AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dargaud

Dargaud est une maison d`édition spécialisée dans la bande dessinée fondée par Georges Dargaud en 1936. Depuis 2010, elle est rattachée au groupe Média-Participations.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Dargaud



Dernières parutions chez Dargaud


Dernières critiques
Takalirsa
  28 mai 2022
Nowhere girl de Le Huche Magali
Des cas de phobie scolaire, on en a chaque année au collège, alors il est important d'avoir des lectures sur le sujet. Le scénario de cette bande dessinée autobiographique est bien mené, cependant je n'ai pas du tout accroché au graphisme.

L'autrice raconte bien comment le mécanisme se met en place: les désillusions après l'euphorie de l'entrée en 6e, la peur de ne pas être à la hauteur, la honte qui empêche d'en parler. Le graphisme est sobre, en noir et blanc, avec pour seule touche de couleur le roux des cheveux de Magali (encore une différence stigmatisante) et une touche de rose pâle dans le décor (le nom de sa classe). J'ai trouvé les dessins du sac à dos, toujours plus gros jusqu'à dépasser en taille la fillette, très représentatifs du poids qui pèse sur ses épaules chaque fois qu'elle prend le chemin du collège.



Les couleurs arrivent avec la découverte de la musique des Beatles. Le bien que celle-ci fait à la petite héroïne est représenté par des vagues multicolores qui l'enlacent et la transportent. Certaines scènes ont un côté onirique, évoquant tout le pouvoir de l'évasion et de l'imaginaire (Magali s'adresse aux quatre musiciens comme s'ils existaient vraiment). On n'apprend rien de particulier sur le groupe, mais il est vrai que je n'ai pas lu tous les phylactères, la police de caractère est si brouillonne qu'elle ne donne pas envie de s'y attarder.

Cette obsession pour le groupe ("Ils étaient la raison de ma colère et de ma désespérance") coupe encore plus la fillette des autres, qui ne la comprennent pas plus que sa phobie scolaire. S'y ajoute un refus de la puberté, de la perte de l'enfance: Magali ne se lave plus afin de ne pas voir (et assumer) les transformations de son corps...



Sur les conseils de la psychologue, elle est inscrite à des activités en 5e (danse, théâtre, peinture) en parallèle de l'école à la maison, "histoire de me sociabiliser". Mais Magali se rend compte qu'elle a "parfaitement réussi à m'isoler des autres"... D'ailleurs "j'étais plutôt bien dans cette vie de recluse".

Heureusement le temps a fait son œuvre et la voilà prête, à la rentrée de 4e, à retourner en classe ("Il fallait que ça change"). Mais pas n'importe où: dans un établissement proposant un enseignement en arts appliqués. Désormais Magali n'a plus "peur d'être une mauvaise élève", portée par ses deux passions: le dessin... et toujours les Beatles ("Ils ne me quittaient jamais"!
Lien : https://www.takalirsa.fr/now..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tamara29
  28 mai 2022
Les Zola de Marcaggi Méliane
Dans cette bande-dessinée, Méliane Marcaggi et Alice Chemama pour les illustrations nous proposent une biographie du couple Zola. Ce choix (ou parti pris) de raconter un écrivain à travers sa relation avec sa femme est assez inhabituel pour attiser la curiosité du lecteur. Et il est vrai que j’ai eu beaucoup de plaisir à la lire parce qu’elle m’a justement permis de découvrir plus en détails une facette peu souvent relatée dans le processus de création d’un auteur : le rôle de la femme dans l’œuvre de l’écrivain.

Les dessins rappellent la période impressionniste de l’époque de l’écrivain et de ses amis peintres : Cézanne, Manet, Renoir, Sisley, etc. C’est alors assez facilement qu’on met un pied dans ce milieu du 19ème siècle parisien.

On découvre Zola en Avril 1863 alors qu’âgé d’une vingtaine d’années, il n’est encore que ‘’pigiste’’ aux éditions Hachette. Un an plus tard, il va faire la rencontre de sa future femme, Alexandrine, alias Gabrielle. Pour sortir de sa condition ouvrière- cette dernière est devenue modèle, notamment pour Edgar Manet. La personnalité, presque énigmatique, de la jeune femme séduit Zola.



Alexandrine sera une source d'inspiration pour le jeune écrivain, futur auteur de la saga des Rougon-Macquart. Elle va lui ouvrir les portes sur un monde qui lui est inconnu : celui de ces hommes aux conditions plus modestes, avec leur langage propre, leurs difficultés quotidiennes, les malheurs qui peuvent joncher leur route. Sa compagne sera un soutien sans bornes, l’encouragera quotidiennement et sera en quelque sorte sa muse pour son œuvre naturaliste.



Comme le titre l’indique, cette bande-dessinée se concentre surtout sur l’intimité du couple, sur leur relation au fil des ans alors que le succès littéraire et la notoriété sont de plus en plus grandissants. Ce qui explique que cette biographie ne commence pas par sa jeunesse à Aix-en-Provence (avec Paul Cézanne).

Plus qu’un truchement qui permet de découvrir l’homme et ses romans, il s’agit avant tout de mettre en évidence le rôle primordial de sa femme (et de sa mère) dans l’œuvre d’Emile Zola. Et sans Alexandrine, point de Zola, ou peut-être pas ce chef de file du naturalisme tel qu’on le connait aujourd’hui. Il va sans dire que sans cet incroyable écrivain, la littérature française n’aurait pas la même saveur au point de ‘’sans des-Zola’’.



Pas sûre que sa femme ait été récompensée à la hauteur de son soutien pour son mari, Ainsi, Zola, passionné, travailleur acharné, engagé tant au niveau social que politique (on a tous en tête son « J’accuse » dans l’affaire Dreyfus), ne donnera pas d’enfant à Alexandrine. Il finira par jeter son dévolu sur sa servante Jeanne Rozerot (de 27 ans sa cadette) avec qui il aura une deuxième vie et aura deux enfants.

Les grands écrivains restent des hommes. Et l’humain c’est ce qu’Emile Zola a su si bien nous raconter à travers tous ses romans.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
coraliel59
  27 mai 2022
Le Scorpion - Tome 14 - La Tombe d'un dieu de Desberg Stephen
C'est avec plaisir que je retrouve le scorpion en Égypte à la double recherche du trésor d'Akhénaton pour récupérer sa fille, et du mystérieux Tamose.

Nous retrouvons les personnages du tome précédent: Méjaï et la Sabbatéenne. Les religions sont au cœur de ce volume: juive, musulmane...

J'ai apprécié ce tome. J'ai été moins gênée par le changement de dessinateur que lors du précédent. La trame narrative reste intéressante et je suis très attachée aux personnages. Une série que je poursuivrai donc...
Commenter  J’apprécie          10