AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.52/5 (sur 374 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lille , le 30/04/1955
Biographie :

Nicolas Hulot est un journaliste, animateur et producteur de télévision, écrivain, homme d'affaires et homme politique français.

Son père, un chercheur d'or, meurt d'un cancer et laisse une famille de trois enfants, alors que Nicolas a tout juste 15 ans. Cinq ans plus tard, son frère Gonzague se suicide le soir de Noël.
En 1973, il débute une carrière en tant que reporter-photographe en Amérique du Sud et en Afrique. De 1975 à 1979, il est engagé par Gökşin Sipahioğlu, fondateur de l'agence de presse Sipa. Le 2 novembre 1979, il refuse de photographier la mort de Jacques Mesrine alors qu'il est parmi les premiers sur les lieux de la fusillade.
Nicolas Hulot commence sa carrière dans les médias à France Inter de 1978 à 1987. Il fait ses débuts à la télévision dans une émission pour enfants, "Les Visiteurs du mercredi", en 1980.
De 1987 à 1995, il présente l'émission télévisée "Ushuaïa", le magazine de l'extrême, diffusée sur TF1 et co-produite avec Dominique Cantien. Il devient, grâce à cette émission, un familier des téléspectateurs et l'un des grands porte-parole français de la sauvegarde de la nature de ces 20 dernières années. En 1996 et 1997, il présente "Opération Okavango", puis "Ushuaïa Nature" de 1998 à 2012.
Il crée en 1990 la Fondation Ushuaïa, qui devient en janvier 1995 la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme dont il est président jusqu'en juin 2017.
Désireux que les questions écologiques urgentes pèsent dans la campagne de l’élection présidentielle de 2007, il renonce à se présenter après avoir obtenu la signature du Pacte écologique par la plupart des principaux candidats. Candidat à la primaire présidentielle écologiste de 2011 en vue de l'élection présidentielle française de 2012, il est battu par Eva Joly. Après avoir refusé le ministère de l'Écologie successivement proposé par les présidents Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, il accepte en 2017 d'être nommé ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, au sein des gouvernements Philippe I et II, sous la présidence d'Emmanuel Macron. En désaccord avec plusieurs mesures prises par l’exécutif, il quitte le gouvernement quinze mois plus tard.
Il annonce « quitter définitivement la vie publique » et la présidence de sa fondation en 2021, après avoir été accusé par plusieurs femmes d'agressions sexuelles et de viol et y avoir opposé un démenti catégorique.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Nicolas Hulot   (61)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nicolas Hulot - un modèle incompatible avec l’urgence climatique ?


Citations et extraits (141) Voir plus Ajouter une citation
Nicolas Hulot
Dans cette société du théâtre des apparences, le paraître prime sur l'être. Chacun le sait, mais tout le monde y cède. La débauche de communication masque l'ignorance, l'incompétence ou le manque de pouvoir. On donne l'illusion de traiter des choses. Mais la désillusion est totale, et le discrédit des politiques s'accroît.
(L'An I de l''ère écologique et dialogue avec Nicolas Hulot)
Commenter  J’apprécie          351
À vous, les jeunes, je voudrais donner à méditer ces mots du dalaï-lama : " si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer le monde, alors faites l'expérience de dormir avec un moustique et vous verrez qui empêche l'autre de dormir."
Commenter  J’apprécie          291
Nicolas Hulot
Nicolas Hulot – Cette année j'ai perdu Paul-Emile Victor. Intellectuellement, spirituellement et affectivement, il a énormément compté. Ses lettres, ses coups de fil me manquent tous les jours. C'était un grand esprit. Il était mon grand-père, mon père et mon frère. Je suis parti au pôle Nord avec lui, il venait dormir chez moi lorsqu'il venait en France... Paul-Emile a dit, avant de disparaître : « Je laisse deux fils spirituels. Jean-Louis Étienne et Nicolas Hulot. » J'avoue en être fier. Je n'avais pas pleuré depuis longtemps lorsqu'un journaliste de France Info m'a réveillé chez moi, à deux heures du matin, pour me demander ce que je pensais de la mort de Paul-Emile Victor. Mais il ne faut pas vivre dans le culte des morts. On pleure et on passe à autre chose. Le passé, on le porte ne soi, l'avenir est trop aléatoire pour miser dessus, seul compte l'instant présent.

2481 - Le nouveau LUI (n° 3 - 12/1995) [p. 18]
Commenter  J’apprécie          180
Nous devons apprendre à retrouver notre place au coeur de la nature, nous qui avons trop longtemps cru en occuper le centre. Et si nous éprouvons le désir de nous distinguer de l'animalité et revendiquons une souveraineté quelconque, que ce soit en ne limitant pas nos efforts à la seule protection de la vie humaine mais en l'étendant à l'ensemble du vivant. Tous ensemble, exerçons enfin sur cette Terre, non pas une domination aveugle, mais une vigilance globale.
Commenter  J’apprécie          140
La destruction des forêts prend de telles proportions que, chaque année, une surface équivalente à celle de la Californie est rayée de la carte. La biomasse des océans, c'est-à-dire la quantité de matière vivante, a été divisée par dix en un siècle, tandis que les moyens technologiques de pêche ont été multipliés par autant, agggravant ainsi le mécanisme de surexploitation des bandes côtières. Quant à l'agriculture, sous la pression de la déforestation et des méthodes intensives de production, elle transforme un hectare en désert à toutes les quatre secondes.
Commenter  J’apprécie          120
Nous avons pu filmer des ours blancs, ces plus grands carnassiers terrestres, errant à bout de souffle sur la glace de l'inlandsis. L'été trop long avait usé leurs ultimes forces, et ils attendaient que le froid revienne pour que la mer se forme en banquise et qu'ils puissent enfin remonter vers le nord à la recherche de nourriture sous la température qui leur convient, -30 degrés. Faim oblige, nous les avons vu perdre leurs dernières forces en se risquant sur une banquise encore fragile qui craquait sous leurs pas et les obligeait à une progression difficile, entre nage et marche, où ils achevaient de s'épuiser. Malgré les efforts des femelles pour protéger leur progéniture, les mâles n'ont d'autre issue que de dévorer les petits des autres pour survivre. Ainsi, en quelques années, ces seigneurs de la glace ont perdu des repères vieux de 300 000 ans.
Commenter  J’apprécie          110
Produire toujours plus, quitte à appauvrir la terre, à polluer les nappes, à répandre dans l'atmosphère des matières toxiques, ce n'est pas le métier que les paysans ont choisi.
Commenter  J’apprécie          90
Les marées noires représentent moins de 3% des pollutions par hydrocarbures, lesquelles viennent pour 75% des terres, via les fleuves ! Autre remarque: si surprenant que cela puisse paraître, le pétrole n'est pas, et de beaucoup, le polluant le plus dangereux. Les bactéries qui peuplent les océans en raffolent et le boulottent à qui mieux mieux.
Commenter  J’apprécie          81
L'équation du progrès raisonnable pourrait tenir en une formule: en toute chose, savoir opérer la distinction entre fatalité et fatalisme. D'une part un ensemble de nécessités existe: nous devons nous nourrir, nous déplacer, nous chauffer, nous éclairer, etc. Appelons cet ensemble fatalité. En son nom, il faut payer un tribut à la nature puisque, du moins dans l'état actuel des choses, nous n'avons pas trouvé d'autres solutions.
Mais à côté de cette fatalité existe le fatalisme. Il consiste à ne pas chercher d'alternatives pour économiser, gérer mieux, faire moins de dégâts et entraîner moins de gâchis. Cette attitude foncièrement conservatrice peut se résumer en deux ou trois formules simples. Par exemple: nous avons toujours fait ainsi, inutile de chercher à faire autrement. Ou bien: travailler sur d'autres solutions serait trop coûteux.
Commenter  J’apprécie          70
La leçon est dure à admettre pour notre amour-propre; elle n'en est pas moins implacable: les phénomènes sont beaucoup plus liés les uns aux autres que nous le croyons. Chaque fois que l'homme modifie un système naturel, il déstabilise des équilibres ancestraux et, croyant contribuer au confort de ses contemporains, il joue pour les générations futures le rôle d'un dangereux apprenti sorcier.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Nicolas Hulot (1298)Voir plus

Quiz Voir plus

Hungers games (tome 1, 2 et 3)

qui est le styliste de katniss?

Effie
Cinna
Snow
personne, elle se prepare toute seule

13 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Suzanne CollinsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..