AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Le Masque

Fondé en 1927 par Albert Pigasse, Le Masque est une maison d’édition française qui se consacre exclusivement à la littérature noire, et est notamment l'éditeur historique d’Agatha Christie. Les éditions du Masque proposent également plusieurs collections : les Grands Formats, pour les auteurs de demain, la collection Labyrinthes, en format poche, et MsK, pour les jeunes lecteurs.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Le Masque



Dernières parutions chez Le Masque


Dernières critiques
poupy
27 mai 2017
Pourquoi tuer le pépé? de Charles Exbrayat
Une peinture féroce mais o combien réaliste de la campagne française. J'ai beaucoup ri et le livre n'a pas pris une ride. À lire pour l'humour plus que pour l'intrigue peu réaliste.
Commenter  J’apprécie          00
ninon16
27 mai 2017
Frankenstein ou Le Prométhée moderne de Shelley Mary W.
rankenstein ou le Prométhée moderne... ou encore le livre que j'aurais lu deux fois en l'espace de trois mois, une fois en français et l'autre en anglais. On pourrait donc penser que j'ai de nombreuses choses à partager à propos de ce livre mais en réalité c'est plutôt le contraire : je fais une presque overdose de cette histoire, je vais donc essayer d'en parler brièvement.



C'est très intéressant de découvrir cette histoire très connue et qui pourtant est entourée de clichés comme l'idée générale que Frankenstein est le monstre créé. Quand j'ai lu le roman la première fois j'ai été assez surprise de découvrir un livre différent de l'idée que je m'en faisais. Je ne m'attendais pas à un schéma aussi répétitif : des lamentations, un voyage, une mort, des lamentations etc. Certes, c'est résumer très rapidement ce roman qui est réellement plus que ça, mais j'ai parfois été lassée de suivre l'histoire, d'autant plus que Frankenstein est loin d'être un personnage attachant : pour moi il représente la personne à blâmer dans toute cette histoire, tandis que lui se place comme la victime.



Malgré ce ressenti de ma lecture, lire deux fois ce roman m'a aussi permis de me rendre compte des qualités littéraires de ce texte (que je vais pouvoir étudier plus en détail lors de mes cours... Eh non, je n'en ai toujours pas fini avec Victor et sa créature !). Les thèmes abordés, lorsqu'on y réfléchit un peu, sont abordés de façon très implicites et pourtant ils rendent ce roman passionnant : le thème de la religion, de l'éducation, de la responsabilité, de la condition des femmes... J'ai plus apprécié ma relecture pour ce côté-là. De plus, le fait qu'on ne sache pas si on peut croire ou non le monstre créé par Frankenstein est très désorientant et donne lieu à d'autres nombreuses réflexions.



Mon avis est donc très contrasté : d'un côté on ne peut pas dire que je me sois vraiment divertie avec cette lecture (je ressentais comme une sorte de poids à lire autant de lamentations réunies dans un bouquin), mais d'un autre côté ce que Mary Shelley a fait de ce roman est tout simplement impressionnant et intéressant à étudier; bien qu'au premier abord ce roman paraisse simple il est en réalité beaucoup plus profond.



Et le lire en anglais ? Contrairement à ce que je pensais, ce livre n'est pas très difficile à lire, en tout cas pas au point où on pourrait s'attendre vu la date de publication ! On s'adapte vite à l'écriture même s'il faut s'accrocher un peu par rapport à la longueur de l'histoire, lire ce livre est un bon moyen pour progresser en anglais. En prime, grâce à ce livre, si vous ne le saviez pas déjà, vous aurez un vocabulaire autour du malheur extrêmement développé, comme wretched par exemple (#lamentations) !
Lien : http://livresdecoeur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Follepicarde
27 mai 2017
Mémoires Mortes de Patricia Cornwell
Deuxième enquête pour Kay Scarpetta, ma légiste préférée du monde des polars. Une héroïne, une auteure, mais pourtant une écriture d'homme, très noir, très brut et sans fioriture, un peu clinique. P. Cornwell m'épargne rien à son héroïne dans le fond comme dans la forme. L'intrigue est un peu lente à se mettre en place, pas très complexe non plus cela est distrayant.

Commenter  J’apprécie          20