AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.47/5 (sur 181 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Brive-la-Gaillarde , le 04/1976
Biographie :

S-P Decroix, de son vraie nom Sandrine Decroix Parot, est romancière.

Elle écrit le premier tome de sa saga "Chroniques de Mirage : La dernière cité", en 1992, à l’âge de 16 ans ainsi qu’un autre roman, écrit pour ses deux sœurs.

C’est en 2002 qu’elle participe au 7° concours littéraire international du CEPAL, en Moselle, et qu’elle décroche le prix Jules Verne pour "La dernière cité".

Durant cette remise de prix, à Thionville, elle y rencontrera, par le biais de ce que l’on peut appeler le "destin" celui qui deviendra son futur mari, et père de ses deux filles.

En 2003, elle obtiendra le prix Asimov, puis s’en suivront divers prix dont, notamment en 2004 le prix d’Anticipation, et, en 2013 le premier prix Humanité. En 2016, "La dernière cité" est publiée aux Éditions Mélibée.

page Facebook : https://www.facebook.com/sandrine.decroix.parot
Instagram : https://www.instagram.com/sandrinedecroix/

+ Voir plus
Source : amazon
Ajouter des informations
Bibliographie de S-P Decroix   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Petit Trailer du livre : Mirage's Memories - La dernière Cité


Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
"Mirage...
Mémorable cité".
Son nom venait de rentrer dans l'histoire.
Qui aurait pu croire que dans cette ville au nom si désespéré, se cachait en réalité, le coeur même de l'espoir de toute une humanité déchue?"
Commenter  J’apprécie          30
Il était une fois, un lointain pays fabuleux, au paysage fantastique, merveilleux. Une cascade, à l’écume d’un blanc pur, se jette dans I le lagon émeraude entouré d’une verdure chatoyante. Des arbres feuillus, verdoyants, des fleurs colorées et odorantes, des petits animaux qui courent en tous sens. Serait-ce le paradis ? Le son d’un tambour se propage dans l’atmosphère feutrée. Des voix chuchotent. Un groupe d’indigènes discute auprès d’un feu. À l’abri derrière des broussailles, Sokorie, aventurière reconnue dans le Royaume d’Adalmar, est là et tend l’oreille.
Commenter  J’apprécie          20
Spacieuse, avec de grandes baies vitrées décorées de lourds pans de velours, une immense table ronde se trouvait en son centre. Le sol était couvert d’une moquette épaisse. Tout semblait indiquer une certaine opulence, pourtant, il n’en était rien. La véritable richesse, la plus noble de toutes, venait de l’eau. Source de vie, ou plutôt ici-bas de survie, elle était rare, précieuse. La moindre gouttelette concédée par la nature était stockée, emmagasinée, redistribuée avec précaution en évitant tout gaspillage inutile pouvant conduire la Cité au désastre.
Commenter  J’apprécie          20
« Une lueur blanche hachure l’horizon chargé de nuages sombres qui n’apportaient aux hommes qu’une maigre fraicheur, triste distinction d’un espoir fugitif. L’air se chargea de particules électriques. La cité embauma un instant la terre humide.
Un autre claquement.
Une autre lueur.
Une rafle. Un râle céleste. Une rage charnelle.
Voir éclater ces embonpoints chargés. Les admirer déverser une bonne fois pour toute leur cargaison vitale. Sentir le rideau du ciel se déchirer jusqu’à eux. »
Commenter  J’apprécie          20
Orianne… sans amour, la vie est un soleil sans éclat, un horizon sans couleur, une terre sans saveur !
Commenter  J’apprécie          30
« Les yeux perdus dans le vide, Orlane regardait la tombe de sa mère. Elle ne prêtait attention à rien d’autre qu’aux battements affolés de son cœur. Des souvenirs lui revenaient en tête au rythme lancinant d’une mélodie datant d’après son père du Monde Ancien, que sa mère, de son vivant, ne cessait de chanter.
Aussi loin que remonte ma mémoire
Les souvenirs accourent par milliers.
Ces mots si doux, ceux que tu murmurais.
Tu feras toujours partie de mon histoire.
Loin de ton amour et de ta lumière,
Je me suis perdue dans ce désert.
Je t’en ai tant voulu de m’avoir laissée
Pourtant, je n’ai pas cessé de t’aimer »
Commenter  J’apprécie          10
Sans amour la vie est un trésor enfoui que l’on ne découvre jamais.
Commenter  J’apprécie          30
Oui, il fallait être fort, et Andrew possédait toutes les qualités requises pour se tenir en leader. Il avait mené leur petit groupe rebelle avec intelligence et stratégie, ce qui leur avait permis de quitter la Forteresse en toute discrétion, mais surtout en un seul morceau. Grâce à lui, ils s'étaient défaits de l'emprise du despote et se retrouvaient là, à quelques kilomètres à peine du cœur même de la rébellion : Mirage, la dernière Cité des Hommes.
Commenter  J’apprécie          10
« Ainsi se trouvait être Mirage : Cité irrémédiablement pleine d’espérance, souffrant dans sa chair de ne savoir mieux protéger ses enfants.
Mirage, dernière des Cités.
Dernier centre de rébellion.
Dernière perspective pour la Terre de retrouver la paix.
Comme dans ces écrits, elle plie mais ne rompt pas.
Seule, au milieu du désert.
Seule face à Amos.
Seule... mais libre !
Pour Andrew, cette cité représentait tout cela en même temps. »
Commenter  J’apprécie          10
L’espoir se cachera sous les traits d’un amour perdu.
Et, le mirage de sa tendresse éblouira le mage déchu
Qui condamnera l’Elu aux pouvoirs de la destruction.
L’Elu oubliera tout dans ses douloureuses Passions,
C’est alors que la Prophetie se réalisera,
Le douez du troisième mois de cette année-là.
En l’année 3698, le douze du troisième mois,
Parmi tous, un Homme s’élèvera
Et la Terre tremblera. »
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de S-P Decroix (86)Voir plus

Quiz Voir plus

Ils étaient dix

Comment sont invité les invités sur l'île ?

Par lettre
par train
par musique

8 questions
98 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}