AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.84 /5 (sur 69 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sénégal , le 20/08/1950
Biographie :

TIDIANE N’DIAYE

N'Diaye est anthropologue, économiste et écrivain franco-sénégalais. Il a mené une longue carrière de Chargé d'études à l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), de professeur d'économie descriptive et Directeur de recherche à Sup-de-Co Caraïbes. Il est l'auteur de nombreuses études économiques et sociales de l'INSEE sur les Département français d'Outre Mer (DOM).Egalement chercheur spécialisé dans l'histoire des civilisations négro-africaines et de leurs diasporas (africaine-américaine et afro-antillaise), il a publié de nombreux Essais sur le sujet. Tidiane N'Diaye est le premier chercheur africain dont les travaux (''Traite négrière arabo-musulmane'' - ''Le génocide voilé'' – (Gallimard) ont été nommés au Prix Renaudot Essai en 2008.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Tidiane N`Diaye   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Le voile qui entoure la traite arabo-musulmane est due à une sorte de solidarité religieuse"


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation

C'est à cette époque (1985-1991) que fut révélée au monde entier l'étrange histoire de Juifs noirs vivant en Afrique. Après les avoir ignorés pendant des décennies, Israël decidait d'arracher à la famine et à la guette civile qui ravageaient l'Éthiopie plusieurs milliers d'entre eux, pour les rapatrier au nom de la "loi du retour".

(page 11).

Commenter  J’apprécie          3012

Stanley constatera que dans certaines régions d' Afrique, après leur passage, il ne subsistait guère plus de 1 % de la population. Dans le Tanganyika, les images des horreurs de la traite étaient partout visibles. Nachtigal, qui ne connaissait pas encore la région, voulut s'avancer jusqu'au bord du lac. Mais à la vue des nombreux cadavres semés le long du sentier, à moitié dévorés par les hyènes ou les oiseaux de proie, il recula d'épouvante. Il demanda à un Arabe pourquoi les cadavres étaient si nombreux aux environs d'Oujiji et pourquoi on les laissait aussi près de la ville, au risque d'une infection générale. L'Arabe lui répondit sur un ton tout naturel, comme s' il se fût agi de la chose la plus simple du monde: « Autrefois nous étions habitués à jeter en cet endroit les cadavres de nos esclaves morts et chaque nuit les hyènes venaient les emporter: mais, cette année, le nombre des morts a été si considérable que ces animaux ne suffisent plus à les dévorer. Ils se sont dégoûtés de la chair humaine. »

Commenter  J’apprécie          160

les Anglais se sont toujours posés en champions de l'abolition. Mais on oublie trop souvent que leur abolition de l'esclavage devait plus à l'économie qu'à la morale. Ils pensaient qu'il était plus avantageux de réduire en esclavage les Africains chez eux que de les exporter vers le Nouveau Monde. Non seulement ils n'y étaient plus si rentables, étant donné les évolutions industrielles du moment, mais ils coûtaient cher (il fallait quand même les nourrir !). Si le discours officiel plaçait l'abolition sur un plan moral, nul n'était dupe. Le système esclavagiste était de plus en plus inefficace et improductif, comme le notait l'économiste Adam Smith. l'Angleterre avait tout simplement su anticiper tous ces bouleversements.

Commenter  J’apprécie          140

Il est donc difficile de ne pas qualifier cette traite de génocide de peuples noirs par massacre, razzias sanglantes puis castration massive. Chose curieuse pourtant, très nombreux sont ceux qui souhaiteraient la voir recouverte à jamais du voile de l'oubli, souvent au nom d'une certaine solidarité religieuse, voire idéologique. C'est en fait un pacte virtuel scellé entre les descendants des victimes et ceux des bourreaux qui aboutit à ce déni. (p. 271)

Commenter  J’apprécie          80

Longtemps appréhendée comme un désert inhabitable et stérile, parce qu'on en jugeait d'après les terres du littoral, où le climat était malsain et souvent fatal aux étrangers, l'Afrique noire, que les négriers arabo-musulmans allaient mettre à feu et à sang, n'était ni aride ni stérile et inhabitée, comme pouvait le laisser penser le Sahara. Nombre de voyageurs en témoignent. Ils rencontraient d'abord des steppes couvertes de grandes herbes, puis des contrées boisées et des champs cultivés où le bétail s'élevait sans soin, dans un univers riche et luxuriant. Sur cette terre aussi douce que la soie à certains endroits, de petites chaînes de montagnes s'allongeaient entre les cours d'eau.

Commenter  J’apprécie          60

Pour les Sud-Africains, Chaka représente toujours celui qui a forgé l'âme de la résistance à l'invasion étrangère. Mythe ou réalité, il est même devenu, à tort ou à raison, le symbole de la grandeur, voire d'une certaine fierté des peuples noirs. Pourtant le souverain zoulou n'était pas que ce héros, bâtisseur de nation et révolutionnaire social. Il était aussi l'homme ordinaire poussé à ses extrêmes qui a révélé tout ce qu'il avait de bestialité inspirée et de démesure. S'il fut incontestablement un génie militaire visionnaire et un grand rassembleur, l'homme n'en demeurait pas moins, quels qu'aient été ses objectifs, un impitoyable cavalier nègre de l'apocalypse.

Commenter  J’apprécie          60

Avant l'arrivée des Arabo-Musulmans, chaque communauté africaine avait sa propre culture, un système original de croyances et de coutumes. (...) C'est parce qu'il avait conscience du caractère éphémère et fragile de l'existence que l'Africain évoluait dans une profonde religiosité. (...)L'univers spirituel de l'Africain est composé de trois mondes relativement lié entre eux. Le premier est son environnement immédiat (...) Le deuxième est celui d'un être immatériel associé à un ancêtre défunt. (...) Enfin, le troisième est le royaume des esprits.

Commenter  J’apprécie          50

« Mais tout a commencé là, au Darfour, et cela n’a apparemment jamais cessé. C’est le mépris des Arabes pour les Noirs qui continue de s’y manifester cruellement aujourd’hui encore par une pratique de l’esclavage à peine dissimulée et par un véritable nettoyage technique ».

Commenter  J’apprécie          50
Wat is verby, verby ... Ce qui est passé, est passé.
Commenter  J’apprécie          60

Ainsi, la triste réalité est bien que des Noirs ont livré d'autres Noirs. Parce que aucun peuple n'est différent d'un autre dans les vertus ou dans le crime. Quand les chasseurs d'hommes arabes ne faisaient pas le travail eux-mêmes, la plupart des rabatteurs qui livraient des captifs noirs aux négriers étaient bien des Noirs.

Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Tidiane N`Diaye (146)Voir plus

Quiz Voir plus

La riviere a l'envers Tomek

Quel est le métier de Tomek?

Epicier
Boulanger
Charcutier
Agriculteur

10 questions
638 lecteurs ont répondu
Thème : La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur