AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Presses Universitaires de France

La maison a été fondée en 1921, et édite principalement des ouvrages scientifiques. Elle est particulièrement connue pour sa collection "Que sais-je ?", fondée en 1941, dont le but est de traiter le plus grand nombre de sujets, sous un format simple, à un prix réduit. Cette collection rencontre un fort succès et est traduite dans 43 langues. Elle propose également des ouvrages de recherche et de référence avec les collections Dictionnaires, Encyclopédie Philosophique Universelle,ou encore Le Fil rouge, ainsi que des revues et des collections de manuels et d`essais.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Presses Universitaires de France



Dernières parutions chez Presses Universitaires de France


Dernières critiques
GeoffreyRob
  11 mai 2021
Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques de Marcel Mauss
Paru en 1923-1924 dans la revue L'Année sociologique, l'« Essai sur le don » est un des textes les plus célèbres et les plus denses de la littérature anthropologique. Marcel Mauss n'est jamais allé sur le terrain et les faits qu'il analyse ici ont été rapportés par des ethnographes (Franz Boas, Bronislaw Malinowski, Charles G. Seligman, etc.). Ils concernent des sociétés du Pacifique : Polynésie (Samoa, Nouvelle-Zélande) et Mélanésie (Nouvelle-Calédonie, Trobriand, Nouvelle-Guinée), tribus indiennes de la côte nord-ouest de l'Amérique. Leur vie matérielle et morale y est imprégnée de l'esprit du don. Ainsi, la chaîne ininterrompue de la kula des îles Trobriand forme un vaste système d'échange cérémoniel de don et de contre-don. L'hostilité réciproque est ainsi désamorcée et on rend avec intérêt pour manifester sa supériorité. Mais avec le potlatch des tribus du Nord-Ouest américain, la logique de l'honneur est poussée à son paroxysme. C'est à qui sera le plus follement dépensier. Chefs et nobles rivalisent de prodigalité dans une consommation effrénée et une destruction somptuaire des richesses.



Il y a dans ces systèmes, explique Mauss, une triple obligation : celle de donner, de recevoir et de rendre le présent. Le don est en fait intéressé (socialité, prestige, domination, séduction, rivalité), mais il est absolument irréductible à l'intérêt marchand : Mauss ruine ainsi l'utilitarisme classique de l'économie politique. Pourquoi le présent reçu est-il obligatoirement rendu ? Parce que la nature du don est d'obliger à terme. Ne pas rendre, c'est perdre la face et le prestige. Il y a un esprit de la chose donnée, une force inhérente et une part de soi dans l'objet. Ces systèmes du don échangé sont des « faits sociaux totaux », c'est-à-dire qu'ils mettent en branle la totalité de la société et de ses institutions.



La morale universelle du don.



Mauss étudie aussi la présence du don, forme archaïque de l'échange, dans les économies et les droits anciens où existent des formes intermédiaires entre les échanges à rivalité exaspérée (destruction de richesse) et les émulations modérées. Par contre, l'échange-don n'entre pas dans les cadres des économies utilitaristes où règnent la notion d'intérêt individuel et une « mentalité froide et calculatrice ». Et pourtant, dans nos sociétés, l'invitation et la politesse doivent être rendues, il faut parfois savoir se montrer « grand seigneur » (étrennes, festins, noces), la charité est encore blessante pour celui qui l'accepte, et des principes de droit relèvent de l'esprit du don (assurances sociales, etc.). Pour Mauss, la morale du don est éternelle et universelle, et les sociétés marchandes ne doivent pas trop l'oublier...



L'« Essai sur le don » n'est pas un texte clos et définitif, il reste ouvert, il a été admiré et amendé. Il a inspiré des générations de chercheurs : Alfred R. Radcliffe-Brown (explication morphologique du don), Claude Lévi-Strauss (qui répudie l'« animisme » maussien, ramène le don à une loi de réciprocité, et voit dans l'échange des femmes le plus éminent cas d'échange-don), Pierre Bourdieu, René Girard, Maurice Godelier et bien d'autres.
Lien : https://www.scienceshumaines..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kikiberard22
  11 mai 2021
Le jazz de Lucien Malson
intéressant a lire, mais "un peu" pointu quand même. (le mot est faible).Nous progressons dans le livre, en suivant par ordre chronologique, les différents styles de jazz: Ragtime, Be-Bop, cool-jazz, etc. mais aussi les fondateurs, innovateurs, performeurs de chacun de ses courants. Des grands noms du Jazz donc: Miles Davis évidemment, J.Coltrane, Duke Ellington, "Bird" et tant d'autres... mais avec une approche très musicologique.

donc entre les grilles, la note dominante, la tonique, le chromatisme, l'harmonie polytonale, les mesures en 12/8, en C(4/4) ou en 2/2 classique, je me suis perdu. Donc même s'il reste sympa a lire, je le conseillerai plutôt aux amoureux du solfège, ou aux petits rats de conservatoires, c'est une langue qu'ils ont apprise.
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDON
  11 mai 2021
Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques de Marcel Mauss
« Quelle est la règle de droit et d’intérêt qui, dans les sociétés de type arriéré ou archaïque, fait que le présent reçu est obligatoirement rendu ? Quelle force y a-t-il dans la chose qu'on donne qui fait que le donataire la rend ? » Considéré comme le fondateur de l’anthropologie française, Marcel Mauss (1872-1950) étudie, dans les aires polynésienne, mélanésienne et du Nord-Ouest américain, ce qu’il nomme un « système de prestations totales » : des collectivités, personnes morales, clans, tribus familles, s’obligent mutuellement, échangent des biens et des richesses, des meubles et des immeubles, mais aussi des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes et des enfants, des danses, des fêtes et des foires, et contractent. « Ces prestations et contre-prestations s'engagent sous une forme plutôt volontaire, par des présents, des cadeaux, bien qu'elles soient au fond rigoureusement obligatoires, à peine de guerre privée ou publique. »

(...)

Recenser des « nouveautés » ne doit pas nous empêcher de (re)lire des « classiques ». Cette élégante réédition fut un excellent prétexte. Marcel Mauss donne à comprendre l’origine de nos sociétés marchandes, montre ce qui subsiste et qu’il faut défendre : des échanges qui créent du lien et structurent la société plutôt que de l’atomiser.



Article complet sur le blog :
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201