AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 93 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1959
Biographie :

Entomologiste de formation, Vincent Albouy est spécialiste des Dermaptères ou Perce-oreilles.

Il est l’auteur avec le professeur Claude Caussanel du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris du volume de la « Faune de France » consacré à cet ordre et paru en 1990.

Impliqué depuis l’adolescence dans le mouvement de protection de la nature, il a travaillé 7 ans à la Ligue de Protection des Oiseaux.

Il est actuellement vice-président de l’Office Pour les Insectes et leur Environnement (OPIE) et président fondateur de PONEMA, association pour la protection de la nature ordinaire dans les jardins.

Naturaliste passionné et désireux de partager cette passion, il a publié depuis une douzaine d’années de nombreux livres sur les insectes, les oiseaux, la découverte de la nature ou le jardinage naturel, destinés aux enfants ou au grand public.

Il a collaboré ou collabore avec divers éditeurs comme Gallimard Jeunesse, Casterman, Minerva, Flammarion, De Vecchi, Milan, et depuis quelques années entretient des liens étroits avec les éditions Delachaux et Niestlé dont la spécificité naturaliste correspond parfaitement à ses centres d’intérêt et à son domaine de compétence.

Vincent Albouy vit et travaille au cœur de la Saintonge, dans un petit village entre Saintes et Saint Jean d’Angely.
+ Voir plus
Source : www.terran.fr/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vincent Albouy. Surprenants insectes.
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
gouelan   20 juin 2017
Guide des curieux de nature de Vincent Albouy
Des escargots au bout d'une tige



Sur la dune, les plus hautes tiges des graminées ploient sous une charge inhabituelle. Des grappes de petits escargots blanchâtres à fines bandelettes noires s'accrochent à leur sommet. Par endroits, ils sont si serrés que la tige n'est plus visible. L'escargot des dunes échappe ainsi à a fournaise du sable surchauffé par le soleil en pleine journée. Sa couleur très claire, renvoyant la majorité des rayons solaires sans les absorber, contribue aussi à ne pas trop élever sa température corporelle. La surface de la dune est un vrai four au soleil. Elle et si chaude qu'il et difficile de marcher pieds nus sans ressentir une sensation de brûlure.

Le corps gorgé d'eau des escargots est très sensible au dessèchement. Beaucoup savent se protéger en s'enfermant dans leur coquille par un opercule étanche. ceux des dunes utilisent ce procédé, collé les uns aux autres avec de la bave. Mais ils doivent aussi éviter de cuire dans leur coquille comme dans une Cocotte-minute. La surface du sol est à fuir absolument.

La dune est un petit désert. La végétation est rare et dispersée, au ras du sol souvent. Les hautes tiges permettant de s'éloigner suffisamment de la fournaise du sable sont peu nombreuses.Le même refuge est alors utilisé par de nombreux individus, poussés par leur instinct à monter le plus haut possible après les pérégrinations de la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
agarnier   27 août 2015
Mon premier guide nature de Vincent Albouy
Les jardins sont les royaumes des plantes cultivées, mais les plantes

sauvages s’y invitent parfois sans la permission du jardinier.

Le liseron grimpe à l’assaut du grillage, l’ortie ne dédaigne pas

le voisinage des déchets verts, et de nombreuses herbes folles

germent dans les plates-bandes.
Commenter  J’apprécie          70
Korrigan   20 juin 2017
Guide des curieux de nature de Vincent Albouy
Les signaux des vers luisants



Au début de l'été, dans les endroits herbeux un peu humides, s'allument lorsque l'obscurité est tombée les petits falots vert pâle des vers luisants. L'espèce étant grégaire, les points lumineux s'observent rarement seuls.

La lumière froide produite par le ver luisant est le résultat du métabolisme de l'insecte. Elle est émise en permanence, et apparaît déjà chez les jeunes larves. Cette lumière n'est visible que la nuit, quand l'intensité lumineuse a fortement baissé. Vous pouvez vérifié le fait si vous en trouvez un dans la journée. En l'enfermant au creux de vos deux paumes, vous le verrez briller dans la pénombre.

Les femelles s'accrochent aux tiges des hautes herbes et exposent leur tache lumineuse. C'est un signal envoyé aux mâles pour la reproduction. La femelle, en effet, est sans ailes, ayant gardé l'aspect vermiforme de la larve ; aussi ses capacités de déplacement sont-elles très limitées. Le mâle, au contraire, a l'allure typique d'un coléoptère et vole parfaitement. Ses gros yeux lui permettent de repérer les femelles de très loin.

Larves et adultes sont des prédateurs d'escargots. Ils injectent leur salive dans les tissus de leur proie. Cette sécrétion commence par paralyser le mollusque, le tue, puis elle liquéfie rapidement les chairs, aspirées goulûment par les insectes. Quand ils relâchent la coquille, celle-ci peut être vide et parfaitement propre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ramettes   06 octobre 2014
Loger et abriter les insectes au jardin de Vincent Albouy
En terme scientifique les insectes qui nichent dans les tiges creuses des plantes sont qualifiés de "caulicoles"" ce terme fait référence au nom latin de la tige des plantes, caulis.
Commenter  J’apprécie          60
gouelan   16 juin 2017
Guide des curieux de nature de Vincent Albouy
La disparition des fleurs des moissons.



Les tableaux des peintres impressionnistes en témoignent : les champs de blé d'autrefois étaient colorés de fleurs de bleuet, de coquelicot, de nielle ou de chrysanthème des moissons. Aujourd'hui, sauf dans quelques régions de montagne, ce joli spectacle a quasiment disparu.

L'évolution de l'agriculture a été fatale à ces fleurs introduites chez nous en même temps que les céréales par les premiers agriculteurs du néolithique. Autrefois, il était impossible de s'en débarrasser. Mûres en même temps que la céréale, les graines tombaient au sol ou étaient ressemées à l'automne avec les grains impossibles à nettoyer. Puis vinrent les trieuses mécaniques, les batteuses, les moissonneuses.

Beaucoup de fleurs des moissons n'y résistèrent pas et devinrent de plus en plus rares. Mais le coup fatal est venu des herbicides chimiques dont l'emploi s'est généralisé au milieu du XXe siècle, des semis mécaniques très drus et des engrais chimiques.
Commenter  J’apprécie          40
Chouchane   15 septembre 2015
Des abeilles au jardin : Petit traité d'apiculture atypique à l'usage des amis des abeilles de Vincent Albouy
Quand j'ai disposé de mon propre jardin, mes actions ont aussitôt visé à le peupler d'abeilles en plantant des espèces qui les nourrissent, en fabriquant des nichoirs pour les espèces sauvages, et en créant un petit rucher. C'est ainsi que je suis devenu apiculteur.
Commenter  J’apprécie          50
lapinblanc04   16 mars 2013
Faut pas pousser mémé dans les orties de Vincent Albouy
Avoir la pêche. Donner des pêches, c'est donner des coups. Dire de quelqu'un qu'il a de la pêche, c'est sous-entendre qu'il est plein d'énergie, capable de se battre.
Commenter  J’apprécie          40
museumdetoulouse   22 juillet 2014
Le jardin des insectes : Les connaitre, favoriser leur présence de Vincent Albouy
Le jardin, oeuvre personnelle ou collective, reflète ce que nous sommes, nos caractères, nos rêves, une part de nos âmes.
Commenter  J’apprécie          40
mariedo33   12 novembre 2012
Le jardin naturel : 148 espèces de fleurs sauvages à introduire au jardin de Vincent Albouy
Lamier Pourpre

Description : .....

Milieu et exigences : Cultures, bords des champs et des chemins, friches, talus, sur tous sols plutôt riches et ensoleillés.

Culture : récolte des graines ......

Utilisations : .....

Intérêt pour la faune : les fleurs, très précoces, sont visitées par les papillons, les abeilles et les bourdons qui sortent d'hibernation, et à ce titre c'est une plante presque indispensable au jardin naturel. Le feuillage nourrit la coccinelle à vingt-deux point, la chrysomède fastueuse et les pucerons.
Commenter  J’apprécie          20
Lauryn   23 juin 2019
Nos abeilles en péril de Vincent Albouy
Enfin, nous tous en tant que consommateurs sommes concernés par ce problème. Comme Blanche Neige, nous sommes attirés par la pomme parfaite pour l'œil, mais qui est empoisonnée. Une évolution des mentalités favorisant le choix de produits moins beaux visuellement, mais aussi moins traités, pourrait permettre de limiter l'utilisation des pesticides. L'arme du porte-monnaie, comme la crise de la vache folle l'a prouvé, est l'une des plus efficaces pour faire disparaître certaines pratiques agricoles contestables.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Inventions et découvertes

Confronté à une situation l'empêchant de lire et d'écrire, ce très jeune homme a mis au point un astucieux système d'écriture qui se lit du bout des doigts et qui s'écrit avec une tablette et un poinçon.

l'écriture cyrillique
l'écriture morse
l'écriture braille
l'écriture musicale
l'écriture cunéiforme

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : Inventeurs , ScientifiquesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..