AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.43 /5 (sur 68 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 03/08/1943
Biographie :

Steven Millhauser est un romancier et nouvelliste américain.

Il a grandi dans le Connecticut à l'est de New York et fit ses études à l'Université Columbia et à l'Université Brown où il commença un doctorat.

Il publie "La Vie trop brève d’Edwin Mullhouse" en 1972 et remporte le prix Médicis étranger en 1975. La critique l'acclame et il publie en 1977 son second roman, "Portrait d'un romantique".

Il publie en 1986 sa première collection de nouvelles "La Galerie des jeux", où l'enfance est un thème récurrent. Ses histoires traitent souvent des thèmes de fantasy mi-merveilleux, mi-fantastique. Son écriture est à la frontière entre rêve et réalité, entre l'enfance et le monde adulte, le monde de l'imagination s'opposant à la banalité. Il publie également "Le Royaume de Morphée" en 1986.

Millhauser continue d'écrire et publie : "Le Musée Barnum", 1990, dont l'une des nouvelles, "Eisenheim l'illusionniste", servira d'inspiration à Neil Burger pour son film "L'Illusionniste", sorti en 2006 avec Edward Norton.

Le succès inattendu de "Martin Dressler ou le Roman d’un rêveur américain" qui remporte le Prix Pulitzer en 1997, attire l'attention sur Steven Millhauser. Il publie des novellas, "Nuit enchantée" en 1999 et "Le Roi dans l'arbre" en 2003.

Steven Milhhauser continue à publier et vit aujourd'hui à Saratoga Springs (New York), enseignant au Skidmore College.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Steven Millhauser   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L’Illusionniste (The Illusionist), film américain historique fantaisiste de Neil Burger, sorti en salles en 2006.


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
PerdreUnePlume   07 mars 2011
La Vie trop brève d'Edwin Mulhouse de Steven Millhauser
Mais c'est la précisément la question, car qu'est-ce que le génie, je vous le demande sinon une capacité d'être obsédé ? Tout enfant normal a cette capacité ; nous avons tous été des génies, vous et moi ; mais on nous abrutit tôt ou tard, on élimine notre génie, on en fane la gloire, et arrivés à l'âge de sept ans la plupart d'entre nous ne sont plus que de tristes épaves adultes. De sorte que le génie, pour être exact, c'est de rester capable d'être obsédé.
Commenter  J’apprécie          60
PerdreUnePlume   23 février 2011
La Vie trop brève d'Edwin Mulhouse de Steven Millhauser
Mais c'est la précisément la question, car qu'est-ce que le génie, je vous le demande sinon une capacité d'être obsédé ? Tout enfant normal a cette capacité ; nous avons tous été des génies, vous et moi ; mais on nous abrutit tôt ou tard, on élimine notre génie, on en fane la gloire, et arrivés à l'âge de sept ans la plupart d'entre nous ne sont plus que de tristes épaves adultes. De sorte que le génie, pour être exact, c'est de rester capable d'être obsédé.
Commenter  J’apprécie          40
claraetlesmots   13 février 2012
Le lanceur de couteaux et autres nouvelles de Steven Millhauser
Je lève les yeux là-haut où les vastes espaces fendent l'âme comme le fer d'une hache, j'adresse mes adieux aux cieux plein de murmures, ces rue inaccessibles, puis je laisse tomber mon regard vers le bas, vers la terre qui s'élève, vers le lieu du sordide, l'humaine turbulence.
Commenter  J’apprécie          40
Nadael   07 mars 2011
La Vie trop brève d'Edwin Mulhouse de Steven Millhauser
Edwin (…) poursuivit en prétendant (si j'interprète correctement ses remarques bredouillées) que le concept même de biographie est désespérement romanesque, car à la différence de la vie réelle, pleine de point d'interrogation, de passages censurés, d'espaces blancs, de rangées d'astérisques, de paragraphes sautés, et de séries innombrables de points de suspension se perdant dans le silence, la biographie procure une illusion de totalité, un vaste échafaudage de détails organisé par un biographe omniscient dont les aveux occasionnels d'ignorance ou d'incertitude ne nous trompent pas plus que les protestations polies d'une maîtresse de maison nous assurant, au sixième plat d'un luxueux banquet, que non, vraiment, elle ne s'est donnée aucun mal.
Commenter  J’apprécie          20
Nadael   07 mars 2011
La Vie trop brève d'Edwin Mulhouse de Steven Millhauser
Au commencement était le silence, matrice de toute parole à laquelle toute parole aspire, mère de toute parole : le souffle de ma vie. Quand et comment le premier mot en a jailli jusqu'ici, c'est ce que je ne saurai jamais, et pourquoi non plus. Cela a-t-il une importance quelconque ? Peut-être le son n'est-il qu'un acte de folie du silence, un bégaiement dément de l'espace vide ayant pris peur de s'écouter soi-même et de ne rien entendre. Ainsi sommes-nous tous fous. Ou peut-être sommes-nous le silence parlant dans son sommeil, peut-être sommes-nous un long cauchemar du silence se débattant en plein tourment sur son lit de plume.
Commenter  J’apprécie          20
Piling   31 juillet 2008
La Vie trop brève d'Edwin Mulhouse de Steven Millhauser
incipit :

Edwin Abraham Mullhouse, dont la mort tragique, le 1er août 1954 à 1h06 du matin, a privé l'Amérique du plus doué de ses écrivains, était né le 1er août 1943 à 1h06 du matin dans la sombre ville de Newfield, Connecticut. Le Dr Abraham Mullhouse, après avoir été lontemps moniteur d'anglais au City College de New York, était arrivé à Newfield College comme maître assistant en septembre 1942. Il avait, en juillet de la même année, emménagé dans une modeste maison d'un étage avec sa femme Helen, née Rosoff. Karen, leur deuxième enfant, devait naître en mars 1947 ; et ainsi de suite. C'est à peu près là qu'Edwin aurait jeté le livre, ou bien, de bonne humeur, se serait contenté de relever la tête le sourcil un peu froncé et de dire : "S'il y a une chose qui ne m'intéresse pas, ce sont bien les faits. Prends note, Jeffrey." Jeffrey Cartwright est mon nom.
Commenter  J’apprécie          10
Zazette97   09 août 2013
Le lanceur de couteaux et autres nouvelles de Steven Millhauser
Peut-être l'excès même de ces affirmations amplement fondées aurait-il dû nous alerter, car si un art vient pour de bon d'atteindre sa plus riche expression, il est alors permis de se demander si l'élan qui l'a entraîné dans la direction de sa pleine réussite n'est pas de nature à l'entraîner aussi au-delà de ses limites légitimes.

C'est ainsi qu'il est possible de se demander si la forme la plus accomplie de tout art ne contient pas les éléments de sa propre destruction - si la décadence, pour dire les choses simplement, loin d'être le contraire maladif de la parfaite santé d'un art, n'est pas simplement le résultat d'un élan qu'ils ont en partage. p.139
Commenter  J’apprécie          10
jostein   23 février 2012
Le lanceur de couteaux et autres nouvelles de Steven Millhauser
nous avions été bel et bien emballés, de sorte qu'au moment précis où nous mettions en cause son art cruel, nous étions tout prêts à lui offrir nos applaudissements.
Commenter  J’apprécie          20
YvPol   13 février 2012
Le lanceur de couteaux et autres nouvelles de Steven Millhauser
Ce n'est que lorsque je m'approchais, dans la pénombre de cette après-midi, que je vis qu'y était installée une très grosse grenouille, haute d'environ deux pieds, assise la gorge posée sur le rebord de la table. "Ma femme", dit Albert, en me lançant un regard farouche, comme s'il était prêt à me sauter au visage. (p.37)
Commenter  J’apprécie          10
Nadael   07 mars 2011
La Vie trop brève d'Edwin Mulhouse de Steven Millhauser
 Lecteur ! Qu'est-ce qu'un livre ? Un livre, c'est une pression intolérable à l'intérieur de la boîte crânienne qui exige d'être soulagée. Malheur à l'écrivain damné entre les damnés, qui ne peut pas finir son livre ; car cette pression cherche alors un autre exutoire, un exutoire du côté du mal.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Karine Giebel : Les titres de ses romans

Juste ...

une ombre
un ange
le silence

11 questions
25 lecteurs ont répondu
Thème : Karine GiebelCréer un quiz sur cet auteur