AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.74 /5 (sur 3544 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 04/05/1968
Biographie :

Éric Vuillard est un écrivain, cinéaste et scénariste français.

Il publie un premier récit, "Le Chasseur", en 1999, puis deux livres aux tons poétiques (dont "Tohu", 2005), et un roman épique, sur la conquête du Pérou par Pizarro et la chute de l'Empire inca, "Conquistadors" (2009) qui a reçu le Prix Ignatius J. Reilly 2010.

Il a réalisé en 2008 un long métrage, "Mateo Falcone", qui est une adaptation de la nouvelle de Prosper Mérimée.

En 2012, il reçoit le Prix franco-allemand Franz Hessel pour "La Bataille d'Occident" et "Congo", puis le prix Valery-Larbaud 2013 pour les mêmes livres. En 2014, il publie "Tristesse de la terre" qui obtient un beau succès. Il est sélectionné pour plusieurs prix littéraires.

Son livre sur les coulisses de la Seconde Guerre mondiale, "L'Ordre du jour", remporte le prix Goncourt 2017.

En 2019, il publie un court récit littéraire aux confins de la fiction, de l’histoire et de la politique, relatant des luttes sociales du Moyen Âge, "La guerre des pauvres".

Éric Vuillard vit actuellement à Rennes.
+ Voir plus
Source : bibliobs
Ajouter des informations
Bibliographie de Éric Vuillard   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Au sommaire de la Critique cette semaine, deux livres : « Anéantir » de Michel Houellebecq et « Une sortie honorable » d'Eric Vuillard. « Anéantir » de Michel Houellebecq Nous sommes à l'aube d'une nouvelle année, 2027, et le personnage principal, Paul, s'apprête à affronter plusieurs étapes cruciales de son existence. Tout d'abord une élection présidentielle, qu'il va suivre de près puisqu'il conseille Bruno Juge, ministre de l'économie et des finances pressenti pour être candidat. Ensuite parce que son père, ancien de la DGSI, a des problèmes de santé, ce qui va bouleverser et renouveler son rapport à toute sa famille: sa soeur Cécile très catholique, son frère Aurélien, dans les griffes d'une harpie gauchiste, et sa propre épouse Prudence, avec qui il n'entretient plus vraiment de lien. Enfin parce qu'il se trame dans le monde quelque chose de bizarre, depuis que des attaques informatiques, puis réelles, menacent l'équilibre global. « Une sortie honorable » d'Eric Vuillard La guerre d'Indochine est l'une des plus longues guerres modernes. Pourtant, dans nos manuels scolaires, elle existe à peine. Avec un sens redoutable de la narration, "Une sortie honorable" raconte comment, par un prodigieux renversement de l'histoire, deux des premières puissances du monde ont perdu contre un tout petit peuple, les Vietnamiens, et nous plonge au coeur de l'enchevêtrement d'intérêts qui conduira à la débâcle. Pour en parler, aux côtés de Lucile Commeaux : Marie Sorbier, rédactrice en chef de I/O Gazette et productrice à France Culture et Johan Faerber, essayiste et co-rédacteur en chef du site Diacritik. _____________ Découvrez d'autres critiques : https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrrnICYZQfP92U3K2¤££¤34D Indochine36¤££¤ ou sur le site : https://www.franceculture.fr/emissions/la-critique Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (17) Voir tous


Citations et extraits (810) Voir plus Ajouter une citation
seb_libraire   27 février 2019
La guerre des pauvres de Éric Vuillard
Depuis longtemps, on éprouvait une impression troublante, pénible, il y avait tout un tas de choses qu'on ne comprenait pas. On avait du mal à comprendre pourquoi Dieu, le dieu des mendiants, crucifié entre deux voleurs, avait besoin de tant d'éclat, pourquoi ses ministres avaient besoin de tellement de luxe, on éprouvait parfois une gêne. Pourquoi le dieu des pauvres était-il si bizarrement du côté des riches, avec les riches, sans cesse ? Pourquoi parlait-il de tout laisser depuis la bouche de ceux qui avaient tout pris ?



Pages 13-14, Actes Sud, 2019.
Commenter  J’apprécie          722
calypso   15 novembre 2017
L'ordre du jour de Éric Vuillard
Les plus grandes catastrophes s'annoncent souvent à petits pas.
Commenter  J’apprécie          741
seb_libraire   01 mars 2019
La guerre des pauvres de Éric Vuillard
Ainsi, des quatre coins de l'Empire surgirent des hordes de misérables. Müntzer chantait, la foule venait. Le landgrave de Hesse n'en croyait pas ses yeux. Puis ce furent les ouvriers des villes, les fous, toute la paysannerie se souleva brusquement. Il y eut un grand effroi chez les nobles et les bourgeois. Les femmes quittaient le foyer, les enfants marchaient à travers champs la suite du Saint-Esprit. Les jeunes filles, les vagabonds, la populace atroce, les bêtes même ! On vit ainsi toutes sortes de gens, allant par deux ou trois, tout seuls aussi, partis sans bagage, sans rien. On ne savait pas ce qu'ils voulaient. Les seigneurs et leurs bandes armées n'osaient plus rien faire ; ils les regardaient passer, effarés. Une vague crainte commençait de naître. Que fallait-il décider ? On n'avait jamais vu ça. Tout le monde laissait derrière lui sa maison, sa cahute, et rejoignait la foule errante. Et où allaient-ils tous ces gens ? On l'ignorait. On craignait même de les disperser. Ils dormaient dans les bois, dans la paille, rêvant.



Pages 60-61, Actes Sud, 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
seb_libraire   28 février 2019
La guerre des pauvres de Éric Vuillard
Et maintenant, voici que le pape appelle à la croisade contre le roi de Naples, et voici que Jan Hus monte en chaire, dans la petite chapelle de Bethléem, et prêche la désobéissance ; il prêche l'amour, la prière, même pour les ennemis du Christ, et tonne que le repentir ne passe ni par l'argent des indulgences, ni par la violence des croisades, ni par le pouvoir des princes. C'est fait. Les mots sont dits de nouveau : "ni par l'argent ni par le pouvoir ni par les princes", ces mêmes petits mots qui changent de forme, de ton mais pas de cible, et qui, lorsqu'ils reviennent au monde, toujours s'acharnent contre l'argent, la force et le pouvoir. Ces mots vont petit à petit devenir les nôtres. Ils vont mettre longtemps, très longtemps à faire leur chemin jusqu'à nous. On les entend mal encore dans les prêches de Jan Hus, mais peut-être ne les avait-on jamais si bien entendus.



Pages 29-30, Actes Sud, 2019.
Commenter  J’apprécie          520
palamede   09 novembre 2017
L'ordre du jour de Éric Vuillard
Une entreprise est une personne dont le sang monte à la tête. On appelle cela une personne morale. Leur vie dure bien au-delà des nôtres.
Commenter  J’apprécie          524
palamede   10 novembre 2017
L'ordre du jour de Éric Vuillard
Quand tu discutes avec un adversaire, essaie de te glisser dans sa peau.



Gramsci
Commenter  J’apprécie          510
seb_libraire   26 février 2019
La guerre des pauvres de Éric Vuillard
Cinquante ans plus tôt, une pâte brûlante avait coulé, elle avait coulé depuis Mayence sur tout le reste de l' Europe, elle avait coulé entre les collines de chaque ville, entre les lettres de chaque nom, dans les gouttières, par les méandres de chaque pensée ; et chaque lettre, chaque morceau d'idée, chaque signe de ponctuation s'était retrouvé pris dans un bout de métal. On les avait répartis dans un tiroir de bois. Les mains en avaient choisi un et encore un et on avait composé des mots, des lignes, des pages. On les avait mouillées d'encre et une force prodigieuse avait appuyé lentement les lettres sur le papier. On avait refait ça des dizaines et des dizaines de fois, avant de plier les feuilles en quatre, en huit, en seize. Elles avaient été mises les unes à la suite des autres, collées ensemble, cousues, enveloppées dans du cuir. Ça avait fait un livre. La Bible.



Pages 8-9, Actes Sud, 2019.
Commenter  J’apprécie          480
Merik   14 juin 2017
L'ordre du jour de Éric Vuillard
[...] Sûr qu'il en connaissait un bout en sciences politiques, lui qui avait su dire non à toutes les libertés publiques. Aussi, une fois passée la petite minute d'hésitation - tandis qu'une meute de nazis pénètre dans la chancellerie-, Schuschnigg l'intransigeant, l'homme du non, la négation faite dictateur, se tourne vers l'Allemagne, la voix étranglée, le museau rouge, l'oeil humide, et prononce un faible "oui".
Commenter  J’apprécie          460
Deslivresalire   24 novembre 2017
L'ordre du jour de Éric Vuillard
Le monde cède au bluff. Même le monde le plus sérieux, le plus rigide, même le vieil ordre, s'il ne cède jamais à l'exigence de justice, s'il ne plie jamais devant le peuple qui s'insurge, plie devant le bluff.
Commenter  J’apprécie          461
calypso   20 novembre 2017
L'ordre du jour de Éric Vuillard
On ne tombe jamais deux fois dans le même abîme. Mais on tombe toujours de la même manière, dans un mélange de ridicule et d'effroi. Et on voudrait tant ne plus tomber qu'on s'arc-boute, on hurle. A coups de talon, on nous brise les doigts, à coups de bec on nous casse les dents, on nous ronge les yeux. L’abîme est bordé de hautes demeures. Et l’Histoire est là, déesse raisonnable, statue figée au milieu de la place des Fêtes, avec pour tribut, une fois l’an, des gerbes séchées de pivoines, et, en guise de pourboire, chaque jour, du pain pour les oiseaux.
Commenter  J’apprécie          450

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Professeur Tournesol

Sur un avis de recherche, on le décrit comme un homme au crâne dégarni, portant moustache, barbichette et petites lunettes rondes. Il est aussi...

malvoyant.
assez sourd.
éclopé.

10 questions
92 lecteurs ont répondu
Thème : Les Aventures de Tintin, tome 17 : On a marché sur la Lune de HergéCréer un quiz sur cet auteur

.. ..