AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sonatine

Les éditons Sonatine sont une maison d'édition française fondée en 2008 par François Verdoux et Arnaud Hofmarcher. La création de cette maison a marqué un renouveau du thriller en France de par la publication d'auteurs comme R.J Ellory, Steve Watson ou Paul Cleave. Les éditions Sonatine ont également été remarquées pour avoir publié des ouvrages consacrés au cinéma et notamment des entretiens avec Al Pacino, Martin Scorsese ou encore Tim Burton.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Sonatine


Dernières critiques
mjaubrycoin
  21 novembre 2017
Le retour de Robert Goddard
Voici sans conteste, le meilleur des romans de ce talentueux britannique longtemps méconnu en France jusqu'à ce que les Editions Sonatine aient la riche idée d'en proposer la traduction , permettant ainsi aux lecteurs francophones de plonger délicieusement dans l'univers de ce grand auteur.

Une histoire haletante, des secrets familiaux soigneusement enfouis sur trois générations, une fortune colossale qui suscite bien des convoitises, de féroces rancoeurs qui conduisent au pire...

Une fois ce roman ouvert, il est impossible de le refermer avant la fin, tant l'intrigue ,machiavélique à souhait, est dense, et les rebondissements surprenants.

Tout commence à la fin du 19ème siècle quand le jeune Joshua Carnoweth, soucieux d'offrir à la femme qu'il aime une vie confortable, s'embarque pour le Canada où il va participer à la ruée vers l'or dans le Yukon.

Les choses ne se passent pas exactement comme il l'avait prévu, et s'il fait effectivement fortune, ce n'est qu'après une vingtaine d'années d'absence qu'il rentre au pays, où il retrouve sa belle mariée à un autre et mère d'un enfant.

Comment sa soeur, sa seule parente, ne pourrait-elle pas ressentir une vive amertume quand elle voit le frère prodigue accueillir dans son domaine son ancienne amoureuse et toute sa famille ? Le risque de voir de mauvaises mains s'emparer de la fortune familiale est d'autant plus réel que Joshua entretient des liens très affectueux avec l'enfant de celle qu'il n'a jamais cessé d'aimer.

Jusque où peut-on aller pour éviter d'être dépouillé de ce que l'on considère comme vous revenant de droit ?

C'est ce que de longues années plus tard, devra découvrir Chris, le neveu du malheureux Joshua qui a connu une fin tragique puisqu'il a été assassiné par celui qu'il considérait comme son fils. Ce dernier a été bien sûr pendu pour son crime et a perdu tout droit à l'héritage de sa victime, permettant ainsi aux héritiers par le sang de rentrer en possession du pactole.

Et pourtant Chris n'arrive pas à accepter la thèse officielle véhiculée par sa famille , au nom de l'amitié d'enfance qu'il entretenait avec Nicky le fils du meurtrier. Nicky restait persuadé de l'innocence de son père et a choisi de se donner la mort pour protester contre la grave injustice qu'il estime avoir été commise par la famille de Chris à son encontre.

Que de secrets enfouis devront être dévoilés pour qu'enfin la vérité éclate !

Chris se mettra en danger pour mener sa propre enquête , par loyauté envers son ami défunt et poussé par le besoin irrésistible d'en apprendre plus sur sa propre famille.

On est immédiatement accroché à une intrigue où les pistes contradictoires savamment distillées tout au long du récit , conduisent à la multiplication des coups de théâtre et des rebondissements pour notre plus grand bonheur.

Un roman d'une rare densité qui apporte la preuve que l'on ne peut qu'espérer voir un jour porté à l'écran par un cinéaste talentueux qui respectera la trame du récit et éblouira le spectateur avec les sublimes paysages de Cornouailles si chers au coeur de l'auteur et dont il parle avec un tel lyrisme émouvant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cannibalector
  21 novembre 2017
Les assassins de R.J. Ellory
Fidèle à ses romans précédents, Ellory choisit une sous catégorie du monde du roman noir et essaye d'en extraire la "substantifique moelle". Après la mafia, la police de New York et bien d'autres sujets, l'auteur nous invite ici à réfléchir sur la fascination morbide que nous procure les "sérial killers" . Avec un avatar comme le mien, je ne peux que me considérer concerné par le sujet.



Un "commémorateur"tue à la date précise et de la même manière qu'un tueur en série célèbre , les meurtres se multiplient.

La traque de ce monstre repose sur un flic du NYPD, une journaliste aux dents longues, et un homme fasciné par ces tueurs.



Ellory prend son temps, il plante très finement l'ambiance et les personnages; il ne s'attarde pas trop sur l'aspect sensationnel des crimes mais porte l'accent sur les conséquences directes et indirectes: la douleur des familles des victimes, le désarroi de la police face à des meurtres sans mobile apparent, le déchaînement des médias et les profits économiques que ce genre de tueur produit.

Mais les personnages sentent le "déjà vu" et, surtout la fin est très convenue, en décalage complet avec l'intensité du livre.



Donc, non, l'auteur n'a pas fait le tour du sujet

mais oui, il nous donne à lire unroman d'une grande qualité littéraire



Mais ce n'est que mon humble avis

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Crossroads
  21 novembre 2017
Nulle part sur la terre de Michael FARRIS SMITH
Dommage d'avoir "perdu  de vue" cette délicieuse émission éponyme.

Russell et Maben s'y seraient certainement sentis très à l'aise. Non pas qu'ils soient à la recherche d'un lointain amour de jeunesse ni du cousin germain de la crémière du facteur. Que nenni. Leur champ d'investigation aurait été bien plus réduit. Eux-mêmes.



Complétement à la ramasse, Russell revient au pays en ex-taulard, Maben et sa gamine en naufragées solidaires, avec pour ultime aspiration de se reconstruire, enfin, histoire de donner un quelconque sens à leur vie. Welcome home les n'amis ! Vous reprendrez bien une généreuse portion d'emmerdes ?



♪ Y a quelqu'un qui m'a dit♫ en préambule, gaffe, l'auteur multiplie les "et" comme personne. Certes, le procédé aurait pu rapidement lasser si le récit n'avait pas pris le pas sur le style. Un style, à l'image de nos deux anti-héros, qui aurait presque l'air de se chercher et donc parfaitement raccord avec l'ambiance générale.



Nulle Part Sur La Terre, c'est une nuit sans lune, un bon jour d'automne bien maussade au crachin persistant.

L'espoir semble y être persona non grata et pourtant.



Michael Farris Smith fait dans le ramassé, l'épuré, le nerveux.

A force de courts chapitres, il vous intègre, le blues en fonds musical, à son univers apocalyptique.

Un bled paumé du Mississippi dénué de toute espérance où rédemption et pardon ne sont pas de mise.

L'orage gronde, au loin, promesse d'un très sale moment en perspective et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce Nulle Part Sur La Terre l'a très largement tenu, lui, ses promesses en termes de découverte et de plaisir de lecture.



♫C'est quand le bonheur ?♪

Patience, petite, j'ai comme l'impression qu'il a encore loupé son train.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362