AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.81/5 (sur 1814 notes)

Nationalité : Hongrie
Né(e) à : Debrecen , le 05/10/1917
Mort(e) à : Kerepes , le 19/11/2007
Biographie :

Auteure hongtoise. Ses premiers écrits sont publiés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale mais, après 1948, pour des raisons politiques, elle disparaît de la scène littéraire.
Lorsque ses livres ressortent en librairie à la fin des années 50, l'accueil est enthousiaste.
Depuis, récompenses et traductions à l'étranger se succèdent, notamment le prix Pro Urbe Budapest en 1983, le prix Csokonai en 1987, le prix Getz en 1992, le prix Betz Corporation en 1992 et le prix Femina étranger en 2003 pour La porte.
Magda Szabo est devenue une figure majeure des lettres hongroises et un des écrivains hongrois les plus traduits au monde.

Ajouter des informations
Bibliographie de Magda Szabo   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Abigaël, de Magda Szabo


Citations et extraits (258) Voir plus Ajouter une citation
En le voyant inspecter les lieux, le patron, monsieur Hajda fut vexé, s'imaginant sans doute que le père de la petite Matulienne n'était pas satisfait de sa place et cherchait un box plus beau ou plus propre....
Cette inspection avait quelque chose de vraiment blessant. Pour ne plus voir cela, il se retira dans son laboratoire et lorsqu'il ouvrit la porte, une odeur sucrée se répandit dans la salle. L'heureux et doux parfum du paradis de l'enfance, de gâteaux et de crème, s'associa pour toujours dans la mémoire de Gina au moment où le général se rassit à côté d'elle et lui dit doucement : "Ma petite fille, tu ne peux pas partir d'ici, ni maintenant, ni jamais, tant que la guerre durera."
Il parlait à voix basse et avec une tristesse distanciée, le ton sur lequel il évoquait la mère de Gina. Cette fois elle prit vraiment peur. Personne ne l'aimait plus que son père, et s'il ne la ramenait pas à la maison même en sachant qu'elle était malheureuse, rejetée, qu'elle s'était enfuie et même qu'elle voulait recommencer, c'est qu'il y avait quelque chose qu'elle ignorait, quelque chose qu'il allait à présent lui révéler, et qui serait comparable à une condamnation à perpétuité s'abattant sur un innocent. Sans qu'il eût besoin de le dire, elle sut que sa décision était définitive et que même un flot de larmes n'y changerait rien.
Commenter  J’apprécie          526
...se ha buttato giù l’asticella, deve rimetterla a posto e riprovare il salto; in caso di sconfitta una persona deve fare come se avesse vinto.
p.233
....si tu as fait tomber la barre, tu dois le remettre à sa place et retenter le saut ; en cas de défaite une personne doit agir comme s’il eut réussi.
Commenter  J’apprécie          503
..non mi sentivo colpevole per - a l’epoca non conoscevo neanche questa espressione- la miope concezione della vita di altri.
p.100
...je ne me sentais pas coupable vis à vis des autres-à l’époque je ne connaissais même pas l’expression- pour leur conception myope de la vie .
( Magda Szabo parle de son enfance, ici les autres étant des religieuses)
Commenter  J’apprécie          450
J'aurais voulu écrire, mais voilà, la création relève d'un état de grâce, il faut tant de choses pour que cela réussisse, impulsions et sérénité, paix intérieure et émotions stimulantes, à la fois douces et amères, tout cela me manquait.
Commenter  J’apprécie          441
....il destino non é un cameriere, non accetta ordinazioni per tua vita.
p.359
( ...le destin n'est pas un valet de pied, il n'accepte pas d'exécuter tes ordres concernant ta vie)
Commenter  J’apprécie          410
… la maudite souffrance primaire qui nous envahit devant un être aimé alors qu’il se trouve, redevenu poussière, dans un petit quelque chose en forme de vase, et qu’à cet instant il faudrait croire que ce qui est là est celui qui nous souriait.

(Points, p. 332)
Commenter  J’apprécie          370
Elle ne cessait de me poser la question à laquelle aucun écrivain ne peut vraiment répondre, lorsqu'un journaliste ou un lecteur lui demande comment un roman peut naître de rien, de mots, je ne pouvais pas lui expliquer la magie quotidienne de la création, on ne peut pas décrire avec des mots comment et d'où viennent les lettres sur la page blanche.
Commenter  J’apprécie          360
Emerence ne croyait pas au paradis, elle croyait à l’instant. Quand je lui avais fait ouvrir sa porte, le monde s’était écroulé sur elle et l’avait ensevelie. Pourquoi avais-je fait cela ? Comment avais-je pu ? Pas un mot ne fut prononcé, mais les phrases muettes étaient là, entre nous.
Commenter  J’apprécie          330
Jamais elle ne se ferait au grille-pain électrique, car elle ne s'accroupirait plus devant le feu ; elle aimait écouter le halètement de la braise, mystérieux comme s'il venait d'un être vivant ; quand le feu était allumé, elle ne se sentait plus seule, même s'il n'y avait personne d'autre dans la maison.
Commenter  J’apprécie          320
A présent, Gina comprenait à quel point ce qui est bon devient plus intense encore quand il faut se battre pour l'obtenir; quelle force on acquiert à vivre comme une corde invisible qui les reliait toutes, à éprouver ensemble bonheur et chagrin, à s'enthousiasmer ensemble, à espérer, attendre, s'inquiéter ensemble, à aider ensemble celui qui en a besoin (...) (p. 192)
Commenter  J’apprécie          310

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Magda Szabo (2249)Voir plus

Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres de Jane Austen ?

... et préjugés ?

Ambition
Orgueil
Présomption
Prétention

10 questions
129 lecteurs ont répondu
Thème : Jane AustenCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..