AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.31 /5 (sur 73 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Avignon , le 14/01/1931
Mort(e) à : Paris , le 16/11/2004
Biographie :

Yves Berger est un écrivain et éditeur français.

Il est de 1960 à 2000 le directeur littéraire des Éditions Grasset, chez qui il publia plusieurs romans, dans lesquels il exprime son attachement aux États-Unis.

Fils de transporteur routier, il affirme que ce détail a son importance car plusieurs de ses ouvrages sont emplis de son amour des voyages. Après des études secondaires au lycée Frédéric Mistral d'Avignon, Yves Berger effectue ses études supérieures à Montpellier et à Paris. Il garde de ses origines méridionales la faconde, une grande jovialité et un accent proche de Raimu. Son enfance, bercée de Jack London ou de Fenimore Cooper, lui inspire cette passion du Nouveau Monde qui jamais ne le quitte.

Enseignant d'anglais, il entre en 1960 chez Grasset, dont il devient l'un des piliers. Il y gagne le surnom de « manitou des prix littéraires » et la réputation de faire ou défaire les prix. Il écrit son premier roman, Le Sud, en 1962 sur la Virginie avant la guerre de Sécession. Yves Berger contribue aussi à faire connaître en France les auteurs francophones, tels Marie-Claire Blais ou Antonine Maillet et préface les œuvres d'auteurs indiens comme Dee Brown, Vine Deloria et de Scott Momaday à son sens le plus grand écrivain amérindien d'aujourd'hui.

Il est nommé en 1996 président de l'observatoire national de la langue française, organisme aujourd'hui défunt, puis le 17 octobre 2003 vice-président du Conseil supérieur de la langue française. Il pestait contre les ravages de l'anglo-américain sur la langue française et affirmait « j'en suis arrivé à la conclusion que les Français parlent une langue tellement ébranlée, infiltrée, disloquée et, pour tout dire, par l'anglo-américain nécrosée qu'ils ne s'en rendent pas compte, comme si le pidgin leur était devenu naturel. » En avril 2004, il est élu par l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique pour occuper le siège de Robert Mallet, décédé le 4 décembre 2002.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo

Yves Berger
Jacques CHANCEL s'entretient avec Yves BERGER, écrivain et directeur littéraire d'une maison d'édition : son livre : "Le Fou d'Amérique", sa passion pour l'Amérique du Nord du siècle dernier, ses voyages aux Etats-Unis, comment il a écrit ce livre. Enfant, était déjà intimidé par l'Amérique, son premier voyage en 1963, le sentiment d'espace qu'on ressent dans ce pays, le massacre des...
Podcasts (1)


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Lazlo23   08 novembre 2015
Le Sud de Yves Berger
Je voudrais qu'elle eût entendu, comme moi, ces rumeurs que font les villages le matin, le soir et cette autre rumeur que font, avec les souvenirs de l'enfance, les voix en nous quand nous savons que nous ne les entendrons plus, voix des morts.
Commenter  J’apprécie          90
patatarte2001   11 septembre 2014
Le monde après la pluie de Yves Berger
Elle avait un visage fait pour la paix et le bonheur qui, quand elle les éprouvait, l'éclairaient à la façon magique d'un fard.
Commenter  J’apprécie          70
Lazlo23   08 novembre 2015
Le Sud de Yves Berger
On ne rêve jamais assez.
Commenter  J’apprécie          80
Danieljean   24 février 2016
Dictionnaire amoureux de l'Amérique de Yves Berger
Le Nouveau Monde est l’objet d’une agaçante dérive sémantique – certains diraient, plus agacés encore : d’un impérialisme sémantique. Le mot Amérique, d’apparence plus faible, à l’espace plus limité, couvre le continent, l’enserre et l’étouffe, à la façon d’un python, alors qu’il devrait désigner les seuls États-Unis (d’Amérique).
Commenter  J’apprécie          50
gabb   18 août 2017
Le monde après la pluie de Yves Berger
[L'Indien] disait : "Je crois à un ras-le-bol de la Terre... Là encore, toute l'histoire de mon peuple est traversée par la conscience que la Terre, si patiente qu'elle soit, si calme sous le poids des profanations et provocations incessantes dont elle est l'objet depuis des milliers d'années, si héroïque sous le nombre des blessures qu'on lui inflige - et la dévastation ne cesse de s'aggraver - la Terre, dis-je, lasse d'être maltraitée, méprisée, exploitée, en a eu assez et qu'elle a provoqué la colère qui aboutit au désastre d'aujourd'hui. En commun avec les peuples, elle a une patience infinie, mais la révolution éclate un jour."
Commenter  J’apprécie          40
Wyoming   31 juillet 2018
La pierre et le saguaro de Yves Berger
Lors de ce voyage-là, ce jour là dans le silence et l'air chargé de l'odeur des pins et des cèdres, j'ai compris la supériorité du discours magique (ou religieux) sur le scientifique. La déesse est bien plus forte que la loi, sèche et morne. Les Navajos, comme les Indiens en général, ne se sont pas remis d'être obligés de passer d'une explication magique de l'univers à la scientifique. Ils adorent la création et font fi du créateur. Il tiennent pour outrecuidante la géomorphologie. Là où se dresse (ou s'étale) la beauté, de préférence l'absolue beauté, là est l'explication suffisante du monde.
Commenter  J’apprécie          30
gabb   21 août 2017
Le monde après la pluie de Yves Berger
Je dois vous dire que rien ne me passionne plus que les commencements. Dans toute aventure, qu'elle soit individuelle ou collective, le plus important et aussi le plus beau, c'est le début. Après, tout se déglingue.

Si je pouvais, je recommencerais tout et tout le temps. Il m'est arrivé de penser - et aujourd'hui encore - que le Mal, je veux dire le principe de dégénérescence, s'est manifesté avec le Temps, à la seconde, au millième de seconde où le Temps s'est mis en branle.
Commenter  J’apprécie          30
Folfaerie   29 mars 2010
La pierre et le saguaro de Yves Berger
où l'on arrive à travers un univers minéralisé qui est le coeur du silence, à ceci près que la voix porte à distances et qu'elle engendre un écho qui, se heurtant au cercle incorruptible des falaises, ne cesse de se répercuter, de rebondir, de sorte que j'ai cru, une fois en chair et en os dans la Vallée de la Mort, sans que sa légende eût cessé de m'occuper, que ma voix, là-bas au loin repoussée par la montagne, se brisait en une plainte...
Commenter  J’apprécie          30
nunux34   26 septembre 2012
L'attrapeur d'ombres de Yves Berger
D'aucun pays au monde plus que les États-Unis d'Amérique ne montent des lumières mais aucun n'abrite plus d'ombres.
Commenter  J’apprécie          40
gabb   14 août 2017
Le monde après la pluie de Yves Berger
Arcadi se disait qu'il n'avait jamais vécu l'expérience d'un silence aussi complet, aussi compact, aussi fort. Comme fait d'une matière qui serait le silence lui-même. A ce point de pureté qu'il n'entendait rien, même pas, justement, le silence.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..