AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Presses Universitaires de France

La maison a été fondée en 1921, et édite principalement des ouvrages scientifiques. Elle est particulièrement connue pour sa collection "Que sais-je ?", fondée en 1941, dont le but est de traiter le plus grand nombre de sujets, sous un format simple, à un prix réduit. Cette collection rencontre un fort succès et est traduite dans 43 langues. Elle propose également des ouvrages de recherche et de référence avec les collections Dictionnaires, Encyclopédie Philosophique Universelle,ou encore Le Fil rouge, ainsi que des revues et des collections de manuels et d`essais.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Presses Universitaires de France



Dernières parutions chez Presses Universitaires de France


Dernières critiques
Mermed
  28 mai 2022
La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Blaise Cendrars
Je lis souvent ce qu'écrivait Freddy, de la Chaux de Fond

quand j'ai envie de voyager sans mettre mes pieds l'un devant l'autre

quand j'ai envie de lire un si mauvais poète

mauvais poète parce qu'il n'avait pas la gueule de l'emploi

mais poète transporteur,

partons avec lui dans le transsibérien,

sur un steamer

ou bien dans une ruée vers l'or;

posons nous des questions sur la force de la poésie

la connaissance du monde et du destin

en 1913 - deux ans avant de perdre le bras droit durant la guerre -

il sait : et mes mains s'envolaient aussi

Cendrars visita des pays, des gens, des rêves,

tout voir, tout vivre je suis tous les visages

toujours rattachés à une histoire des mots

- ceux des autres, les siens aussi -

à Anvers où il clochardise seule l'épaisseur du petit volume que j'avais dans la poche (Les testaments de Villon) me séparait de mon compagnon et m'empêchait de devenir une parfaite canaille, comme lui…

Le poète voyageur qui déborde d'univers

Du catalogue de Leporello, des mille trois femmes de Dom Juan aux mille et trois clochers de Moscou.

Une vie d'écriture poétique à peine plus longue que celle d'Arthur - quelques années

Et puis des romans, des souvenirs des articles.

Et tous ses fils qui ont traîné sur les routes qu'il a ouvertes - Kerouac, Chatwin, Duval, Newby et mêmes les médiocres ou les mondains, tous ses fils.



On lira Blaise Cendrars en mangeant son pâté d'olives, avec un vin rouge de pays

sur une terrasse dans un cabanon des Goudes

on écoutera Honegger; ses sonorités accompagnent les vers de Cendrars dans mon esprit, et Pacific 231 avec la Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France



Les citations viennent de ses poèmes, de ses livres de souvenirs et de ses romans

© Mermed
Lien : http://holophernes.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tom_Otium
  28 mai 2022
La guerre de Bruno Tertrais
En matière de guerre, je préfère la théorie à la pratique. J'ai été servi. Sur seulement 128 pages, l'auteur cite et explicite foultitude de théories. Pas forcément dans le détail mais suffisamment pour qu'on comprenne les grands principes. Exactement ce que je cherchais. La guerre est un phénomène complexe, alors il est bon de synthétiser. Bruno Tertrais le fait avec brio grâce notamment à de nombreuses expressions. Il y a d'abord celles qui concernent les grandes thèses connues : guerre ou cause juste, « paix démocratique », « retour de la guerre » ou moins connues : « Greed and grievance ». Il y a celles qui résument une idée : « il y a rébellion lorsqu’il est profitable de se rebeller » (David Sobek). Et puis celles qui permettent d'entrevoir ce qu'est aussi la guerre : la « tyrannie des petites différences » chère à Freud, un « accélérateur d’inventions », « la peur, l’honneur et l’intérêt » (Thucydide) ou « la puissance, la sécurité et la gloire » (Raymond Aron).





Le plan global est assez classique : passé, présent, futur. Mais il y a suffisamment de sous-chapitres ou d'encadrés portant sur des aspects stratégiques ou philosophiques pour étancher notre curiosité de lecteur. On passe assez vite de la vieille philo à la recherche la plus récente. L'auteur développe une approche quantitative particulièrement pertinente avec de nombreuses statistiques à l'appui de son texte. J'ai l'impression que le spécialiste est plutôt optimiste et appartient à l'école de pensée rationaliste : « on a de moins en moins intérêt à faire la guerre ». Espérons qu'il ait raison… Mais ça n'est que mon sentiment. En effet il s'agit d'un Que sais-je, ça reste donc très objectif. Un véritable cours magistral, c'est le cas de le dire. Alors merci monsieur le professeur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Louis111222
  27 mai 2022
L'exil intérieur - Schizoïdie et civilisation de Roland Jaccard
La schizoïdie va de pair avec la notion d'alienus c'est à dire d'étranger. L'aliéné est non pas celui qui est fou mais celui qui est étranger. Albert Camus avait bien perçu cette notion complexe. Et donc une société ne peut par définition qu'être normopathique mais jamais schizoïde. Elle ne peut pas être étrangère à elle même, c'est un non sens de logique. Ces mots de schizoïde et pire encore celui de schizophrénie sont trop utilisés à tord et à travers, souvent dans des médias et donc ils perdent leur sens et induisent en erreur. Une société ne peut pas être schizoïde, elle ne peut qu’être normopathique. Et de facto elle génèrera une très faible proportion d'alienus, d'étrangers véritables, à peine un pour cent....
Commenter  J’apprécie          40