AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.09 /5 (sur 1826 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Alcazar de San Juan, Espagne , le 29/09/1547
Mort(e) à : Madrid, Espagne , le 23/04/1616
Biographie :

Miguel de Cervantès, de son nom complet Miguel de Cervantès Saavedra, est un romancier, poète et dramaturge espagnol. Il est célèbre pour son roman principal "L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche", publié en 1605, est reconnu comme le premier roman moderne de l'histoire littéraire. "Don Quichotte", classique éternel, raconte la folie d'un pauvre hidalgo convaincu qu'il est en réalité un illustre chevalier errant. Ce roman opère une rupture forte dans l'histoire des lettres.

Issu d'une famille modeste, il fait tout d'abord ses études à Madrid. Son goût pour l'aventure l'amène ensuite à rejoindre l'armée espagnole de Naples, dans laquelle il participe à la bataille de Lépante. C'est là qu'il perd sa main gauche et se voit désormais surnommé le "manchot de Lépante". Après quelques années, il se décide à retrouver son pays d'origine, mais est capturé par des Turcs d'Alger. Il doit alors attendre cinq années en Algérie avant que sa rançon soit payée par ses proches.

A son retour en Espagne, il commence à écrire des poèmes et des pièces, puis se marie. Un poste d'approvisionneur de l'Invincible Armada lui est alors confié, avant qu'on ne le nomme percepteur des impôts. Accusé de détournement de fonds, il est arrêté et mis en cellule plusieurs fois. Toutes ses aventures ont nourri en lui une imagination débordante qui l'amène à créer le célèbre Don Quichotte de la Manche, publié en 1605 pour la première partie et 1615 pour la seconde. Le succès ne se fait pas attendre et quelques années plus tard, Cervantès fait paraître ses Nouvelles exemplaires (1613). Dans sa dernière année, il s'attelle à la rédaction des Travaux de Persilès et Sigismonde, oeuvre posthume publiée en 1617.

Le style, la structure du récit, le réalisme et l'humour de Miguel de Cervantès lui ont permis de se distinguer des récits chevaleresques de l'époque.

Représentant important de l'Age d'Or espagnol, l'écrivain participe largement au rayonnement du royaume à travers le monde. On désignera dès lors l'espagnol comme "langue de Cervantès".
+ Voir plus
Source : https://www.linternaute.fr/biographie/litterature/1775254-miguel-de-cervantes-biographie-courte-date
Ajouter des informations
Bibliographie de Miguel de Cervantes   (55)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Miguel de Cervantès parmi nous avec Philippe Sollers - Anniversaire Cervantès (1966 / France Culture). Par Denise Centore et Severo Sarduy. Avec Philippe Sollers. Diffusion sur France Culture le 20 avril 1966. Illustration : Miguel de Cervantes Saavedra, 1547-1616. Détail de la gravure de Frederick Mackenzie (1787-88 - 1854). Miguel de Cervantes, francisé en Miguel de Cervantès (de son nom complet Miguel de Cervantes Saavedra), né le 29 septembre 1547 à Alcalá de Henares et enterré le 23 avril 1616 à Madrida, est un romancier, poète et dramaturge espagnol. Il est célèbre pour son roman "L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche", publié en 1605 et reconnu comme le premier roman moderne. Cervantes mène d'abord une vie aventureuse de soldat et participe à la bataille de Lépante en 1571, où il perd l'usage de la main gauche. Cette main paralysée lui vaut le surnom de « Manchot de Lépante ». Le 26 septembre 1575, à son retour vers l'Espagne, il est capturé par les Barbaresques avec son frère, Rodrigo, et, malgré quatre tentatives d'évasion, il reste captif à Alger. En 1580, il est racheté en même temps que d'autres prisonniers espagnols et regagne son pays. Marié et séparé de son épouse et occupant diverses fonctions, il se lance alors dans l'écriture par le roman pastoral "La Galatea" en 1585. En 1605, il publie la première partie de ce qui reste comme son chef-d'œuvre : "L'ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche" dont la deuxième partie ne paraît qu'en 1615. Sa parodie grandiose des romans de chevalerie et la création des personnages mythiques de Don Quichotte, Sancho Panza et Dulcinée, ont fait de Cervantes la plus grande figure de la littérature espagnole et l'un des romanciers les plus éminents du monde. Son roman "Don Quichotte" a été traduit dans plus de 140 langues et dialectes et fait partie des livres les plus traduits au monde. Ses premières œuvres théâtrales, peu appréciées de son vivant, ont pourtant donné lieu à de nombreuses imitations. En particulier, la tragédie en vers, "Le Siège de Numance", écrite de 1581 à 1583, a connu entre 1600 et 1813 cinq imitations sous des titres divers et a inspiré à Lope de Vega "La Sainte Ligue". Lectures de textes de Cervantès et de Jorge Luis Borges par Jean Topart et Michel Bouquet. 1ère partie : 00:00 2ème partie : 43:23 Sources : France Culture et Wikipédia

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (366) Voir plus Ajouter une citation
Miguel de Cervantes
Silena   31 mai 2014
Miguel de Cervantes
Garde toujours dans ta main la main de l'enfant que tu as été.
Commenter  J’apprécie          981
Miguel de Cervantes
milamirage   15 avril 2014
Miguel de Cervantes
Ce ne sont pas les richesses qui font le bonheur, mais l'usage qu'on en fait.
Commenter  J’apprécie          671
Miguel de Cervantes
Eve-Yeshe   20 mai 2016
Miguel de Cervantes
Parler sans penser, c'est tirer sans viser.



Miguel de Cervantès
Commenter  J’apprécie          610
Miguel de Cervantes
Eve-Yeshe   18 janvier 2015
Miguel de Cervantes
« Amour, quand je pense au mal terrible que tu me fais souffrir, je vais en courant à la mort, pensant terminer ainsi mon mal immense.

Mais quand j'arrive à ce passage, qui est un port dans la mer de mes tourments, je sens une telle joie que la vie se ranime, et je ne passe point.

Ainsi, vivre, me tue, et mourir me rend la vie. Oh dans quelle situation inouïe me jettent la vie et la mort. »



Don Quijote 1613, Miguel de Cervantès. Traduit de l’espagnol par Jean-Raymond Fanlo
Commenter  J’apprécie          580
palamede   22 septembre 2018
Don Quichotte de Miguel de Cervantes
... notre gentilhomme se donnait avec un tel acharnement à ses lectures qu’il y passait ses nuits et ses jours, du soir jusqu’au matin et du matin jusqu’au soir. Il dormait si peu et lisait tellement que son cerveau se dessécha et qu’il finit par perdre la raison.
Commenter  J’apprécie          560
palamede   19 septembre 2018
Don Quichotte de Miguel de Cervantes
... qui s’attache à un mauvais arbre reçoit mauvais ombre, et qui se met à l'abri sous la feuille se mouille deux fois, et qui se couche avec des chiens se lève avec des puces. Quelque petit que je sois, je tiens mon rang dans le monde ; chaque fourmi a sa colère ; chaque cheveu fait son ombre sur la terre, et chaque coq chante sur son fumier.





(Sancho Panza ; ch : Le petit-fils de Sancho Panza)
Commenter  J’apprécie          532
palamede   28 décembre 2019
Don Quichotte de Miguel de Cervantes
... il n’y a point de souvenir que le temps n’efface, ni de douleur dont la mort ne vienne à bout.



[Don Quichotte à Sancho Panza ; ch XV p 165-166]
Commenter  J’apprécie          450
araucaria   26 février 2016
Don Quichotte de Miguel de Cervantes
Don Quichotte, apercevant, loin du visage de l'écuyer, ce gros tas de poils sans un chicot ni une seule tache de sang, s'écria :

- Vive Dieu, c'est un véritable miracle! Sa barbe est partie d'un seul tenant, comme si on l'avait rasée tout exprès!

Le curé, voyant que le stratagème risquait d'être découvert, se hâta de ramasser la barbe et de la rapporter à maître Nicolas, qui était toujours par terre et continuait à se lamenter. Il lui prit la tête contre sa poitrine et lui remit la barbe, en marmonnant des paroles qui étaient, dit-il, une formule magique pour recoller les poils au menton, comme on allait le voir. Quand elle fut fixée, il s'écarta : l'écuyer apparut, tout aussi frais et barbu qu'avant sa chute. Stupéfait, don Quichotte pria le curé de lui apprendre cette formule, car il se doutait bien qu'elle n'avait pas pour seule vertu de recoller des barbes, puisqu'il était clair que, là où le poil avait été arraché, la chair devait être à vif et meurtrie; et puisque la guérison était complète, c'est que l'on pouvait lui reconnaître d'autres applications, tout aussi profitables.

Le curé en convint et promit à don Quichotte de lui apprendre la formule à la première occasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Miguel de Cervantes
Piatka   09 juillet 2013
Miguel de Cervantes
Qui veut une mule sans défaut doit se résoudre d'aller à pied.
Commenter  J’apprécie          380
palamede   06 janvier 2020
Don Quichotte de Miguel de Cervantes
... j’ai constaté que le nombre de sots excède celui des sages. Et comme il vaut mieux être loué par quelques gens d’esprit que raillé par une foule d’imbéciles, j’ai préféré ne pas m’exposer au jugement inconsidéré de lecteurs stupides, à qui ces ouvrages [les romans de chevalerie] sont le plus souvent destinés.



[discours du chanoine sur les romans de chevalerie ; ch. XLVIII]
Commenter  J’apprécie          353

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Miguel de Cervantes Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Don Quijote de La Mancha

C'est un roman du siècle d'Or.

XV ème Siècle
XVI ème siècle
XVII ème Siècle
XVIII ème Siècle

10 questions
103 lecteurs ont répondu
Thème : Don Quichotte de Miguel de CervantesCréer un quiz sur cet auteur