AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

PASSAGE


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Clem_ence
  26 janvier 2023
La chambre des morts de Franck Thilliez
J'avais envie de retenter l'expérience des livres audio après quelques flops et j'en profite au passage pour diminuer ma PAL.



Et je me suis régalée ! Je pense l'avoir écouté en deux après-midis.



On part d'une histoire qui semble assez simple : deux gars renversent une personne et voit un sac rempli d'argent. De là, va découler une succession d'événements qui s'enchaînent pour nous tenir en haleine jusqu'à la dernière ligne !

Nombreux sont les rebondissements auxquels je ne m'attendais pas, je me suis fais balader jusqu'au bout.



Heureuse également de découvrir le personnage d'Hennebelle qui d'après ce que j'ai compris, apparait dans plusieurs romans.



Et que dire de la voix qui a donné vie à ce roman ? @jeremiecovillault

Cela a énormément joué je trouve.



J'avais abandonné cet auteur il y a quelques années, je suis contente de m'être laissé tenter.
Commenter  J’apprécie          30
JaneetWallace
  25 janvier 2023
L'indélicatesse de Erik Martiny
Xavier Bovary, dermatologue passionné, est marié à la très belle Anastasia dont il a 2 enfants. Une vie qui parait confortablement bourgeoise et réussie, à première vue.

Mais pour ses 50 ans, Xavier va recevoir un étrange héritage de la part de son grand-père décédé 20 ans auparavant, héritage qui va l’amener à de nombreux questionnements et lui faire prendre conscience de l’indélicatesse de certains de ses proches. Sa vie va alors effectuer un virage pour le moins inattendu.

Le roman commence sur un ton humoristique vraiment très réussi et plein d’esprit. On assiste en effet aux premières visites de la patientèle de Xavier et c’est loin d’être triste ! L’auteur nous entraîne ensuite, dans une construction une peu maladroite à mon avis, dans son passé. Même si la suite nous livrera les raisons de ce retour en arrière, il n’en reste pas moins que c’est un peu longuet par rapport au suspens entretenu (l’auteur parle lui-même de « tergiverser pendant des dizaines de pages »). Ces pages tournées, le récit se fait plus prenant et plus dramatique et le dernier tiers se lit avec un regain d’intérêt.

Commençant sur un ton, léger et réjouissant, ce roman en forme de confession s’avère finalement être une réflexion sur le vieillissement, sur le couple et la famille mais aussi sur les indélicatesses que nous subissons au quotidien, et qui peuvent parfois faire déraper voire pire… Une bonne lecture finalement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EvlyneLeraut
  24 janvier 2023
Comme un coeur qui se brise de Pierre-Alain Tilliette
« Quelle heure est-il au mont Olympe ? »

« Comme un coeur qui se brise » est une nage dans un lac entre vallées et montagnes.

Un roman fragile, intense et confident.

Il faut lire doucement, là où le verbe est noble et lumineux. On ressent Baruch-Danton Bèchefer en quête existentialiste. En attente de revoir ce qui fût, advenir de nouveau, subrepticement. Il observe par la fenêtre de son antre, les hôtes déambuler. La métaphore des souvenirs à fleur de peau.

L'âge a passé sur lui, immanquablement, comme la neige fondue, sans signe avant coureur. Dans une solitude infinie mais volontaire, retiré de la vie, dans une grotte où ne gravite que l'insistance pavlovienne de son amour pour Aurore.

« Comme un coeur qui se brise » porcelaine brisée sur le sol de ses jours. Entre la causticité et l'aridité de ses rancoeurs, persiste la dernière fleur, insolente et rebelle dans un vase symbolique.

« Pendant trois ans, je me suis désolidarisé de l'humanité ».

Un kaléidoscope entre missives, point d'appui d'une auteur qui s'échappe de la fiction et laisse la vérité (la sienne) s'émouvoir dans une trame où, le « je » déplace les pions. Case noire (l'auteur) case blanche peut-être lui-même.

Il jongle ainsi dans une histoire où les protagonistes avancent, bandeau noir sur les yeux, avec les délivrances, les prononciations de l'humanité même.

Ce livre à tiroirs, dont les signaux de haute contemporanéité sont la pluie battante, les éclaircies, l'aurore boréale et plus encore.

Ici, s'épanche tel Diogène (cynique et libre) Baruch-Danton Bèchefer. Il est le funambule sur la corde tendue. Cherche son souffle immanquablement et la beauté de ce récit lui rend hommage.

Ce roman est l'interlude. Il faut écouter les notes de la vie, parfois grinçantes, amères et véritables.

Cette histoire authentique est un kaléidoscope d'une choralité à percevoir. Et c'est bien ainsi. Chacun (une) apporte sa pierre à l'édifice d'une renaissance en advenir. L'amour est l'intrinsèque de ce roman original. le fil rouge : la déambulation de Barech-Danton Bèchefer au coeur même de son propre labyrinthe.

Aurore, levier et point d'appui, l'encre de ce livre bleu-nuit qui n'a pas dit son dernier mot.

Un livre rédempteur, un feu de cheminée, un regard perçant, l'aigle au sommet du monde.

Qui de Pierre-Alain Tilliette ou du roman-même de Baruch-Danton Bèchefer ?

Lisez ce livre et vous saurez.

Publié par les majeures Éditions le Passage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20