AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.72 /5 (sur 49 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Castres , 1952
Biographie :

Serge Mestre est né à Castres dans le sud-ouest de la France d'un père républicain espagnol, réfugié politique.
Ses premiers livres sont publiés chez Flammarion , dans la collection textes , au début des années 1980 . Puis il se consacre presque exclusivement à la traduction de l'espagnol et du catalan , jusqu'à " La lumière et l'oubli " ( Denoël , 2009 ; Folio 2011 ) .

Traducteur, il vit depuis 1975 à Paris. La Lumière et l'Oubli est son sixième livre.

Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans le cadre des Bruits d'Espagne / Banquet de Printemps 2019, consacrés à la Retirada et à l'exil des républicains espagnols, rencontre avec le traducteur et romancier Serge Mestre à propos de son dernier livre, "Regarder", consacré à la photographe Gerda Taro. Entretien Jean-Michel Mariou

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   24 février 2019
Les plages du silence de Serge Mestre
Personne n'y croyait du reste, nous avons vite déchanté. C'était sur L'Indépendant que j'ai lu pour la première fois la nouvelle; d'abord le 31 janvier 1939: "Si Dante avait assisté à l'exode des populations espagnoles en France, il aurait eu matière à écrire un nouveau chapitre de son Enfer."

La une du 7 février 1939 ensuite: "Par tous les postes-frontière des Pyrénées -Orientales, une affluence sans précédent de soldats, de réfugiés, est entrée en France..."

Toutes les unes s'étaient emparées de l'évènement: le Travailleur catalan du 21 janvier: "Des canons, des avions pour l'Espagne. Ouvrez la frontière catalane!..."

Le Roussillon (journal royaliste) du 25 février: "La fin des vandales!"

Le Socialiste des Pyrénées -Orientales: "L'Espagne martyre sur le chemin de l'exil."

Somatent (dirigé par le président du P.P.F. Jacques Doriot) du 10 février: "Les marxistes exploitent honteusement ceux qu'ils ont affamés. La pègre de Catalogne déferle sur notre Roussillon."

Encore L'Indépendant du 31 janvier: "Le Perthus reste le passage de prédilection des Espagnols en route vers l'exil agréable qui les attend en France."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
JeanPierreV   02 juillet 2016
Ainadamar : La fontaine aux larmes de Serge Mestre
Dans un instant, ce sera le tour des bandilleros, l'un après l'autre, rituel parfaitement réglé, manières raffinées, efficaces, pour ce qui est de distiller la souffrance, ordonnées, lentes, meurtrières. Pour cette fois on ne décrit pas le supplice. On est tout simplement en train d'incendier la République. Il n'y a rien à sauver dans l'épaisseur des braises, même pas la couleur, son reflet, le rouge, le noir, palpitant sous la cendre d'une incandescente fin. (P. 254)
Commenter  J’apprécie          50
luis1952   14 avril 2016
La lumière et l'oubli de Serge Mestre
Vous êtes incorrigible, sœur Catalina; rangez au moins votre croix, lance la mère supérieure, en retirant la sienne, suspendue à son cou.

Elle défait la ceinture de cuir qui serre sa robe. Elle cache son chapelet dans un tiroir de table à tout faire. Puis, défaisant ses boucles de ses brodequins, se déchausse en massant ses pieds enveloppés dans des mi-bas de laine blanche, couvrant chevilles et mollets. Sa transpiration a laissé des marques noires dans ses chaussures. On peut apercevoir, l'image esquissée des orteils que la sueur a imprimée sur le tissu.
Commenter  J’apprécie          40
JoyeuxDrille   13 février 2019
Regarder de Serge Mestre
Je n'ai jamais appartenu à ces partis d'hommes. Elle se tait un instant, regarde autour d'elle, puis reprend : Il n'y a pas de place pour les femmes dans ces appareils de mâles, je partage plusieurs de leurs idées politique, d'accord, ais je ne suis pas communiste, pas comme Georg le voudrait, par exemple, pas orthodoxe. Ruth baisse les yeux, l'air gêné, car elle vient d'adhérer elle-même au KPD. Gerta insiste : Tu vois ce que je veux dire, Ruth, je parle du Parti avec un P majuscule, la sacro-sainte ligne, la discipline, la règle, la doctrine, l'idiotisme politique, énumère-t-elle avant de reprendre son souffle. Ruth demeure silencieuse et Gerta poursuit : Sympathisante, pourquoi pas, mais certainement pas inféodée, docile, soumise, maniable, manipulable, j'aime trop l'indépendance. Puis elle conclut en posant la mains sur celle de Ruth, espérant la rallier à elle : Pour les femmes, la lutte est toujours un double engagement.
Commenter  J’apprécie          30
michdesol   26 mars 2019
Regarder de Serge Mestre
Hasardeusement terrés, ils évitent les balles. Il est impossible à Robert Capa de voir la légendaire « Mort d'un soldat républicain » frappé en pleine course, ciblé simultanément par l'ennemi qui lui donne la mort et son Leica qui l'immortalise, mimant le mouvement des épis à flanc de colline, semblant tendre son fusil à un camarade derrière lui, qui ne vient pas, s'affaissant bien entendu, mais ne renonçant pas, pour l'éternité. Tout se fige, la photographie cadrant la chute, restituant le mouvement de la fin, puis le reste est silence. A cet instant, Robert Capa ne sait pas qu'il a pris ce qui deviendra la plus célèbre photographie de la guerre d'Espagne. Lorsque les tirs semblent enfin cesser, il serre Gerda dans ses bras. On a failli ne pas s'en sortir, lui dit-elle en riant aux éclats.
Commenter  J’apprécie          30
TRIEB   31 mai 2013
Les plages du silence de Serge Mestre
Le camp abritait toujours cette guerre du ventre en quoi se transforme toujours la guerre des vaincus .Pour l’instant, il abritait surtout la naissance d’un paysage neuf (…) Voilà comment un territoire devient une toute fraîche conscience. »
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipette   21 septembre 2020
Regarder de Serge Mestre
« Je suis très amoureuse de toi, Georg, lui avoue-t-elle en venant s’asseoir tout contre lui, mais je regrette, je ne pourrai jamais devenir la femme d’un homme, et encore moins d’un seul. » (p. 192)
Commenter  J’apprécie          40
luis1952   05 juin 2015
La lumière et l'oubli de Serge Mestre
Mère Monica se plante devant la prisonnière: maintenant embrasse-moi les pieds, Etrange-fruit; pour faire pénitence lui ordonne-t-elle.

Sœur Catalina projette la jeune fille à genoux devant la supérieure. Soumise, celle-ci s'est résignée à passer sa langue autour des orteils qu'on lui présente.
Commenter  J’apprécie          30
TRIEB   15 mars 2016
Ainadamar : La fontaine aux larmes de Serge Mestre
Je crois qu’être originaire de Grenade(…) me confère une certaine compréhension envers les opprimés, une sympathie légitime envers le Gitan, le Noir, le Juif …le Maure que chacun porte en soi
Commenter  J’apprécie          30
JeanPierreV   02 juillet 2016
Ainadamar : La fontaine aux larmes de Serge Mestre
L'instruction ouvra la voie du libre arbitre , la route du penser oui, du rétorquer non, de prendre sur soi de feindre quelquefois d’obéir, pour ne pas finir le voyage en martyr, quelle horreur ! [.....] Elle dégage le chemin du penser que tout se bouleverse un jour, se bouleversera. Ce jour là, il convient d'être présent, bien réveillé, parfaitement droit. (P. 48)
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur