AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.06/5 (sur 655 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Strasbourg , le 15/11/1970
Biographie :

Sébastien Bohler, né le 15 novembre 1970 à Strasbourg (Bas-Rhin), est journaliste scientifique pour la revue Cerveau et Psycho et chroniqueur sur France Inter à l'émission de Mathieu Vidard, " La tête au carré ", ainsi que sur le site arretsurimages.net. Ancien élève de l'Ecole polytechnique, docteur en neurobiologie, il décrypte nos comportements en s'appuyant sur des études de psychologues et de neurobiologistes. Il a déjà publié en 2007 aux éditions Aubanel La Chimie de nos émotions.

Source : http://www.myboox.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Sébastien Bohler   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sebastien Bohler vous présente son ouvrage "Striatum : comment notre cerveau peut sauver la planète" aux éditions Bouquins. Entretien avec Sylvie Hazebroucq. Rentrée Sciences-Humaines automne 2023. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2930741/sebastien-bohler-striatum-comment-notre-cerveau-peut-sauver-la-planete Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite

Citations et extraits (230) Voir plus Ajouter une citation
Nous sommes peut-être la dernière génération qui vivra dans l’opulence, la santé et la consommation sans frein. Dans trente ans, le monde n’aura plus rien à voir avec ce que nous voyons aujourd’hui. Année après année, les températures montent, les océans aussi, des milliers d’hectares de terres se transforment en désert et des millions de personnes se préparent à quitter leurs foyers pour migrer. De tout cela, nous sommes responsables. Pour la première fois de son histoire, l’enjeu pour l’humanité va être de se survivre à elle-même. Non plus à des prédateurs, à la faim ou aux maladies, mais à elle-même. Elle n’y est pas préparée. Devant ce défi suprême, elle ne répond que par des incohérences. La preuve : pourquoi, alors que nous sommes dotés d’outils extrêmement précis qui nous informent clairement de la tournure que vont prendre les événements dans quelques décennies, restons-nous impassibles ? Pourquoi, face à la catastrophe, continuons-nous à agir comme par le passé ? Qu’est-ce qui, en nous, est si dysfonctionnel ? Pour répondre à cette question, je me suis penché sur la part la plus intime et la moins visible de ce qui fait notre humanité. Ce qui nous échappe, blotti au fond de notre boîte crânienne, si obscur et si caché, mais qui nous gouverne. Notre cerveau. Ce que j’ai découvert m’a glacé. Ce cerveau, qu’on présente comme l’organe le plus complexe de l’univers et dont on chante les louanges à coups d’émissions de télévision et au fil de rayons entiers de librairie, est en réalité un organe au comportement largement défectueux, porté à la destruction et à la domination, ne poursuivant que son intérêt propre et incapable de voir au-delà de quelques décennies. Nous sommes emportés dans une fuite en avant de surconsommation, de surproduction, de surexploitation, de suralimentation, de surendettement et de surchauffe, parce qu’une partie de notre cerveau nous y pousse de manière automatique, sans que nous ayons actuellement les moyens de le freiner. Tout n’est pas perdu, parce que certaines parties de ce même cerveau ont la capacité de raisonner autrement. Mais elles sont en minorité, et elles ont du mal à se faire entendre. Pour faire gagner cette minorité silencieuse, il faut d’abord connaître la puissance de ces forces qui œuvrent de manière souterraine. J’ai voulu ici détailler le fonctionnement des circuits neuronaux profonds qui nous conduisent à notre perte, pour que toutes celles et ceux qui souhaitent comme moi un autre destin sachent à qui ils s’attaquent. Car il faut connaître son ennemi pour triompher, dit l’adage. Seul problème, il s’agit ici de se connaître soi-même. (p. 9-10)
Commenter  J’apprécie          230
Pour l'instant, il contemple la beauté du massif à l'oeil nu, sans la protection de ses lunettes d'altitude. Il n'y a que lui et l'immensité du glacier, au-dessus des vallées, au-dessus d'un continent tout entier.
Commenter  J’apprécie          250
Des expériences ont montré que lorsque l’information devient trop rapide, le cerveau humain tend à la considérer de plus en plus comme vraie, sans se poser la question de sa validité.
Commenter  J’apprécie          251
Sous nos ailes, je n'aperçois qu'un tapis sombre bleu infini qui vire au noir profond à mesure que le globe terrestre tourne son pôle vers l'infini de l'espace, encore plus loin du Soleil.
Commenter  J’apprécie          210
Qui sommes-nous, au fond? Comment sommes-nous arrivés là?
Commenter  J’apprécie          210
D'autres ont disparu avant nous. Nous pouvons être les prochains.
Commenter  J’apprécie          190
Sébastien Bohler
Notre cerveau est configuré pour en demander toujours plus, même quand ses besoins sont satisfaits.
Commenter  J’apprécie          180
Un jour, peut-être, le nec plus ultra du snobisme sera d'être sobre et respectueux de l'environnement, et non de posséder un 4 x 4 suréquipé. Dans cette hypothèse, dès l'instant où le statut social sera associé aux comportements respectueux de la planète, la partie sera gagnée. Le striatum sera devenu le moteur de la préservation, et non de la destruction.
Commenter  J’apprécie          160
La nuit commence à tomber sur le Cervin, on croirait une carte postale. Voilà plus d'un siècle que les touristes viennent admirer la silhouette élancée de ce mont légendaire.
Commenter  J’apprécie          150
certains mécanismes cérébraux nous prédisposent à ressentir des émotions positives face à des stimulations de ce genre, et tout média qui...
...........Cette situation est symptomatique d'une évolution de l'information ; il s'agit de vendre de l'émotion, indépendamment de la qualité de l'analyse.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Sébastien Bohler (859)Voir plus

Quiz Voir plus

La citadelle du vertige d'Alain Grousset

De quelle corporation Symon est-il apprenti?

Tailleur de pierre
Sculpteur
Peintre
Verrier

20 questions
430 lecteurs ont répondu
Thème : La citadelle du vertige de Alain GroussetCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}