AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.34 /5 (sur 29 notes)

Nationalité : Argentine
Né(e) à : Vilanova i la Geltrú , le 16/04/1976
Biographie :

Samantha Barendson est une poète française, argentine et italienne née le 16 avril 1976 en Espagne. Elle vit actuellement à Lyon.

Elle écrit et propose des lectures aussi bien en français qu'en espagnol ou italien.

Avec Béatrice Brérot, Yve Bressande, Brigitte Baumié, Pauline Catherinot, Grégoire Damon, Bernard Deglet, Frédérick Houdaer, Katia Bouchoueva, Melchior Liboà, Paola Pigani & Michel Thion, elle fait partie du Collectif « Le syndicat des poètes qui vont mourir un jour » dont les objectifs sont de "Promouvoir la poésie orale ; la faire sortir des livres pour la rendre accessible à tous ; oser la poésie dans tous les lieux ; proposer des lectures publiques dynamiques ainsi que des performances."


Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
sbarendson   01 février 2017
Le citronnier de Samantha Barendson
Il paraît que, lorsqu’il est mort, certaines parties de mon corps sont devenues toutes blanches. Il paraît que, lorsqu’il est mort, j'ai demandé à ma tante si elle pensait que le sien et le mien étaient ensemble assis sur un nuage. Il paraît que, lorsqu’il est mort, tout le monde a beaucoup pleuré. Il paraît que, lorsqu’il est mort, une lettre a été retrouvée. Il paraît que, lorsqu’il est mort, cette lettre a été jetée. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il dormait. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il revenait à peine d'Espagne et toutes ses malles étaient encore sur un bateau. Il paraît que, lorsqu’il est mort, on n'a jamais pu récupérer les malles. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il est allé au cimetière puis dans un jardin. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il est devenu un citronnier.
Commenter  J’apprécie          60
sbarendson   01 février 2017
Les délits du corps de Samantha Barendson
Je boirai un café dans un lieu d’une autre époque

Avec le goût solitaire qui toujours me poursuit

J’écrirai les vers enfouis dans la chair

Pensant au café qu’ensemble nous boirons



Je marcherai dans les grises avenues d’un Paris radieux

À la recherche de cette librairie (espagnole)

À la recherche de ce livre (épuisé)

Que jamais je ne trouverai



Je boirai un maté au café argentin du boulevard Saint-Germain

Regardant d’un côté puis de l’autre en arrière

Buenos Aires de nouveau et je serai perdue

Dans ma ville disparue



Je marcherai dans les rues les places les églises le fleuve et puis le reste

Détenant le regard la chaussure dans les cases de ma vie

Tracée à la craie au trottoir de couleurs

Et j’atteindrai le Ciel



Je boirai un verre de vin rouge et sur un vieux tango

Étendue dans les ombres d’un vieux divan obscur

Oublierai l’heure l’endroit le lieu le temps et t’oublierai toi

Absent toujours



Je marcherai enfin jusqu’au lever du jour

Écouterai se mélanger étoiles et oiseaux

Mon cœur meurtri d’avoir trop marché

Et boirai un café le dernier du jour
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sbarendson   01 février 2017
Le poème commun de Samantha Barendson
Loin l'autre, et parfois inconnu,

je pensais avec les oiseaux en vol.

Hier nous n'avons pas même échangé nos noms,

alors que chacun s'en est allé se souvenant,

emmenés l'un, l'autre, par l'avancée de la nuit,

dans la pratique de la langue étrangère.

Je dois retourner aux jours habituels –aux rêves

peut-être–, quelque temps encore avec vous.



Et lorsque déjà lointain le souvenir d’une voix,

d’un regard émeraude ou d’océan profond,

je commence à errer dans la ville endormie

aux aguets, impossible de vous désembusquer,

la nuque sensuelle d’une foule avançant

déçoit mes attentes et creusent l’envie.

Je vous cherche en vain, vous que je ne connais guère,

et lutte contre l’imposture d’un autre que vous.



J'avais alors volé sa moisson d'été,

j'avais ensuite imprimé sa face de lumière.

–Vous m'avez rappelé un village commun :

Mais dites-moi vous étiez alors adolescente !

Et vous, vous, allez voir le large fleuve rose.

Et vous, vous, les cent ponts sur l'Oder.

Si loin, vous tous que je sais exister,

à mon côté, qui m'accompagnez, toi, vous.



Les villes s’effaçaient au cours notre voyage

dans des langues impossibles que tu improvisais

aux frontières polonaises où vous ne saviez plus

s’il valait mieux rire ou désespérer.

Je te disais « mon cher » et tu me regardais

quand le soleil entrait par la fenêtre,

tu avais vingt ans dans la poussière du soir

quand vous iriez demain pleurer sur vos aïeux.



Regarder alors les verts par-delà le vitrage,

un rose de laurier s'est glissé dans la soie.

On ôte des épaules les moissons dorées, et

à peine plus tard les bleus au désir des abeilles,

champs nus, douceurs et parfums en souvenir.

La saison chaude laisse encore des peaux dorées

quelques jours au regard amoureux des jours

aux aguets pour toute survenance de glaïeuls.



Revenir dès lors ne sera pas facile,

les années et le temps nous regardent immobiles

et se moquent de nous voir remonter la rivière,

arrachant pas à pas les feuilles d’un vieux carnet,

où ensemble nous avions tracé l’itinéraire

d’une passion passagère qui aurait dû s’achever

au matin délicat d’une nuit orageuse,

un été fort lointain de mille neuf cent soixante-douze.



Loin l'autre, l'ami et son histoire

chargée de l'Histoire à peine achevée.

Le Sage de Pologne emporté par le banal,

Le poète de Palestine enlevé par le cœur1.

L'autre et parfois l'inconnu que nous portons

en effigie et dont la phrase prononcée

responsabilise les lèvres, allège la marche

cependant qu'encore une guerre s'est déclarée.



Les serments inutiles se brisent sous le poids

des pierres gorgées de pluie qui tombent

et brisent les charpentes d’un peuple en émoi.

Les livres sont brûlés et seul le Poète

pourrait risquer sa vie pour sauver la parole

d’un poète ennemi qu’une langue sépare.

Des cendres et des mots recouvrent le pays

d’une neige de silence. …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sbarendson   01 février 2017
Des coquelicots de Samantha Barendson
Des coquelicots sur le bas-côté

nous roulons vers la mer du Nord

Je sais que j’ai raison

d’y croire



Tu as pris le sable entre tes mains

et j’ai vu filer le temps

Que faire de mon désir

s’il tue ?
Commenter  J’apprécie          40
sbarendson   02 février 2017
Machine arrière de Samantha Barendson
Dans les vestiaires

je compare

mes seins

à ceux

de Sophie



Nous comparons

toutes

nos seins

à ceux de Sophie



Sophie

à des seins

magnifiques

ronds

blancs

élastiques



Nous traitons

Sophie

de salope
Commenter  J’apprécie          20

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Samantha Barendson (22)Voir plus


Quiz Voir plus

Littérature et poésie japonaise du XIXe et XXe siècle

Atsushi Nakajima a écrit

La bête au clair de lune
Histoire du poète qui fut changé en tigre
Le livre de la jungle

7 questions
2 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature japonaise , poésie japonaise , xixème-xxème sièclesCréer un quiz sur cet auteur