AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.78/5 (sur 45 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Valence , le 29/01/1867
Mort(e) à : Menton , le 28/01/1928
Biographie :

Vicente Blasco Ibáñez est un écrivain, journaliste et homme politique espagnol.

Il est l’auteur d’une vaste production littéraire. Défenseur des idéaux républicains et en même temps anticlérical, il s’installe à Madrid puis s’exile à deux reprises, ce qui lui permit de connaître le mouvement naturaliste français.

En 1914, il publie un roman qui le rend célèbre dans le monde entier : "Les Quatre cavaliers de l'Apocalypse".

En 1921, avec l’avènement de la dictature de Primo de Rivera, il se retire dans sa maison de Nice. C’est là qu’il écrit ses derniers romans, dont "Terres maudites" (1898). Parmi ses romans les plus connus aussi, il y a "Arènes sanglantes", "Boue et Roseaux", "Parmi les orangers", "Les Argonautes" ou encore "La Reine Calafia". Plusieurs de ces romans ont été portés à l'écran.

Anticlérical et républicain, il mena une vie agitée et fut à l'origine d'un mouvement politique auquel il donna son nom, le blasquisme ; il fonda également le journal El Pueblo en 1894 pour diffuser ses idées. Son style de roman naturaliste l'a fait comparer à Émile Zola.

Il est le père de l'homme politique et journaliste Sigfrido Blasco-Ibáñez.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Vicente Blasco Ibáñez   (19)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
L’éternel mécontentement des hommes était deviné par Rafael. Il enviait ceux qui circulaient dans la cour, considérant leur situation comme une des pus désirables; et ceux-la enviaient les gens du dehors, qui jouissaient de la liberté; et les passants peut-être étaient eux aussi mécontents de leur sort, et ambitionnaient, qui sait quoi ?... Alors que la liberté est si bonne !... Ils méritaient d’être prisonniers.

[La condamnée]
Commenter  J’apprécie          110
Cependant le taureau, après avoir couru encore un peu en boitant, s’était arrêté, afin de moins souffrir. Alors Gallardo prit une autre épée et vint se placer devant la bête, avec l’intention de procéder au descabello. Il appuya le bout de la lame entre les deux cornes, tout en agitant le chiffon avec la main gauche, pour obtenir que l’animal baissât le mufle jusqu’à terre ; et, d’un coup de poignet, il poussa l’épée. Mais le taureau, piqué, secoua la tête et rejeta l’arme.
Commenter  J’apprécie          90
Catalina répondait aux questions de son compagnon avec la timidité d’une demoiselle chrétienne, pieusement élevée, qui devine le but caché sous la galanterie banale du langage. Cet homme venait pour elle, et son père était le premier à souscrire à ses désirs. Affaire conclue ! Le prétendant était un Febrer ; elle allait lui répondre : oui ! Elle se rappelait ses années de pensionnat, où elle était entourée de fillettes moins riches qu’elle, qui profitaient de toutes les occasions pour la taquiner, poussées par la jalousie et par la haine que leur avaient inculquées leurs parents. Elle était la chueta ! Elle n’avait d’amies que parmi les petites filles de sa race, et encore celles-ci, désireuses de se mettre bien avec l’ennemi, se trahissaient mutuellement, sans énergie ni esprit de solidarité pour la défense commune. À l’heure de la sortie, les chuetas partaient les premières, sur l’invitation des religieuses, pour éviter les insultes et les attaques des autres élèves, dans la rue. Même les bonnes qui accompagnaient les fillettes se battaient, adoptant les haines et les préjugés de leurs maîtres. Il en était de même dans les écoles de garçons : les chuetas sortaient d’abord pour éviter les coups de pierre ou de courroies des « vieux chrétiens ».
Commenter  J’apprécie          80
Vicente Blasco Ibáñez
Il n'était pas encore nuit close que déjà la nouvelle du meurtre , éclatant comme un coup de canon , s'était répandue jusqu'aux extrémités de la plaine .
Avez-vous jamais vu le geste hypocrite et le silence joyeux avec lequel un peuple accueille la mort du gouvernant qui l'opprime ? Eh bien , ce fut ainsi que la huerta pleura la mort de l'usurier . Tous devinrent dans cette affaire la main du père Barret , mais aucun ne parla . les chaumières lui auraient ouvert volontiers leurs plus mystérieuses cachettes , les femmes l'auraient recelé sous leurs jupons .
Commenter  J’apprécie          70
L'indulgence à l'égard de ceux qui ont voulu délibérément le mal est une complicité. Celui qui pardonne à l'assassin trahit la victime. Il est bon que la guerre dévore ses enfants, et, quand on a tiré l'épée, on doit périr par l'épée.
Commenter  J’apprécie          70
Tonet se mit au travail avec l'ardeur momentanée des êtres de peu de volonté.
Commenter  J’apprécie          80
De Cullera à Sagonte, dans toute la plaine de Valence, il n'y avait ni bourg ni village ou il ne fût connu.
Aux premiers sons de sa musette, les enfants accouraient au galop, les commères s'appelaient les unes les autres d'un air joyeux, les hommes quittaient le cabaret.
Et lui, les joues gonflées, le regards vague perdu dans les airs, il jouait sans relâche, au milieu des applaudissements qu'il accueillait avec une indifférence d'idole. Sa vieille musette toute fendillée, partageait avec lui l'admiration générale : lorsqu'elle ne roulait pas dans les paillers ou sous les tables de buvette, on la voyait toujours sous son aisselle comme un membre nouveau, crée par la nature dans un accès de mélomanie.

[Dimoni]
Commenter  J’apprécie          50
Lorsqu'il avait fait la connaissance de sa femme , il était garçon meunier dans les environs de Sagunto . Il travaillait comme un loup ( c'était son mot ) pour qu'on ne manquât de rien à la maison ; et dieu le récompensait de son labeur en lui donnant un enfant chaque année : de belles créatures qui semblaient naître avec toutes leurs dents , à en juger par la hâte qu'elles avaient de renoncer au sein maternel pour demander du pain depuis le matin jusqu'au soir . Conclusion : il lui fallut quitter le moulin et se faire charretier, afin d'augmenter un peu son salaire .
Commenter  J’apprécie          40
Le 7 juillet 1914, Jules Desnoyers, le jeune « peintre d’âmes », comme on l’appelait dans les salons cosmopolites du quartier de l’Étoile, –
beaucoup plus célèbre toutefois pour la grâce avec laquelle il dansait le tango que pour la sûreté de son dessin et pour la richesse de sa palette, – s’embarqua à Buenos-Aires sur le Kœnig Frederic-August, paquebot de Hambourg, afin de rentrer à Paris. Lorsque le paquebot s’éloigna de la terre, le monde était parfaitement tranquille. Au Mexique, il est vrai, les blancs et les métis s’exterminaient entre eux, pour empêcher les gens de s’imaginer
que l’homme est un animal dont la paix détruit les instincts combatifs. Mais sur tout le reste de la planète les peuples montraient une sagesse exemplaire. Dans le transatlantique même, les passagers, de nationalités très diverses, formaient un petit monde qui avait l’air d’être un fragment de la civilisation future offert comme échantillon à l’époque présente, une ébauche de cette société idéale où il n’y aurait plus ni frontières, ni antagonismes de races.
Commenter  J’apprécie          30
Celui qui pardonne a l' assassin trahit la victime.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Vicente Blasco Ibáñez (82)Voir plus

Quiz Voir plus

Comtesse de Ségur ou Marquis de Sade

Les Malheurs de Sophie

Comtesse de Ségur
Marquis de Sade
Ni l'une ni l'autre

12 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , romans - littérature classique , roman , contes et nouvelles , bande dessinée , zigzag , humourCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..