AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791092921038
Éditeur : Le pédalo ivre (23/06/2014)

Note moyenne : 4.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Il paraît que, lorsqu’il est mort, certaines parties de mon corps sont devenues toutes blanches. Il paraît que, lorsqu’il est mort, j’ai demandé à ma tante si elle pensait que le sien et le mien étaient ensemble assis sur un nuage. Il paraît que, lorsqu’il est mort, tout le monde a beaucoup pleuré. Il paraît que, lorsqu’il est mort, une lettre a été retrouvée. Il paraît que, lorsqu’il est mort, cette lettre a été jetée. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il dormait.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
sbarendson
  10 septembre 2014
UNE ÉCRITURE QUI FAIT MOUCHE (par Angèle Paoli)
15 août 1978. Mort de Francisco Barendson à San Carlos de Bariloche, Argentine. Desaparecido?
Elle tourne. Tourne. Tourne autour d'elle-même, litanies de phrases brèves enroulées à son histoire. Elle cherche, creuse cherche, remontée du temps au-delà du temps des souvenirs. Elle, c'est Samantha, la narratrice du Citronnier, texte autobiographique lié à la disparition du père, publié dans la collection « poésie » de l'éditeur lyonnais le Pédalo ivre.
Desaparecido? Non. Porté disparu après séquestration et tortures ? Non. Simplement retrouvé mort dans une chambre d'hôtel de Bariloche en Argentine alors que l'enfant avait à peine deux ans. de lui, de ce père si tôt disparu, elle ne possède que peu d'indices. Sur les origines italiennes de sa famille et sur l'exil. Sur les traversées de l'Atlantique. Sur les voyages du père. Son père était-il pilote ou représentant de commerce pour la firme automobile SEAT ? Était-il un héros — comme se plaît un moment à l'imaginer la narratrice – ou tout au contraire, un homme ordinaire installé dans ses vices de joueur, de fumeur et de coureur de jupons ? Sans doute ni tout à fait l'un ni tout à fait l'autre. Tout ce qu'elle sait de lui, elle le tient de ses oublis, de ses reconstitutions, de ses investigations, de ses suppositions :
« Il aurait pu tomber dans la gueule du loup, il aurait pu mourir en victime, en héros, en martyr… » « Il aurait pu… / Mais il paraît… »
Elle le tient aussi des autres. du récit de ses grands-mères, avec points de suspension et silences, sur sa vie et sur sa mort : « Il paraît que, lorsqu'il est mort » / Il paraît que ça tient dans un vase… » / « Il paraît qu'ils sont allés en Espagne en bateau… » / « Il paraît qu'il aimait les femmes. Beaucoup. Trop. Il paraît qu'elle l'avait quitté… » / « Il paraît que son collègue de travail et lui ont été retrouvés morts dans le même lit… »
De lui, il lui reste six photos — qui disent la ressemblance de la fille et du père — ressemblance confirmée par d'autres indices physiques ; il reste un article de journal faisant mention de sa mort, un extrait d'acte de décès, un enregistrement récemment découvert qui livre à la narratrice le secret de sa voix. La voix de celui dont elle cherche opiniâtrement à reconstituer la silhouette éclatée, dispersée. Par fragments — un fragment par page —, la jeune femme assemble les pièces du puzzle, complète, un élément après l'autre, l'image qu'elle se construit de lui. « Mon père a maintenant une voix, un regard, une chemise à carreaux, un avion et un vase mais sa vie ressemble à un tableau de Braque ». Et l'histoire de Samantha Barendson à un « collage ». Objets et visages se superposent, s'intercalent mais la silhouette improbable toujours se dérobe. Ce qu'il reste de lui, si peu de choses. Tout juste une liste d'objets. Dix en tout. « Pas de quoi remplir une valise, pas de quoi remplir une page. » Et, parmi les menus objets personnels, « le vase volé au Pérou ». Vase et cendres. Reste enfin le fameux citronnier du jardin de Recoleta.
« Lui, Il ne dort pas au cimetière de Recoleta, il ne dort plus entre les pierres, il ne dort plus du tout, il pousse, au milieu du jardin de ma grand-mère, il est devenu grand et vert et parfois il fleurit ou donne des fruits, mon papa-citronnier enraciné à la terre de Buenos Aires, loin de moi, de l'autre côté de l'eau, sur l'autre hémisphère… »
L'écriture aidant, au bout de quinze pages, la narratrice finit par écrire le mot « papa ». Et conclut le fragment par une phrase qui reviendra souvent par la suite : « Tu fais chier papa ».
« Je ne dis jamais papa. Papa c'est enfantin, papa c'est quand il est là devant toi et que tu peux le toucher et lui dire tiens, regarde, papa, j'ai eu un vingt sur vingt en italien. Papa c'est pour lui dire je t'aime papa, pour lui dire tu fais chier papa. »
Avec la disparition du père — une disparition qui n'en est pas vraiment une puisque le père est mort durant son sommeil —, l'enfant passe du statut de fille naturelle — fruit d'une liaison hors mariage — à celui d'orpheline. Au fur et à mesure que se dessinent les lignes d'un portrait possible — aussitôt démenti par un autre — se bousculent les questions concernant la vie du père, ses liaisons, ses amours. Questions brèves, introduites par la formule « est-ce que », dix-huit fois répétée, avec quatre variantes. Questions qui portent sur les goûts du père et sur son caractère, sur son éventuel amour pour sa fille.
« Est-ce qu'il aimait cuisiner ? Est-ce qu'il savait danser ? Est-ce qu'il chantait sous la douche ? [...] Est-ce qu'il fumait des pétards ? Est-ce qu'il jouait de la guitare ? [...] Était-il sévère ? M'aurait-il laissé sortir ? M'aurait-il protégée des hommes ? Aurait-il effrayé les prétendants ? [...] Est-ce qu'il m'aurait aimée ? »
Questions sans réponses. Questions angoissantes que Samantha Barendson cherche à résoudre par l'écriture. Immortaliser le père. Et par-delà l'idéalisation un instant poursuivie, par-delà les interdictions et les interdits, tenter de lui restituer son vrai visage.
La vraie [?] figure du père au coeur de l'incessante quête de Samantha Barendson. L'écriture au centre de la quête. L'une à l'autre chevillée. Intimement et intensément. Rythmée par les répétitions anaphoriques qui scandent la page, l'écriture du Citronnier, idéale pour l'oralité, surprend par sa vivacité et par son humour.
« S'il n'était pas mort.
S'il avait dit la vérité.
S'il avait trouvé l'amour.
J'aurais pu avoir deux papas.
Pas grave.
J'ai mon citronnier. »
Toute de tendresse et de force, l'écriture « performative » de Samantha Barendson fait mouche. Elle séduit et emporte. Une écriture percutante pour crier — derrière le « tu fais chier papa » — un « je t'aime, papa » pas si enfantin que ça !

Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli
Lien : http://terresdefemmes.blogs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
BookShellFairy
  15 septembre 2017
Ma mère m'a offert ce livre en cadeau après avoir rencontré son auteur lors d'un festival de poésie. Elle ne s'était pas trompée, en me disant que ce livre me plairait.
L'écriture est assez étrange. Phrases courtes. Saccadées. de courts paragraphes également. Comme si l'auteur, à bout de souffle, nous livrait ses dernières pensées.
Il s'agit de sa mort. A lui. Ce père dont elle n'aura partagé la vie que durant 2 ans. Qui était-il ? Qu'aimait-il ? Elle va tenter de le découvrir.
Ce livre se lit trop rapidement malheureusement. Il m'aura beaucoup marquée. C'est un véritable coup de coeur que je vous enjoins à lire.
Bonne lecture :)
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
Actualitte   02 décembre 2014
Moins d'une heure de votre temps pour être convaincu, sans hésiter, que Samantha Barendson est un écrivain à part entière. A découvrir absolument.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
sbarendsonsbarendson   01 février 2017
Il paraît que, lorsqu’il est mort, certaines parties de mon corps sont devenues toutes blanches. Il paraît que, lorsqu’il est mort, j'ai demandé à ma tante si elle pensait que le sien et le mien étaient ensemble assis sur un nuage. Il paraît que, lorsqu’il est mort, tout le monde a beaucoup pleuré. Il paraît que, lorsqu’il est mort, une lettre a été retrouvée. Il paraît que, lorsqu’il est mort, cette lettre a été jetée. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il dormait. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il revenait à peine d'Espagne et toutes ses malles étaient encore sur un bateau. Il paraît que, lorsqu’il est mort, on n'a jamais pu récupérer les malles. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il est allé au cimetière puis dans un jardin. Il paraît que, lorsqu’il est mort, il est devenu un citronnier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : pèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre