AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.58 /5 (sur 65 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Jean-sur-Veyle , 1981
Biographie :

Docteur ès-lettres, traducteur du roumain et auteur français.

Il a édité les œuvres françaises de Cioran dans la "Bibliothèque de la Pléiade" (Gallimard, 2011).

Il est l’auteur de plusieurs essais de critique littéraire, dont "Cioran malgré lui. Écrire à l’encontre de soi" (CNRS Éd., 2011), et "L’Élégance et le Chaos. Correspondance de Catherine Pozzi" (Non Lieu, 2011).

Depuis 2013, il dirige la maison d’édition Hochroth-Paris, dédiée à la poésie.

Il est l’auteur de"Vie de monsieur Leguat" qui a remporté le prix Goncourt de la Nouvelle 2014 et de "Pourquoi le saut des baleines" Prix Gens de mer 2015, "Les Huit Enfants Schumann", mention spéciale du jury du Prix Françoise Sagan et de "Le Mort sur l'âne".

Source : editionsdusonneur.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Nicolas Cavaillès   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecture d'extraits du livre "Pourquoi le saut des baleines" de Nicolas Cavaillès, paru en 2015 aux éditions du Sonneur. Lecture par Grégoire Courtois pour la librairie Obliques

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Moglug   22 août 2015
Pourquoi le saut des baleines de Nicolas Cavaillès
… Ivresse, libération, secousse non moins absurdes, en dernier lieu, futiles, qui n’apaisent qu’un moment, qu’il faut toujours recommencer, et dont la baleine doit savoir dans son for intérieur, dans ce magma d’instincts, de mémoire et d’analyse, la grande vanité. Mais un monde qui n’est que poussière d’étoile remuée dans un trou noir, la créature, même bardée de ses instincts, gènes et neurones, même flattée par l’héritage multi-millénaire de la sélection naturelle, peut goûter un acte aussi gratuit que la totalité dans laquelle elle baigne. Ainsi la baleine sauterait-elle quia absurdum, parce que c’est absurde ?
Commenter  J’apprécie          70
CeCedille   11 avril 2018
Le mort sur l'âne de Nicolas Cavaillès
Il était donc un fois un jeune homme d'à peine vingt ans, mais déjà versé dans la science des vices et des élégances, un solitaire, un paresseux amer et jouisseur, qui aux écoles et aux études préférait la nuit, les bistrots et la compagnie d'une prostituée sortie par ses soins du bordel. Il s'enivrait comme un vieux poète et dissipait son argent. Orphelin de son père, fils aimant et malin de sa mère, il était en outre affligé d'un beau-père, général de son état, qui un jour crut bon, pour extirper le garnement de ses périlleux égouts avant qu'il ne s'y ensevelît, de l'envoyer faire un long voyage spartiate en bateau, jusqu'aux Indes. Le jeune homme n'eut pas le choix, il dut partir. Lui à qui il était déjà arrivé de formuler le vœu intime de tout quitter, il se vit ainsi privé de l'échappatoire du reste du monde et des voyages, désormais souillés, accaparés par l'intention paternaliste du beau-père. Un voyage utile, formateur l'ignoble perversion ! De cette aventure imposée, disons-le d'emblée, il rapporterait une cravate comme nul n'en portait dans sa ville, en tissu de madras. (pp.86/87)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MarianneL   30 septembre 2013
Vie de monsieur Leguat de Nicolas Cavaillès
Un mélange de malédiction crue et de possibilités infinies tisse l’atmosphère du port d’Amsterdam. Errer là, hors du temps, malchanceux mais prêt à tout, malheureux mais rêveur, c’est flatter l’amertume sans bannir l’utopie.
Commenter  J’apprécie          60
syssylle   09 septembre 2019
Les huit enfants Schumann de Nicolas Cavaillès
Au mois de janvier qui suivit, Robert travaillait à des "légendes" et à des "chants de l'aube". Au piano qui sonnait entre les parois de son crâne se mêlèrent alors des cris d'humanoïdes rougeoyanst et des chants d'anges invisibles. Il sentit la folie le gagner, le conquérir tout entier, et demanda à être interné chez les aliénés; on lui refusa ce refuge, le renvoyant ainsi à ses effroyables journées et à ses nuits infernales: maux de tête, hallucinations sonores, coups de tonnerre et mélodies célestes, ou démoniaques, toute une musique inlassable dont il ne parvenait pas à se libérer. Il ne travailla plus, ne dormit plus, attendit seulement que ces diables le laissassent en paix-ce qui n'arriva pas.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94   04 novembre 2020
Vie de monsieur Leguat de Nicolas Cavaillès
La solitude et la mort cognent moins fort que cette sombre inutilité, cette oisiveté morbide.
Commenter  J’apprécie          50
CalliPetri   09 mars 2020
Pourquoi le saut des baleines de Nicolas Cavaillès
Tel Orphée se retournant vers Eurydice, l'humain perd ce dont il s'enquiert, il dénature ce qu'il veut connaître. Heureux celui qui contemple un ciel étoilé sans y distinguer des constellations prédéfinies, heureux celui qui traverse un paysage que ne défraîchissent aucune abstraction linguistique ni culturelle, aucun nom ni aucune anecdote historique, heureux et sage celui qui vogue sur une mer anonyme.
Commenter  J’apprécie          30
5667   21 août 2018
Le mort sur l'âne de Nicolas Cavaillès
Si maintenant vous me demandez d'où vient cette brèche, je vous répondrai que c'est l'humain, jeté ici-bas comme un touriste sans guide, qui se l'est percée tout seul face à l'immense mutisme de son univers: élan mystique ou rigueur administrative, accès poétique ou besoin de se rassurer, il a voulu combler le silence, il a donné aux lieux des noms - et les lieux ont crevé comme de vieux pneus. Tout ce qui s'en est suivi, tautologies et malentendus, fantasmes et déceptions, délires et hurlements, tout procède d'un vide initial qui est l'absence de l'humain dans la démiurgie de la Terre qu'il veut et croit posséder.
Commenter  J’apprécie          20
CalliPetri   09 mars 2020
Pourquoi le saut des baleines de Nicolas Cavaillès
Océans de lassitude, toujours les mêmes vagues, les accalmies, les scélérates, les lames de fond, les abysses, flots de bleu et de noir sans fin, où il ne se passe, dans le fond, rien.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94   04 novembre 2020
Vie de monsieur Leguat de Nicolas Cavaillès
Nul ne vit plusieurs vies; si l'on croit en commencer une seconde, c'est que l'on a pas vraiment vécu la première, qu'on l'a traversée sans y croire - ni à la mort, prématurée, distendue, qu'elle aura trahie. Et pourtant, sur le port, malgré les rires des mouettes et les grimaces des immigrés, on imagine une autre vie possible.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94   04 novembre 2020
Vie de monsieur Leguat de Nicolas Cavaillès
Le but ultime en cette vie, le seul, est de faciliter le départ. Soit que l'on se dise avoir bien ou assez vécu, soit que l'on soit certain de ne plus avoir rien à attendre ni à accomplir ici-bas, l'essentiel en ce monde se réduit à lever le plus d'obstacles possible pour en sortir.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

L'erreur est humaine ... 🌏 🦘

Je me rappelle de mon premier quiz sur Babelio ...

une faute
deux fautes
aucune faute

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : langue française , Fautes , barbarisme , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur