AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.28 /5 (sur 125 notes)

Nationalité : Islande
Né(e) à : Reykjavik , le 26/08/1950
Biographie :

Née à Reykjavik en 1950, Steinunn Sigurdardóttir est licenciée en 1972 en psychologie et philosophie de l'université de Dublin.

Après une carrière journalistique, elle a décidé il y a presque trente ans de se consacrer à l'écriture et a publié des nouvelles, des romans, des poèmes et des livres pour enfants.
Elle bénéficie également d'une bonne réputation en tant que traductrice.

Elle a longtemps vécu dans le XVIIIe arrondissement (Paris), après divers séjours à l'étranger notamment Tokyo.

Elle vit désormais à Berlin.

Source : Editions 10/18; Bibliomonde + toutelislande.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Steinunn Sigurdardottir - Yo-yo .
Steinunn Sigurdardottir vous présente son ouvrage "Yo-yo" aux éditions Héloïse d'Ormesson. Traduit de l'islandais par Catherine Eyjolfsson. http://www.mollat.com/livres/steinunn-sigurdardottir-yoyo-9782350872391.html Notes de Musique : "The Moments of Our Mornings" by Engel (http://kaiengelmusic.wix.com/kaiengel)
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
mesrives   11 janvier 2019
Amour de l'Islande de Steinunn Sigurdardóttir
Grappe de rêves éveillés [Extrait]



Le rêve est une brise

qui va me berçant parmi les crêtes des vagues.



Le rêve est un toit.

Il a beau pleuvoir il ne pleut pas sur moi.



Le rêve est un baiser de la mer dans la brise,

un baiser sous un toit.



un baiser venu du rêve d'après le rêve.





1 POEMES D'AMOUR
Commenter  J’apprécie          442
Annette55   03 mai 2018
Le cheval soleil de Steinunn Sigurdardóttir
"L'heure de la mort tombe toujours mal, du moins celles dont j'ai été témoin....

La mort n'arrive jamais au bon moment, et elle le fait exprès.

Car la mort est fausse et cruelle.

Rien n'est plus éloigné d'elle que cette miséricorde pure et simple dont l'affublent ceux qui n'en savent rien ou qui sont hypocrites "...
Commenter  J’apprécie          252
missmolko1   17 février 2017
Cent portes battantes aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir
Notre premier voyage dans les terres inhabitées se déroula au mois d’août de l'été où nous revînmes en Islande. Nous allâmes dans la région désertique de Lónsöræfi et le pays nous fit fête de toute la gloire de ses couleurs les plus intenses. Nous fîmes l'amour à ciel ouvert pour la première fois. Quand la luminosité de l'été islandais commença de faiblir, je m’aperçus que Bárdur pouvait continuer à l'infini.

Au cours des pauses, le géologue fraîchement émoulu m'expliquait tout sur l'histoire de la terre du pays, les espèces de roches, les cratères et les éruptions, les épanchements de la lave fluide qui coule vite, la lave visqueuse qui rampe lentement et pèse de tout son poids. Encore aujourd'hui, Bárdur me donne les dernières nouvelles en provenance des entrailles de la terre et des histoires de formation des soles à n'en plus finir. Rien ne me fascine autant que la roche. J'enterrai tout droit au cœur d'une falaise, si elle daignait s'ouvrir.
Commenter  J’apprécie          180
latina   22 décembre 2018
Le cheval soleil de Steinunn Sigurdardóttir
Faire en sorte que le mourant abandonne le combat -l'amener lentement et sûrement à la porte qui se refermera sur lui une fois pour toutes et lui dire lorsqu'on y est: "Encore un pas. Tu vas y arriver. Et après ce dernier pas, quand tu auras franchi le seuil, tu n'auras plus besoin d'avoir peur, ni honte, plus jamais."
Commenter  J’apprécie          198
missmolko1   16 février 2017
Cent portes battantes aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir
Nous faisions la cuisine à tour de rôle. Bárdur cuisinait dans son réduit le soir des jours qu'il ne passait pas chez moi. C'était incroyable de voir ce troll islandais se mouvoir avec agilité dans son petit décor, sans le cabosser. Le fils-à-maman avait appris à se débrouiller, et plus que cela. Il produisait comme par magie des plats vite prêts et délicieux, des omelettes au fromage et à la moutarde, des pommes de terre au four farcies d'ingrédients originaux, des asperges fraîches au beurre fondu, toutes sortes de variétés de salades, froides ou tièdes. Il préparait du saumon aux lentilles, des steaks frites, des pâtes à la sauce tomate goûteuse au basilic frais. Une chose est sûre, c'est que j'avais pour Bárdur l'amour du ventre.
Commenter  J’apprécie          110
kuroineko   18 janvier 2019
Le cheval soleil de Steinunn Sigurdardóttir
La vie est donc faite de ce qui ne s'est jamais passé.

(Même pas possible d'oublier, si ça n'a jamais eu lieu.)

Vie faite de rien. Ou de moins que rien.

Une bonne chose qu'elle ne l'ait pas su avant. Ça n'aurait pas été vivable.



S'en aller de rien pour aller à rien. En attendant l'ultime douleur.

Non pas venue de la poussière pour retourner à la poussière, mais venue de rien pour redevenir rien.

De rien tu es venu, à rien tu retourneras.
Commenter  J’apprécie          90
sabine59   15 octobre 2018
Cent portes battantes aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir
On n'a pourtant jamais pu dire à la fin d'un voyage qu'il avait été raté. Car Il y a un moment de perfection dans chacun d'eux. Ce pouvait être la lune, la course des nuages, ou bien un petit ruisseau particulièrement joyeux, une aurore boréale, un lac miroitant par un jour sans vent, une clairière bleue de campanules, des canetons, une clarté surnaturelle entre soleil et nuages de pluie.
Commenter  J’apprécie          80
missmolko1   16 février 2017
Cent portes battantes aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir
Je déjeunais dans un restaurant indien de la place Toudouze lorsque je découvris ce qui manquait. Un amant. Un amant pour de vrai, avec des mots doux, superposition des mains et tout le saint-frusquin. Comment n'y avoir pas pensé plus tôt ?

C'est que le temps commençait à être juste, car ma petite Helga allait se mettre en route pour me rejoindre. Il serait naturellement impossible de se plonger dans de petits à-côtés après son arrivée, et je ne pouvais escompter trouver quelqu'un, comme ça, illico presto. Je n’étais plus dans la situation des mes années d’étudiante, où des hommes d'âges divers me suivaient à la queue leu leu par les rues de Paris. C’était bien embêtant. En ces années-là, je ne voulais voir personne hors celui qui m’était inaccessible

C’étaient des choses que je n’étais pas accoutumée à ressasser à l'heure actuelle, mais je m’étais aventurée la ville à la Sorbonne et j’étais retombée sur le lieu du souvenir, l'amphi où j'avais souffert des heures durant les tourments d'un amour fou pour le prof de grec, semestre après semestre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mesrives   06 septembre 2015
Cent portes battantes aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir
Dans mon esprit, l'amour et le chagrin ne faisaient qu'un. Des mots masculins indissociables. Amour, chagrin, chagrin d'amour.
Commenter  J’apprécie          80
sabine59   15 janvier 2016
Cent portes battantes aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir
On dit que l'Islande est belle,mais ce n'est pas le mot juste.Grandiose par moments.Les changements continuels de la lumière font que toutes les voies semblent nouvelles bien qu'on les emprunte depuis longtemps
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Steinunn Sigurdardóttir (155)Voir plus


.. ..