AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.74 /5 (sur 2345 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Brest , le 27/12/1973
Biographie :

Tanguy Viel passe à Brest les douze premières années de sa vie. Objecteur de conscience au centre dramatique de Tours, « ses possessions sur terre se limitaient à six cartons, dont cinq de livre », si l'on en croit François Bon. Il habite chambres de bonnes et greniers improbables, toujours proche du centre de la ville et de ses bars.

Il n'a que vingt-quatre ans lorsqu'il publie son premier roman, Le Black Note, et le ton est déjà posé : écriture ciselée et quasi-cinématographique pour personnages imparfaits, saluée franchement par la critique.

Suivront Cinéma, et l'Absolue perfection du crime, où il s'essaie à la forme littéraire du polar et pour lequel il reçoit le prix Fénéon, puis de nombreux romans dont les plus notables sont Insoupçonnable (2006) puis Paris-Brest (2009) et en 2013, La disparition de Jim Sullivan.

"Article 353 du code pénal" est sorti début 2017


+ Voir plus
Source : /livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Tanguy Viel   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La fille qu'on appelle revêt les atours d'un roman naturaliste, où le destin imprime sa volonté en dépit des voeux de ses sujets. C'est également un roman sur l'emprise où se distingue une lutte des classes à travers la personnalité d'un boxeur qui n'a presque plus rien à perdre, et sa fille, à demi-candide. Laura est une jeune femme qui a prêté son corps à des publicités érotiques et qui revient vivre près de son père après la séparation de ses parents quelques années plus tôt. Décidé à lui donner un coup de main pour trouver un logement, Max le Corre, son boxeur de père, la met en contact avec Quentin le Bars, le maire de la ville pour lequel il est aussi chauffeur. le piège se referme sur Laura, et sur son père, en proie aux prédateurs de la ville. Servi par une prose riche et un texte littéraire abouti, le roman de Tanguy Viel nous propose un voyage teinté de fiel. Tanguy Viel est l'auteur de nombreux romans, il a reçu en février 2021 une bourse d'année sabbatique pour son projet de roman « La fille qu'on appelle », publié aux éditions de Minuit. #rentréelittéraire #TanguyViel #pouvoir #lutte #lafillequonappelle #predateur Un podcast réalisé par Pauline Carayon du CNL et le musicien, auteur, compositeur et interprète Nicolas Lockhart, illustré par l'auteur de bandes dessinées et artiste plasticien Pierre LaPolice. Rendez-vous tous les jeudis pour un nouvel épisode de Son Livre, le podcast du CNL qui vole dans les plumes... des auteurs, et vous dévoile nos coups de coeur de la rentrée littéraire ! Suivez le CNL sur son site et les réseaux sociaux : Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (454) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   07 janvier 2017
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
Et quel cerveau......quel cerveau il nous faut, à nous autres les gens normaux, pour admettre qu’il existe sur terre une catégorie de personnes comme ça, dépourvues de cette chose que vous et moi, j’ai dit au juge, je suis sûr qu’on partage, quelque chose qui normalement nous empêche ou nous menace,quelque chose –une conscience peut-être, et qui naît assez vite pourvu qu’on ait dans la tête ce miroir mal fixé qui fait que même Adam s’est couvert d’une feuille de vigne, quelque chose qui nous entrave, oui, mais peut-être aussi, nous honore. Et le fait est que certains en sont dépourvus, de cette chose-là, comme d’autres naissent avec un bras en moins, certains naissent atrophiés de, je ne sais pas, de...

Et le juge a dit : D’humanité ?

Oui, peut-être au fond c’est ça, d’humanité.
Commenter  J’apprécie          512
migdal   16 octobre 2021
La fille qu'on appelle de Tanguy Viel
Mais qu’est-ce que ça peut faire ? a-t-elle dit à l’avocat qu'elle était allée voir. Même si j'y avais pensé, même si j’avais su que cette histoire ressortirait comme les vêtements d'un cadavre à la surface de l’eau, qu’est-ce que vous croyez ? Que je n'aurais pas porté plainte ?



Mais vous auriez pu me prévenir ! s'énervait l'avocat, dépité maintenant devant la page de Ouest-France, je vous avais dit de tout me dire !



Oui, eh bien, j’ai oublié, voilà, ça arrive, d’oublier certaines choses, non ?



Oui, ça arrive. Certaines choses, a-t-il ironisé. Vous connaissez la théorie de la victime parfaite ? Non, elle a répondu.



Eh bien, c'est tout le contraire de vous. Vous comprenez, il a repris, ce dont on a besoin, c’est que vous y laissiez toutes vos plumes, votre virginité, même, si possible, ça, oui, c'est une victime parfaite. Et donc vous ne l'êtes pas.



Et sans le dire il a pensé «vraiment pas», se demandant plutôt pourquoi lui tombaient dessus des cas aussi indéfendables, avec autant de batons pour se faire battre, à commencer par ces photos qu'il imaginait déjà dans le dossier de la défense ou bien même pas, puisque de défense il n’y aurait pas besoin, vu qu'avec des casseroles comme ça, il a dit, le procureur allait sûrement classer l’affaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Bookycooky   07 janvier 2017
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
Parce que le problème, c’est que même un gars mauvais, même la pire des crapules, il y a des moments où elle n’est pas une crapule, des moments où elle ne pense pas à mal. Et croyez bien que ça ne simplifie pas les choses pour les gens comme moi. Les gens comme moi, ils ont besoin de logique, et la logique voudrait qu’un gars méchant soit méchant tout le temps, pas seulement un tiers du temps.
Commenter  J’apprécie          460
Bobby_The_Rasta_Lama   10 mai 2020
La disparition de Jim Sullivan de Tanguy Viel
Même dans le Montana, même avec des auteurs de Montana qui s'occupent de chasse et de pêche et de provisions de bois pour l'hiver, ils arrivent à faire des romans qu'on achète aussi bien à Paris qu'à New York. Cela, c'est une chose qui m'échappe. Nous avons des hectares de forêts et de rivières, nous avons un pays qui est deux fois le Montana en matière de pêche et de chasse et nous ne parvenons pas à écrire des romans internationaux.

Du jour où j'ai compris cela, je dois dire, j'ai pris une carte de l'Amérique, je l'ai accrochée sur le mur de mon bureau et je me suis dit que l'histoire entière de mon prochain livre se déroulerait là-bas, aux Etats-Unis.
Commenter  J’apprécie          370
Bookycooky   22 mars 2019
Travelling de Tanguy Viel
...concernant la marine marchande du XVIIe siècle,..on embarquait un homme spécialement pour...faire les comptes de chaque chose qui se trouvait à bord, les vaches, les cochons, les munitions, les tonnes d’épices qu’on rapportait des Indes. Et cette fonction d’intendance avait un nom, c’était « l’écrivain ».
Commenter  J’apprécie          333
palamede   09 avril 2017
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
En un sens, la rade, c'est l'océan moins l'océan.
Commenter  J’apprécie          290
LaBiblidOnee   01 mars 2021
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
Est-ce que le silence, c'est comme l'obscurité ? Un trop bon climat pour les champignons et les mauvaises pensées ?
Commenter  J’apprécie          2717
Annette55   30 avril 2017
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
"Quelquefois je m'y perds, dans les brumes du miroir, dans le reflet indécis de moi, quelquefois même je suis content de m'y perdre, mais quelquefois aussi, j'ai dit au juge, quelquefois, je suis en colère contre la brume."
Commenter  J’apprécie          260
Renod   13 janvier 2017
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
Peut-être que la mémoire ce n’est rien d’autre que ça, les bords coupants des images intérieures, je veux dire, pas les images elles-mêmes mais le ballottement déchirant des images à l’intérieur de nous, comme serrées par des chaînes qui les empêchent de se détacher, mais les frottements qui les tendent et les retiennent, ça fait comme un vautour qui vous déchire les chairs, et qu’alors s’il n’y a pas un démon ou un dieu pour vous libérer, le supplice peut durer des années.
Commenter  J’apprécie          250
Tatooa   03 septembre 2018
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
- Toute cette histoire, a repris le juge, c'est d'abord la vôtre.

- Oui, bien sûr, la mienne. Alors laissez-moi la raconter comme je veux. Qu'elle soit comme une rivière sauvage qui sort quelques fois de son lit, parce que, j'ai pas comme vous l'attirail du savoir ni des lois, et parce qu'en la racontant à ma manière, je sais pas, ça me fait quelque chose de doux au coeur, comme si je flottais, ou quelque chose comme ça. Peut-être comme si rien n'était jamais arrivé, ou surtout comme si là, tant que je parle, tant que j'ai pas fini de parler, alors oui, voilà, ici même devant vous, il ne peut rien m'arriver. Comme si pour la première fois je suspendais la cascade de catastrophes qui a l'air de m'être tombée dessus sans relâche, comme des dominos que j'aurais installé moi-même patiemment pendant des années et qui s'affaisseraient les uns sur les autres sans crier gare.
Commenter  J’apprécie          240

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Bernard, Bernard & Bernard !

Dans quel film n'a pas joué Bernard Giraudeau ?

L'année des méduses
Ridicule
Et la tendresse ? Bordel !
À nous les petites Anglaises

25 questions
34 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..