AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.83 /5 (sur 151 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal
Biographie :

Nadia Lakhdari King est née à Montréal et a étudié le droit à l’université McGill. Après deux ans dans un grand cabinet new-yorkais, elle est partie faire le tour du monde et a atterri en Nouvelle- Zélande, où elle a rencontré l’amour de sa vie et vécu pendant huit ans. Elle habite aujourd’hui à Montréal avec son mari et ses deux enfants. Elle est aussi l’auteure de la trilogie Éléonore, de N’oublie pas mon petit soulier et de Je vois la vie en rose. Dans ses temps libres, elle est vice-présidente à la programmation de C2-MTL.

Source : http://www.editionsgoelette.com/30-auteur/nadia-lakhdari-king.html
Ajouter des informations
Bibliographie de Nadia Lakhdari King   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les nouvelles activités de promotion au temps du coronavirus La crise sanitaire que nous traversons actuellement a rebattu les cartes et a changé les règles du jeu en termes d'efforts de promotion et de rayonnement. Que ce soient pour les maisons d'édition, les auteur·trice·s, les librairies de proximité ou les sites de vente de livres en ligne, de nouvelles pratiques ont émergées. Quels sont les nouveaux défis et les nouveaux rôles de chacun·e? Quelles sont les habitudes des acheteur·euse·s en ligne et en librairie? Quels sont les résultats des ventes depuis cette crise? Avec: Maximilien Bouchard, libraire chez Librairie Marie-Laura Julie Brosseau, directrice du Salon du livre de Trois-Rivières Jean Benoit Dumais, directeur général chez les Librairies indépendantes du Québec, coopérative (LIQ) Nadia Lakhdari, écrivaine Marie Claude Pouliot, responsable des relations de presse chez les éditions de Ta Mère Animé par Catherine Voyer-Léger Ce balado a été le enregistré le jeudi 12 novembre 2020, au Palais des congrès de Montréal, à l'occasion des journées du slm PRO, le volet professionnel du Salon du livre de Montréal.

+ Lire la suite

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
iris29   26 septembre 2019
Je vois la vie en rose de Nadia Lakhdari King
Il y a des gens, comme ça, qui ont la manie du " parler- coller". J'ai toujours envie de leur servir la leçon de Patrick Swayze dans Dirty Dancing : " Ceci est mon espace, ceci est ton espace."
Commenter  J’apprécie          154
iris29   28 septembre 2019
Je vois la vie en rose de Nadia Lakhdari King
Seb m'observe comme si j'étais une équation de math particulièrement difficile à résoudre.
Commenter  J’apprécie          150
iris29   24 septembre 2019
Je vois la vie en rose de Nadia Lakhdari King
( Florence, 12 ans)



Depuis quelque temps, je souffre. Je suis déchirée entre mon amour inconditionnel pour Twilight et ma passion dévorante pour Hunger Games. Je n'aurais jamais cru qu'une telle chose serait possible.

Edward et jacob seront TOUJOURS plus hot que Peeta et Gale , mais... si j'avais à choisir , je pense que je préférerais être Katniss Everdeen plutôt que Bella.
Commenter  J’apprécie          130
iris29   27 septembre 2019
Je vois la vie en rose de Nadia Lakhdari King
Je ne peux quand même pas péter ma coche devant lui.
Commenter  J’apprécie          112
iris29   24 septembre 2019
N'oublie pas mon petit soulier de Nadia Lakhdari King
Arrivée en haut des escaliers, je jette un coup d'oeil dans le corridor qui mène vers le salon. Personne. Je m'avance précautionneusement, le bâton serré contre moi. Lentement, très lentement , je penche la tête dans l'embrasure de la porte du salon. Puis je me recule immédiatement, le coeur battant.

Il y a un homme ! Il y a réellement un homme dans le salon.

Je jette un coup d'oeil.

Hum. Un bel homme, si j'en crois mon impression initiale.

On ne fait plus les cambrioleurs comme avant.
Commenter  J’apprécie          80
Cielvariable   02 juin 2018
#Colocs, tome 1 de Nadia Lakhdari King
Béatrice saisit son chandail préféré, un vieux coton ouaté gris du camp du lac Ouareau. C’est là qu’elle passait ses va­cances quand elle était plus jeune et qu’elle a travaillé comme monitrice cet été. Ça lui fait du bien de retrouver un objet aussi familier dans un endroit où tout est nouveau. Elle plie le chandail à la verticale, comme sa mère le lui a appris, et le place dans son placard. Elle accroche une robe à un cintre quand elle entend un bruit de pas dans le corridor. Emma entre dans sa chambre, les cheveux ébouriffés,

vêtue d’un vieux t-shirt et d’un boxer qui a connu des jours meilleurs.



Elle salue son amie en bâillant et ouvre un tiroir au hasard.



EMMA : Mon Dieu, viens pas me dire que tu plies tes petites culottes ?



BÉATRICE : Ben oui, pourquoi ? Tu fais quoi, toi ?



EMMA : Je les mets en boule dans mon tiroir de sous-vêtements ! Ça se froisse pas, des petites culottes. À quoi ça sert de les plier ?



BÉATRICE : Je sais pas. C’est mieux rangé quand j’ouvre mon tiroir, pis je peux voir ce que j’ai.



EMMA : Mais pourquoi ? Tu prends pas la première au hasard ?



BÉATRICE : Ben non, il y en a qui vont mieux sous tel type de vêtement, il y en a qui sont plus confortables, ou plus sexy, ça dépend de mon mood.



EMMA : Tu te compliques la vie. T’as pas entendu parler de la méthode de Mark Zuckerberg ou de Barack Obama ? Ils s’habillent pareil tous les jours pour pas perdre leur temps à prendre des décisions inutiles. Comme ça leur cerveau demeure libre pour les décisions importantes.



BÉATRICE : Es-tu en train de me dire que t’es la Barack Obama des bobettes ?EMMA (en éclatant de rire) : Ha ! Peut-être que je justifie mon désordre comme je peux. On va se promener quand t’as fini ?



Béatrice acquiesce et tend la main vers son téléphone qui vibre.



BÉATRICE (en roulant les yeux) : C’est ma mère. Ça fait genre dix textos qu’elle m’envoie ce matin.



EMMA : C’est vrai qu’elle avait l’air un peu stressée, hier soir, en partant.



BÉATRICE : Stressée, tu dis ?



EMMA : Au moins elle a fini par dire oui.



BÉATRICE : Au moins.



EMMA : Qu’est-ce qui l’a fait changer d’idée, tu penses ?



BÉATRICE : Quand elle a rencontré ta tante, cet été. Elle est revenue un peu plus rassurée. Je pense qu’elle l’a trouvée spéciale, mais fiable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FlowerPanda   18 janvier 2015
Le party d'Emily de Nadia Lakhdari King
Vraiment, ils mériteront tous un rôle dans le film sur ma vie, avec des drames pareils. Il faudra seulement choisir des acteurs qui ont un âge raisonnable. Genre vingt-et-un ans, max.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   22 mars 2017
Histoires de filles au chalet de Nadia Lakhdari King
J’ai de la misère à dormir, mais en même temps je suis fatiguée en permanence. C’est épuisant émotivement. J’ai l’impression de passer à travers cinquante émotions par jour. Des fois je suis en gros crisse, des fois je braille ma vie, des fois je suis soulagée, pis même un peu contente d’être libre…
Commenter  J’apprécie          30
ninon16   23 janvier 2015
Le réveil d'Isabelle de Nadia Lakhdari King
-Il est temps que je confie le problème à une autorité supérieure.

-Une autorité supérieure ? Tu penses vraiment que papa y changera quelque chose ?

Ma mère est morte de rire. Je vous jure, elle s'en étouffe presque. Je suis à un cheveu de raccrocher et d'appeler Info Santé.

-Ton père ? Elle est bonne, celle-là.

-A qui confies-tu le problème, alors ?

-Au père Lanthier.

Le père Lanthier ? ça me dit vaguement quelque chose...

J'y suis ! C'est le curé du village près de la maison de campagne de mes parents.

Mais que vient-il faire dans cette histoire ?

-C'est le guide spirituel de notre famille.

C'est à mon tour de manquer de m'étouffer.
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   19 avril 2018
Histoires de filles sous le soleil de Nadia Lakhdari King
Je m’apprête à retourner m’asseoir quand un mouvement étrange attire mon attention. Là, au fond de la terrasse, derrière cette plante tropicale… On dirait quelqu’un qui gesticule. Je m’avance lentement. La personne mystérieuse réagit en gesticulant encore plus. Je plisse les yeux pour tenter de mieux voir. (Ça doit être la fatigue. Trente ans, c’est trop jeune pour commencer à être myope.)



Yeux plissés ou pas, je me rends vite compte que la personne qui bat des bras comme un contrôleur aérien est ma sœur, Sandrine. Mais qu’est-ce qu’elle fait là ?



– Mais qu’est-ce que tu fais là ?



– Chuut ! Viens ici.



Elle me tire le bras avec une force inattendue. Je la suis jusqu’à sa chambre, savourant mon cocktail virgin de ma main libre.



– Eva, l’heure est grave.



Je m’assois sur son lit et j’examine mon vernis à ongles, qui semble mal tolérer la chaleur. Je savais que j’aurais dû essayer le Shellac.



(Non, je ne suis pas une sœur ingrate ; Sandrine commence 90 % de ses phrases avec cette expression. L’heure est toujours grave, avec elle. Elle aime avoir l’impression de vivre sur la corde raide. Vraiment, elle aurait été plus à sa place aux urgences d’un grand hôpital ou à la tête d’un centre d’épidémiologie qu’en design d’intérieur.)



– La mère de Marc me rend folle, continue-t-elle.



Ah, tiens, là ça devient intéressant.



– Tu me connais, Eva. Mon mariage est organisé à la seconde près. J’ai tout choisi sur Internet avant d’arriver. La musique, les fleurs, le photographe, les centres de table, la disposition des chaises. Et elle veut tout changer ! Sous prétexte que ce n’est pas assez chic.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Nadia Lakhdari King (149)Voir plus


Quiz Voir plus

Premier roman = succès

A 55 ans, auteure d'un premier roman autobiographique, Le grand marin (éd. de l'Olivier), récompensée par Prix Joseph-Kessel 2016, le Prix Mac Orlan, le prix des « Etonnants voyageurs ».

Catherine Ceylac
Catherine Poulain
Catherine Rich
Catherine Barma

14 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur contemporain , succès , premier romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..