AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 99 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1950
Biographie :

Pascale Robert-Diard est journaliste et chroniqueuse judiciaire.

Entrée au Monde en 1986, elle a longtemps été journaliste politique. Depuis 2002, elle est chargée de la chronique judiciaire.

Elle suit toutes les grandes affaires judiciaires, procès d'assises, scandales politico-financiers, mais aussi tout ce quotidien de la justice ordinaire, celle des tribunaux correctionnels, des comparutions immédiates, des chambres civiles.

Ses chroniques du procès Elf lui ont valu le prix Louis-Hachette en 2004.

Elle a publié "Dans le ventre de la justice", en septembre 2006 (Éditions Perrin), et en 2015, elle a mis en image, grâce à François Boucq, "Le procès Carlton".
En 2016, son roman "La Déposition" (Éditions de L’Iconoclaste), a été retenue jusqu’à la deuxième sélection du Prix Fémina.

En 2017, elle publie "La part du juge", un livre dans lequel elle évoque l'importance du juge dans l'histoire.
En 2018, Pascale Robert-Diard et Stéphane Durand-Souffland signent "Jours de crimes", récits de quinze ans passés dans les cours d'assises à scruter un monde de criminels.

son blog : http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/
Twitter : https://twitter.com/robert_diard?lang=fr
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

RENCONTRE AVEC PASCALE ROBERT DIARD – MATHIEU MENEGAUX


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
palamede   18 septembre 2018
Jours de crimes de Pascale Robert-Diard
L’éloquence ne consiste pas à dire ce que l’on croit mais à croire ce que l’on dit.



(Jacques Charpentier, Remarques sur la parole)
Commenter  J’apprécie          390
palamede   20 septembre 2018
Jours de crimes de Pascale Robert-Diard
Certains le disaient mort avant son procès. Peu importe : il est des âmes si noires qu’elles ne méritent pas que la justice les laisse en paix.
Commenter  J’apprécie          350
Milleviesenune   08 août 2016
La Déposition de Pascale Robert-Diard
La loi, qui connaît mieux la vie qu'on ne le dit parfois, a prévu des cas comme ça. Elle dit que lorsqu'on est le père, la mère, le frère, la soeur, l'enfant ou le conjoint de l'auteur d'un crime ou d'un délit, on ne peut être puni pour ne pas l'avoir dénoncé. Que se taire n'est pas un délit prénal mais un conflit moral qu'il appartient à chacun de résoudre comme il peut.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   18 avril 2016
La Déposition de Pascale Robert-Diard
Il sait presque tout de son intimité, rien n’est plus impudique, obscène même, qu’un dossier d’instruction. Il y a les témoignages de ses nombreux amis, ceux de sa famille, toute l’enquête qui a radiographié sa vie, mais il y a surtout ses mots à elle. Ceux qu’elle couchait frénétiquement sur les pages de son journal intime, de son écriture ronde, presque enfantine, l’écriture d’une jeune femme amoureuse et triste, qui abdiquait sa fierté, sa raison, son indépendance devant lui, l’amant, et se reprochait à la fois d’être trop soumise et de ne pas l’être assez.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   18 avril 2016
La Déposition de Pascale Robert-Diard
Il dit des choses que les autres pères ne disent pas. Par exemple que le bien et le mal n’existent pas. La morale non plus. Il dit que lui, il est « amoral, pas immoral, hein, tu comprends la différence, fils ? ». Il enseigne à son garçon que l’important, dans la vie, c’est « pas vu, pas pris ».
Commenter  J’apprécie          30
emi13   28 juin 2017
La Déposition de Pascale Robert-Diard
Il y tenait beaucoup , Maurice , à la tradition d'offrir à chacun de ses amis ces boules dont les fruits collaient aux mains des enfants , et dont il leur répétait chaque année avec solennité qu'elles portaient bonheur. P 219
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   28 février 2018
Jours de crimes de Pascale Robert-Diard
Il ne connaissait l’époux que par le portrait peu flatteur qu’elle lui en faisait et puis, surtout, il l’aimait bien, cette femme. Ils s’étaient croisés dans leur jeunesse et ils s’étaient retrouvés des années plus tard. Chacun avait fait sa vie, avec son lot de bonheurs et de heurts conjugaux. Il était disponible pour une aventure ; elle aussi, ça tombait bien.

Ils ont vécu le meilleur de l’adultère, la légèreté, le désir, les retrouvailles à l’hôtel, les voyages. Il y avait bien eu entre eux quelques moments de tension, comme ce jour où elle avait débarqué au domicile de l’amant sans le prévenir. Il n’avait pas apprécié la surprise et le lui avait dit. Il lui arrivait aussi de la trouver envahissante, avec ses textos enamourés. La lassitude commençait à le gagner, il songeait à prendre ses distances. Mais il ne savait pas trop par où commencer.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   28 février 2018
Jours de crimes de Pascale Robert-Diard
Avant l’audience, généralement, les deux sont d’humeur conquérante. Le professionnel explique au justiciable comment cela va se passer dans le cabinet du juge ou le prétoire, et qu’on va voir ce qu’on va voir. Le client en est convaincu. Une dernière fois, son conseil lui passe les consignes, rappelle ce qu’il faut absolument dire et, plus important, ce qu’il est primordial de taire. Si l’avocat ne tient pas sa robe noire roulée sous le bras – c’est ainsi qu’elle se porte aux abords immédiats des palais de justice –, ou si les deux interlocuteurs sont vêtus de manière similaire, on reconnaît tout de même sans difficulté le plaideur : c’est celui des deux qui ne paie pas les consommations
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   28 février 2018
Jours de crimes de Pascale Robert-Diard
Il suffisait de divorcer, le divorce, c’est simple.” Non, le divorce ce n’est pas simple. Quand il faut dire à des enfants que l’on aime : “Je m’en vais.” Quand il faut dire à un père : “Votre fille est merveilleuse, le lit que je partage avec elle est merveilleux, mais je m’en vais.” Vous croyez que c’est simple ? Que c’est facile ? Quand il va falloir affronter le regard des amis qui estiment tous que Bernadette Bissonnet est une femme exceptionnelle et qui vont dire : “Mais Jean-Michel, tu es fou ? On ne quitte pas Bernadette ! Et as-tu pensé à tes enfants ?
Commenter  J’apprécie          00
Milleviesenune   08 août 2016
La Déposition de Pascale Robert-Diard
Il se sent soldat, "sergent d'infanterie", dit-il, préparant l'offensive. Le procès de son père est devenu son combat, ses ennemis sont devenus les siens, l'enquête et les charges qui pèsent contre lui ne sont rien d'autre que des obstacles placés par leurs adversaires et qu'il faut trouver le moyen de surmonter, de contourner. Il n'y a plus de place pour le trouble. Le trouble, c'est bon pour les temps de paix, et là, c'est la guerre.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Pascale Robert-Diard (153)Voir plus


Quiz Voir plus

belgravia julian fellowes

A la veille de quelle grande bataille l'histoire commence t-elle ?

Austerlitz
Waterloo
Eylau
Trafalgar

7 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Belgravia de Julian FellowesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..