AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.31 /5 (sur 205 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Baltimore, Maryland , le 20/09/1878
Mort(e) à : Bound Brook, New Jersey , le 25/11/1968
Biographie :

Upton Beall Sinclair est un écrivain américain, auteur prolifique et promoteur du socialisme aux États-Unis.

Adepte de plusieurs genres, Upton Beall Sinclair a été un des promoteurs du socialisme aux États-Unis. Il s'acquiert une renommée particulière avec son roman "La Jungle" (1905), qui décrit l'abattage des bêtes et le conditionnement de la viande. La réaction du public aux pratiques ainsi dénoncées conduit au "Meat Inspection Act" de la même année. Il fait partie de ces journalistes et écrivains engagés dans la dénonciation des inégalités de l'Amérique du début du siècle, que Théodore Roosevelt qualifia de "muckrakers" (éboueurs).

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Upton_Sinclair
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
"La jungle" de Upton Sinclair par Julie du Furet du Nord de Lille (59). Julie Gonéra, libraire au Furet du Nord de Lille, nous présente l'un de ses coups de coeur : "La jungle" de Upton Sinclair (http://www.livredepoche.com/la-ju...

Citations et extraits (125) Voir plus Ajouter une citation
colimasson   03 mai 2014
La jungle de Upton Sinclair
Je sais ce qu’il en coûte à un travailleur d’acquérir le savoir. J’en ai payé le prix avec ma chair et mon sang, en me privant de nourriture et de sommeil, en mettant en jeu ma santé, ma vie presque. Alors, lorsque je viens vous parler d’espérance et de liberté, faire miroiter devant vous ce monde nouveau qu’il vous faut créer de toutes pièces, cette nouvelle organisation du travail qu’il faut avoir l’audace d’imaginer, je ne suis pas surpris de vous trouver terre à terre et matérialistes, apathiques et incrédules. Si je résiste au découragement, c’est que je sais ce que vous avez enduré ; j’ai connu le fouet cuisant de la misère, le mépris cinglant des maîtres, « la morgue du fonctionnaire et toutes les rebuffades ». Mais j’ai la certitude que parmi vous qui êtes là ce soir, si nombreux que vous soyez à avoir sombré dans l’abrutissement et l’indifférence, à être venus par simple curiosité ou pour me tourner en ridicule, il y aura au moins un homme que le chagrin et la souffrance auront poussé à bout, à qui la soudaine révélation des injustices et des horreurs du monde aura fait dresser l’oreille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
colimasson   11 mai 2014
La jungle de Upton Sinclair
Si le gouvernement opprimait le corps des salariés, la Religion, elle, opprimait leur âme et empoisonnait à sa source le fleuve du Progrès. Elle demandait à l’ouvrier de placer ses espoirs dans une vie future, pendant qu’ici-bas on lui faisait les poches et on lui inculquait toutes les fausses vertus prônées par le capitalisme : frugalité, humilité, obéissance. Le sort de l’humanité se jouait là, dans l’ultime corps à corps entre l’Internationale Rouge du Socialisme et l’Internationale Noire de l’Eglise Catholique, tandis qu’ici, aux Etats-Unis, « régnaient les ténèbres insondables de l’Evangélisme américain… »
Commenter  J’apprécie          220
Torellion   01 octobre 2016
La jungle de Upton Sinclair
Quand on aborde le domaine ultramoderne de la publicité, renchérit Schliemann, c'est-à-dire l'art de persuader les gens à acheter ce dont ils n'ont pas besoin, on est au coeur du sinistre système édifié par le capitalisme.
Commenter  J’apprécie          210
aiguebelette   22 septembre 2018
La jungle de Upton Sinclair
La population de Packingtown était essentiellement constituée de prolétaires étrangers pour la plupart, des crève-la-faim dont la survie dépendait d'hommes bestiaux et sans scrupules qui n'avaient rien à envier aux négriers d'autrefois. Dans ces conditions, l'immoralité était tout aussi inévitable, tout aussi répandue que du temps de l'esclavage proprement dit. Il ne se passait pas de jours sans que des actes inqualifiables se produisissent à Packingtown. Tout le monde trouvait cela normal. Seulement, ce n'était pas aussi visible qu'à l'époque de l'esclavagisme, car il n'y avait pas, entre maîtres et esclaves, de différence de couleur.
Commenter  J’apprécie          180
colimasson   01 avril 2014
La jungle de Upton Sinclair
Et les saucisses… On ne prêtait jamais attention aux produits qui entraient dans leur composition. Pourtant, pour les fabriquer, on utilisait toutes celles que l’Europe avait refusées et réexpédiées en Amérique : la chair blanchâtre et moisie était traitée avec du borax et de la glycérine, puis jetée dans les trémies et proposées sur le marché national. On y ajoutait également les rognures qui avaient traîné par terre dans la sciure et la saleté, qui avaient été piétinées par les ouvriers, souillées par leurs crachats infectés de milliards de bacilles de Koch. Sans parler des monceaux de viande, stockés en d’énormes tas dans des entrepôts dont les toits fuyaient et qui grouillaient de rats. […] Les patrons luttaient contre ce fléau avec du pain empoisonné. Tout partait dans les trémies : rats morts, pain et viande. […] Quand les ouvriers chargeaient à pleine pelle la viande dans les wagonnets, ils ne prenaient pas la peine d’éliminer les cadavres des rongeurs, même s’ils les voyaient. Pourquoi l’auraient-ils fait quand, dans la fabrication des saucisses, entraient certains ingrédients en comparaison desquels un rat empoisonné était un morceau de choix ? Ainsi, comme les hommes n’avaient aucun endroit où se laver les mains avant le déjeuner, ils avaient pris l’habitude de le faire dans l’eau destinée à la saucisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
colimasson   27 avril 2014
La jungle de Upton Sinclair
Ces Noirs avaient pour ancêtres des sauvages d’Afrique ; depuis, ils avaient vécu comme esclaves ou avaient subi le joug d’une société régie par les traditions esclavagistes. Pour la première fois de leur vie, ils étaient libres, libres de satisfaire leurs plus basses passions, libres de s’abêtir. On avait fait appel à eux pour faire échouer une grève ; mais une fois l’affaire réglée, on les rembarquerait et leurs maîtres d’aujourd’hui ne les verraient plus jamais. Aussi n’hésitait-on pas à leur fournir, moyennant finance, des femmes et du whisky en quantité. C’est ainsi que les abattoirs avaient sombré dans l’anarchie.
Commenter  J’apprécie          170
Mimeko   22 juin 2020
La jungle de Upton Sinclair
Une loi interdisait d'utiliser les locaux industriels comme logements, sans agrément préalable; ils devaient pour cela être équipés du nombre nécessaires de fenêtres, d'escaliers et de dégagements en cas d'incendie. Pourtant, on ne se gênait pas pour entasser une centaine d'hommes sur des matelas alignés par terre, dans un "atelier de peinture" ne disposant que d'une porte comme seule et unique ouverture sur l'extérieur et où débouchait un "toboggan" fermé par des cloisons.
Commenter  J’apprécie          90
colimasson   19 avril 2014
La jungle de Upton Sinclair
Si nous sommes la plus grande nation qui ait jamais existé sous le soleil, c’est avant tout, semble-t-il, parce que nous avons réussi à susciter cette frénésie du travail chez nos salariés ! Nous possédons bien sûr d’autres raisons de nous glorifier, comme par exemple notre consommation d’alcool qui atteint une valeur annuelle d’un milliard deux cent cinquante millions de dollars et qui double tous les dix ans.
Commenter  J’apprécie          160
colimasson   18 mars 2014
La jungle de Upton Sinclair
En Lituanie, ils mangeaient souvent des saucisses fumées. Comment auraient-ils pu savoir que celles qu’on vendait en Amérique n’étaient pas les mêmes que chez eux ? Que leur couleur et leur goût s’obtenaient par l’addition de produits chimiques ? Qu’on y incorporait une grosse proportion de « farine de pomme de terre », autrement dit ce qui reste de ce tubercule une fois qu’on en a extrait la fécule et l’alcool ? (Cette « farine » n’a pas plus de valeur nutritive que de la sciure de bois ; son utilisation dans l’alimentation étant illégale en Europe, des milliers de tonnes sont expédiées chaque années par bateau vers l’Amérique).
Commenter  J’apprécie          150
Mimeko   16 juin 2020
La jungle de Upton Sinclair
A son arrivée aux abattoirs, Jurgis prenait soin de sa personne aussi bien qu'un ouvrier pouvait le faire. Mais au fil du temps, avec la maladie, le froid, la faim, le découragement, la saleté de l'atelier, la vermine à la maison, il avait renoncé à toute toilette en hiver et, en été, se contentait de se nettoyer à la va-vite dans une cuvette.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..