AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.3 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Eaglis Fleichein , le 04/12/1795
Mort(e) à : Londres , le 05/02/1881
Biographie :

Thomas Carlyle, né à Eaglais Fheichein, dans le comté de Dùn Phrìs le 4 décembre 1795, mort à Londres le 5 février 1881, est un écrivain, satiriste et historien écossais, dont le travail eut une très forte influence durant l'époque victorienne.

Originaire d'une famille calviniste stricte, Carlyle se destine à une vie de prêtre. C'est lors de ses années à l'Université d'Édimbourg qu'il perd la foi. Il conserve cependant tout au long de sa vie les valeurs que lui ont inculquées ses parents. Cette synthèse d'un tempérament religieux et d'une foi chrétienne perdue contribue à rendre le travail de Carlyle - comme en France celui de Renan - intéressant au yeux de nombre de ses contemporains, qui à l'époque sont aux prises avec des changements scientifiques et politiques menaçant l'ordre social établi.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Thomas Carlyle   (10)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Thomas Carlyle
isajulia   18 avril 2013
Thomas Carlyle
La véritable Université de nos jours, est une collection de livres.
Commenter  J’apprécie          360
Thomas Carlyle
MissSherlock   09 février 2016
Thomas Carlyle
Ce qui nous importe ce n'est pas de distinguer vaguement ce qui se profile à l'horizon, mais de voir clairement ce qui se trouve à portée de main.
Commenter  J’apprécie          180
Thomas Carlyle
lilianelafond   17 avril 2017
Thomas Carlyle
« Ce qui rend un homme malheureux, ce n'est pas de mourir, ni même de mourir de faim. Beaucoup d'hommes sont morts. Tous les hommes sont mortels. C'est de vivre dans la misère sans savoir pourquoi, de travailler comme des bêtes sans rien gagner, d'avoir le cœur usé, d'être épuisé, isolé, sans amis, dans un “laissez-faire” glacial et généralisé. »





-Thomas Carlyle,

(cité par Jack London in Le peuple d'en bas.)
Commenter  J’apprécie          90
NMTB   23 janvier 2017
Sartor Resartus de Thomas Carlyle
Le Passé est-il annihilé, ou seulement passé ; le Futur n’existe-t-il pas, ou est-il seulement futur ? Ces mystiques facultés qui sont les nôtres, la Mémoire et l’Espoir, déjà répondent : déjà, par ces mystiques avenues, toi, le fils aveugle de la Terre, tu évoques à la fois le Passé et le Futur, et tu communiques avec eux, bien qu’obscurément encore, et par signes muets. La toile tombe sur Hier, se lève sur Demain ; mais Hier et Demain tous les deux à la fois SONT. Perce à travers l’élément du Temps, regarde dans l’Eternel. Crois ce que tu trouves écrit dans le Sanctuaire de l’Ame humaine, ce qu’en effet tous les Penseurs, dans tous les Ages, ont lu religieusement là : que le Temps et l’Espace ne sont pas Dieu, mais des créations de Dieu ; et que, comme il est en Dieu un universel Ici, il est en lui un éternel Maintenant.

Et vois-tu là-dedans quelque indice d’Immortalité ? – O Ciel ! la blanche Tombe de l’être aimé, qui est mort dans nos bras, et qu’il a fallu laisser derrière nous, là ; cette Tombe qui se profile là-bas, comme une pâle Borne militaire reculant tristement, pour marquer combien de pénibles et amères étapes nous avons parcouru seul, - n’est qu’une pâle et spectrale Illusion ! L’Etre cher que nous avons perdu est encore mystérieusement Ici, comme nous sommes Ici mystérieusement, avec Dieu ! – Sache bien que les ombres seules du Temps ont péri, ou sont périssables ; que l’Etre réel de tout ce qui fut, de tout ce qui est, de tout ce qui sera, EST en ce moment même et pour toujours. Sur ceci, si malheureusement ceci devait te paraître nouveau, tu peux méditer à loisir ; pendant vingt années, ou pendant vingt siècles : tu dois y croire, tu ne peux le comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NMTB   08 janvier 2017
Sartor Resartus de Thomas Carlyle
Aux yeux de la Logique vulgaire, dit-il, qu'est-ce que l'homme ? Un Bipède omnivore qui porte des Culottes. Aux yeux de la Raison Pure, qu'est-il ? Une Ame, un Esprit, une Apparition divine ; un Moi mystérieux qui, sous toutes ses guenilles de laine, porte un Vêtement de Chair (l'enveloppe des Sens), tissé dans les métiers du Ciel ; par lequel il est révélé à ses semblables, vit avec eux à la fois UNI et DISTINCT ; par lequel il voit et se façonne pour lui-même un Univers, avec de bleus Espaces Etoilés et de longs Milliers d'Années. Profond est son ensevelissement sous ce Vêtement étrange ; parmi les Sons, les Couleurs et les Formes, qui, pour ainsi dire, sont à la fois ses langes et son linceul ; et pourtant ce vêtement est tissé dans le Ciel et digne d'un Dieu. L'homme, par là, ne se tient-il pas au centre des Immensités, au confluent des Eternités ? Il sent, il lui a été donné de connaître, de croire ; bien plus, n'est-il pas des moments, rien que des moments, il est vrai, où, même ici-bas, l'Essence de l'Amour, en sa céleste pureté première, rayonne à travers lui ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NMTB   02 janvier 2017
Sartor Resartus de Thomas Carlyle
Cette rumeur étouffée de Minuit, lorsque tout Trafic est livré au repos, que des voitures, roulant encore ça et là par les rues lointaines, emportent la Vanité vers des demeures lambrissées et éclairées, pour elle, d'une lumière savamment ménagée, et que, seuls, le Vice et la Misère sont dehors, à rôder ou à gémir comme des oiseaux de Nuit ; oui, cette rumeur, soupir qu'exhale la vie inquiète en son sommeil tourmenté, est entendue dans les Cieux ! Oh, sous ce hideux couvercle de vapeurs, d'exhalaisons pestilentielles et d'inimaginables gaz, quelle cuve fermente et mijote, cachée ! Là sont les joies et les douleurs ; là, l'on naît, l'on meurt, l'on prie, ou, de l'autre côté d'une cloison de briques, l'on blasphème ; et tout autour, à l'infini, la vaste, la vaine Nuit.
Commenter  J’apprécie          61
Thomas Carlyle
AuroraeLibri   08 septembre 2015
Thomas Carlyle
Fils d'un petit fermier écossais, au calvinisme étroit et fanatique, Thomas Carlyle songea d'abord à devenir pasteur; sa foi ayant faibli, il renonça à ce projet, se maria et, dans la triste solitude d'un coin de campagne de la Basse-Ecosse, se plongea dans le labeur intellectuel le plus intense.
Commenter  J’apprécie          60
NMTB   22 janvier 2017
Sartor Resartus de Thomas Carlyle
Contemple-toi dans la face de ton Frère, soit que dans ces yeux se joue le léger feu de la Bienveillance, ou que s'y exaspère la sinistre conflagration de la Fureur ; sens comme ton Ame, à toi, si paisible, aussitôt brûle involontairement du même feu, et comme vous flamboyez et vous vous réverbérez l'un sur l'autre, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'une seule et vaste flamme confluente d'enveloppant Amour, ou de Haine étreignant à mort ; et dis alors quelle miraculeuse vertu se propage de l'homme à l'homme. Et s'il en est ainsi, au travers de toutes les épaisses enveloppes pressées de notre Vie terrestre, que dire lorsque c'est au travers de cette Vie divine dont nous parlons, et lorsque le saint-des-saints de notre Moi est comme mis en contact avec le saint-des-saints d'un autre Moi !

C'est dans ce sens que j'ai dit que les Habits ecclésiastiques sont pour la première fois tissés et filés par la Société. La Religion extérieure provient de la Société, et, à son tour, la Société devient possible par la Religion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NMTB   16 janvier 2017
Sartor Resartus de Thomas Carlyle
Il n'y a donc pas de Dieu ? Ou tout au mieux existe-t-il un Dieu absent, siégeant, oisif, depuis le premier Sabbat, par delà les confins de son Univers, et le regardant aller ? Le mot Devoir n'a-t-il donc pas de sens ; ce que nous appelons le Devoir n'est donc pas un Guide, un Messager divin, mais un mensonger Fantôme terrestre, fait de Désir et de Peur, d'émanations des Gibets et du Lit-Céleste du Docteur Graham ? La joie d'une Conscience satisfaite ! Est-ce que Paul de Tarse, que l'admiration des hommes a depuis déclaré Saint, ne se sentait pas "le plus grand des pécheurs"; tandis que Néron de Rome, l'esprit joyeux, dépensait le meilleur de son temps à jouer de la lyre ? Stupide débitant de Mots et Broyeur de Mobiles qui dans ton Moulin-à-Logique as un mécanisme terrestre pour le Divin lui-même, et voudrais bien m'extraire la Vertu des cosses du Plaisir, - je te dis : Non ! La plus amère aggravation du mal chez l'homme, ce Prométhée vaincu, non régénéré, ne gît-elle pas toujours dans cette conscience qu'il a du Bien, dans ce sentiment qu'il est victime, non pas seulement de la souffrance, mais de l'injustice ? Quoi donc ! L'inspiration héroïque que nous appelons Vertu ne serait-elle qu'une sorte de Passion ; quelque bouillonnement du sang, et dont les autres seuls tireraient profit ? Je n'en sait rien : ce que je sais seulement, c'est que si ce que l'on nomme le Bonheur est notre véritable fin, nous sommes alors complètement égarés. Avec la Stupidité et une bonne Digestion, l'homme peut affronter bien des choses. Mais que sont, dans ces temps grossiers, guère imaginatifs, que sont les terreurs de la Conscience auprès des désordres de la Bile ! Bâtissons donc notre fortune sur les fondements de la Cuisine et non sur ceux de la Morale : alors, brandissant notre poële-à-frire en guise d'encensoir, offrons au Diable les fumées qui lui plaisent, et vivons heureux de la graisse qu'il réserve à ses Elus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NMTB   09 janvier 2017
Sartor Resartus de Thomas Carlyle
Oui, j'ai maintenant dressé ma tente sous un Cyprès ; la tombe est maintenant mon inexpugnable Forteresse ; à sa porte, je considère d'un oeil tranquille les armements hostiles, et les maux, et les pénalités de la Vie tyrannique, et j'écoute, avec un silencieux sourire, ses menaces les plus bruyantes. O vous, les aimés, qui dormez déjà dans la silencieuse Couche du Repos, vous que je n'ai pu ici-bas que pleurer sans remède ; et vous, qui, dispersés dans l'espace, peinez encore solitaires dans le Désert peuplé de monstres, teignant de votre sang le sol pierreux. - Encore un peu de temps, et nous nous retrouverons tous Là, et le sein de notre Mère nous abritera tous ; et le harnais de l'Oppression, et le fouet de feu du Chagrin, et tous les baillis de Géhenne qui patrouillent et habitent dans le Temps toujours agité, ne pourront plus nous tourmenter désormais !
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Que fait (ou ne fait pas) Martine ?

Martine à la ...?...

Ferme
Moisson

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Martine - Dyptique, tome 3 : Martine à l'école - Martine à la foire de Gilbert DelahayeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..