AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.89/5 (sur 119 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Jesi, Ancône, Marches , le 29/04/1875
Mort(e) à : Adelboden, Suisse , le 13/02/1950
Biographie :

Rafael Sabatini était un écrivain italo-britannique de romans de romance et d'aventure historiques de la première moitié du XXe siècle.

Né en Italie, Rafael Sabatini émigre très jeune en Grande-Bretagne, mais il ne devient citoyen britannique qu’en 1918, après avoir travaillé durant la première guerre mondiale pour le War Office Intelligence Department.

Dès son premier roman, The Tavern Knight (1904) qui décrit les mésaventures d’un jeune homme en fuite après la bataille de Worcester (1651) et la défaite des troupes royalistes, on trouve les principales caractéristiques des œuvres de Sabatini : un arrière-plan historique solide et documenté qui sait s’effacer derrière les impératifs de l’aventure et du romanesque.

Le meilleur exemple en est sans doute Captain Blood (1922), qui s’inspire de la vie de Henry Pitman, chirurgien anglais condamné à mort par le juge George Jeffreys pour avoir aidé les rebelles lors du combat de Sedgemoor auprès de James Scott et qui s’échappa vers les Antilles.

Captain Blood donna lieu à deux suites moins convaincantes : The Chronicles of Captain Blood, 1931; et The Fortunes of Captain Blood, 1936. On peut leur préférer The Sea Hawk (1915), Scaramouche (1921) ou encore The Black Swan (1932), œuvres qu’on gagnerait à redécouvrir.

Sabatini publie une quarantaine de romans historiques et de biographies romancées.

Il meurt le 13 février 1950, alors qu’est en vacances à Adelboden, en Suisse.

L'Aigle des mers (The Sea Hawk) et Captain Blood ont été adapté au cinéma avec Errol Flynn. Un film fut tiré de roman Scaramouche en 1952 avec Janet Leigh et Mel Ferrer.
+ Voir plus
Source : mletourneux.free.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Rafael Sabatini   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
J'ai été condamné pour ce que j'ai osé faire ! Condamné à mort, puis à l'esclavage, par Jacques Stuart, parce que j'ai soigné les blessures d'un homme convaincu de trahison. Voilà tout mon crime. Il est facile d'en administrer la preuve en examinant les pièces du procès. J'ai été condamné par la loi anglaise de Jacques Stuart, qui au mépris des lois de Dieu affirme rebelle celui qui soigne un homme coupable de rébellion. L'esclavage, monsieur, imaginez-vous ce que c'est ?
Commenter  J’apprécie          180
— Vous, un catholique ? ricana le juge. Je suis certain que vous êtes un presbytérien. Je puis sentir un presbytérien à quarante pas !
— Alors, je m'étonne fort, répondit Blood, que vous ne puissiez sentir un papiste à quatre pas !
Commenter  J’apprécie          180
Le pacha Asad ed-Din, le Lion de la foi, se promenait à la brune en son jardin de la citadelle perchée sur les hauteurs dominant la ville.
Près de lui marchait Fenzileh, première dame de son harem, que, dix-huit ans plus tôt, à la faveur d'un coup de main dans le détroit de Messine, il avait ravie à son petit village aux maisons blanchies à la chaux ...
Commenter  J’apprécie          160
Il naquit avec le don du rire, et le sentiment que le monde était fou, et ce fut là son seul héritage
Commenter  J’apprécie          130
- Partir avec toi ... murmura-t-elle enfin.
Rien ne me rendrait plus heureuse et, si tu l'exiges vraiment, je suis prête à le faire.
Mais ...
Commenter  J’apprécie          100
- Est-ce que je fuirais vent du cul si j'étais convenablement armé ? grogna Leigh.
Suis-je homme à m'escamper devant un espagnol ? ...
Commenter  J’apprécie          80
Oh oui, un superbe roman de piraterie mais je préfère "faucon des mers", un autre Sabatini, également édité par Phébus. Les ingrédients sont les mêmes : l'injustice et un amour malheureux forgent un gentilhomme de fortune chevaleresque à souhait !
Commenter  J’apprécie          40
Restait la mer, suprême refuge de ceux qui ont décidé de s'affranchir de l'humanité.
Commenter  J’apprécie          50
L'affaire de Maracaïbo peut être considérée comme le chef-d'oeuvre du capitaine Blood. Si toutes les aventures rapportées par Jeremy Pitt sont dignes d'intérêt, aucune ne révèle aussi nettement le génie tactique déployé par l'Irlandais pour échapper victorieusement à don Miguel de Espinosa.
La réputation déjà établie de Blood en fut, d'un seul coup, si extraordinairement amplifiée que jamais flibustier - sans en excepter Morgan - ne fut aussi célèbre aux Antilles.
Commenter  J’apprécie          30
Non, coupa Blood, la plus grave erreur a été de nommer ce pendeur d'esclave au poste de gouverneur de la Jamaïque alors que celui de bourreau était libre.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Rafael Sabatini (162)Voir plus

Quiz Voir plus

Les 2 font la paire (littérature)

Si je prononce le nom Julien Sorel, vous pensez aussitôt à ...

Rhett Butler
Madame de Rénal
Tom Sawyer
Chloé
Marc Antoine

15 questions
90 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman américain , classique 19ème siècle , histoire , couple , théâtreCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}