenter  J’apprécie          100
Ce roman d'aventures raconte l'expédition de l'Astrophant en antarctique, un voyage à but scientifique mais aussi ludique, une des missions étant le tir d'un feu d'artifice depuis le pôle sud pour fêter le passage à l'an 2000.

Ce résumé est un bon exemple des procédés utilisés par Mika Biermann : plus c'est gros plus ça passe. Un feu d'artifice dans l'antarctique, vraiment ? pour qui donc ? Les manchots !?

Dans ce roman l'imaginaire est au pouvoir mais l'auteur le même astucieusement à des éléments réalistes, généralement sans rien dire, comme si de rien n'était, et tente de nous faire avaler n'importe quoi. Ainsi par exemple de l'attaque du panda polaire (!) qui n'existe que dans l'imagination féconde de l'auteur.

Tout ceci est naturellement annoncé dès la préface sous une forme ironique. Dans ce livre où "rien n'est inventé", Biermann y écrit par exemple que "le journal du premier officier Arg Chant a été reçu et enregistré par le médium agrégé Skuli Guomunddsdottir dans une séance de contact avec les mots." Skuli fait penser à la célèbre enquêtrice d'"X files, aux frontières du réel" (un sous-titre qui conviendrait parfaitement à "Un Blanc") du même nom (Skully) et assurément : la vérité est ailleurs. Biermann nous balade de bout en bout et raconte n'importe quoi pour notre plus grand plaisir : toutes ces sornettes sont d'une drôlerie imparable.

"Un Blanc" est enfin un roman polyphonique parfaitement maîtrisé notamment grâce à un style propre et immédiatement reconnaissable pour chaque narrateur. le cuisinier érotomane Hog Patier est une merveille de personnage blasé et cynique qui suffit à lui seul à conseiller la lecture de ce livre.

Vous l'aurez compris, "Un Blanc" m'a beaucoup plus : ludique, original, drôle, très bien écrit. Bravo !
Commenter  J’apprécie          90
Un roman totalement loufoque.
Une expédition scientifique part à bord d'un bateau en direction de l'Antarctique. le livre démarre comme un roman d'aventure classique. Je m'attendais à ce que les personnages soient confrontés à différents incidents qu'ils surmonteraient (ou pas) avec humour et une touche de fantaisie (après lecture de la 4ème de couverture). Mais pas du tout, ce livre est une sorte de farce surréaliste. Je me suis dit de nombreuses fois « non, l'auteur ne va pas oser aller jusque là », eh bien si, il ose, et c'est drôle et surprenant. J'ai particulièrement apprécié l'alternance entre les récits très sérieux du chef d'expédition et ceux très crus du cuisinier, un nain acariâtre obsédé par les grosses femmes.
Commenter  J’apprécie          50
J'ai bien apprécié ce roman d'aventure un peu fou, entre drame et humour. Une expédition scientifqiue s'est embarquée sur un bateau. Leur but: atteindre l'Antarctique et y lancer un beau feu d'artifice pour le 31 décembre 2000. Mais ils vont aller de catastrophe en catastrophe: très vite, 4 personnes, dont le capitaine, se retrouvent emportées sur un iceberg;au lieu de les secourir, le second s'enfuit dans une chaloupe, blessant gravement un des scientifiques... Les points de vue alternent, entre les deux chefs et le nain cuisinier, personnage que je préfère pour son cynisme. Il s'agit de survivre et on n'est pas au bout des surprises avec ces personnages de bras cassés un peu fous...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
- Attendez. Il y a peut-être une solution pour envoyer quand même quelqu'un là-haut.
- La téléportation?
- La fusée.
- Quelle fusée?
- La fusée de réserve du feu d'artifice.
[...]
- Vous me demandez de chevaucher la fusée pour atterrir sur le plateau?
[...]
- Il risque de s'écraser en atterrissant, dit Paulin.
- La neige devrait amortir la chute.
- Sauf si il explose contre la falaise, dit Tosyl. Faudrait que je sois complètement saoul, moi, pour tenter un truc pareil.
- Personne ne prétend que c'est du gâteau. Mais il n'y a pas d'autre possibilité.
- Faudrait pas qu'il vole trop haut non plus...
Tiens, voilà le vieux Gonzo qui s'inquiète de mon bien-être. On aura tout vu. Je ricane. Ils m'épatent.
Commenter  J’apprécie          40
Ce rafiot roule comme une bille et tangue comme un ivrogne. Mon choix de servir des rognons de veau suivi de crème au chocolat au dîner a été contesté par quelques trouble-fêtes. Moi, je m'en fous, j'ai le centre de gravité trop bas pour être incommodé par trois vagues.
D'accord, c'est un peu plus que trois vagues.
C'est peut-être même ce qu'on pourrait qualifier d'ouragan. Je me sens d'humeur conciliante aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          70
Paulin demande si quelqu'un dans l'assistance a une quelconque expérience chirurgicale. Je dis que je sais découper un poulet. Tous se retournent et me regardent. Je ne raconte pas que j'étais infirmier dans l'armée pendant la guerre du Golfe, ils sont capables de me croire.
Commenter  J’apprécie          40
Je ne ressens pas d'attirance particulière pour la mer. Je ne suis pas un de ces gars à l'âme grandiose qui ne rêvent que d'appareiller. La contemplation de l'océan ne chasse ni la bile de ma bouche, ni le rictus de mes lèvres. Et comment elle pourrait renforcer des principes moraux inexistants ? A terre comme sur l'eau les gens méritent qu'on fasse envoler leurs chapeaux d'un revers de la main, c'est tout.
Commenter  J’apprécie          20
Je flotte. Mon corps géant n’a plus de poids. J’ai froid. C’est vite dit : « J’ai froid. » Comme on dit « J’ai faim ». Nous n’avons jamais ni faim ni froid. Nous ne savons pas de quoi nous parlons.
Le froid n’est pas une gêne passagère, une absence de confort, une pleine lune sur la toundra, un sommeil poétique. Le froid est une plaie, une hache, un puits.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Mika Biermann (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mika Biermann
Payot - Marque Page - Mika Biermann - Trois nuits dans la vie de Berthe Morisot
autres livres classés : antarctiqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (124) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20174 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..