AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.61 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : Mexique
Né(e) à : Mexique , le 25/04/1981
Biographie :

Silvia Moreno-Garcia est une auteure mexicaine, née le 25 avril 1981. Depuis 2004, elle vit au Canada.

Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Silvia_Moreno-Garcia
Ajouter des informations
Bibliographie de Silvia Moreno-Garcia   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
missmolko1   12 juin 2019
Gods of jade and shadow de Silvia Moreno-Garcia
Some people are born under a lucky star, while others have their misfortune telegraphed by the position of the planets. Casiopea Tun, named after a constellation, was born under the most rotten star imaginable in the firmament. She was eighteen, penniless, and had grown up in Uukumil, a drab town where mule-­drawn railcars stopped twice a week and the sun scorched out dreams. She was reasonable enough to recognize that many other young women lived in equally drab, equally small towns. However, she doubted that many other young women had to endure the living hell that was her daily life in grandfather Cirilo Leyva’s house.



Cirilo was a bitter man, with more poison in his shriveled body than was in the stinger of a white scorpion. Casiopea tended to him. She served his meals, ironed his clothes, and combed his sparse hair. When the old brute, who still had enough strength to beat her over the head with his cane when it pleased him, was not yelling for his grandchild to fetch him a glass of water or his slippers, her aunts and cousins were telling Casiopea to do the laundry, scrub the floors, and dust the living room.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
missmolko1   16 septembre 2021
Mexican gothic de Silvia Moreno-Garcia
la réalité du mariage soutenait difficilement la comparaison avec les belles histoires d'amour des livres. Noemí pensait même qu'il s'agissait d'un jeu de dupes. Les hommes se montraient polis et attentionnés lorsqu'ils courtisaient une femme, l'invitant à des fêtes, lui offrant des fleurs, sauf qu’après les noces, les fleurs fanaient vite. Un homme marié n'envoyait pas de lettres d'amour à sa femme. Voila pourquoi Noemí passait d'un soupirant à l'autre : elle craignait toujours que son admirateur du moment finisse par se lasser d'elle. De plus, elle appréciait les plaisirs de la chasse, la joie qui coulait dans ses veines lorsque son numéro de charme fonctionnait. Mais, au final, elle trouvait les garçons de son age sans intérêt, ne sachant parler que de leurs fêtes de la semaine précédente et de celles prévues la semaine suivante. Des hommes trop simples, trop ennuyeux. 'pourtant, la perspective de s'attacher à quelqu'un de plus solide la rendait nerveuse. Elle se sentait prise entre deux feux, le désir d'une relation perenne et l'envie de ne jamais changer, de vivre une jeunesse éternelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
missmolko1   30 août 2021
Mexican gothic de Silvia Moreno-Garcia
Lorsque Noemí était encore petite fille et que Catalina lui lisait des contes de fées, cette dernière évoquait souvent « la forêt », l’endroit où Hansel et Gretel jetaient leurs morceaux de pain, ou le Petit Chaperon rouge croisait la route du loup. Enfant de la ville, Noemí avait compris sur le tard que les forets existaient réellement et pouvaient être placées sur une carte. Sa famille passait les vacances dans l’Etat de Veracruz, en bord de mer, sans l’ombre d’un grand arbre en vue. Même après toutes ces années, la forêt restait associée dans son esprit aux images des livres pour enfants, avec lignes au fusain et à-plats de couleur.
Commenter  J’apprécie          70
missmolko1   25 août 2021
Mexican gothic de Silvia Moreno-Garcia
Comme toute bonne mondaine, Noemí faisait ses emplettes au Palacio de Hierro, portait du rouge à lèvres Elizabeth Arden, possédait deux jolis manteaux de fourrure, parlait un excellent anglais grâce aux bonnes sœurs de Monserrat – établissement privé, bien sûr – et était censé dévouer ses heures a deux occupations principales : les loisirs et la traque de son futur époux.
Commenter  J’apprécie          40
missmolko1   27 août 2021
Mexican gothic de Silvia Moreno-Garcia
Noemí gardait un très mauvais souvenir de sa dernière conversation avec Virgil. Surtout des allégations sur la manière dont elle menait les hommes par le bout du nez. Cela la gênait d’être si mal perçue ; au contraire, elle voulait qu’on l’apprécie. Ce qui expliquait peut-être toutes ces fêtes, le rire cristallin, les belles coiffures, le sourire travaillé. Elle pensait que les hommes avaient le droit de se montrer sévères, comme son père, ou froids, comme Virgil, mais que les femmes devaient savoir se faire apprécier pour éviter les ennuis. Une femme mal perçue devenait une salope, or toutes les portes se fermaient devant les salopes.
Commenter  J’apprécie          30
Taraxacum   22 juin 2020
Prime Meridian de Silvia Moreno-Garcia
She dozed off, thought of Mars. Black-and-white, like in Lucia's movie. Rayguns and space pirates, the ridiculous Mars they'd dreamt in the previous century. Far off in the distance, blurry, out of focus, she saw a figure that had not been in the movie.

There are only two plots, Lucia had told her one evening. A person goes on a journey and a stranger comes into town. Amelia couldn't tell if this was one or the other.

What do you do in the meantime? she wondered. What do you do while you wait for your plot to begin?
Commenter  J’apprécie          00
Taraxacum   22 juin 2020
Prime Meridian de Silvia Moreno-Garcia
New Panyu seemed the best set, the largest settlement. They'd quizzed each other in Mandarin. Yi sheng yi shi, whispered against the curve of her neck. Funny how 'I love you' never sounded the same in different languages. It lost or gained power. In English, it sounded so plain. In Spanish, it became a promise.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Rhinocéros de Ionesco

Qui prononce la première réplique de l'oeuvre?

Jean
L'épicière
Bérenger
La serveuse

10 questions
146 lecteurs ont répondu
Thème : Eugène IonescoCréer un quiz sur cet auteur