AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.68/5 (sur 143 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Liévin , le 04/03/1944
Biographie :

Robert Muchembled est un historien français, spécialiste de l'Époque moderne. Il est né le 4 mars 1944 à Liévin.

En 1967, il est agrégé d'histoire, puis en 1985, il est docteur d'état pour une thèse intitulée « Violence et Société. Comportements populaires et mentalités en Artois de 1400 à 1660 ». Successivement professeur à l'École normale de Lille, assistant puis maître de conférences à l'Université de Lille III de 1969 à 1986, il devient ensuite professeur d'histoire moderne à l'Université de Paris XIII (Paris-Nord).

Ses recherches sont orientées vers l'histoire sociale, l'anthropologie du pouvoir, la criminalité et la vie matérielle entre 1400 et 1789. Il s'est notamment penché sur les oppositions, voire les conflits, qui ont pu exister, à l'époque moderne, entre une culture populaire et une culture des élites. L'étude des procès de sorcellerie lui a permis d'argumenter en ce sens.

Robert Muchembled s'est en effet beaucoup intéressé au phénomène de la sorcellerie. Cela avait déjà été le cas de Robert Mandrou (Magistrats et sorciers au XVIIe siècle). Mais, si R. Mandrou se posait la question : « Pourquoi, au XVIIe s., a-t-on cessé de poursuivre les sorciers ? », R. Muchembled se demande, lui : « Pourquoi avait-on commencé à les poursuivre ? ». Dans Le Roi et la Sorcière, il s'appuie notamment sur une analyse quantitative dans le cadre européen pour mettre en relief un fait : les régions dans lesquelles les persécutions pour fait de sorcellerie ont été les plus nombreuses dessinent un arc qui va des Pays-Bas au nord de l'Italie. Autrement dit : 1/ des régions "coincées" entre la France et l'Empire (nord de la France actuelle, Lorraine, Franche-Comté) ; 2/ des régions qui suivent la frontière entre une Europe catholique et une Europe protestante et qui sont autant de marges à "tenir", dans un camp comme dans l'autre.

Professeur honoraire des universités de Paris, chevalier de la Légion d'Honneur, Robert Muchembled poursuit ses activités entre Paris et New-York.
+ Voir plus
Source : Wikipedia, Le Monde des Religions
Ajouter des informations
Bibliographie de Robert Muchembled   (44)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Robert Muchembled, professeur honoraire des universités de Paris, nous présente son nouvel ouvrage, "La séduction. Une passion française", en librairie le 3 février 2023. Utilisant des productions marquantes – oeuvres littéraires, films, bandes dessinées –, pour repérer les théories et les pratiques, Robert Muchembled convie lectrices/lecteurs à une délectable plongée dans le passé, à la découverte des extraordinaires métamorphoses de la séduction amoureuse : une grande passion française constitutive de l'identité nationale, engagée depuis les années 1970 dans une nouvelle mutation décisive sous le souffle des aspirations libératrices de la féminité.
+ Lire la suite

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
... le film de Roger Vadim, "Et Dieu créa la femme", transforme à 22 ans Brigitte Bardot en star mondiale. Cheveux au vent, nue, mais toujours artistiquement voilée par le réalisateur, afin de ne pas laisser apparaître la toison pubienne, l'image féminine projetée dans les salles rompt avec les conventions de la famille de haute bourgeoisie d'affaires de l'actrice, en affichant une sexualité adolescente très libérée, profondément choquante dans ce milieu. Car elle jette aux orties le tabou de la virginité et ne se préoccupe en rien des pressions morales exercées sur son genre. Pour la première fois, elle offre une usine à rêves à toutes les demoiselles de son âge, alors que les grandes artistes émancipées étaient plutôt imitées jusque-là par les dames adultes mariées. Sans doute fréquemment retenues de sauter le pas par peur de la grossesse, les jeunes filles adoptent son style rebelle, sa nonchalance, ses petites robes en vichy, ses expressions et intonations, sa queue-de-cheval conquérante, pour se décomplexer au temps de la rigueur puritaine gaullienne. Elles affichent une séduction féminine plus épanouie, contribuant au fiasco de Chanel, rentrée å Paris en 1954, lorsqu'elle tente de revenir à une silhouette « sans seins, sans taille, sans hanches» qui avait semblé libératrice vingt-cinq ans plus tôt. La tenue féminine bourgeoise a pris un coup de vieux, évoquant désormais un groupe social traditionaliste, attaché au célèbre tailleur diffusé par la couturière. Largement bridé par la résistance paternaliste, jusqu'en 1968, le désir d'indépendance gonfle secrètement, à la maniere des jupons de BB.
Commenter  J’apprécie          130
La grâce timide étant le charme de la jeunesse, une demoiselle bien élevée doit toujours se comporter avec réserve et délicatesse. Quand elle se hasarde à l'extérieur, avec des jeunes amies, il lui faut parler bas, éviter de se faire remarquer, et ne pas leur sauter au cou. Elle ne peut sortir seule sans compromettre son honneur, son bonheur et son avenir. Si cela lui arrive, ou si elle circule en compagnie d'une bonne, elle ne doit jamais se retourner pour regarder quelqu'un, ni permettre à un homme de lui adresser la parole. Au théâtre , elle ne peut pas braquer sa lorgnette sur un inconnu, ni regarder fixement ou effrontément n'importe où, et tout fou rire lui est interdit. Au bal, elle se contente d'être aimable, avec au plus un petit rire. Si un homme se déclare, elle doit le dire à sa mère, non pas à ses amies, comme le font les sottes vaniteuses. Dans tous les cas, il importe qu'elle se tienne bien droite, gracieusement, et qu'elle conserve un peu de délicieuse gaucherie. Mariée, encore jeune, elle ne peut sortir qu'en compagnie de son père, frère ou mari. Au bal, elle évite alors un décolleté outrageux. A pied, elle ne porte qu'une toilette très effacée. Car une femme n'a vraiment de charme que si elle cherche a passer inaperçue, tant par son apparence que par ses manieres. Le bon goût, et le souci de ne causer aucune gêne à autrui, veulent qu'elle bannisse les parfums, à l'exclusion d'"une une senteur unique et douce", celle de l'iris ou de la violette. Plein de respect et douceur pour les dames, un véritable gentleman, quant à lui, n'en aborde jamais une dans la rue.
Toute séduction est exclue de ce portrait très idéalisé des bourgeoises du temps. Les manuels de savoir-vivre convergent tous sur ce point, afin d'opposer le modéle de la chaste femme mariée a celui de la courtisane corruptrice. En 1878, Ermance Dufaux de La Jonchère le dit sans ambages : "Une femme bien élevée ne porte sur elle aucun parfum. Elle les abandonne à la femme de moeurs faciles, dont ils sont l'apanage exclusif." La comtesse de Gencé parle de "coquetterie désobligeante" si les demoiselles en usent (Code mondain de la jeune fille, 1909), et conseille aux femmes élégantes de le dissimuler à leur entourage (Le Cabinet de toilette d'une honnête femme, 1909). Les dames respectables sont conviées à oublier qu'elles possédent un corps et des sens. Le système bourgeois du savoir-Vivre qui s'impose au XIXème siècle les définit comme extrêmement fragiles, si bien que l'homme galant doit les protéger en permanence et leur éviter d'être blessées ou souillées par les réalités triviales.
Commenter  J’apprécie          80
Au XVIIIe siècle, l'influence de la capitale sur la civilisation ne cesse de grandir. On pense, bien sûr, en premier lieu aux idées des philosophes qui conduisent à la Révolution. Plus feutrée, la féminisation de la société urbaine joue également un rôle fondamental. Elle va bien au-delà des apparences frivoles, souvent associées (sur un ton sévère) à la galanterie de l'époque. Certes, la longue marche des femmes en vue de leur libération ne fait que commencer. Elle emprunte alors une voie étroite, sévèrement jugée par les moralistes pressés, quí érige la séduction féminine en principe actif de corrosion de la domination masculine. Pouvait-il en aller autrement dans un univers où les pouvoirs et les savoírs établis leur niaient toute possibilité d'indépendance et condamnaíent la plupart d'entre elles à une tutelle maritale infantilisante? Privées d'autonomie, n'ayant pas encore gagné le droit à une éducatíon identique à celle des hommes, même parmi les privilégiées, malgré les efforts des précieuses, elles commencent seulement à contrecarrer le principe de supériorité virile en obligeant les séducteurs impatients à prendre les formes et le temps de les conquérir, si elles le veulent bien. Le siècle enregistre un évident glissement vers le plaisir parmi les élites dominantes. La société de Cour en donne l'exemple. Imitant un roi peu empressé à chevaucher à la tête de ses armées, nombre d'aristocrates recherchent moins que par le passé la gloire des champs de bataille, préférant s'amollir dans les délices de Capoue d'une existence raffinée. A l'époque de la guerre en dentelles, la preuve de virilité migre des victoires militaires aux prouesses amoureuses. A Paris, triomphe un art de vivre trés délicat, dont les créatíons, telle la porcelaine de Sèvres, évoquent souvent ou mettent en valeur la beauté gracieuse du corps féminin. L'univers des gens de qualité est saturé d'un érotisme doux, tout comme les peintures de François Boucher ou de Jean-Honoré Fragonard. La féminisation croissante du monde des nantis et d'une probable fraction des couches moyennes bourgeoises s'appuie également sur des changements de sensibilité collective. Les grands romans, "Manon Lescaut" , de l'abbé Prévost en 1731, "La Nouvelle Héloïse" , de Jean-Jacques Rousseau en 1761, "Paul et Virginie" , de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre en 1788, se mettent à exalter la passion pour elle-même, y compris si elle se révèle fatale ou peu vertueuse.
Commenter  J’apprécie          70
Sur une échelle émotive, c'est aux États-Unis que se conserve le mieux une intense peur du Mauvais fourchu, capable d'envahir tout corps pécheur pour le dénaturer [...] À l'autre extrême, la France fait figure d'univers précocement vacciné contre les menées sataniques, à la suite des Lumières et d'un romantisme qui a contribué à brouiller l'image de l'Ange déchu, en lui donnant la sauvage beauté d'un champion de la liberté.
Commenter  J’apprécie          80
Dans une telle hypothèse, la relation existant entre l'homicide et le suicide serait inversement proportionnelle, la quasi-disparition du premier ayant pour prix une forte augmentation du second à l'heure du bilan, lors de l'entrée dans la maturité ou dans la vieillesse. La mort de soi pourrait ainsi révéler le rejet, décalé dans le temps, longtemps après la puberté, de la puissance symbolique de l'interdit du meurtre de l'autre, devenu incontournable dans notre civilisation. En France, le taux de suicide atteint 8,9 pour 100 000 au milieu du XIXe siècle. Il bondit à son maximum absolu de 20,8 entre 1896 et 1905, à un moment où le nombre des crimes contre les personnes n'a jamais été aussi bas.
Commenter  J’apprécie          20
Le diable serait-il en train d'abandonner l'Occident à la fin du deuxième millénaire de l'ère chrétienne ?
"Ce siècle peut passer pour celui de la disparition, au moins pour celui de l'éclipse ou de la métamorphose de l'Enfer" affirmait déjà Roger Caillois en 1974.
Satan paraissait alors être rangé au rayon des accessoires de Théâtre pour la majorité des européens, y compris pour beaucoup de catholiques croyants et pratiquants qui préféraient le christianisme modernisé, ouvert sur le monde et plus confiant de Vatican II, aux fulgurances tragiques du concile de Trente ...

Commenter  J’apprécie          20
Ainsi la robe des juges prend-elle un surcroît de prestige au temps des supplices et des procès de sorcellerie. Non pas à cause d'une véritable mutation vestimentaire , l'habit rouge des magistrats supérieurs étant depuis longtemps le même que celui du monarque et le Parlement constituant , selon La Roche Flavin, "un vrai portrait de sa Majesté" . Mais plutôt parce que la puissance absolue des Princes irrigue de plus en plus l'Etat de justice des temps modernes , donnant aux juges la fierté croissante d'exercer une fonction directement liée à la souveraineté sacrée.
Commenter  J’apprécie          20
L'image surhumaine de Satan est avant tout une propagande, produite par des savants, propagée par des créatueurs, des écrivains, des ecclésiastiques dans leurs sermons ou leurs contacts avec les fidèles.
Commenter  J’apprécie          30
Au début du XXIe siècle, les risques d'homicides sont très inégaux selon les régions du globe. En 2000, le taux annuel pour 100 000 habitants est de 60,8 en Colombie, de 0,6 au Japon, de 0,7 en France ou en Angleterre. Les statisticiens proposent d'affiner l'approche en tenant également compte des suicides et de la mortalité par accident de transport, afin de mieux évaluer la dangerosité de chaque pays. Ceux où le total cumulé des trois causes n’atteint pas 10% des décès présentent le risque global le plus faible. Tel est le cas du Royaume-Uni (3%), de l'Allemagne et de la Suède (4%), des États-Unis (6%), de la France et du Japon (8%), alors que l'Ukraine affiche 10%, la Russie 18% et la Colombie 24%.
Commenter  J’apprécie          10
La meilleure police d Europe comme on la definit alors esr aussi la plus corromue
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Robert Muchembled (228)Voir plus

Quiz Voir plus

Le Jeu de l'Amour et du Hasard

Qui prend la place de Silvia ?

Dorante
Arlequin
Lisette
Mario
Monsieur Orgon

7 questions
166 lecteurs ont répondu
Thème : Le Jeu de l'amour et du hasard de Pierre de MarivauxCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..