AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.54 /5 (sur 81 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Stéphanie Delecroix est une auteure de romance.

Mère de 5 enfants originaire des Hauts-de-France, elle se lance sur Wattpad. Poussée par ses lectrices, elle choisit en premier lieu d’opter pour l’autoédition en 2018 jusqu’en 2020.

Depuis septembre 2019, elle est également publiée sous le pseudo Hezekielle Syl grâce à M.E.C éditions pour les titres "Frost" et "Nos destins brisés".

Ses écrits sont tous orientés vers la romance dans des genre variés tel que le fantastique en passant par le suspense et le contemporain.

Elle a également co-créé l’association "Nos plumes pour vous" qui publie 2 recueils de nouvelles par an au profit de différentes associations et organise le salon du livre Romance & Co, à Guilers.

page Facebook : https://www.facebook.com/sdelecroix
+ Voir plus
Source : https://alyetvosreves.com/artists/stephanie-delecroix/
Ajouter des informations
Bibliographie de Stéphanie Delecroix   (18)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
Paroledunelivrophage   06 octobre 2019
Black wolves, tome 1 : Juliette de Stéphanie Delecroix
— Bien ! Je t’appelle pour te prévenir de ne pas t’inquiéter si ton père et moi ne sommes pas facilement joignables lors des prochains jours.

— Euh… oui… pourquoi ?

J’entends qu’elle soupire avant de m’expliquer :

— Après tout ce qui est arrivé ces derniers temps, le cancer, les… drames… nous avons décidé de profiter un peu plus l’un de l’autre. Nous prenons une sorte de congé sabbatique et nous avons choisi de le passer sur la route. Comme au bon vieux temps !

Houlà… je sens le coup d’entourloupe à mille kilomètres !

— Tu n’échapperas pas au gala, maman ! Passe-moi papa !

— Mais pour qui me prends-tu ? Je t’ai promis de venir !

— Bien sûr ! j’aimerais tout de même parler à papa…

Elle ne se rend visiblement pas compte que je l’entends grommeler.

— C’est incroyable ça ! Avec tout ce que j’ai souffert pour la mettre au monde, elle s’amuse à me torturer en m’obligeant à aller me coltiner les enfourneurs de balais !

Bon… je me suis peut-être trompée, elle sait très bien que je l’écoute. J’entends le couinement qu’émet la porte de la chambre parentale lorsqu’elle l’ouvre puis elle s’exclame :

— Soan ! Notre fille unique et, visiblement tortionnaire, aimerait te parler !

Je m’imagine bien la scène. Mon père dormait certainement comme un bébé avant qu’elle ne le secoue. Je perçois la mauvaise humeur de mon père, puis il me lance d’une voix endormie.

— Bonjour ma chérie. Que se passe-t-il ?

— Il paraît que maman et toi partez en voyage… assure-toi, s’il te plaît, que vous soyez présent lors du gala de charité.

Elle est fourbe, mais je la connais par cœur… les chiens ne font pas des chats !

— Il est hors de question que je te laisse affronter cette bande de requins seule, nous serons là.

Le cri de ma mère résonne à travers le combiné.

— Soan ! Et tu vas y faire quoi à cette soirée ? Lui changer ses couches ? Lui donner la pâtée ? Il est temps qu’elle vole de ses propres ailes ! La couvrir de trop, ce n’est pas bon pour elle !

Je pouffe en entendant le ton presque horrifié qu’a emprunté ma mère pour plaider en sa faveur.

— Nous serons là. Compte sur moi. Même si je dois attacher ta mère à ma moto pour la traîner jusque-là. Non ! Angel ! Arrête !

Je perçois des bruits sourds de l’autre côté du combiné. Mon père rit, ma mère pousse un cri de surprise puis me lance :

— Il va falloir que je te laisse. Ta mère vient de m’attaquer à coup d’oreiller, je me suis défendu en l’aspergeant d’eau. Je dois fuir avant que le dragon ne parvienne à se réveiller… 

— Le dragon ? Le dragon !

— Je t’aime ma puce !

J’explose de rire alors que mon père raccroche.

Je termine de me préparer en pensant à leur couple. Malgré les années, les épreuves, les coups de bec, ils s’aiment toujours autant. Est-ce que j’aurai vécu le même bonheur avec Judas ? La douleur est plus vive que d’habitude. Mon palpitant se déchire à chaque battement lors des minutes qui suivent. Je m’agrippe au lavabo en inspirant pour lutter contre les larmes pour ne pas foutre en l’air mon maquillage. Retrouve-la.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   27 juillet 2018
La poupée de Stéphanie Delecroix
Je tire sur ma robe, quelle idée d'en choisir une si courte ! Ce soir, je rencontre le grand patron, je voulais être à mon avantage. J'ai lissé mes longs cheveux blonds, renforcé mon regard de biche avec du mascara, souligné mes yeux verts forêt de Kohl, mis un rouge à lèvres rouge pétant, une petite robe noire moulante et des collants à effet mat. J'ai l'impression d'être une des call— girls de l'Organisation, qui se rend au rendez-vous qu'on lui a commandé. Mais c'est le style préféré du patron, alors autant lui faire plaisir, surtout si je veux mettre toutes les cartes de mon côté.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   27 juillet 2018
La poupée de Stéphanie Delecroix
Profitant d'être seule avec mon tuteur, je l'embrasse tendrement sur la joue. Peu importe les circonstances et les personnes qui l'entourent, un lieutenant doit toujours être sur ses gardes et concentré. Je n'aurais pu me permettre une telle familiarité dans la pièce à côté. Je représenterais alors une faiblesse pour mon oncle. Une personne à laquelle il est attaché et qui peut servir de monnaie d'échange, de garantie, ou de vengeance personnelle.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   27 juillet 2018
La poupée de Stéphanie Delecroix
Son baiser se fait d'abord hésitant, mais quand sa langue passe la barrière de mes lèvres, l'ardeur s'empare de nous. Le plaisir que me procure la douceur de ses lèvres fermes est inédit pour moi. Un feu prend possession de mes terminaisons nerveuses, j'en veux plus, je colle mon corps au plus près du sien. Je gémis quand ses mains viennent agripper mes cheveux pour décaler légèrement ma tête sur le côté, lui permettant d'approfondir son baiser.
Commenter  J’apprécie          10
Paroledunelivrophage   08 novembre 2018
Je ne suis pas Juliette de Stéphanie Delecroix


— Je n'ai aucune raison de revenir, mon père se débarrasse de moi.



Il me regarde avec son rictus, puis il me dit :



— À moins que tu m'aides à en trouver une ?



Je me lève, je continue à jouer avec ma pierre, tête baissée, j'essaie de trouver une raison à lui donner. Quand je relève la tête, les lèvres de Soan viennent se poser sur les miennes, il me fait un gros smack. Dans un réflexe, je lui balance mon poing dans la figure. Je recule pour m'essuyer la bouche - c'est dégoûtant ! - Je vois que je lui ai ouvert l'arcade sourcilière grâce à la pierre que je tenais toujours dans la main. Du sang s'écoule de la plaie, ça lui apprendra ! Il a toujours son rictus qui me tape sur le système.



— Maintenant j'ai une raison pour revenir ! On verra si un vœu peut se réaliser !



Il me fait un clin d'œil et s'en va. Je suis furax ! Comment a-t-il osé ? Une chose est sûre, si un jour il revient, il a intérêt à courir vite ou c'est tout le portrait que je lui referai. J'entends mon père crier après moi au loin, je souffle un coup et cours pour le rejoindre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   27 juillet 2018
La poupée de Stéphanie Delecroix
J’ai l’impression qu’il me tourmente pendant des heures, quand, tout à coup, plus rien ne peut contenir le plaisir qui me submerge, je crie son prénom dans les brumes d’euphorie qui s’emparent de moi. Quand je reviens sur terre, il me contemple, vainqueur, puis s’allonge sur moi, prêt à me faire l’amour, je le capture entre mes jambes, me relève et l’allonge sous moi.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   01 décembre 2020
Je ne suis pas Juliette de Stéphanie Delecroix
Je fixe ses lèvres, fines et dures, elles m’attirent. Combien de fois ai-je fantasmé sur les baisers que nous pourrions échanger ? Je me demande encore s’ils pourraient être aussi enivrants que dans mes rêves. Je m’apprête à le menacer de nouveau quand un bruit derrière moi attire mon attention. Je me retourne et voit Call entrer à son tour dans le bosquet.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   27 juillet 2018
La poupée de Stéphanie Delecroix
En parlant de soi, on expose, sans le savoir, des faiblesses que nos ennemis n’hésitent pas à exploiter contre nous. Par exemple un proche qui compte beaucoup pour nous, une habitude qui peut servir de piège. Mais commencer une collaboration en envoyant promener mon partenaire n'était pas vraiment l'idéal non plus, autant répondre sans en dévoiler de trop.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   01 décembre 2020
Je ne suis pas Juliette de Stéphanie Delecroix
Tout en lui est fin, tiré, sombre. Des cernes lui mangent la moitié du visage, ses yeux, noirs et globuleux, ressortent étrangement sur son visage triangulaire. Il est habillé de noir comme la plupart des gens dans ce bar, il n’a pas ôté son manteau de velours sombre qui, d’après ma mémoire, s’arrête à l’orée de ses chevilles. Ce mec pourrait sans aucun doute jouer le rôle d’un vampire dans une série.

Finalement, Darell prend la parole.

— As-tu déjà vu des combats de coqs ?

Je secoue la tête, même si j’en ai déjà entendu parler, jamais je n’en ai vu.

— C’est un plaisir que peu de gens cautionnent, mais ceux qui s’en réjouissent, paient le prix fort. Eh bien, ce que j’ai à te proposer est dans ce même esprit !

Alors là, Dracula m’a complètement perdu ! Je lève un sourcil en portant ma bière à la bouche pour lui faire comprendre que je ne vois absolument pas où il veut en venir.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   27 juillet 2018
La poupée de Stéphanie Delecroix
On ne peut pas se permettre de vendre toute la marchandise qu’on trouve, ça arrive pour un très gros client, mais la plupart du temps, nous les louons, comme une voiture, une maison, ils finissent toujours par revenir ici, la plupart meurent entre temps, elle, elle a survécu malgré mes prières pour qu’elle crève le plus vite possible…
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox