AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Presses Universitaires de France

La maison a été fondée en 1921, et édite principalement des ouvrages scientifiques. Elle est particulièrement connue pour sa collection "Que sais-je ?", fondée en 1941, dont le but est de traiter le plus grand nombre de sujets, sous un format simple, à un prix réduit. Cette collection rencontre un fort succès et est traduite dans 43 langues. Elle propose également des ouvrages de recherche et de référence avec les collections Dictionnaires, Encyclopédie Philosophique Universelle,ou encore Le Fil rouge, ainsi que des revues et des collections de manuels et d'essais.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Presses Universitaires de France



Dernières parutions chez Presses Universitaires de France


Dernières critiques
Wolonsi
17 août 2017
Galilée, Newton lus par Einstein : Espace et relativité de Françoise Balibar
Un excellent ouvrage de vulgarisation sur le principe d'inertie et celui de relativité, rédigé dans un langage simple accessible à tout le monde.

A la lecture de ce livre nous y apprenons:

- que la relativité a été inventée non pas par Einstein, mais par Galilée qui fut l'inspirateur de Newton;

- que, en effet, les principes fondateurs de la physique moderne furent énoncés par Galilée dans son livre intitulé "Dialogue concernant les deux plus grands Systèmes du Monde" paru à Florence, en 1632;

- que ce livre était la contribution de Galilée à la polémique en cours à l'époque sur l'hypothèse de la mobilité de la Terre, et de l'immobilité du Soleil proposée par l"astronome polonais Copernic cent ans plus tôt.

- que le premier principe est celui de "l'invariance des lois du mouvement vis-à-vis de la translation uniforme", appelé principe de relativité, qui a été formulé par Galilée de façon imagée par la pierre ou le papillon qui, embarqué à bord d'un navire, vole de la même manière que le navire soit au repos ou en mouvement;

- que le deuxième principe est celui de "l'indélébilité du mouvement uniforme" appelé principe ou loi d'inertie. Cette loi d'inertie, qui est la conséquence du principe de relativité, a été par la suite utilisée par Newton comme la première loi de sa mécanique;

- que la capacité des lois de Newton à rendre compte du monde réel repose sur la réalité supposée du mouvement rectiligne uniforme, et ces lois n'ont de sens que par rapport à un espace homogène et isotrope, l'espace des référentiels inertiels;

- que la théorie de Newton, fondée sur le principe de relativité galiléenne, est une théorie relativiste particulière, une parmi d'autres possibles. Elle se distingue des autres théories relativistes par le type de géométrie qu'elle suppose pour l'espace-temps: une géométrie fondée sur la nation de ligne droite et de temps uniforme et universel;

- que tout le travail d'Einstein a consisté à dissocier le principe de relativité de cette géométrie particulière au terme duquel est apparu l'idée de relativité au sens large: une géométrie physique de l'espace et du temps.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JimmyCz
17 août 2017
L'éthique de Benedictus de Spinoza
Un chef d'oeuvre de la philosophie. En France on fait cocorico en vantant Descartes, au Royaume Uni on loue Locke et Hobbes, en Allemagne on sacre Leibniz, mais Spinoza demeure celui qui met d'accord chaque pays quant à l'apport de la philosophie rationaliste.

Et c'est surtout ce livre, cet ouvrage, qui place Spinoza dans le panthéon de l'histoire de la philosophie.

Tout d'abord un conseil de lectures. Cet ouvrage est structuré de la même façon qu'une démonstration de mathématiques ou de géométrie. Il est composé des axiomes, des définitions, des scolies et des parties démonstratives. il convient de commencer par les parties démonstratives et les scolies et de terminer chaque chapitre par les définitions et les axiomes, sinon la compréhension devient ardue. J'ai personnellement conseillé cette lecture à mes anciens professeurs et ils en furent contents.



Je ne vais pas développer toute l'argumentation de l'ouvrage cela serait trop complexe et trop long.

Le propos général est de parvenir au bonheur à travers une réflexion, une compréhension du monde. Pour Spinoza nous sommes déterminés, il n'existe aucun libre arbitre, la causalité est totale : chaque cause engendre une pluralité d'effets qui deviennent eux-mêmes causes d'autres effets etc. Ainsi notre seule liberté est de comprendre les causes qui nous déterminent et c'est cette compréhension qui participe à la construction de notre bonheur.



Parallèlement à cela Spinoza pose la fondation de sa métaphysique, ainsi Dieu est la cause première de l'existence de toute chose, rien de plus, il est l'infinité des modes et attributs de l'univers et constitue chaque chose qui existe, il s'agit de la seule substance qui existe par elle-même sans être déterminée par autre chose.

Ce qui n'est pas le cas de notre ontologie, finie, déterminée et dépendante de l'existence de causes.



L'esprit (et non pas l'âme) n'est qu'une autre façon de voir le corps. En clair, Spinoza est moniste et matérialiste, nous ne sommes qu'un corps avec tout ce qu'il comporte de fonctionnement et qui nous permet une conscience et une pensée. Damasio dit de Spinoza qu'il a compris les neurosciences en avance puisque Spinoza va jusqu'à expliquer que nos pensées ne sont que des expressions du cerveau et du corps (comme peuvent l'expliquer les neurosciences avec le fonctionnement cérébral)



Il s'oppose ainsi à Descartes, farouchement, en contrariant le chantre du libre arbitre, du dualisme, et du Dieu conscient et infiniment bon.





Magnifiquement écrit et érudit, il n'en demeure pas moins complexe, si vous voulez lire Spinoza, je conseille toujours de lire le livre d'un autre philosophe Alain qui présenta la pensée du philosophe hollandais dans un livre qui s'intitule "Spinoza".

Un professeur que j'ai eu disait : "quand on est spinoziste on ne peut pas être autrement" c'est une jolie formule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Writer
16 août 2017
Les règles de la méthode sociologique de Émile Durkheim ()
Si certains sociologues sont complexes ou ennuyants à lire, décidément, ce n’est pas le cas d’Emile Durkheim. Selon moi, c’est un réel plaisir de lecture ; c’est tout simplement beau et enrichissant.



Ici, Durkheim nous expose ses plus grandes méthodes sociologiques dont la plus célèbre est celle d’écarter toutes ses prénotions avant de se lancer dans une étude sociologique. En somme, le sociologue doit aborder son milieu d’étude comme un nouveau-né naïf mais attentif aux moindres détails. D’ailleurs, l’ouverture d’esprit, n’est-ce pas l’une des caractéristiques que se doit d’avoir un sociologue, ou un étudiant en sociologie ?



Bref, cet ouvrage n’apprend peut-être pas grand-chose à des personnes comme moi qui ont lu par exemple, Les Formes Elémentaires de la Vie Religieuse du même auteur, avant, mais les exemples que donnent ici Durkheim permettent aussi de donner une autre dimension objective à ses propres travaux.



Alors, je n’ai qu’un conseil : apprentis sociologiques, lancez-vous ! Lecture rapide et plaisante :)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20