AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.64 /5 (sur 86 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Pau , le 26/05/1950
Biographie :

Patrick Mosconi est l'une des pierres de base de l'édifice du néo-polar. Co-fondateur avec Alain Fleig des éditions Phot'œil et de sa collection "Sanguine" en 1979, il devient en quelque sorte prospecteur de talents noirs. C'est sous sa houlette que vont éclore Villard, Pouy, Fajardie et consorts.

"Sanguine" migrera chez Albin Michel à la disparition de Phot'œil, entrainant avec elle Patrick Mosconi. Puis, il partira proposer ses services au Fleuve noir.

Ce n'est qu'en 1985 que Patrick Mosconi publie son premier roman, Sanguine comédie.

Il continue alors dans cette veine mais aussi dans celles de livres sur les Indiens d'Amérique ainsi que d'ouvrages illustrés pour la jeunesse.

Il est responsable, avec Alice Debord, de l'édition de la Correspondance de Guy Debord. Avec Joseph Périgaud, il est également scénariste pour la télévision.

+ Voir plus
Source : www.k-libre.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Patrick Mosconi   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Forum Fred Vargas/Patrick Mosconi 1/3 (Par mouvement démocrate, 2008)


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
koalas   01 mars 2017
La nuit apache de Patrick Mosconi
Mon fils, tu dois savoir que personne ne t'aidera dans ce monde.

C'est à toi de te préparer.

Apprends à courir dans les montagnes, cela te rendra fort.

Mon fils, tu dois savoir que tu n'as pas d'amis, pas même ta sœur, ton père, ta mère. Ce sont tes jambes qui sont tes amies, ce sont tes yeux qui sont tes amis, ce sont tes cheveux qui sont tes amis, ce sont tes mains qui sont tes amies ; c'est avec ça que tu dois te préparer.

(Conseils d'un père apache à son fils)
Commenter  J’apprécie          260
Nastasia-B   21 janvier 2014
La danse du loup de Patrick Mosconi
Maya ne ménageait pas ses efforts pour que les siens, les humains, ne la rejettent pas. En vain. Les gens sont ainsi faits qu'ils ne supportent pas que l'on vive d'une autre manière qu'eux. Ils se fermaient. Sans chaleur. Maya en souffrait, en silence. Alors, elle se replia sur son mari et son enfant.
Commenter  J’apprécie          250
koalas   03 mars 2017
La nuit apache de Patrick Mosconi
Pendant que l'huile chauffait dans la sauteuse, et que Salina marinait dans un bain d'algues, j'ai dépecé un petit poulet, quelques champignons de Paris et mis au frais une bouteille de Meursault. Ensuite, j'ai fait revenir les morceaux de poulet et les champignons avant de les dégraisser dans un égouttoir. Puis j'ai continué leur bronzage intensif, facilité par deux cuillerées à soupe de miel, pour finir par un déglaçage au whisky. J'ai balancé deux verres de riz, sel-poivre, et inondé l'ensemble d'un fond de blanc et d'un peu d'eau. Une bonne demi-heure à feux-doux, ça nous laissait le temps de mijoter un hors-d'œuvre coquin.
Commenter  J’apprécie          202
koalas   04 mars 2017
La nuit apache de Patrick Mosconi
J'ai pris des gambas, sur les conseils toujours avisés de mon poissonnier. Une demi-douzaine de grosses crevettes roses. Après décorticage, je les ai fait revenir, vivement à la poêle avec un peu d'ail, sel, poivre, poivre de Cayenne et pour finir un déglaçage au vinaigre de xérès . Accompagnées de tomates à la provençale et d'une bouteille de Sancerre 85, simple et délicieux. Installé devant mon plateau repas et, un peu plus loin, l'écran de télévision, j'ai regardé "Johnny Guitar" pour la troisième fois.
Commenter  J’apprécie          181
Cielvariable   23 février 2019
Personne n'est parfait de Patrick Mosconi
« J’habite une banlieue que les bobos dans leurs journaux qualifient de pourrie, mais ici c’est chez moi et, malgré toutes les galères et autres dysfonctionnements municipaux, je m’y sens plutôt bien depuis presque deux ans que j’y suis assigné à résidence à cause des déboires professionnels de mon père. Toute mon enfance, j’ai profité de l’espace d’un joli pavillon à Drancy, hérité de mon grand-père qui l’avait, comme on dit, construit à la sueur de son front. Je viens d’avoir seize ans, mes parents n’ont pas l’air de vouloir divorcer, je n’ai pas trop de boutons sur la gueule ni les cheveux trop gras, et l’amour, je ne l’ai encore jamais fait… Je dois reconnaître que, certaines nuits, de fortes poussées de sève me travaillent le bas du ventre autant que le mental. Alors, comme tous mes potes, en attendant le jour du top départ où on pourra être deux à calmer nos ardeurs, je m’entraîne beaucoup. En solitaire… J’ai même peaufiné l’enfilage express du préservatif avec une seule main ! Vers les quatorze ans, j’ai surfé sur le Net pour vérifier que mon matos était dans les normes, parce que si tu tombes sur un film porno, gaffe mes frères, tous ces mecs montés XXL fileraient des complexes même à un bourricot en rut. Donc, de ce côté-là, je crois que ça roule ! Au début de l’année scolaire, avec l’arrivée d’une nouvelle prof, ma vie sexuelle a pris une autre tournure, disons… plus poétique, parce que pour la première fois mon désir s’est fixé sur une personne réelle et non plus sur une image ou sur rien du tout. Pas facile d’avouer que j’ai osé me faire plaisir en pensant à une belle femme qui pourtant nous cassait les pieds en classe et que je respecte grave. Du coup, j’ai compris aussi qu’on pouvait désirer une fille et après la respecter encore plus. Tout le contraire de ce que les plus tarés des grands frères racontent sur l’amour, genre : “Ouais, man, je l’ai niquée, c’est une salope.” La fixette sur la prof n’a vraiment pas duré longtemps car, même en rêve, elle me semblait inaccessible, et de continuer ce délire, ça aurait été malsain… Et moi, je suis un mec tordu mais pas malsain, nuance ! Bref, comme presque tous les apprentis machos de la classe, je suis puceau. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cielvariable   23 février 2019
Personne n'est parfait de Patrick Mosconi
Tout a commencé par un coup de frime en cours de français, quand la prof nous a demandé, après nous avoir gavés sur le réalisme et le vécu, de lui pondre trois pages d’autofiction sur un événement qui nous était arrivé en vrai.



– Ça, c’est du journalisme ou de la sociologie, madame, pas de la littérature ! que je lui ai balancé sur le petit ton supérieur que je prends quand je veux énerver un prof.



Elle n’a pas eu l’air d’apprécier ma remarque et la voilà, encore plus véhémente, qui nous a pris la tête un bon quart d’heure sur ce mouvement littéraire. Je ne raconte pas son slam scolaire parce que c’était trop chiant, moi j’ai répliqué classique et sur le même ton crispant, avec l’appui de Céline, l’écrivain qui écrit comme on parle, comme quoi, dans son bouquin Mort à crédit, l’auteur ne s’était pas contenté de réduire sa vie à un pauvre document hyperréaliste, mais il l’avait interprétée pour, ainsi, arriver à plus de vérité.



Mes potes se sont marrés, moi j’ai exagéré la grimace du vainqueur et la prof a encaissé avec le sourire. Elle pouvait difficilement faire autrement sans perdre la face vu que je venais de lui ressortir, à un chouia près, ses propres mots. J’avais toujours en mémoire un cours assez passionnant, au premier trimestre, sur l’auteur en question, un drôle de mec tordu ce mec tordu.



Je dois préciser que je suis plutôt bon en classe depuis que j’ai compris, dès la fin du primaire, que j’étais un glandeur de première et que jamais je ne bosserais à la maison. Donc, pour éviter les réprimandes et autres trucs désagréables, au bahut comme avec mes vieux, j’ai décidé de participer activement aux cours, pire qu’un fayot mais sans me comporter comme un fayot. Du coup, j’ai la paix et pas mal de temps libre. Sans parler de la thune que j’engrange en dealant mes devoirs – surtout ceux de maths et d’anglais – aux plus friqués qui ont un disque dur un peu mou dans la tête ou un baobab dans la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sflagg   09 septembre 2016
La nuit apache de Patrick Mosconi
La conscience de la merde n'en annule pas l'odeur.
Commenter  J’apprécie          50
Cielvariable   23 février 2019
Personne n'est parfait de Patrick Mosconi
Un, je ne suis pas petit, je frôle le mètre quatre-vingts ; deux, elle a presque visé juste rapport à la quéquette. C’est une cruelle, notre prof de français, et super canon avec ça et tellement pas démago qu’on la respecte et qu’on l’aime bien, malgré son côté plutôt teigneux. Je dois reconnaître qu’elle assure et sait nous faire trimer sans trop nous les briser. Comme elle déteste autant le chantage que l’injustice, impossible de la manipuler ; j’ai bien essayé et j’ai payé cash… Malgré son côté duraille, genre Clint Eastwood femelle, elle se montre souvent plus que patiente et même gentille avec ceux qui ont de réels problèmes ou les nuls persuadés que Shakespeare est un vieux chanteur de rock anglais.
Commenter  J’apprécie          20
Sflagg   09 septembre 2016
La nuit apache de Patrick Mosconi
Je n'avais pas d'opinion, seulement quelques impressions. Conscient de ma tendance à déformer la réalité, j'ai gelé dans un coin indiscutable de ma mémoire ces faits et climats pour les retranscrire, plus tard, sur du papier. C'est ainsi, deux à trois fois par semaine, quand la lumière du jour décline, je note des situations, anodines ou pas, volées au hasard de mes balades. Une vielle manie, aussi incontournable qu'un brossage de dents. Et cela, depuis la mort de Pedro, comme si, de la sorte, je voulais me persuader que je reste du côté des vivants. Une explication un peu simpliste, qui a l'avantage, tout symbolique, d'affirmer que la vie était avant. Un archiviste du quotidien, celui des autres, pour l'essentiel. Des tonnes de papiers noircis, dénués d'états d'âme, qui s'accumulent dans la chambre de Pedro restée intacte. Des rapports médicaux, que jamais je ne relis. Une mémoire morte.
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   23 février 2019
Personne n'est parfait de Patrick Mosconi
Depuis quatre jours, je suis vraiment dans le trou. Un trou noir tout gluant de haine. Une haine qui me tord le ventre et me crame la tête. La pire de toutes, la haine de moi.



Mon père est dans le coma et c’est de ma faute. J’ai jugé sans savoir… Quoi qu’ils en disent, je suis sûr qu’il va mourir. C’est ça la réalité !



Putain, c’est comme si je l’avais poussé sous les roues de cette bagnole… Ma mère et tous les autres prétendent que c’est un accident, mais je sais que c’est faux… Non, c’est moi avec des mots terribles qui l’ai tué. Tout le reste c’est du pipeau. De pauvres justifications.



Je ne sais plus quoi faire, je me trouve minable et inutile. Malgré la tendresse de ma mère et tout l’amour de Djamila, je me sens seul et j’ai le cœur plein d’une immense tristesse que rien ne semble pouvoir soulager.



Et ce train qui m’emporte vers le Sud…



Mon pauvre papa…
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

J'ai tué mon prof! de Patrick Mosconi

Qui est Lambert?

le professeur de dessin
le meilleur ami de Julien
le frère de profeseur de dessin
le chat

8 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : J'ai tué mon prof ! de Patrick MosconiCréer un quiz sur cet auteur