AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782848053042
Éditeur : Sabine Wespieser (07/02/2019)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 15 notes)
Résumé :
En 1933, à Leipzig, Gerta Pohorylle ne s’appelle pas encore Gerda Taro. Arrêtée à tort, la jeune juive de Galicie répond avec dédain à la brute nationale-socialiste qui l’interroge, laissant son esprit vagabonder vers ses deux amoureux du moment. Dans la cellule où elle est jetée, son aplomb et son élégance détonnent. D’abord méfiantes, ses codétenues sont vite conquises par la générosité et l’inaltérable joie de vivre de cette jeune fille si libre, audacieuse et sé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  21 septembre 2020
L'histoire de Gerda Taro, c'est une fulgurance aussi vive que le flash d'un appareil photo. La jeune femme était inarrêtable, incontrôlable, inaliénable. Entêtée, sensuelle, amoureuse aussi, et surtout libre, toujours. « Je suis très amoureuse de toi, Georg, lui avoue-t-elle en venant s'asseoir tout contre lui, mais je regrette, je ne pourrai jamais devenir la femme d'un homme, et encore moins d'un seul. » (p. 192) le portrait qu'en fait Serge Mestre est tendre et admiratif. Sous la plume de l'auteur, j'ai découvert une femme qui a tout d'une héroïne de fiction. Mais le personnage est bien réel et son travail récemment redécouvert montre ce que Robert Capa lui doit. Gerda a inventé ce photographe américain, faisant du Hongrois une figure majeure de la presse photographique.
Mais Gerda, c'est aussi une photographe, pas seulement l'ombre de Capa. Et ce qu'elle capture avec son objectif, c'est plus que des scènes de vie, ce sont des allégories. « Un couple qu'on imagine tout récent, jeune femme conservant son fusil en bandoulière, revolver à la ceinture pour le garçon. Les amoureux se tournent vers elle, s'enlacent, s'embrassent pour la photo, pas seulement, ils s'aiment dans cette Espagne qui résiste, entend défendre les droits qu'on veut lui soustraire, ils offrent à Gerda, tandis qu'elle cadre, l'éclat de leur sourire, clic, manivelle pour le réarmement de la pellicule, clic, manivelle, à deux reprises. Les clichés affichent la rangée de leurs dents blanches, l'épais bourrelet des lèvres se frôlant, s'épousant, la bonne humeur, la confiance en la victoire, la foi en l'avenir victorieux. » (p. 160 & 161) Entre l'Espagne et Paris, Gerda porte sa foi en la liberté et sa haine des nationalismes belliqueux. Si le mot « pasionaria » n'existait pas, c'est pour Gerda Taro qu'il aurait fallu l'inventer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Mimosa81
  17 juin 2019
Regarder, est le portrait d'une femme libre et passionnée : Celui de Gerda Taro. Elle fût l'une des premières photographe de guerre et aussi la compagne de Robert Capa. J'avais comme tout le monde entendu parler de la célèbre agence de photographie CAPA, mais je ne connaissais rien de son histoire, et encore moins de ses principaux créateurs. Serge Mestre décrit le portrait d'une femme indépendante et courageuse. Née en allemagne en 1910, juive, elle s'exile en France dès 1933. Pays où elle rencontre le photographe Hongrois André Friedmann, pour qui, elle inventera le pseudonyme Robert Capa. Il va lui apprendre la photographie, vont devenir amants...mais comme je vous l'ai dit précédemment, Gerda Taro est une femme libre et elle décide de s'émanciper lorsque Aragon l'engage pour son journal. Elle décide alors de signer ses propres photos.
Voulant témoigner des horreurs de son temps, elle se rends régulièrement en Espagne ( elle adhère à la république contre le fascisme) et veut que son travail serve la cause des Républicains...
C'est un très beau portrait de femme avec en toile de fonds la guerre, la photographie et l'univers des reporters de guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
michdesol
  26 mars 2019
Il s'agit ici de la vie romancée (à peine) de la photographe Gerda Taro, née Gerta Pohorylle. A travers ce parcours, le livre est aussi une évocation de la vie des opposants dans l'Allemagne des années 30 après la prise de pouvoir par Hitler, de la vie des émigrés en France avant guerre, et de la guerre d'Espagne à laquelle participera Gerda Taro en compagnie du célèbre photographe Robert Capa.
C'est surtout un beau portrait de femme, d'une femme libre, d'avant-garde, féministe avant l'heure.
Le livre est écrit dans un style direct, parfois cinématographique.
Commenter  J’apprécie          80
Arthore
  06 juin 2019
Cette histoire est celle de Gerda Taro, dans les années 30. Jeune femme libre, Gerta Pohorylle quitte son pays pour échapper au régime nazi. En partant de rien, elle deviendra une future photo reporter à Paris grâce à Robert Capa avec qui elle aura une vraie passion amoureuse.
Mais femme moderne avant l'heure, femme ne pouvant se concevoir comme la femme d'un seul homme, elle ira au bout de ses envies à savoir être au plus près de la déroute fasciste.
Elle y perdra la vie mais pas son âme.
Commenter  J’apprécie          70
hannahens
  20 juillet 2019
Un portrait de la photo reporter Gerda Taro, et accessoirement amante de Robert Capa qui m'a malheureusement laissé un peu de marbre.
Le titre de l'ouvrage s'appelle Regarder, et effectivement on pouvait s'attendre à regarder le travail de cette femme à travers le regard de l'auteur. Il n'en est rien, la biographie romancée reste pour moi trop en surface et appuie davantage sur les amours de notre intrépide héroïne que sur ses choix artistiques ou la façon dont son oeuvre s'est mélangée avec celle de Capa, qui a comme un certain nombre d'artistes volontiers repris à son compte des photos de sa compagne...
L'auteur nous dépeint cette femme engagée (un juive militante qui quitte tout de même l'Allemagne très tôt sous la menace politique) parfois de façon un peu trop sommaire et et frivole. On sent presque plus d'intérêt pour les "hauts personnages" qu'elle a pu côtoyer que pour elle, c'est tout de même dommage pour un ouvrage focalisé sur sa personne...
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
LeMonde   01 avril 2019
Les images de la première photographe de guerre, morte en 1937 en Espagne, ont captivé l’écrivain. Elles l’ont conduit sur ses traces, et sur celles de son nouveau livre.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   14 février 2019
Contrairement à ses rares prédécesseurs, Mestre a su vraiment donner corps et âme à cette jeune Allemande ayant fui et combattu le nazisme pour se réfugier à Paris [...] Avec soin, Serge Mestre a réglé sa focale, avec un goût affirmé pour le gros plan et la mise en avant...

Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
JoyeuxDrilleJoyeuxDrille   13 février 2019
Je n'ai jamais appartenu à ces partis d'hommes. Elle se tait un instant, regarde autour d'elle, puis reprend : Il n'y a pas de place pour les femmes dans ces appareils de mâles, je partage plusieurs de leurs idées politique, d'accord, ais je ne suis pas communiste, pas comme Georg le voudrait, par exemple, pas orthodoxe. Ruth baisse les yeux, l'air gêné, car elle vient d'adhérer elle-même au KPD. Gerta insiste : Tu vois ce que je veux dire, Ruth, je parle du Parti avec un P majuscule, la sacro-sainte ligne, la discipline, la règle, la doctrine, l'idiotisme politique, énumère-t-elle avant de reprendre son souffle. Ruth demeure silencieuse et Gerta poursuit : Sympathisante, pourquoi pas, mais certainement pas inféodée, docile, soumise, maniable, manipulable, j'aime trop l'indépendance. Puis elle conclut en posant la mains sur celle de Ruth, espérant la rallier à elle : Pour les femmes, la lutte est toujours un double engagement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
michdesolmichdesol   26 mars 2019
Hasardeusement terrés, ils évitent les balles. Il est impossible à Robert Capa de voir la légendaire « Mort d'un soldat républicain » frappé en pleine course, ciblé simultanément par l'ennemi qui lui donne la mort et son Leica qui l'immortalise, mimant le mouvement des épis à flanc de colline, semblant tendre son fusil à un camarade derrière lui, qui ne vient pas, s'affaissant bien entendu, mais ne renonçant pas, pour l'éternité. Tout se fige, la photographie cadrant la chute, restituant le mouvement de la fin, puis le reste est silence. A cet instant, Robert Capa ne sait pas qu'il a pris ce qui deviendra la plus célèbre photographie de la guerre d'Espagne. Lorsque les tirs semblent enfin cesser, il serre Gerda dans ses bras. On a failli ne pas s'en sortir, lui dit-elle en riant aux éclats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ArthoreArthore   05 juin 2019
Dans un angle de la pièce, Gerta venue accompagner son amie à une séance de pose destinée à une publicité pour un fard à lèvres rouge cherry, est curieuse de ce qu'elle aperçoit, côté modèle bien entendu, mais aussi versant maître d'œuvre, intuition qui construit, habille, éparpille, offre, reprend, regard qui invente, s'égare, se pose, circule.
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   21 septembre 2020
« Je suis très amoureuse de toi, Georg, lui avoue-t-elle en venant s’asseoir tout contre lui, mais je regrette, je ne pourrai jamais devenir la femme d’un homme, et encore moins d’un seul. » (p. 192)
Commenter  J’apprécie          40
ArthoreArthore   06 juin 2019
Et Gerta sentit depuis le premier jour que rien n'est plus subjectif qu'une photographie, que l'objectivité ne faisait pas partie du monde du photographe, que bien photographier c'est prendre parti, c'est dire son opinion, et que la photo était une opinion.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Serge Mestre (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Mestre
Dans le cadre des Bruits d'Espagne / Banquet de Printemps 2019, consacrés à la Retirada et à l'exil des républicains espagnols, rencontre avec le traducteur et romancier Serge Mestre à propos de son dernier livre, "Regarder", consacré à la photographe Gerda Taro. Entretien Jean-Michel Mariou
autres livres classés : robert capaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2076 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre