AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sonatine

Les éditons Sonatine sont une maison d'édition française fondée en 2008 par François Verdoux et Arnaud Hofmarcher. La création de cette maison a marqué un renouveau du thriller en France de par la publication d'auteurs comme R.J Ellory, Steve Watson ou Paul Cleave. Les éditions Sonatine ont également été remarquées pour avoir publié des ouvrages consacrés au cinéma et notamment des entretiens avec Al Pacino, Martin Scorsese ou encore Tim Burton.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Sonatine


Dernières critiques
Natdes
  22 juin 2018
Au fond de l'eau de Paula Hawkins
Après être restée sur une note mitigée avec "La fille du train", j'ai pensé pouvoir me réconcilier avec cet auteur mais non , la lecture m'a parue longue, je me suis noyée dans tous ces personnages. Il doit avoir un truc qui ne passe pas entre Paula Hawkins et moi 😉.

Commenter  J’apprécie          00
Sourisetdeslivres
  22 juin 2018
Une femme entre nous de Greer Hendricks
Divisé en 3 parties, une première qui met en place l’oppression de Nellie et Vanessa, une seconde haletante et une troisième aussi angoissante qu’ahurissante.

Si j’ai deviné une ou deux petites choses, je me suis bien fait manipuler.

Dans ce roman qui roule qui, qui manipule qui ? Combien sont-elles ? Folie ou traumatisme ? Qui est qui voila toutes les questions que je me suis posées.

Une histoire de femmes par des femmes, diaboliques.

Sans être un coup de cœur ce roman est hautement addictif, je n’ai jamais vu arriver les rebondissements et quand tu penses que tu as réussi à faire tous les liens les auteures t’écrivent un twist que tu ne sauras plus ce que tu dois croire.

Habilement écrit, tu vas te plonger dans la tête de Nellie, Vanessa, Kate, Maureen et Emma. Le lien entre elles : Richard.

Prince charmant charismatique, beau, grand, présent pour Nellie, toujours là pour la rassurer. Peu à peu, tu vas te poser des questions. N’est-il pas trop parfait ?Le passage qui m’a marqué c’est celui avec Duke, le berger allemand et cette fin, double twist même triple.

Incroyable.

Ce n’est un scénario original, le thème a été maintes fois abordé, mais l’originalité de ce roman réside dans la facilité avec laquelle les auteures te manipulent.En 3 actes elles te jouent la pièce, en 3 parties elles te mettent échec et mat, en 3 temps elles te font plonger dans le cirque infernal de la manipulation mentale.

Tu le lis, tu lis ces femmes et leurs angoisses, mais au final, c’est toi qui sera pris dans les filets sans aucune échappatoire sauf celle de lire la fin pour comprendre que cette histoire a démarré bien avant que tu ne le pensais, tu es très loin d’avoir toutes les cartes en main, Greer Hendricks et Sarah Pekkanen gardent tout au long des pages un joker dans leur manche, elle te livre une grosse partie de poker menteur, bien malin le lecteur qui arrivera à déjouer toutes leurs attaques, certaines sont faciles à deviner d’autres pas du tout.

Je suis ravie d’avoir lu cet excellent thriller psychologique.

En résumé :

un thriller psychologique très très addictif, passionnant avec des personnages à la psychologie élaborée qui se dévoilent peu à peu, une tension permanente, une peur inséminée dans le récit à la limite si tu ne te retournerais pas toi aussi en rue pour voir si tu n’es pas suivie. Une histoire de manipulation, mais attention, tu as affaire ici à des spécialistes, des manipulateurs extrêmement bien entraînés. Qui a appris de qui ? Qui tire toutes les ficelles en coulisse ? Où est le danger que tu ressens, que tu perçois, mais que tu ne vois pas arriver ? À lire !!



Chronique complète sur le site
Lien : http://unesourisetdeslivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Faura
  22 juin 2018
Adieu de Jacques Expert

« 
L’Adieu », c’est celui du commissaire Langelier à ses années de « bons et loyaux services » dans la police et la préfectorale. Au cours de son pot de départ, Langelier va revenir sur l’affaire qui lui a valu d’être rejeté par l’administration et ses collègues.


2001, deux familles très ordinaires font l’objet d’un sort terrible. Dans l’intervalle d’un mois, le même processus se répète : la femme est égorgée, les enfants étouffés avec leur oreiller, et le mari a disparu. Dès le début, Langelier soupçonne que le coupable est un des maris. Il se heurte à son ami et supérieur le commissaire Ferracci, qui penche plutôt, comme la presse, vers un tueur en série. Langelier s’obstine et concentre toute son attention sur cette enquête, délaissant sa vie de famille, au point que sa femme Stéphanie demande à Ferracci de lui retirer l’affaire afin que son mari puisse revenir vers elle. Las, c’est le contraire qui arrive. L’affaire lui est retirée, Langelier est muté peu après mais va continuer à enquêter de son côté, si bien que sa famille finit par le quitter, à son grand soulagement : il va enfin « pouvoir [se] consacrer encore plus à [son] enquête » car « Même abandonné de tous, il poursuivra sa mission. »


C’est Langelier qui raconte « l’affaire de sa vie » à ses collègues réunis à son pot d’adieu. Il les tient en haleine («(…) je sens que mes auditeurs ont hâte que j’en finisse »), et le lecteur par la même occasion, s’efforçant à montrer combien les lacunes de l’enquête ont été préjudiciables à la poursuite du tueur. On suit la progression de Langelier, les doutes qu’il a tour à tour sur la culpabilité de l’un ou l’autre des pères. On est happé par sa détermination à poursuivre coûte que coûte cette quête de la vérité. On subit avec lui les pressions  de celui qu’il considère comme son ancien ami, Ferracci, car il lui met des bâtons dans les roues : « A défaut d’obtenir de moi des informations, Ferracci m’a fait surveiller », « Dès que j’ai poussé la porte de mon appartement, j’ai tout de suite compris que j’avais eu de la visite (…) J’ai mis longtemps à me calmer, tellement, bien plus que les souvenirs anciens, la haine m’a submergé. Je me suis senti seul. Ils avaient violé mon secret. » On se prend à espérer que Langelier, qui a tapissé son appartement de notes et photos relatives à l’affaire,  qui a mis toute son énergie à la résoudre, qui a passé dix ans de sa vie à lutter contre l’avis de son ancien ami, va enfin apporter la solution.


Et jusqu’au bout, on cherche avec lui qui était vraiment ce tueur. Vingt pages avant la fin, je ne savais toujours pas de qui il s’agissait…


J’avais un doute sur le dénouement, mais la façon dont s’y prend Jacques Expert pour nous embarquer dans la quête du commissaire Langelier est magistrale. Un excellent roman policier que je recommande vivement, du point de vue du suspense, un de meilleurs que j’ai pu lire ces derniers temps.




lirelanuitoupas.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00