AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.76 /5 (sur 2300 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Seyne-sur-Mer (Var) , le 30/12/1967
Biographie :

Après un bac littéraire, Marcus Malte (Marc Martiniani) passe un CAP de projectionniste et obtient une Licence d'études cinématographiques. Puis il devient musicien de rock, de jazz et de variétés dans les bals de village et projectionniste pour la Fédération des Œuvres Laïques - Ciné 83 avant de se consacrer finalement à la littérature.

Le premier roman de Marcus Malte, "Le Doigt d'Horace", est publié en 1996 au Fleuve Noir. Il est suivi chez le même éditeur du "Lac des singes" (1997) et de "Carnage, constellation" (1998). "Le Vrai con maltais" sort en 1999 aux éditions Baleine dans la collection "Le Poulpe" créée par Jean Bernard Pouy.

En 2001, il rejoint les éditions Zulma où il publie notamment "Et tous les autres crèveront" (2001), "Mon frère est parti ce matin" (2003) et "La Part des chiens" (2003, Prix Polar dans la ville 2004).

Après la publication de "Plage des Sablettes, souvenirs d'épaves" (Autrement, 2005), du recueil de nouvelles "Intérieur Nord" (Zulma, 2005, Prix du Rotary Club de la nouvelle) et des polars pour la jeunesse "Il va venir" (Syros, 2006), "Le Chapeau" (Syros, 2006), "De poussière et de sang" (Pocket jeunesse, 2007), "L'échelle de Glasgow" (Syros, 2007) et "Le Chat Machin" (Syros, 2007), Marcus Malte publie en 2007 chez Zulma "Garden of Love". Le livre est distingué par de nombreux prix littéraires dont le Grand Prix Paul Féval de la Société des Gens de Lettres, le Prix Michel Lebrun, le Prix Cannes Polar, le Prix Sang d'encre des lycéens, le Prix Millepages, le Prix Cœur noir de Saint Quentin en Yvelines et le Prix des Lectrices de Elle 2008, catégorie Policier.

En 2016, "Le garçon" obtient le prix Fémina. En juin 2017, il reçoit pour ce même roman le prix Cardinal-Perraud, des mains de Mgr Benoît Rivière.

Lorsqu’il n’écrit pas pour les enfants ou les adolescents, Marcus Malte cultive, dans ses œuvres, un univers tourmenté et mystérieux, porté par une maîtrise singulière de l’art du récit.
+ Voir plus
Source : Wikipedia, /www.republique-des-lettres.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Marcus Malte   (55)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Zulma a 30 ans / Entretien improbable avec… Marcus Malte / Éditions Zulma

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (685) Voir plus Ajouter une citation
Stelphique   11 octobre 2016
Le garçon de Marcus Malte
Regarde, fiston, parce qu'un jour tu ne verras plus. Ecoute, parce que tu n'entendras plus. Sens, touche, goûte, étreins, respire. Qu'au moins tu puisses affirmer, le moment venu, que cette vie qu'on te retire, tu l'as vécue.
Commenter  J’apprécie          750
Kittiwake   27 octobre 2016
Le garçon de Marcus Malte
Et de grâce faites que le mystère perdure. L’indéchiffrable et l’indicible. Que nul ne sache jamais d’où provient l’émotion qui nous étreint devant la beauté d’un chant, d’un récit, d’un vers.
Commenter  J’apprécie          580
nadejda   23 août 2016
Le garçon de Marcus Malte
Joseph parle peu. Lorsqu'il s'exprime c'est par des sortes d'apologues qu'il délivre d'une voix grave, sans inflexions et fixant devant lui quelque chose qui ne se trouve pas là mais ailleurs, dans un autre cercle du temps. Et le garçon écoute. Si le sens de ces paroles lui demeure souvent inaccessible, leur sobre mélodie en revanche lui va droit au coeur. Elle le pénètre, elle le charge, elle le nourrit, et son coeur devient si plein et si gros que le garçon est souvent contraint d'élargir sa poitrine d'une vaste inspiration. Est-ce seulement le flux sonore qui lui cause cet effet ? Le rythme ? Les vibrations ? Il a déjà connu semblable sensation quand au crépuscule parfois il surprenait sa mère dans ses conversations solitaires. Il la connaîtra à nouveau plus tard à la faveur d'une mélodie particulière issue du pavillon d'un hautbois. Mais quoi ? Qu'est-ce exactement ? On l'ignore. Et de grâce faîtes que le mystère perdure. L'indéchiffrable et l'indicible. Que nul ne sache jamais d'où provient l'émotion qui nous étreint devant la beauté d'un chant, d'un récit, d'un vers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Kittiwake   04 décembre 2017
Le garçon de Marcus Malte
Ils sont vaillants , ils sont pugnaces, ils sont intrépides, ils sont courageux, ils sont valeureux, ils sont tués. On leur érigera des mausolées. On y gravera leurs noms. On commémorera. Puis on oubliera.
Commenter  J’apprécie          480
fanfanouche24   16 novembre 2016
Le garçon de Marcus Malte
N'est-ce pas le propre de l'amour que d'éblouir et d'émerveiller ? De rendre divin ce qui ne serait qu'humain ? (p. 207)
Commenter  J’apprécie          470
Stelphique   10 octobre 2016
Le garçon de Marcus Malte
D'infimes flocons se posent doucement sur lui, sur ses cils, sur ses joues, dans sa bouche: sa face d'ange saupoudrée de paillettes d'apocalypse.
Commenter  J’apprécie          420
Enki   18 septembre 2014
Il est mort le poète de Marcus Malte
« La même erreur qu’on reproduit… C’est souvent là qu’est la source de nos maux : dans le refus de reconnaître nos erreurs. Et par conséquent de les corriger. »
Commenter  J’apprécie          410
fanfanouche24   11 novembre 2016
Le garçon de Marcus Malte
(...) dimanche n'a pas de sens à ses yeux. Ni lundi ni jeudi. (...)

Il lui est impossible d'imaginer que des savants aient songé à disséquer le temps, à le découper, à le fractionner et à donner à chacune de ses parcelles, aussi infime soit-elle, un nom ou un numéro, un matricule destiné aux horloges et aux calendriers. Le diviser pour quoi ? Pour mieux régner ? (p. 88-89)
Commenter  J’apprécie          340
Roggy   17 juin 2018
Le garçon de Marcus Malte
Non seulement la beauté et l’harmonie ne durent ni ne s’emportent, mais aussi bref que fut le temps où elles nous sont apparues leur souvenir persiste, et leur absence ainsi mise en relief rend d’autant plus vertigineux le vide qu’elles nous laissent. 

Commenter  J’apprécie          344
LoloKiLi   31 juillet 2020
Le garçon de Marcus Malte
C’est un pays de labours. Un pays de fermes, de villages, de blé, de vignes, de vaches, d’églises. C’est un pays de pis et de saints. C’était. La magie de la guerre. Qui tout transforme, hommes et relief. Mets un casque sur le crâne d’un boulanger et ça devient un soldat. Mets un aigle sur son casque et ça devient un ennemi. Sème, plante des graines d’acier dans un champ de betterave et ça devient un charnier.
Commenter  J’apprécie          332

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

L'Echelle de Glasgow

Comment s'appelle l'adolescent dans le coma ?

Camille alias Kamo
Michaël alias Mika
Bastien alias Baba
Martin alias Tintin

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : L'échelle de Glasgow de Marcus MalteCréer un quiz sur cet auteur