AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782130444671
107 pages
Presses Universitaires de France (01/04/1992)
3.99/5   141 notes
Résumé :
Publié en 1929, ce texte s'appuie sur la théorie des pulsions pour critiquer l'optimisme qui associe progrès de la civilisation et satisfaction grandissante de l'être humain. ©Electre 2018

" La question cruciale pour le genre humain me semble être de savoir si et dans quelle mesure l'évolution de sa civilisation parviendra à venir à bout des perturbations de la vie collective par l'agressivité des hommes et leur pulsion d'autodestruction. Sous ce rapp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 141 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis

Unhomosapiens
  19 février 2019
Il y avait plusieurs années que j'avais lu « L'interprétation des rêves ». L'écriture de Freud est souvent très claire et compréhensible, même lorsqu'il aborde des concepts liés à la psychanalyse.
Dans « Malaise dans la civilisation », il explique en quoi, la civilisation, la société, empêche l'individu de donner libre court à ses pulsions primitives de vie et de mort, créant ainsi de la frustration, puis de la névrose, au profit de la communauté, et du bien-vivre ensemble.
C'est, en résumé, l'objet de cet essai. Et un siècle après, c'est toujours d'actualité. Il utilise les concepts que sont le moi, le ça, le surmoi et leurs implications dans le juste équilibre à trouver entre société et individu. Lorsqu'il dit que l'individu aura toujours du mal à trouver le bonheur dans la communauté, on pense parfois à Schopenhauer.
Encore un auteur qui nous rend plus intelligents !
Commenter  J’apprécie          403
Cer45Rt
  28 juin 2019
Il y a deux lectures possibles du "Malaise dans la civilisation".
La première est une lecture superficielle et pessimiste ; dans cette optique, on considère que Freud déprécierait tout ce qui est constitutif de la culture et de la civilisation.
C'est une lecture possible ; ce n'est sans doute pas la meilleure. Car il existe une autre lecture.
Dans cette optique-là, Freud n'est pas pessimiste, mais simplement lucide. Dans cette optique-là, il contemple la civilisation et constate ce qu'il voit.
C'est cette optique qui me paraît celle sous laquelle il faut voir le "Malaise dans la civilisation" me semble-t-il.
Et cette optique nous permet d'apprécier le texte de Freud comme le constat d'un malaise, d'une crise, d'un problème civilisationnel, d'une crise de la recherche du bonheur, non pessimiste, mais réaliste, qui permet de prendre conscience des problèmes que connaît notre civilisation.
D'une stupéfiante actualité.
Commenter  J’apprécie          210
ErnestineRadioconducteur
  19 février 2017
En classe de terminale, il y a seulement 21 ans, j'avais lu l'avenir d'une illusion. Je me souviens de la forte impression que cet ouvrage m'avait laissée. Je n'avais jamais rien lu de tel ...dans les postulats de départ... une description des interdits majeurs que pose toute culture et dans quelle mesure, si structurée, synthétique, une formulation si claire et concise de ce que l'on a pu observer soi-même confusément ou que l'on n'avait même pas remarqué tant c'était une évidence. La théorie qui l'analyse quant aux mécanismes psychiques qui explique la croyance religieuse reste plus sujette à caution mais reste interessante.
Je viens de lire malaise dans la civilisation et l'émerveillement est le même. C'est très dense, pour éclairer un sujet aussi large, on ne se perd pas en développements superflus, en démonstrations alambiquées peu convaincantes et autres conjectures, cela va droit au but, sans fioriture, sans redondances.
C'est comme si à la fin, il nous restait à l'esprit un schéma du panel de stratégies qui nous aident à vivre avec leurs avantages et leurs faiblesses, ce que la civilisation nous apporte d'une main, à cette fin et ce qu'elle nous reprend de l'autre... C'est assez drôle d'être si impressionnée par ces observations du monde, pendant que Freud les considère comme allant de soi.
et de la même façon qu'il y a 21 ans, passée la description, je reste dubitative sur des concepts explicatifs tels que " des liens d'ordre libidinal inhibés"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nicolab37
  29 décembre 2021
J'ai très souvent eu le sentiment d'avoir le cul entre deux chaises, ou plutôt entre une multitudes de chaises tant et si bien que je n'ose plus jamais m'asseoir! (d'ailleurs je suis nul à la chaise musicale)
Avec Freud, on essaie de comprendre ce qui se passe dans nos petites têtes d'individualistes patentés en proie à l'irrésistible envie de tourner le dos à la civilisation, au collectif, voir même à la culture...
Vaste sujet, éternel débat, choisir entre Soi et les autres, son égoïsme ou l'altruisme prôné par notre bonne conscience morale.
Ce qu'il y a de fascinant là dedans, c'est que le simple discours sur la genèse du sentiment de culpabilité semble tant expliquer les ressorts de notre inconscient, et que cela puisse s'étendre à l'ensemble de nos sociétés humaines.
Une approche claire, à la portée de tous, par le père fondateur de la psychanalyse, même si celui-ci est désormais controversé, has-been, pas assez scientifique, pas assez philosophe, désuet, sexiste...j'en passe.
Personnellement je n'ai pas encore épuisé le sujet pour me permettre de tuer ce père là!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BlackRadis
  12 avril 2022
Pour Sigmund, la promiscuité nous rend zinzin.
Elle nous oblige à contenir nos pulsions (comme étrangler notre voisin) et du coup, on est tout névrosé...
C'est un ouvrage très pessimiste, mais malheureusement, L'Histoire ne donnera pas tort au daron de la psychanalyse.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
AlexeinAlexein   02 août 2016
Aussi les sages de tous les temps ont-ils avec la plus extrême insistance, déconseillé de suivre cette voie [l’amour sexué (génital)] dans la vie ; elle n’a cependant pas perdu l’attraction qu’elle exerce sur un grand nombre d’enfants des hommes.
À une faible minorité d’entre eux, il est accordé, de par leur constitution, de trouver malgré tout le bonheur sur la voie de l’amour, mais pour cela d’amples modifications animiques de la fonction d’amour sont indispensables. Ces personnes se rendent indépendantes de l’assentiment de l’objet en déplaçant la valeur principale du fait d’être aimé sur celui d’aimer soi-même. Elles se protègent contre la perte de cet objet en dirigeant leur amour non sur des objets individuels, mais dans une même mesure sur tous les êtres humains, et elles évitent les oscillations et désillusions de l’amour génital en le déviant de son but sexuel, en transformant la pulsion en une motion inhibée quant au but. Ce qu’elles provoquent en elles de cette façon, cet état de tendre sensibilité, en égal suspens, ne se laissant décontenancer par rien, n’a plus beaucoup de ressemblance extérieure avec cette vie amoureuse génitale à l’agitation tempétueuse, dont elle est pourtant dérivée. Saint François d’Assise pourrait bien être celui qui est allé le plus loin dans cette utilisation de l’amour en faveur du sentiment de bonheur intérieur ; ce que nous reconnaissons comme l’une des techniques d’accomplissement du principe de plaisir a d’ailleurs été plus d’une fois mis en relation avec la religion, avec laquelle ce principe de plaisir pourrait bien être en rapport dans ces régions éloignées où l’on néglige de différencier le moi d’avec les objets et ceux-ci les uns d’avec les autres. Une perspective éthique, dont la motivation plus profonde nous deviendra bientôt évidente, veut voir dans cette propension à l’amour universel pour les hommes et pour le monde la position la plus haute à laquelle l’homme peut s’élever. Ici déjà nous voudrions ne pas garder par-devers nous nos deux raisons principales. Un amour qui ne choisit pas nous semble perdre une partie de sa valeur propre du fait qu’il est injuste envers l’objet. Et qui plus est : les hommes ne sont pas tous dignes d’être aimés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
AlexeinAlexein   11 août 2016
La religion porte préjudice à ce jeu du choix et de l’adaptation [au principe de réalité], du fait qu’elle impose à tous de la même façon sa propre voie pour l’acquisition du bonheur et la protection contre la souffrance. Sa technique consiste à rabaisser la valeur de la vie et à déformer de façon délirante l’image du monde réel, ce qui présuppose l’intimidation de l’intelligence. À ce prix, par fixation violente d’un infantilisme psychique et inclusion dans un délire de masse, la religion réussit à épargner à de nombreux hommes la névrose individuelle. Mais à peine plus ; il y a, comme nous l’avons dit, de nombreuses voies qui peuvent mener au bonheur, tel qu’il est accessible à l’homme, il n’y en a aucune qui y conduise à coup sûr. La religion, elle non plus, ne peut tenir sa promesse. Lorsque le croyant se trouve finalement obligé de parler « des décrets insondables » de Dieu, il avoue ainsi qu’il ne lui reste, dans la souffrance, comme ultime possibilité de réconfort et de source de plaisir, que la soumission sans condition. Et s’il est prêt à cette soumission, il aurait vraisemblablement pu s’épargner le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
AlexeinAlexein   03 août 2016
Dans mon écrit « L’avenir d’une illusion », il s’agissait bien moins des sources les plus profondes du sentiment religieux que de ce que l’homme du commun entend par religion, ce système de doctrines et de promesses qui d’un côté éclaircit pour lui les énigmes de ce monde avec une complétude digne d’envie, de l’autre lui assure qu’une Providence attentionnée veillera sur sa vie et réparera dans une existence de l’au-delà d’éventuels refusements. Cette Providence, l’homme du commun ne peut se la représenter autrement que dans la personne d’un père exalté jusqu’au grandiose. Seul un tel père peut connaître les besoins de l’enfant des hommes, être attendri par ses demandes, apaisé par les signes de son repentir. Tout cela est si manifestement infantile, si étranger à la réalité effective, que si l’on est porté à aimer les hommes il est douloureux de penser que la grande majorité des mortels ne s’élèvera jamais au-dessus de cette conception de la vie. On éprouve encore plus de honte à apprendre combien sont nombreux parmi nos contemporains ceux qui, forcés de reconnaître que cette religion ne peut être maintenue, cherchent cependant à la défendre pied à pied dans de pitoyables combats d’arrière-garde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
PiatkaPiatka   22 juin 2019
La question cruciale pour le genre humain me semble être de savoir si et dans quelle mesure l’évolution de sa civilisation parviendra à venir à bout des perturbations de la vie collective par l’agressivité des hommes et leur pulsion d’autodestruction. Sous ce rapport, peut-être que précisément l’époque actuelle mérite un intérêt particulier. Les hommes sont arrivés maintenant à un tel degré de maîtrise des forces de la nature qu’avec l’aide de celles-ci il leur est facile de s’exterminer les uns les autres jusqu’au dernier. Ils le savent, d’où une bonne part de leur inquiétude actuelle, de leur malheur, de leur angoisse. Il faut dès lors espérer que l’autre des « deux puissances célestes », l’éros éternel, fera un effort pour l’emporter dans le combat contre son non moins immortel adversaire. Mais qui peut prédire le succès et l’issue ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
AlexeinAlexein   03 août 2016
On affirmera que chacun de nous se conduit, sur un point ou sur un autre, de façon analogue au paranoïaque, corrige par une formation de souhait un aspect du monde qu’il ne peut pas souffrir, et inscrit ce délire dans la réalité. Un cas peut revendiquer une significativité particulière, celui où un assez grand nombre d’hommes s’engagent en commun dans la tentative de se créer une assurance sur le bonheur et une protection contre la souffrance par un remodelage délirant de la réalité effective. C’est comme un délire de masse que nous devons ainsi caractériser les religions de l’humanité. Le délire, celui qui le partage encore lui-même ne le reconnaît naturellement jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Sigmund Freud (92) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sigmund Freud
Un concept psychanalytique n'est pas une vérité. C'est la manière que l'on a trouvée pour rendre compte d'un phénomène psychique. Il faut souvent de multiples formulations pour en dire les subtilités. Les conférences que l'auteur a données ont pour objet d'explorer les différentes facettes de ces concepts, d'y proposer son regard. Il y aborde des thèmes connus comme l'hystérie et le narcissisme et d'autres moins connus comme le transfert avec les enfants ou encore le dégoût. Il se place dans la tradition de la transmission de la psychanalyse, dont il a lui-même profité. Cette transmission de la psychanalyse a toujours été, depuis Freud, un souci majeur. La pérennité de la psychanalyse passe par là tant pour la formation des praticiens que pour faire connaître, au plus grand nombre, l'intérêt de la psychanalyse. Voir le livre : https://cutt.ly/FKLpo7s
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dominique Berthon, psychanalyste depuis 1988, a, en dehors de son cabinet, mis en oeuvre, ses compétences en divers lieux où la pratique psychanalytique jouait un rôle clé : accueillant à la Maison Verte à Paris, fondée par F. Dolto, pendant 24 ans, psychothérapeute auprès d'enfants et adolescents au Centre Psychothérapeutique Dutot (hôpital de jour), à Paris, pendant 23 ans.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Suivez-nous
Instagram : https://www.instagram.com/editions.ha... Twitter : https://twitter.com/HarmattanParis Facebook : https://www.facebook.com/Editions.Har...
+ Lire la suite
>Philosophie et théorie>Systèmes, écoles>Systèmes psychanalitiques (329)
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
386 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre