AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 2977 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Germain-en-Laye , le 25/05/1964
Biographie :

Philippe Jaenada est un écrivain français.

Il a grandi à Saint-Germain-en-Laye, puis est arrivé à Paris au milieu des années 1980 où il enchaîne les petits boulots pendant plusieurs années.

Sa première nouvelle est publiée en 1990 dans "L'Autre Journal". Son premier roman, "Le Chameau sauvage" (1997), obtient le Prix de Flore 1997 et le Prix Alexandre Vialatte et a été adapté au cinéma par Luc Pagès sous le titre "A+ Pollux", en 2002.

Les sept premiers romans de Philippe Jaenada sont d'inspiration autobiographique. Dans un style souvent humoristique, Philippe Jaenada se raconte dans ses sept premiers romans largement inspirés par sa propre vie. Il y raconte les péripéties d'un parisien toujours muni de son sac matelot et habitué des bars de quartier « dans un déluge de phrases, de parenthèses, de digressions, avec un esprit d'une vivacité peu commune qui ne cesse de jouer à saute-mouton.
Il se tourne vers le fait divers dans ses ouvrages suivants: "Sulak" (2013), Prix d'une vie 2013 et le Grand Prix des Lycéennes de Elle 2014, et "La Petite femelle" (Pauline Dubuisson) (2015), tout en conservant son style caractéristique.

Outre ses livres, il écrit pour le magazine "Voici".

Philippe Jaenada a obtenu le Prix Fémina 2017 pour "La serpe". Dans ce livre, l’auteur rouvre l’enquête sur Henri Girard qui fut jugé pour un triple meurtre commis en 1941, puis acquitté avant d’écrire, sous le pseudonyme de Georges Arnaud, des romans dont "Le Salaire de la peur".

son site : http://www.jaenada.com/index.html
+ Voir plus
Source : www.jaenada.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Philippe Jaenada   (21)Voir plus



étiquettes
Videos et interviews (58) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retour en image sur le 32è Festival du livre de Colmar, les 27 et 28 novembre 2021. Christian CIFFRE, éducateur spécialisé et modérateur de cette rencontre débâtera sur le thème : « Des faits-divers terribles dont on fait les meilleurs romans ». Les invités de cette rencontre : Philippe JAENADA et Jean-Baptiste ANDREA.

Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (395) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosse   17 février 2018
Sulak de Philippe Jaenada
Les trois garçons sont livrés à eux-mêmes du jour au lendemain. L'une de leurs tantes devient leur tuteur officiel, mais elle n'a pas plus d'influence sur eux qu'une libellule sur trois rhinocéros. Drago part de travers, hors de lui, il glisse vers les petites magouilles et les vols à l'étalage, il n'écoute plus personne, il hait son père et ne pense qu'à venger sa mère [...].

p59

Commenter  J’apprécie          520
ninosairosse   22 février 2018
Sulak de Philippe Jaenada
Ce n'est pas son truc, le rôle de second, à Moréas. Pas par orgueil, ni par soif de pouvoir, simplement parce qu'il aime travailler et mener ses enquêtes à sa façon, en suivant son instinct et ses méthodes, sans devoir se plier, en pestant parfois, aux théories plus ou moins pertinentes de quelqu'un d'autre. Ça le contrarie, ça le frustre, et il a beau se dire que la notion de hierarchie est tout de même pas mal inhérente à la police, il n'arrive pas à se faire une raison, c'est contre sa nature. Quand on a le nez de travers, comme il dit ( et il sait de quoi il parle), on peut pencher la tête pour faire croire qu'il est droit, mais on en a vite marre.

p225
Commenter  J’apprécie          490
ninosairosse   01 mars 2018
Sulak de Philippe Jaenada
Le temps d'un battement de cœur, de cils, de vie, de mort, tout s'arrête, tout continue, encore, il veut écrire, retenir cette encre qui fuit....Pourquoi ? Il sait, lui, Bic encre perdue, stylo jeté, effacé, oublié, pourtant jusqu'à l'ultime goutte il écrira, te dira, vivra pour moi - que ne suis-je stylo ! - dans un dernier sursaut, dernière transfusion, vivre ou mourir ensemble.

p478
Commenter  J’apprécie          491
ninosairosse   19 février 2018
Sulak de Philippe Jaenada
Elle marchait à sa gauche (en général, un quart d'heure en terrasse n'importe où suffit à s'en rendre compte, les femmes marchent à la droite des hommes - sans doute un automatisme ancestral qui date de la vie en forêt ou, au moins, de l'époque des sentiers infestés de brigands : la femme se place près du bras droit, celui qui peut protéger), car c'était le seul moyen pour elle de pouvoir espérer frôler sa main par inadvertance.

p29
Commenter  J’apprécie          480
HordeduContrevent   19 avril 2022
Le chameau sauvage de Philippe Jaenada
J'ai pris soin de disjoncter le courant (bien entendu) puis je suis monté sur une chaise avec grâce et souplesse pour aller fouiller dans les fils. Des tas de fils de toutes les couleurs entremêlés, bleu rouge jaune, des soudures et des plaquettes, que je dérangeais au hasard du bout des doigts, que j'agitais distraitement comme un médecin qui voudrait guérir son patient de la grippe en le secouant un peu par les épaules - mais je me disais : les magiciens de la vie arrangent tout sans mode d'emploi, clic, souvent même sans y penser : la bagnole n'avance plus, attends je vais jeter un coup d’œil sur le moteur, voilà ça redémarre ; Gérard ne veut pas venir ce soir, je lui passe un coup de fil, voilà il arrive ; le radiateur est cassé, je te répare ça, voilà ça chauffe. Je suis descendu serein de ma chaise - le petit bond léger du technicien de haut vol qui vient de remplir sa mission en sifflotant - pour aller remettre le courant. Non, ça ne fonctionnait pas. Étrange.
Commenter  J’apprécie          4214
carre   24 août 2014
Sulak de Philippe Jaenada
Le plus difficile n'est pas de partir. Ce n'est rien, de partir, il suffit de mettre un pied devant l'autre. Le plus difficile, se dit-il, c'est de ne pas savoir quand on pourra revenir.
Commenter  J’apprécie          420
Cancie   17 septembre 2021
Au printemps des monstres de Philippe Jaenada
Mais c’est révélateur de ce que peut être un témoignage. On peut se tromper, on peut même mentir consciemment, et n’être coupable de rien, ni même motivé par de mauvaises intentions. Les raisons qui poussent à dire autre chose que la vérité sont innombrables.
Commenter  J’apprécie          380
Fandol   20 novembre 2021
Au printemps des monstres de Philippe Jaenada
Je venais de fumer une cigarette entière sans m’en rendre compte, sans même me rappeler l’avoir allumée, j’avais et j’ai encore des poumons de cabillaud mort, je toussais pendant deux heures et demie le matin au réveil, je ne pouvais plus parcourir dix mètres en montée sans émettre des sifflements inquiétants : il était temps que j’arrête de fumer.

(page 119)
Commenter  J’apprécie          370
Kittiwake   26 juillet 2016
La petite femelle de Philippe Jaenada
J'ai donc tapé saucisse dans la zone de recherche du dossier qui contient tous mes livres dans mon ordinateur. Mes yeux se sont écarquillés comme des soucoupes volantes [...] je n'ai pas publié un seul roman qui ne contienne pas le mot saucisse...
Commenter  J’apprécie          370
Cancie   20 septembre 2021
Au printemps des monstres de Philippe Jaenada
Moi non plus je ne reculerai pas. Je suis de la graine qui pousse au printemps des monstres. Mais si je pousse, c’est parce que mes racines sont dans le fumier de la société dans laquelle vous aussi pataugez, M. Taron.
Commenter  J’apprécie          370

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Au bonheur des Dames - Emile ZOLA

Denise, orpheline, débarque sur le pavé parisien avec ses deux frères...

Georges et Riri
Jean et Pépé
Jean et Rémi
Riri et Rémi

12 questions
1314 lecteurs ont répondu
Thème : Les Rougon-Macquart, tome 11 : Au bonheur des dames de Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur