AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207261433
Éditeur : Denoël (20/08/2009)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 12 notes)
Résumé :
1953, quelque part en Catalogne, deux adolescentes trompent la vigilance des gardes civils, sautent du train et s’enfuient à travers la campagne. Filles de Républicains espagnols, Esther et Julia échappent ainsi à leur sort dans une Espagne soumise au joug franquiste. Mais c’est trente-cinq ans plus tard, en France, qu’elles retrouvent la pleine mémoire de leur aventure. Par vagues successives, le souvenir brûlant les submerge et l’Espagne qu’elles ont fuie ressusci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
JeanPierreV
  29 mai 2016
Fils de républicains espagnols réfugiés dans le sud de la France lors de la guerre d'Espagne, Serge Mestre est l'un de ces auteurs qui ne font pas la une des plateaux télé.
Mais il est surtout capable de vous faire ressentir une forme de douleur permanente qu'il a dans le coeur, une nostalgie de l'enfant d'émigré, un amour de son pays d'origine, la haine toujours vive envers ceux qui ont causé le départ de ses parents.
Un scénario simple, apparemment, pour "La lumière et l'oubli": deux jeunes filles de 18 et 14 ans, Julia et Esther, arrivent dans une gare à tromper la vigilance des soldats franquistes chargés de les surveiller lors d'un transfert entre deux orphelinats, et à rejoindre la France grace au hasard de leurs rencontres.
Et nous allons suivre ces jeunes filles, de leur naissance à leur age adulte... Trois périodes qui se croisent, se télescopent, des retours en arrière, des bonds en avant. Pas toujours faciles à suivre.
Ce qui donne à "La lumière et l'oubli" deux formes : une forme romanesque, du fait des rencontres de Julia et Esther, des coïncidences de leurs vies depuis leur naissance jusqu'à l'époque actuelle et une forme historique, qui fait découvrir les turpitudes du régime franquiste et surtout de l'Église espagnole de ses curés et bonnes soeurs. C'est elle le troisième "personnage" du livre.
On perçoit chez Serge Mestre un coté "bouffeur de curé" qu'il doit être, la haine que ses parents républicains ont du avoir pour cette Église, une haine qui a sans doute construit sa personnalité...
Une Église qu'il dénonce
Oui, l'Église haïssait ces Rouges, c'était elle qui motivait les actes et l'idéologie du pouvoir, du coup d'État franquiste, qui faisait et défaisait les grands et petits chefs de l'Espagne. Une Église présente dans les prisons, connaissant les actes de torture, présente aux moments des exécutions. C'était elle qui enlevait les enfants des jeunes mères "Rouges" accouchant dans les prisons, juste avant leur exécution, enfants qu'elles confiait à des familles bien pensantes, ou à des orphelinats qu'elle gérait afin qu'ils puissent devenir séminaristes et curés ou bonnes soeurs. Curés et bonnes soeurs allant jusqu'au viols pour dresser les gamins, leur apprendre à obéir. "Hispanité, valeurs de l'Église, cela revient au même ! Non ? Vous n'êtes pas d'accord ?" (P. 198)
Le coté romanesque du livre, les coïncidences de vie, la fin un peu tirée par les cheveux servent surtout à décrire les atrocités et le vice de cet État franquiste, une atrocité difficilement supportable parfois, les tortures physiques ou morales infligés aux opposants pas les tueurs phalangistes, tueurs venant jusque dans le sud de la France pour éliminer les opposants, les grands et petits actes odieux commis par ce régime, les souffrances du peuple espagnol et de tous ces réfugiés et également à traduire la reconnaissance de ces réfugiés pour leur pays d'accueil:
Julia dit: "La France n'est pas mon premier nid [..], c'est surtout celui à partir duquel je me suis lancée, à partir duquel j'ai eu la chance d'apprendre à voler, celui qui m'a recueillie, apprivoisée presque, sans s'en apercevoir, jamais à mon insu [..]; encore enfant, c'est moi qui ai adopté ma famille ; ce n'est pas l'inverse." (P. 358)
Une actualité toujours présente.
"La lumière et l'oubli" a fait partie en 2009 de la sélection pour le prix Goncourt
On connait ce qui s'est passé en Allemagne dans les années 40 et on méconnait ce qui se passait au sud : l'Espagne
Les salons du livre de Narbonne a eu le grand mérite de me faire découvrir Serge Mestre.. Il présentait à Narbonne les livres de Manuel Rivas qu'il avait traduits et les siens, des livres écrits notamment afin de ne pas oublier toute cette période noire de l'Histoire, d'Espagne et de France.
Je ne regrette pas cette rencontre et je vais poursuivre cette découverte

Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
luis1952
  05 juin 2015
L'Espagne, dans les années 30,40,50.
Julia et Esther, deux gamines en 1953 parviennent à s'échapper d'un train à Barcelone. Elles feront tout pour quitter le régime Franquiste de l'époque et rejoindre la France. le temps à passé, elle n'ont pas oublié et veulent mettre la lumière sur ce qui leur est arrivé chez les Phanlagistes. Un roman où tout est décrit, les massacres, la guerre civile, les enlèvements d'enfants. Je le conseille vivement .
Commenter  J’apprécie          60
mguy
  09 mars 2017
En Espagne, deux adolescentes, filles de républicains espagnols, fuient leur pays en 1953 pour la France. Une nouvelle vie va commencer pour elles. Cependant, leur passé va les hanter. Ce livre est passionnant, très bien écrit, et sonne juste. de plus, on apprend des éléments méconnus sur les dérives du franquisme : enlèvement de bébés aux familles républicaines, les couvents et les prisons, les tortues... Néanmoins, en raison de la dureté de ce livre, je ne le conseille pas à tout le monde. Même si la conclusion est très belle. Je n'en dirai pas plus, et vais vous laisser découvrir.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
luis1952luis1952   14 avril 2016
Vous êtes incorrigible, sœur Catalina; rangez au moins votre croix, lance la mère supérieure, en retirant la sienne, suspendue à son cou.
Elle défait la ceinture de cuir qui serre sa robe. Elle cache son chapelet dans un tiroir de table à tout faire. Puis, défaisant ses boucles de ses brodequins, se déchausse en massant ses pieds enveloppés dans des mi-bas de laine blanche, couvrant chevilles et mollets. Sa transpiration a laissé des marques noires dans ses chaussures. On peut apercevoir, l'image esquissée des orteils que la sueur a imprimée sur le tissu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
luis1952luis1952   05 juin 2015
Mère Monica se plante devant la prisonnière: maintenant embrasse-moi les pieds, Etrange-fruit; pour faire pénitence lui ordonne-t-elle.
Sœur Catalina projette la jeune fille à genoux devant la supérieure. Soumise, celle-ci s'est résignée à passer sa langue autour des orteils qu'on lui présente.
Commenter  J’apprécie          30
CDIMONNET61CDIMONNET61   15 janvier 2015
On les fait monter dans un camion de l'armée pour les conduire jusqu'à la gare de France. Mère Monica accompagne les gardes civils, sœur Catalina est là.
Elles montent dans le seul wagon de voyageurs accroché à un train de marchandises. On leur explique comment s'installer, tandis que mère Monica commence à protester : vous ne partez qu'à deux ? ce n'est pas une escorte, ça ! dit-elle en regardant les autres gardes civils restés sur le quai ; vous ne prenez même pas la peine de leur lier les poignets ? entravez-les, au moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Serge Mestre (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Mestre
Dans le cadre des Bruits d'Espagne / Banquet de Printemps 2019, consacrés à la Retirada et à l'exil des républicains espagnols, rencontre avec le traducteur et romancier Serge Mestre à propos de son dernier livre, "Regarder", consacré à la photographe Gerda Taro. Entretien Jean-Michel Mariou
autres livres classés : franquismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1741 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre